Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ptérodactyle vivant 1856 ! Survivants de l'ère secondaire !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yunlunga
Membre Actif
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 30/01/2015

MessageSujet: Ptérodactyle vivant 1856 ! Survivants de l'ère secondaire !!!   Lun 25 Juil - 1:56

-----










 Pterodactyl  photo that emerged in 2011



https://laporteouverte.me/2014/02/19/le-pterodacyle-de-culmont/


http://markturnersmysteriousworld.blogspot.fr/2011/06/thunderbird-legends-sightings-evidence.html



Une découverte d’une grande importance scientifique vient d’être faite sur le territoire de Culmont (Haute-Marne).
Des ouvriers mineurs, occupés au percement du souterrain 
sous lequel doivent se réunir les chemins de fer de Saint-Dizier à Lancy,
 venaient d’abattre, à l’aide d’une mine, un énorme bloc de rocher qu’il étaient en train de débiter,
lorsque, d’une cavité ouverte par les coups de l’un d’eux, 
ils virent s’échapper un être vivant de forme monstrueuse.
Cet animal, qui appartient à la classe des reptiles 
et à un genre considéré jusqu’à présent comme perdu, 
a le cou très long, le museau allongé et armé de dents aiguës ; 
il est porté sur quatre hautes jambes reliées entre elles par deux membranes 
propres sans doute à soutenir l’animal en l’air, et armées de quatre doigts de forte dimension, 
terminés par des ongles longs et crochus.
Sa forme générale se rapproche de celle d’une chauve-souris, 
dont il diffère surtout par la taille, qui est celle d’une grosse oie. 
Ses ailes membraneuses déployées portent 3 mètres 22 centimètres d’envergure. 
Sa couleur est d’un noir livide ; sa peau est nue, épaisse et huileuse. 
Ses intestins ne contenaient qu’un liquide incolore, ressemblant à de l’eau claire.
À peine exposée à la lumière, la bête monstrueuse 
donna quelques légers signes de vie en agitant faiblement ses ailes, 
et ne tarda pas à expirer, 
en poussant un cri rauque, sous les yeux des ouvriers effrayés.




 
 
Cette étrange créature, à laquelle on peut donner le nom de fossile vivant, 
a été apportée à Gray. 
Un naturaliste de cette ville, très versé dans l’étude de la paléontologie, l’a immédiatement reconnue pour appartenir 
à l’espèce Pterodactylus anas, qui a laissé de nombreux débris fossiles dans les couches que les géologues 
ont désignées sous le nom de Lias.
Il est à remarquer que la roche dans laquelle le monstre a été découvert appartient précisément à cette formation, 
dont le dépôt est tellement ancien que les géologues en font remonter la date à plus d’un million d’années.
La cavité dans laquelle l’animal était logé représente avec la plus grande exactitude le moule en creux de son corps ; 
tout indique qu’il a été enveloppé du dépôt sédimentaire. 

Quant à sa conservation à l’état vivant, 
c’est un phénomène physiologique qui ne manquera pas de soulever bien des discussions.
 
  (in Journal de Toulouse, deuxième année, n° 42, lundi 11 février 1856)
 




The Teratorn, now extinct?



-----
Revenir en haut Aller en bas
Yunlunga
Membre Actif
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 30/01/2015

MessageSujet: Re: Ptérodactyle vivant 1856 ! Survivants de l'ère secondaire !!!   Lun 25 Juil - 17:08

-----










http://www.ldi5.com/bio/frog.php



On sait depuis longtemps que les batraciens sont capables de vivre pendant plusieurs mois, voire des années, dans de la vase, en hibernation.


Ce que l'on ne sait pas, c'est comment certains de ces animaux, prisonniers dans des blocs de pierre de l'ère secondaire, ont pu survivre aussi longtemps !


                   




    • Ambroise Paré, medecin de Henri III de France, a rapporté dans son "Registre annuel de 1561, " :
      "J'étais dans mon château, près de Meudon, et j'avais demandé à un cantonnier de me casser quelques pierres.
      Au milieu de l'une d'elles, il trouva un énorme crapaud, plein de vie, et sans que la moindre ouverture capable de lui laisser le passage soit visible.


    • L'ouvrier me dit que ce n'était pas la première fois qu'il découvrait un crapaud, ou de telles autres bestioles,à l'intérieur d'énormes blocs de pierres."

      Le "Registre annuel" rapporte également que des ouvriers de Toulon, en cassant des pierres destinées au pavage du port, auraient découvert à l'intérieur des coquillages "au goût délicieux".





             


  • En 1818, lors d'une conférence donnée au "Caïus College" de Cambridge, le Dr Edward D. Clarke, géologue, rapporta son étrange découverte alors qu'il recherchait des fossiles dans une carrière de craie du crétacé.
    Le Dr Clarke déclara que non seulement ces tritons ne ressemblaient à aucun autres connus dans la région mais qu'ils étaient d'une espèce éteinte et auparavant inconnue.
  • A plus de 80 mètres de profondeur, ils trouvèrent un banc d'oursins et de tritons fossilisés.
    Trois de ces tritons semblaient en parfait état de conservation.


  • Il les dégagea précautionneusement et les plaça sur une feuille de papier au soleil.
    A sa plus grande stupéfaction, ils commencèrent à s'animer.

    Deux d'entres eux périrent peu de temps après mais le troisième semblait si vigoureux que le Dr Clarke le mis dans une mare et ce dernier parvint à s'échapper.




Trois ans plus tard, en avril 1865, près d'une Leeds, toujours en Grande-Bretagne, une équipe de terrassiers trouve un crapaud à l'intérieur d'un bloc magnésien, loin de tout point d'eau et à 8 m de profondeur. Dans sa gangue minérale, l'animal est bien vivant. Ses yeux sont brillants et expressifs. Il respire normalement, mais il ne peut coasser facilement : 
sa bouche est complètement obturée...

 
 
 
Selon les témoins, " ce crapaud était complètement décoloré et aussi pâle que la craie qui l'entourait. Cependant, il prit rapidement une teinte olivâtre ". D'après le géologue Robert Taylor, le bloc de calcaire qui renfermait l'amphibien datait d'au moins 200 millions d'années.
 
Aux Etats-Unis, de nombreuses revues scientifiques ont rapporté des faits de ce genre. Le Scientific American a rendu compte de la découverte d'un mineur nommé Moses Gaines :
" Le crapaud était à l'intérieur d'un bloc de minerai d'argent, exactement imbriqué dans la pierre. L'animal mesurait environ 8 cm. Il était gras et dodu, et ses yeux étaient beaucoup plus larges que ne le sont les yeux des crapauds de cette taille. "
 
Le journal américain poursuit : " L'amphibien était vivant, mais plutôt léthargique. Les ouvriers essayèrent de le faire sauter en le chatouillant avec une baguette, mais il ne parut s'apercevoir de rien. "
Après des millions d'années de solitude, ce crapaud américain avait probablement besoin d'un certain temps pour se réhabituer au monde...



  • En 1821, un tailleur de pierre travaillait un gros bloc de pierre retiré de 6 mètres de profondeur quand il trouva un lézard emprisonné dans la roche.
    Il était enroulé sur lui-même dans une cavité moulée exactement à sa forme.
    Il mesurait environs 3 centimètres de long, d'une couleur jaune-marron, une tête ronde avec des yeux extrêmement brillants.
    Il était apparemment mort, mais après avoir été exposé pendant 5 minutes à l'air libre, il montra des signes de vie et s'enfuit rapidement. 




  • En avril 1865, près de Hartlepool en Angleterre, des terrassiers découvrent un crapaud vivant à l'intérieur d'un bloc de calcaire magnésien.
    La cavité semble moulée sur l'animal dont les yeux sont étonnament brillants.

    Le batracien vivant est conservé par M. S. Horner, président de la Société d'Histoire Naturelle qui après un examen minutieux, constate que sa bouche est obturée et ses coassements sortent par ses narines, de plus ses pattes arrières sont beaucoup plus longues que celles des espèces locales.
    Selon les témoins, "ce crapaud était complètement décoloré et aussi pâle que la roche qui l'entourait. Cependant il prit rapidement une teinte olivâtre".

    Le géologue Robert Taylor a estimé que le bloc dans lequel l'amphibien a été trouvé date de 200 millions d'années. 

    Un article du "Scientific American" relate la découverte d'un crapaud prisonnier, exactement imbriqué dans un bloc de minerai d'argent par le mineur Moses Gaines.
    L'animal vivant, dodu, mesurait environ 8 centimètres et ses yeux étaient anormalement grands.



En 1960, au fond d'une fosse, parmi des os de mammouth et de tigres à dents de sabre, des boules d'argile dures comme du roc renfermaient des grenouilles, certaines mortes d'autres vivantes, sans pigmentations et certaines si transparentes que l'on pouvait voir leur coeur battre.
Leurs bouches étaient scellées, certaines ont explosé sans doute à cause d'une exposition trop soudaine.
Les scientifiques les ont datées de la même époque que les mammouths mais n'ont pas fourni d'explications sur la survie de certaines de ces grenouilles. 





----
Revenir en haut Aller en bas
 
Ptérodactyle vivant 1856 ! Survivants de l'ère secondaire !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haricot Mexicain : échec au brevetage du vivant
» Chute d'un avion dans les Andes: aucun espoir de retrouver des survivants
» Les Survivants (Ce film est tiré d’une histoire vraie )
» Vente Armée de MORT vivant 250 figurines
» Edward Mauser, doyen des survivants d'Easy Co 506th PIR n'est plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Sciences :: Animaux / Insectes-
Sauter vers: