Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Mer 12 Oct - 3:12

Bonsoir mes frères & sœurs cat
Alors que la bataille pour reprendre Alep dure bien trop longtemps pour cause de manque de motivation de la coalition atlantiste qui se rendent coupable d'aider les fameux rebelles dit modéré alors que se sont des terroristes à même titre que Daech. Ils n'ont rien d'autre à faire que de discréditer la Russie qui sont les seuls à réellement combattre ses groupes terroristes qui se servent de la population comme bouclier humain, ou les massacres car ils refusent de se convertir... Les journalistes mainstream propagent une propagande anti russes les accusant de crime de guerre ou faisant la promotions des casques blancs qu'ils érigent en héros alors qu'ils ne servent les intérêts des groupes terroristes et sont financé par les atlantistes. Mais il existe encore de vrais journalistes d'investigation, mais malheureusement ils manquent d'une couverture médiatique suffisante pour que la vérité éclate au grand jour.
Akasha.


Terrifiant ! Le témoignage d’une journaliste de retour d’Alep



Écoutez ça ! C’est encore pire que ce que n’importe quel complotiste peut imaginer dans ses plus noirs délires. En l’écoutant, je frissonnais d’horreur. Si seulement la moitié de ce dont cette journaliste témoigne est vrai, et elle semble sincère, c’est terrifiant. Nous sommes embarqués dans une guerre horrible, manipulée, sordide, mensongère que l’on ose nous présenter comme humanitaire et juste. C’est immonde. Je suis scandalisée et bouleversée devant tant de duplicité, de bestialité et de souffrance. Nous sommes gouvernés par des criminels qui n’ont ni honneur ni conscience, et j’en ai vraiment marre, marre, marre de ce monde que cette poignée de tordus nous imposent.

En tant que française, je demande pardon au peuple syrien pour l’attitude scandaleuse du gouvernement de mon pays. J’ai honte. Profondément honte.

Galadriel


« Alep – L’intox monstrueuse dénoncée »

Ajoutée le 10 oct. 2016
Le fait que Vanessa Beeley reprenne le mot « terroriste » pour qualifier les rebelles qui sévissent à Alep-Est vous semble peut-être surfait et propagandiste… Pourtant elle est bien allée sur le terrain et explique en détails pourquoi elle les appelle ainsi.



A voir aussi:
Un autre témoignage:







Tout se succède très rapidement et implacablement en Syrie, au point qu'une tragédie chasse l'autre. A moins que ce ne soit fait justement exprès... Y a-t-il un vague lien entre la "bavure" US de la mi-septembre et l'attaque du convoi humanitaire quelques jours plus tard, attribuée par Washington à la Russie et/ou à l'armée syrienne? (Sont-elles d'ailleurs si difficiles à différencier pour ceux qui savent tout?). Pas encore de preuves en béton pour la thèse défendue ici dans cette vidéo, mais de sérieuses présomptions au vu des faits!

Extraits de "Syrian Girl Partisan": http://www.youtube.com/user/SyrianGir... .

Annexe: Bruit d'un drone "Predator": https://youtu.be/rBDq264OH0E?t=28s (très proche de celui d'un hélicoptère, thèse vers laquelle nous avons aussi été "sensibilisés"...)..

« Fais ce que je dis, pas ce que je fais… »:



Pour rappel :

Photographe pour l'AFP et les décapiteurs d'enfants (Syrie)



Des blogs et des médias alternatifs ont déjà relaté attentivement tous les aspects incroyables de cette histoire horrible alors que, comme souvent, les médias plus officiels n'ont abordé l'affaire que de très loin (s'ils l'ont fait!), toujours avec cette même légèreté lorsque les événements ne cadrent pas avec la ligne à suivre. Nos médias mainstream (paresseux et/ou dociles) préfèrent assurément les photos "virales" hypocrites d'un "photographe" criminel, membre d'un groupe terroriste prétendument "modéré" dont des membres (tenant une place importante au sein de ce même groupe) décapitent un enfant de 12 ans.

Et le pire, c'est que la propagande de ce "photographe" est relayée par tous les pays se trouvant dans le giron des USA et/ou de l'OTAN (et de l'UE) comme un appel aux bons sentiments... et à plus de guerre en faveur des "rebelles".

"Syrian Girl Partisan" ( V.O: http://www.youtube.com/watch?v=jifS0f... ) nous expose des faits et ne fait pas que des suppositions. Les faits sont là, les barbares se chargeant eux mêmes fièrement d'apporter les preuves.

Articles sur ce même sujet:
http://arretsurinfo.ch/qui-est-le-mil...
http://www.les7duquebec.com/7-dailleu...
http://off-guardian.org/2016/08/19/an...
https://www.les-crises.fr/le-photogra...
http://www.leparisien.fr/internationa...
(Le Parisien, moins paresseux que les recopieurs de l'AFP cette fois)

Comble de l'hypocrisie (En Anglais et en Français):
http://www.telegraph.co.uk/news/2016/...
http://www.lejdd.fr/International/Omr...

Réalisé avec différente sources : Les Brindherbes Le Blogue de Broceliande https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2016/10/11/syrie-journaliste-britannique-gigantesque-intox-mediatique-alep/

VIA : https://leblogalupus.com/2016/10/11/syrie-une-journaliste-britannique-revele-la-gigantesque-intox-mediatique-sur-alep/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Dim 16 Oct - 1:08

Bonsoir mes frères & soeurs I love you
Voici une vidéo émanant de la BBC qui met en exergue les agissements du gouvernement britannique et les casques blancs par un spécialiste qui n'a pas l'intention de servir la soupe aux téléspectateurs. C'est assez rare venant d'un médias mainstream pour le souligner et ça fait plaisir !
Akasha.

Le gouvernement britannique et les casques blancs mis à nus sur la BBC (vidéo)





La traduction automatique en français est disponible sur cette vidéo.

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Dim 16 Oct - 11:21

Fiche signalétique des Casques blancs en Syrie



À propos des Casques blancs, voici quelques faits que vous devez connaître. Partagez-les avec votre famille et vos amis qui croient encore en les médias commerciaux occidentaux.

* Les Casques blancs, aussi appelés Défense civile syrienne, ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Le groupe n’est pas syrien ; il a été créé avec des fonds étasuniens et britanniques, sous la supervision d’un entrepreneur d’armes britannique en 2013, en Turquie.

* Le nom «Défense civile syrienne» a été volé à l’organisation syrienne légitime du même nom. L’authentique Défense civile syrienne avait été fondée en 1953 et est un membre fondateur de l’Organisation internationale de défense civile (1958).

* Le nom de «Casques blancs» a été improprement repris de l’organisation de secours argentine légitime Cascos Blancos / White Helmets. En 2014, Cascos Blancos / White Helmets a été honoré par les Nations unies pour 20 ans d’aide humanitaire internationale.

* Les Casques blancs de l’OTAN sont d’abord une campagne médiatique pour soutenir les objectifs de changement de régime des États-Unis et de leurs alliés. Après avoir été fondé par l’entrepreneur en sécurité James LeMesurier, la «marque» Casques blancs lui a été attribuée en 2014 par une société de marketing nommée «La campagne syrienne», gérée depuis New York par des non-Syriens comme Anna Nolan. «La Campagne syrienne» avait elle-même été «incubée» par une autre société de marketing nommée «Purpose» .

* L’affirmation des Casques blancs qu’ils sont «neutres, impartiaux et humanitaires» et «au service de tous les habitants de Syrie» est fausse. En réalité, ils ne travaillent que dans des zones contrôlées par l’opposition violente, principalement des terroristes associés avec Nusra/al-Qaïda (récemment renommé Jabhat Fath al Sham).

* Les Casques blancs affirment être sans armes, mais c’est faux. Il y a des photos  montrant leurs membres portant des armes et célébrant des victoires militaires de Nusra/al-Qaïda.

* Les Casques blancs affirment être apolitiques et non alignés, mais c’est faux. En réalité, ils promeuvent activement et font pression en faveur de l’intervention des États-Unis et de l’OTAN, violant ainsi les règles du travail humanitaire authentique.

* La description de Right Livelihood [dit «prix Nobel alternatif» en français, NdT] selon laquelle la «Défense civile syrienne» a sauvé 60 000 personnes et «soutient la fourniture de services médicaux à près de 7 millions de personnes» est fausse. En réalité, il reste peu de civils dans les zones contrôlées par les terroristes en Syrie. C’est pourquoi nous voyons ces vidéos choquantes représentant les Casques blancs.

* Les Casques blancs de l’OTAN sapent et détournent d’elles le travail d’authentiques organisations comme la VRAIE Défense civile syrienne et le Croissant-Rouge arabe syrien.

* Le récent film Neflix sur les Casques blancs n’est pas un documentaire ; c’est une auto-publicité promotionnelle. Les réalisateurs n’ont jamais mis un pied en Syrie. La vidéo syrienne, réelle ou mise en scène, a été fournie par les Casques blancs eux-mêmes. Depuis le début, avec les scènes montrant un acteur Casque blanc disant à son petit garçon de ne pas faire la vie dure à sa maman et jusqu’à la fin, la vidéo est artificielle et manipulatrice. La vidéo a été produite par une société de marketing commerciale, Violet Films/Ultra Violet Consulting, qui fait de la publicité pour ses services dans la «gestion de médias sociaux», la «gestion de foules» et la «mise en œuvre de campagnes médiatiques».

Simon Wood

Article original en anglais :
Fact-sheet on the White Helmets, Off Guardian, 5 octobre 2016

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour Le Saker Francophone

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Jeu 20 Oct - 1:07

Casques Blancs: Honte au gouvernement qui a accueilli un groupe de soutien terroriste à l'Assemblée Nationale et à l'Elysée



Partout dans la presse française, on nous a vanté les mérites de ce groupe de "bénévoles humanistes" impartiales et non financés par des gouvernements qui ont même été cités pour le Prix Nobel de la paix (si, si, ils n'ont peur de rien). Cette version de l'histoire est un roman qu'on nous sert au même titre que celui des dits "rebelles modérés" l'ASL qui décapite ses opposants et se sert de civils dans des cages pour se protéger des bombardements. La journaliste Vanessa Beeley a récemment sémasqué l'imposture des Casques Blancs.

Voilà ce qu'elle déclarait sur RT (on comprend mieux pourquoi l'Union Européenne voudrait censurer les médias russes... vu qu'aucun média français hormis les médias alternatifs n'a voulu couvrir cette information).

"Ils proclament qu’ils ne reçoivent pas de financement de gouvernements ayant un intérêt direct dans le conflit syrien. En réalité, ils reçoivent des millions, selon une estimation prudente, 100 millions de dollars des Etats-Unis, 23 millions via l’USAID ; de la Grande Bretagne 65 millions environ – au début c’était 19,7 millions de livres sterling, et Boris Johnson a annoncé encore 32 millions. La France fournit les équipements. [On trouve aussi] le Danemark, les Pays-Bas et même le Japon, par l’intermédiaire de l’agence internationale au Japon.

Il y a d’innombrables preuves vidéo et photo provenant de l’intérieur de la Syrie, que les Casques blancs dirigent un groupe de soutien terroriste. Il est alors très difficile de comprendre comment cette organisation peut être décrite comme n’étant pas affiliée aux organismes gouvernementaux qui ont un intérêt, et un intérêt bien connu et déclaré, dans le changement de régime en Syrie. Ensuite, si on considère leur prétendue neutralité : ils sont entièrement incorporés dans les régions contrôlées par les terroristes, soit principalement par Al-Nosra, Daesh, ou tout autre brigade associée aux terroristes dirigés par le Front Al-Nosra. C’est là que se trouvent exclusivement les Casques blancs.


Il y a d’innombrables preuves vidéo et photo provenant de l’intérieur de la Syrie, qu’ils dirigent un groupe de soutien terroriste. Ils fournissent des soins médicaux aux terroristes, ils acheminent les équipements par la Turquie dans les régions terroristes […]. Ils ont été filmés participant à l’exécution d’un civil à Alep. Ils diffusent des vidéos, sur leurs pages dans les réseaux sociaux, des exécutions de soldats et de civils arabes. Selon le témoignage de la Défense civile syrienne, ils ont aussi été impliqués dans la prise de contrôle de ses unités, dans le vol de leurs équipements et dans d’éventuels massacres et enlèvements d’équipes



Or, on apprend pourtant aujourd'hui que des membres des Casques Blancs ont été reçu hier à l'Assemblée Nationale par Valls ainsi qu'à l'Elysée par Hollande.


On trouve bien une discrète vidéo de leur présence sur le compte Youtube de l'AFP mais je n'ai trouvé que 4 articles de leur venue dans les médias. Pas très glorieux pour des soit disant "héros". La vidéo en fin d'article montre à quel genre d'activité s'adonne les Casques Blancs en Syrie. Des images que vous ne verrez jamais dans nos médias.




Des humanitaires avec des armes de guerre...






Un casque blanc brandissant un drapeau d'Al nosra aux côtés de leurs troupes.




Deux membre des casques blancs font le signe de la victoire lorsqu'ils emmènent le cadavre des victimes djihadistes.



D'autres avouent jeter les corps des troupes syriennes...à la poubelle.




Voilà le genre d'organisation que Valls et Hollande invitent en grandes pompes à Paris...



Avertissement: Cette vidéo montre une exécution par arme à feu (floutée) mais qui peut choquer les âmes sensibles (00:32-00:42)

Publié par Fawkes News

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Dim 23 Oct - 4:26

Je tiens à remercier Voltigeur des Moutons Enragés Pour ses superbes et précieuses recherches que je vous partages ici :




Ça décoiffe, ça interpelle et, ça donne envie d’en savoir plus.


James Le Mesurier fondateur d’Olive-Group et Christopher St.Georges co-fondateur, ( profil de Mr St.Georges sur Bloomberg) qui propose ses services et se définit comme suit (extrait: traduction Volti aidée de Google, merci de me signaler s’il y a des erreurs.)
Le rameau d’olivier est un symbole de paix, de stabilité, de compréhension culturelle et de réconciliation. Nos valeurs fondamentales sont la fourniture des meilleures pratiques internationales tout en menant toutes les activités à l’égard des personnes, des cultures et des traditions; pour respecter les principes d’intégrité, de fiabilité et de confiance; pour renforcer les capacités par le transfert de connaissances, et pour renforcer et réhabiliter les économies locales et l’engagement envers les communautés.

Le but est de prioriser le talent et les fournisseurs locaux, de développer une compréhension profonde des situations sociales, législatives et opérationnelles «sur le terrain». Nous fournissons à nos clients, une liberté unique de mouvement et nous créons un environnement sûr et discret de manière durable . En mai 2015, Olive Group a fusionné avec Constellis Group pour former la plus grande société de gestion du risque dédié au monde, avec près de 11 000 employés répartis dans plus de 30 pays. Le Groupe Constellis des entreprises comprend Triple Canopy, Academi, Edinburgh International, social stratégique et Tidewater.


Voir l’article exclusif de Mike Stone de l’Agence Reuters sur les modalités de la vente,Exclusive: Constellis, owner of former Blackwater, up for sale - sources



Dans ce contexte de fusion de différents groupes proposant leurs services, et créant à l’occasion, des « unités humanitaires » tels les « casques blancs » de James Le Mesurier, qui n’agissent étonnamment, que dans les zones tenues par les terroristes, les articles sont nombreux pour dénoncer cela:

[url=Dans ce contexte de fusion de différents groupes proposant leurs services, et créant à l’occasion, des « unités humanitaires » tels les « casques blancs » de James Le Mesurier, qui n’agissent étonnamment, que dans les zones tenues par les terroristes, les articles sont nombreux pour dénoncer cela: En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2016/10/21/casques-blancs-humanitaires-ou-mercenaires/#hEvdtEDpm00mKXSr.99]Les Casques blancs syriens reçus à l'Élysée créent le malaise [/url]

Propagande américaine en Syrie : Un rapport relie les Casques Blancs à l’intervention américaine. En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2016/10/21/casques-blancs-humanitaires-ou-mercenaires/#VfyxT1vJWkp63cVU.99 « La fonction première des Casques Blancs est la propagande » rapporte un journaliste indépendant, qui relie le groupe à Georges Soros and la promotion controversée du groupe Avaaz. Pétition de Change.org Ne donnez pas le prix Nobel de la paix 2016 aux Casques Blancs syriens.
La pétition a recueilli à l’heure actuelle 1370 signatures. Les Casques Blancs ont reçu plus de 40 millions de dollars des USA et du Royaume-Uni malgré leur déclaration « de rester strictement indépendants et de n’accepter aucun argent des gouvernements, des corporations, ou de quiconque impliqués directement dans le conflit en Syrie.

Sputnik Soros-Sponsored NGO in Syria Aims at Ousting Assad, Not Saving Civilians

L’une des plus grandes organisations humanitaires opérant en Syrie, les Casques Blancs, sont accusés de mener une propagande afin d’encourager les interventions étrangères.

21st Century Wire: Les Casques Blancs en Syrie, La guerre par la désinformation Partie 1.
Nous examinons le rôle des groupes de défenses civils en Syrie « les Casques Blancs » qui opèrent actuellement sur le terrain et nous portons notre attention sur les sources de financement et leurs partenaires médiatiques afin de déterminer s’ils sont réellement neutres et véritablement « humanitaires ».

21st Century Wire: Partie 2. Les Casques Blancs en Syrie, « Bourreaux modérés ».
L’ONG Hydra n’a pas un pouvoir d’influence équivalent à celui que possèdent les Casques Blancs en Syrie qui, selon le chef et fondateur, James Le Mesurier,* sont plus influents que DAESH ou même Al Nusra en Syrie. Cet article enquête sur les Casque Blancs et sur leur implication dans les exécutions de civils particulièrement dans la ville d’Alep.



21st Century Wire: La guerre de propagande humanitaire menée contre la Syrie, par Avaaz et les Casques Blancs.

« Les Casques Blancs dans leur hâte de pointer du doigt et de critiquer la Russie, ont réussi à tweeter sur les frappes aériennes russes plusieurs heures avant que le parlement russe ne les autorise en Syrie.

Edito britannique: Les Casques Blancs en Syrie.

« Mike Robinson s’entretient avec Vanessa Beeley concernant l’ONG Casques Blancs. Sont-ils vraiment les intervenants humanitaires qu’ils prétendent être ? »



Source Reseau-International « qui sont les casques blancs? »

Un autre nom, celui de Richard Clarke PDG du groupe Goodharbor, au parcours impressionnant puisque selon la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unisla, Clarke prit la décision finale qui permit aux membres de la famille Ben Laden vivant aux États-Unis de s’envoler en Arabie saoudite le 14 septembre 2001. Clarke a initialement prétendu sous serment que quelqu’un dans l’administration Bush avait demandé ce vol et qu’il avait consulté le FBI; cependant, le FBI nia avoir eu un quelconque rôle dans le départ de la famille Ben Laden tel qu’affirmé par Clarke. Ainsi, le porte-parole du FBI John Iannarelli dit : « Je peux dire sans équivoque que le FBI n’a eu aucun rôle, n’a pas facilité ce vol. » Plus tard, Clarke admit qu’il fut le seul à autoriser ce vol. Il dit aux reporters : « Je prends la responsabilité pour cela. Je ne pense pas que ce fut une erreur, et je le referais. » (Wikipedia France) Voir, la page en anglais de Wikipédia sur Clarke, beaucoup plus détaillée.

Une recherche Wois sur Goodharbor et:

Domaine
Domain zahara18.com
Words in domainname zahara 18
IP Address 184.168.221.36
IP Geolocation

________________________________________________________________

image: http://domainbigdata.com/img/flags-iso/flat/24/US.png
US United States, Arizona, Scottsdale map
Registrant
Name James Le Mesurier
Organization Good Harbor International Llc is associated with 3 domains
Private no

_________________________________________________________________________

Whois
Domain Name: ZAHARA18.COM
Registrar URL: http://www.godaddy.com
Registrant Name: James Le Mesurier
Registrant Organization: Good Harbor International LLC
Name Server: NS65.DOMAINCONTROL.COM
Name Server: NS66.DOMAINCONTROL.COM
DNSSEC: unsigned

_____________________________________________________________________

Donc plus de doute quant à la liaison entre ces sociétés qui en fait n’en font qu’une seule, proposant les mêmes services sous divers noms, services de mercenariat clé en main? Avec tous les éléments disponibles, rassemblez les pièces du puzzle.

Nous assistons à une propagande éhontée, visant à discréditer encore et toujours, la Russie et la Syrie, alors que certaines ONG, dont le milliardaires Soros assure le financement, continuent leur sale boulot un peu partout, comme en 2014 en France et ailleurs pour influencer les élections.

La France, la Hongrie et l’Italie sont particulièrement visées par l’influence de la fondation Soros. En France, le Bondy Blog a ainsi touché 49 467 euros pour un projet présenté comme suit : « fondé en 2000 durant les émeutes de banlieue, le Bondy Blog et devenu le modèle et le symbole du journalisme citoyen en France. Avec les élections locales et européennes de 2014, le but du projet est de percevoir la vie des habitants de la banlieue, de promouvoir des idées nouvelles et des nouvelles actions politiques, de soutenir la diversité et de combattre toutes les discriminations. Mais aussi de développer la collaboration entre jeunes médias et médias subventionnés, et de donner les moyens éducatifs et techniques aux jeunes de banlieue pour pouvoir s’exprimer, écrire, prendre la parole en public, mais aussi devant les caméras. »

Un an plus tard, le Bondy Blog devenait partenaire de Libération.

Une enveloppe de 50 000 dollars a également été attribuée au CCIF (Collectif Contre l’Islamophobie en France) pour le projet « combattre l’islamophobie politique ». Le projet est présenté comme suit : « Le projet a pour but de mobiliser les citoyens pour qu’ils aillent voter, avec des campagnes de porte à porte et l’organisation d’une journée nationale contre l’islamophobie. En plus, des campagnes sur les réseaux sociaux avec des clips vidéos et programmes radios seront menées (…) pour dénoncer les discours de haine islamophobe. Le but du projet est de faire baisser la grande abstention électorale au sein de la communauté musulmane, en faisant la promotion du vote et en accélérant les inscriptions sur les listes électorales avec l’aide des mosquées et des responsables de la communauté ».

Ces dernières jours, le CCIF, dont le président Marwan Muhammad entretient des liens cordiaux avec Rachid Abou Houdeyfa*, imam controversé de Brest, a engagé un recours en justice afin de faire annuler l’arrêté municipal pris par le maire de Cannes, interdisant l’accès aux plages aux femmes en Burkini (maillot de bain islamique).

(*)

La Ligue des Droits de l’Homme a perçu 66 000 dollars, pour sa campagne « contre l’extrême droite aux élections municipales et européennes de 2014 ». « Les objectifs sont de contrer et de déconstruire les idées xénophobes. D’anticiper les victoires électorales et de sièges dans les exécutifs locaux, et de limiter l’impact et l’influence des idées xénophobes durant les élections européennes.». Un sens aigu de la démocratie a donc poussé La Ligue des Droits de l’homme a toucher des dizaines de milliers de dollars américains pour influencer le vote des citoyens français.

Lire l’article complet sur le blog de Lucien Pons sous le titre:

http://lucien-pons.over-blog.com/2016/08/l-argent-du-milliardaire-george-soros-eclabousse-les-ong-bien-pensantes.html

Ce que l’on peut pouvait lire sur le site d’une fondation. (la page à disparue, malgré les recherches par différents mots clés, je n’ai pu la retrouver, bizarre!) J’avais sauvegardé le paragraphe dans mon bloc-note, le voici..

The History And Formation Of White Helmets – The Founders And Directors
White Helmets was founded by James Le Mesurier, an admitted former British army officer and mercenary with the Olive Group, a private contracting organization that is now merged with Blackwater-Academi into Constellis Holdings.[1] Although White Helmets half-heartedly attempts to hide its source of funding, the organization is linked to George Soros through a PR firm named Purpose Inc., a pro-war firm that argues for Western intervention against Assad. The co-founder of Purpose is Jeremy Heimans, who also helped found Avaaz, a “pro-democracy” group connected to Soros’ Open Society Foundation, SEIU, and MoveOn.org.

Traduction Volti aidée par Google:

Les casques blancs ont été créés par James Le Mesurier, un ancien officier de l’armée britannique et mercenaire fondateur du Groupe Olive, une organisation contractante privée, qui a maintenant fusionné avec Blackwater-Academi sous le nom de Constellis Holdings. [1] Bien que des Casques blancs aient fait des tentatives sans enthousiasme pour cacher leur source de financement, l’organisation est liée à George Soros à travers un cabinet de relations publiques nommée But Inc., un cabinet pro-guerre qui plaide en faveur de l’intervention occidentale contre Assad. Le co-fondateur de But est Jeremy Heimans, qui a aidé également Avaaz, un groupe « pro-démocratie » connecté à la Fondation Soros Open Society, SEIU et MoveOn.org.

Voir Sur G. Soros

Des recherches complémentaire seraient appréciées!! merci Volti

La Russie bannit les ONG du milliardaire américain George Soros

Casques blancs de la Syrie: la guerre par Way of Deception – Partie 1 =

Les dessous des bombardements russes en Syyie (Voltaire.net)

Alors que la Douma délibérait de l’autorisation d’intervention aérienne russe en Syrie, le Web a été submergé par des photos et des vidéos des dégâts que l’aviation russe allait commettre contre des populations civiles.

Les bombardements n’ayant eu lieu qu’ultérieurement, ces photos et ces vidéos sont soit des éléments empruntés à d’autres contextes, soit des faux fabriqués pour l’occasion.

Cette campagne d’intoxication a été organisée par l’association Syria Civil Defense, désormais dénommée White Helmets. Basée en Turquie, elle déclare disposer d’environ 2 500 « volontaires » rémunérés, présents en Syrie aux côtés des « rebelles ». Elle tire ses revenus de dons anonymes, mais admet avoir été financée par les États-Unis, le Royaume-Uni et le « Conseil national syrien » (lui-même actuellement financé par le Qatar, la Turquie et la France). Il n’est pas possible d’identifier la ou lesquelles de ces composantes ont financé cette nouvelle opération.

Les White Helmets ont déjà produit des vidéos montrant des bombardements de l’Armée arabe syrienne avec des barils d’explosifs ; une intox largement relayée par l’OSDH et devenue parole d’Évangile malgré son absurdité : l’Armée arabe syrienne dispose de bombes russes autrement plus précises et n’a donc aucune raison de fabriquer de tels barils…/….

Les Casques blancs travaillent avec les terroristes de l’OTAN ! (Preuves définitives en vidéo)

***Vanessa Beeley
est journaliste, écrivain, photographe, militante de paix, membre du Syria Solidarity Movement et fondatrice de Sir Harold Beeley Trust et de The Wall Will Fall.

J’ai pu écrire cet article grâce à vos nombreux liens, je vous en remercie. Des recherches complémentaires, ont permis de mettre en évidence les ententes et filiations entre différents partenaires, contrôlant ces organisations, Constellis/GoodHarbor/Olive-Group.
J’espère que, ces quelques informations permettront de soutenir tous ceux qui se battent CONTRE LES GUERRES D’INGÉRENCES de l’OTAN. Il n’y a rien d’humanitaire à assassiner et tuer des gens innocents, pris en otages par des terroristes égorgeurs, bien mal combattus et, plutôt aidés par « l’alliance » otanesque. Nous devons dénoncer cette propagande guerrière et, ceux qui nous la servent à toutes les sauces. Méditez et faites vous votre opinion personnelle, ne laissez pas les « bombes démocratiques » tuer, encore et toujours sous des prétextes fallacieux. La situation que nous vivons, n’est pas de notre fait mais, si nous restons silencieux, nous nous faisons les complices des psychopathes qui initient le chaos présent et… à venir.

Voir aussi: La revue de presse nationale et internationale de Crashdebug


_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Mer 21 Déc - 0:00

Alépins : «Quand les caméras s’éteignent, les Casques blancs laissent les gens sous les décombres»



Superbe travail de la journaliste Lizzie Phelan, qui se trouve sur le terrain, contrairement à la quasi totalité des médias français qui se contentent de relayer des histoires de massacres inventées par des activistes anti-Assad . Cette journaliste courageuse avait déjà témoigné de l'intox médiatique généralisée lors du conflit libyen.* Elle fait honneur à sa profession. Au regard des témoignages qui vont suivre provenant d'habitants d'Alep, cela remet d'autant plus en perspective le fait que les Casques Blancs ont été reçus en grande pompe à l'Elysée il y a peu et qu'ils sont considérés comme des héros par les médias. Normal, qui se ressemble s'assemble comme on dit. Fawkes

-------


(*)

Lizzie Phelan de RT, qui est sur le terrain à Alep, a parlé à plusieurs survivants qui accusent les activistes antigouvernementaux d'être des «poseurs d'appareil photo, des voleurs et des pilleurs».

Les militants financés par l’Occident et appelés «Casques blancs» ont fait la Une des journaux, les principaux médias les qualifiant de «héros de la paix» pour leur travail. Cependant, les habitants d'Alep récemment libérés par les forces gouvernementales syriennes ont une opinion toute différente.

Les Casques blancs sont un groupe de défense civile soutenu par les Occidentaux, composé de «volontaires» opérant en Syrie. Alors que, officiellement, leur mission est d’assurer les premiers secours aux victimes de bombardements, les autorités syriennes et russes les ont accusés de répandre de la propagande antigouvernementale, de publier de fausses nouvelles et de maintenir des liens étroits avec des groupes terroristes islamistes comme le Front Fatah al-Cham, ce qui a été en partie filmé par le caméra.


Source : RT, vu sur Guy Fawkes

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3270
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    Sam 4 Fév - 2:22

Qui fournit l’information ? (London Review of Books)



Patrick COCKBURN

Le point culminant de la couverture médiatique occidentale des guerres en Irak et en Syrie a été le siège d’Alep-est, qui a commencé sérieusement en juillet et s’est terminé en décembre, lorsque les forces gouvernementales syriennes ont pris le contrôle des dernières zones tenues par les rebelles et plus de 100 000 civils ont été évacués. Pendant les bombardements, les chaînes de télévision et de nombreux journaux semblaient désintéressés de savoir si tel ou tel reportage était vrai ou faux, et ont même rivalisé pour publier l’histoire d’atrocité la plus spectaculaire, même lorsqu’il n’y avait que peu de preuves qu’elle avait réellement eu lieu. Les chaîne NBC a rapporté que plus de quarante civils avaient été brûlés vivants par les troupes gouvernementales, en citant comme source de vagues « médias arabes ». Une autre histoire largement médiatisée - qui a fait les manchettes partout, du Daily Express au New York Times - fit celle de vingt femmes qui s’étaient suicidées le matin même pour éviter d’être violées par les soldats qui arrivaient, la source étant un insurgé bien connu, Abdullah Othman, dans une citation d’une seule phrase accordée à the Daily Beast.

L’histoire la plus crédible sur des atrocités fut diffusée dans le monde entier par Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, qui a déclaré que son agence avait reçu des informations fiables selon lesquelles 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, avaient été tués par des forces pro-gouvernementales dans plusieurs endroits nommés dans Alep-est. Il fut précisé que les noms des morts étaient connus. D’autres enquêtes du HCR en janvier ont porté le nombre de morts à 85 sur une période de plusieurs jours. Colville a dit que les auteurs ne sont pas l’armée syrienne, mais deux groupes de milices pro-gouvernementales - al-Nujabah d’Irak et un groupe palestinien syrien appelé Liwa al-Quds - dont les motifs étaient « l’inimitié personnelle et des disputes entre familles ». Interrogé s’il y avait d’autres rapports de civils exécutés au cours des dernières semaines du siège, Colville a dit qu’il y avait des rapports sur des membres de l’opposition armée tirant sur des personnes qui tentaient de fuir l’enclave rebelle. L’assassinat de 85 civils confirmés par de multiples sources et le meurtre d’un nombre inconnu de personnes avec des bombes et des obus étaient certainement des atrocités. Mais il est exagéré de comparer les événements d’Alep-est - comme les journalistes et les politiciens des deux côtés de l’Atlantique l’ont fait en décembre - avec l’assassinat massif de 800 000 personnes au Rwanda en 1994 ou plus de 7000 à Srebrenica en 1995.

Toutes les guerres produisent toujours de fausses histoires d’atrocités - ainsi que de véritables atrocités. Mais dans le cas syrien, les nouvelles fabriquées et les reportages unilatéraux ont dominé les informations à un degré probablement jamais vu depuis la Première Guerre mondiale. La facilité avec laquelle la propagande peut désormais être diffusée est souvent attribuée à la technologie de l’information moderne : YouTube, smartphones, Facebook, Twitter. Mais il ne faut pas s’étonner que dans une guerre civile, chaque partie utilise tous les moyens possible pour faire connaître et exagérer les crimes de l’ennemi, tout en niant ou dissimulant des actions similaires dans son propre camp. La véritable raison pour laquelle les reportages sur le conflit syrien ont été si mauvais est que les médias occidentaux se sont presque entièrement fié aux rebelles.

Depuis au moins 2013, il est trop dangereux pour les journalistes de visiter les zones tenues par les rebelles en raison de craintes bien fondées d’êtres enlevés et détenus pour un rançon, ou assassinés, habituellement par décapitation. Les journalistes qui ont pris le risque ont payé un lourd tribut : James Foley a été enlevé en novembre 2012 et exécuté par l’Etat islamique en août 2014. Steven Sotloff a été enlevé à Alep en août 2013 et décapité peu de temps après Foley. Mais il y a une forte demande du public pour savoir ce qui se passe là-bas, et les médias, presque sans exception, ont répondu en déléguant leurs reportages aux médias locaux et aux militants politiques, qui apparaissent régulièrement sur les écrans de télévision à travers le monde. Dans les régions contrôlées par des gens si dangereux qu’aucun journaliste étranger n’ose y mettre les pieds, l’idée que des citoyens locaux non affiliés puissent s’exprimer librement n’a jamais été crédible.

A Alep-est, tout reportage devait être effectué avec l’approbation d’un des groupes salafi-jihadistes qui dominaient l’opposition armée et contrôlaient la région - y compris Jabhat al-Nusra, anciennement la branche syrienne d’Al-Qaida. Le sort de tous ceux qui critiquent, s’opposent ou même agissent indépendamment de ces groupes extrémistes a été mise en évidence dans un rapport d’Amnesty International publié l’année dernière et intitulé « La torture était ma punition : enlèvements, tortures et assassinats sommaires sous la règne des groupes armés à Alep et Idlib » : Ibrahim, que les combattants d’al-Nusra ont suspendu au plafond par les poignets et battu, pour avoir tenu une réunion pour commémorer le soulèvement de 2011 sans leur autorisation, est cité : « J’avais entendu et lu des choses sur les techniques de torture des forces de sécurité gouvernementales. Je pensais que je serais en sécurité dans une zone tenue par l’opposition. J’avais tort. J’ai été soumis aux mêmes techniques de torture, mais aux mains de Jabhat al-Nusra. »

Le fait que les groupes liés à Al-Qaida avaient le monopole sur les informations sortant d’Alep-est ne signifie pas nécessairement que les reportages dans la presse sur les effets dévastateurs des bombardements étaient faux. Les images de bâtiments démolis et de civils recouverts de poussière de ciment n’ont pas été fabriquées. Mais elles étaient sélectives. Il convient de rappeler que - selon les chiffres de l’ONU - il y avait entre 8000 et 10.000 combattants rebelles à Alep-est, mais pratiquement aucune image de télévision n’a montré des hommes en armes. Les médias occidentaux se sont généralement référés aux groupes défendant Alep-est comme « l’opposition » sans mention d’al-Qaida ou de ses groupes associés. Il y avait une supposition implicite que tous les habitants d’Alep-est étaient fermement opposés à Assad et soutenaient les insurgés. Il est pourtant frappant de constater que lorsqu’on leur a offert le choix à la mi-décembre seuls un tiers des évacués - 36.000 - ont demandé à être rejoindre Idlib, une ville tenue par les rebelles. La majorité - 80.000 - ont choisi Alep-ouest, contrôlée par le gouvernement. Ce n’est pas nécessairement parce qu’ils s’attendaient à être bien traités par les autorités - c’est juste qu’ils pensaient que la vie sous les rebelles était encore plus dangereuse. Dans la guerre civile syrienne, le choix est souvent entre le mauvais et le pire.

Les reportages partisans sur le siège d’Alep-est l’ont présenté comme une bataille entre le bien et le mal : Le Seigneur des Anneaux, avec Assad et Poutine dans les rôles de Saruman et Sauron. En prenant leurs source principalement auprès des militants locaux, les agences de presse les incitaient involontairement à éliminer - par l’intimidation, l’enlèvement et le meurtre - tout journaliste indépendant, syrien ou non, qui pouvait contredire leur version. Les dirigeants étrangers et les médias internationaux prédisaient un massacre à l’échelle des pires massacres de l’après-guerre. Mais, de manière honteuse, au moment où le siège a pris fin, ils ont complètement perdu tout intérêt pour l’histoire et savoir si les horreurs qu’ils avaient racontées avaient réellement eu lieu ou non. Plus grave encore, en présentant le siège d’Alep-est comme la grande tragédie humanitaire de 2016, ils ont détourné l’attention d’une tragédie encore plus grande qui se déroulait à 450km à l’est, dans le nord de l’Irak.

L’offensive contre Mossoul, la plus grande ville encore détenue par l’Etat islamique, a commencé le 17 octobre, lorsque les troupes de l’armée irakienne, avec le soutien de la puissance aérienne US, sont entrées dans les quartiers de l’est de la ville. Les espoirs d’une victoire rapide ont été rapidement déçus lorsque les soldats irakiens ont commencé à souffrir de lourdes pertes parce que des unités de petite taille, mais très mobiles, d’une demi-douzaine de combattants, se déplaçaient de maison en maison à travers des tunnels cachés ou des trous percés dans les murs pour occuper des positions de sniper, placer des pièges et des mines anti-personnelles. Les populations locales dont les maisons avaient été réquisitionnées disent que les tireurs d’élite étaient des Tchétchènes ou des Afghans qui parlaient un arabe approximatif. Ces combattants étaient soutenus par l’Etat Islamique local qui a également aidé à cacher les kamikazes qui devaient conduire des véhicules bourrés d’explosifs. Au cours des six premières semaines de l’offensive, il y a eu 632 attentats-suicides avec de telles véhicules. Un groupe de l’EI occupe une maison jusqu’à ce qu’elle soit repérée par les forces gouvernementales irakiennes et qu’elle soit sur le point d’être détruite par des armes lourdes ou des frappes aériennes menées par les Etats-Unis. Avant cette contre-attaque, le groupe se déplace vers une autre maison. L’EI a traditionnellement favorisé la tactique fluide, chaque escouade ou détachement agissant indépendamment et avec un contrôle hiérarchique limité. Adaptée à un environnement urbain, cette approche permet à de petits groupes de combattants de harceler des forces beaucoup plus importantes, en se repliant rapidement puis en s’infiltrant dans les quartiers capturés qui doivent à leur tour être repris, encore et encore.

Les gouvernements irakien et US avaient toutes les raisons de minimiser le fait qu’ils n’avaient pas réussi à prendre Mossoul et avaient plutôt été aspirés dans la plus grande bataille menée en Irak et en Syrie depuis l’invasion US en 2003. Ce fut seulement au cours de la deuxième semaine de janvier que les forces spéciales irakiennes ont atteint le Tigre après des combats féroces : avec l’appui d’avions, d’hélicoptères, d’artillerie et de renseignements US, ils ont finalement pris le contrôle de l’Université de Mossoul, qui avait servi de quartier général de l’EI pour l’Est de la ville et les 450 000 habitants de la région. Mais atteindre le Tigre était loin d’être la fin de la partie. Le 13 janvier, l’EI a fait sauter les cinq ponts qui enjambaient la rivière. La partie ouest de la ville est un défi beaucoup plus important : elle compte 750 000 habitants, dont on pense que beaucoup sont sympathisants de l’EI. C’est un quartier plus vaste, plus pauvre et plus ancien, avec des ruelles étroites reliées entre elles et faciles à défendre. Seules les organisations humanitaires, confrontées aux nombreuses victimes civiles et aux perspectives d’une lutte à mort par l’EI, ont pu juger de l’ampleur de ce qui se passait : le 11 janvier, Lise Grande, coordonnatrice humanitaire de l’ONU en Irak, a déclaré que la ville était « témoin d’une des plus grandes opérations militaires urbaines depuis la Seconde Guerre mondiale ». Elle a averti que l’intensité des combats était telle que 47% des personnes traitées pour des blessures par balle étaient des civils, bien plus que dans d’autres sièges dont l’ONU avait l’expérience. Le plus proche parallèle à ce qui se passe à Mossoul serait le siège de Sarajevo entre 1992 et 1995, où 10 000 personnes ont été tuées, ou le siège de Grozny en 1994-1995, où environ 5500 civils sont morts. Mais le bilan à Mossoul pourrait être beaucoup plus lourd que dans l’une ou l’autre de ces villes parce qu’elle est défendue par un mouvement qui ne négociera pas, ni ne se rendra, et exécute tous ceux qui montrent le moindre signe d’hésitation. L’EI croit que la mort au combat est l’expression suprême de la foi islamique, ce qui cadre bien avec une résistance acharnée jusqu’à la mort.

Sur la même période, le nombre de civils blessés à Mossoul au cours des trois derniers mois pourrait bien dépasser celui d’Alep-est, en partie parce que dix fois plus de gens ont été pris dans les combats à Mossoul, dont la population selon l’ONU est de 1,2 million ; 116 000 civils ont été évacués d’Alep-est. Parmi eux, 2126 malades et blessés de guerre ont été évacués vers les hôpitaux, selon l’OMS. Les pertes dans la campagne de Mossoul sont difficiles à chiffrer, en partie parce que le gouvernement irakien et les États-Unis ont pris soin d’éviter de donner des chiffres. Les responsables de Bagdad ont dénoncé avec colère la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak en annonçant que 1959 soldats, policiers, Peshmergas kurdes et leurs alliés paramilitaires avaient été tués au cours du seul mois de novembre. L’ONU a été forcée de s’engager à ne pas divulguer à l’avenir des informations sur les pertes militaires irakiennes, mais des officiers américains ont confirmé que certaines unités de la Golden Division composée de 10 000 hommes - une force d’élite formée aux États-Unis au sein de l’armée irakienne – avaient subies 50 pour cent de pertes à la fin de l’année. Le gouvernement irakien est également silencieux sur le nombre de victimes civiles et a insisté sur sa grande retenue exercée dans l’usage de l’artillerie et de frappes aériennes. Mais les médecins du Kurdistan irakien qui soignent les blessés fuyant Mossoul sont moins réticents à parler : ils se plaignaient d’être submergés. Le 30 décembre, le ministre kurde de la Santé, Rekawt Hama Rasheed, a déclaré que ses hôpitaux avaient reçu 13 500 soldats irakiens et civils blessés et qu’ils manquaient de médicaments. L’ampleur des pertes civiles n’a pas diminué depuis : le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires en Irak a déclaré qu’au cours des deux premières semaines de l’année, quelques 1500 Irakiens de Mossoul souffrant de traumatismes étaient arrivés dans les hôpitaux kurdes, principalement des zones de front et que « la plupart de ces blessures ont été infligées juste après l’intensification des combats à la fin du mois de décembre ». Ces chiffres ne donnent qu’une idée approximative des pertes réelles : ils n’incluent pas les morts ou les blessés dans l’ouest de Mossoul qui ne voulaient pas partir - ou qui ne pouvaient pas, parce qu’ils étaient utilisés comme boucliers humains par l’EI. L’ONU dit que beaucoup de gens ont été abattus par les combattants de l’IE alors qu’ils essayaient de s’enfuir.

Un grand nombre de ces pertes ont été infligées avant même que Mossoul ne soit totalement encerclée : la dernière route principale encore franchissable vers la Syrie, par où arrivaient la nourriture, les médicaments, le carburant et le gaz de cuisson depuis la prise de la ville il y a deux ans et demi, a été fermée en novembre par les paramilitaires chiites. Les pistes sont toujours ouvertes, mais elles sont dangereuses et ne peuvent souvent pas être utilisées pendant les pluies d’hiver. En conséquence, les prix sur les marchés de Mossoul ont grimpé en flèche : le prix d’un simple œuf a été multiplié par cinq, à 1000 dinars irakiens. Dans le principal marché des fruits et légumes, il n’y a que des pommes de terre et des oignons à vendre, et à des prix élevés. Au fur et à mesure que les bouteilles de gaz se vident, le bois prélevé sur des chantiers abandonnés se vend au prix fort. Le siège sera probablement long : s’il y a un endroit où l’EI peut livrer une bataille, c’est bien à Mossoul, là où le gouvernement irakien et l’armée US peuvent faire preuve de plus de retenue dans l’utilisation de leur puissance de feu qu’ailleurs en Irak. Les précédents sont inquiétants : en 2015-16, des frappes aériennes et des tirs d’artillerie ont détruit 70% de Ramadi, la capitale de la province d’Anbar, qui comptait 350 000 habitants. L’EI a toutes les raisons de se battre jusqu’au bout à Mossoul : en plus d’être la deuxième ville d’Irak, elle a une signification iconique pour l’EI. C’est ici, en juin 2014, que quelques milliers de ses combattants ont défait une garnison du gouvernement irakien d’au moins 20 000 soldats ; et c’est grâce à cette victoire miraculeuse que le chef de l’EI, Abu Bakr al-Baghdadi, a déclaré son califat. Ceux qui sont pris au piège à Mossoul ne sont pas optimistes : « Ce que nous craignions est en train de se produire », a déclaré une femme de soixante ans qui s’est présentée comme Fatima au journal en ligne Niqash, qui a publié un compte rendu des conditions qui régnaient dans la ville. « Le siège commence réellement. A partir de maintenant, chaque graine et chaque goutte de carburant compte parce que seul Dieu sait quand cela finira. »

Malgré la férocité des combats à Mossoul et les avertissements de l’ONU sur les pertes dans la ville qui pourraient dépasser celles de Sarajevo et de Grozny, l’attention internationale s’est presque exclusivement portée sur Alep-est. Ce ne serait pas la première fois dans la région que la presse occidentale se trompe de bataille : j’étais à Bagdad en novembre 2004, alors que la plupart des journalistes occidentaux couvraient la fin du siège de Falloujah. Les Marines l’ont finalement capturée, mais les généraux américains ont compris - et les médias ont à peine remarqué - que pendant que les troupes américaines combattaient à Falloujah, dans le centre de l’Irak, les insurgés s’étaient emparés de la plus grande ville de Mossoul, dans le nord. Cette victoire s’est révélée significative, car l’armée US et le gouvernement irakien n’ont jamais réellement repris le contrôle incontesté de la ville, de sorte que les prédécesseurs de l’EI ont survécu à une pression militaire intense et on pu se refaire une santé en attendant la révolte en Syrie en 2011 qui leur a donné de nouvelles opportunités.

Il y a beaucoup de similitudes entre les sièges de Mossoul et d’Alep-est, mais les reportages étaient différents. Lorsque des civils sont tués ou leurs maisons détruites lors du bombardement mené par les États-Unis à Mossoul, c’est l’État islamique qui est censé être responsable de leur mort : les victimes étaient des boucliers humains. Lorsque la Russie ou la Syrie visent des bâtiments à Alep-Est, ce sont eux les coupables et les rebelles n’y sont pour rien. Des images déchirantes d’Alep-Est montrant des enfants morts, blessés ou souffrant de traumatismes ont été diffusées dans le monde entier. Mais lorsque, le 12 janvier, une vidéo a été publiée montrant des personnes cherchant des cadavres dans les ruines d’un bâtiment à Mossoul qui semblait avoir été détruit par une attaque aérienne de la coalition dirigée par les États-Unis, aucune station de télévision occidentale n’a diffusé les images. « Nous avons sorti 14 corps jusqu’à présent », a dit un homme hagard en regardant la caméra, « et il y en a encore neuf sous les décombres ».

Patrick Cockburn

Traduction
"après ça, c’est sûr que les petits merdeux "les Décodeurs" du journal Le Monde classeront une des publications les plus respectées au monde parmi les sites complotistes" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://www.lrb.co.uk/v39/n03/patrick-cockburn/who-supplies-the-news

URL de cet article 31484
https://www.legrandsoir.info/qui-fournit-l-information-london-review-of-books.html

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie    

Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de Alep et les mensonges des atlantistes pour discrédité la Russie et la Syrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» couches lavables et lessive maison au savon de marseille marius fabre
» La bataille du désert. (WW II)
» LA BATAILLE D'ATLANTIQUE
» La bataille de l'atlantique (WWII)
» La Bataille des 10 mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: