Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 " Archéologie Interdite "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: " Archéologie Interdite "   Ven 17 Oct - 21:56

Rappel du premier message :

Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite                    Archéologie interdite 


   Archéologie  censurée

PREUVES COMPROMETANTES 
MENSONGES SUR L'HISTOIRE DE L'HUMANITE



ANCIENNES CIVILISATIONS & TRACES EXTRATERRESTRES



===================================================
La photo ci-dessous est une image du fond de la mer des Caraïbes
et elle montre ce que pourrait être une civilisation ancienne engloutie
qui pourrait rivaliser avec nos plus grandes villes d'aujourd'hui...

LIEN--> En savoir plus ICI
   
MES LIENS:
L'INFO DU JOUR ...
" Archéologie interdite "
OVNI & VIE EXTRATERRESTRE
Espace / News
Géo-ingénierie /Chemtrail / Contrail
Nouvelles Technologies
TOP DOSSIERS
Terre sphérique ou plate ?
à propos de la planète X
Les Crop Circles
La Terre est-elle creuse ?
les orbes: sphère,boules flottante "esprits" ou ovni

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Lun 5 Juin - 15:17, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 4 Avr - 14:59

LIEN--> PAGE 2

De l'Indonésie à la Turquie / les mystères d'une civilisation perdue

Rennes le Château: REVELATION 
Archéologie interdite : entretien avec Bleuette Diot 
3 inventions " modernes " qui existaient déjà
 il y a des millions d'années
PYRAMIDES DE GIZEH 
 Anciennes technologies 

LIEN [PDF]-->  LA FABULEUSE MACHINE D'ANTICYTHERE

LIEN--> Le Mécanisme d'Anticythère Les Leçons d'une Machine à Remonter le Temps
 Nos ancêtre les Gaulois n’étaient pas les barbares que l’on croit
Le temple d’Horus serait construit comme un micro-processeur
Moyen Orient: Des centaines de géoglyphes visibles du ciel
La construction de la pyramide de Kheops expliquée ?
Khéops révélée, d’après une hypothèse imaginée par Jean-Pierre Houdin… 


Trois anciennes pyramides ont été découvertes dans l'Antarctique 
" Un archéologue égyptien admet que les pyramides 
contiennent de la technologie extraterrestre... "
Le Mythe des Géants
La cité ancienne de Nan Madol
La Danta : la pyramide la plus grande du monde parmi toutes les autres.
La pluralité des mondes habités(Docteur en astrophysique, Bruno Guiderdoni)
Énergie Libre  Des secrets qui nous sont cachés
La révélation des pyramides, est un documentaire (1h48) 
sur une théorie relative à l'origine de la construction des pyramides de Gizeh
Les preuves de l'existence d'une civilisation avancée
il y a plus de 10 000 ans avant J.-C.
Jacques Grimault auteur de la série "La révélation des pyramides"
 est invité sur la libre antenne pour nous révéler en profondeur
 les secrets qu'il a découvert en Égypte.
Le MYSTÈRIEUX SPHINX
( Qui l'a construit ? Il date de quand ? Quel mystère cache-t-il ? )

Avertissement:


Il est évident qu’il convient d’être attentif et responsable de ses idées et convictions.

Chaque membre du forum et en général tout lecteurs. Se doit d’être vigilent,
 et pragmatiste devant toutes informations… Tous ce que vous lisez et visionner
n’est pas forcément vrais, mais n’est pas forcement faut non plus !!!
A VOUS DE VOIR...

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Mer 18 Oct - 19:58, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Jeu 16 Avr - 19:13


============================================
De l'Indonésie à la Turquie / les mystères d'une civilisation perdue





============================================

"Tout ce que nous avons appris sur les origines de la civilisation peut être erroné,"
 dit Danny Natawidjaja, Ph.D., géologue senior avec le Centre de recherche pour
 Géotechnique à l'Institut indonésien des sciences. «Les vieilles histoires sur Atlantis
 et d'autres un grand civilisations perdues de la préhistoire, à long rejetés comme
 mythes par les archéologues, semblent devoir être prouvé vrai."




Je grimpe avec le Dr Natawidjaja la pente raide d'un 300 m de haut, étape pyramide au milieu d'un paysage magique de volcans, des montagnes et des jungles parsemées de rizières et plantations de thé une centaine de miles de la ville de Bandung à Java-Ouest, Indonésie.
La pyramide a été connu à l'archéologie depuis 1914 lorsque les structures mégalithiques formés à partir de blocs de basalte en colonnes ont été retrouvés éparpillés au milieu des arbres et de broussailles denses qu'alors couverts son sommet. Les populations locales tenues le site pour être sacré et appelaient Gunung Padang, le nom qu'on lui donne encore aujourd'hui par, ce qui signifie "Montagne de Lumière", ou "Montagne des Lumières", dans la langue locale Sundanese. Le sommet, où les mégalithes ont été trouvés disposés à travers les cinq terrasses avait été utilisé comme un lieu de méditation et de retraite depuis des temps immémoriaux, les archéologues ont dit, et encore cela reste vrai aujourd'hui.
Toutefois, ni les archéologues, ni apparemment les gens du pays ont réalisé la pyramide était une pyramide. Il a été considéré comme une colline naturelle, quelque peu modifiée par l'activité humaine, jusqu'à ce Natawidjaja et son équipe ont commencé une étude géologique ici à 2011. D'ici là le sommet avait depuis longtemps été effacé et les terrasses mégalithiques reconnu comme ancien et l'homme, mais pas de la datation au radiocarbone n'a jamais été fait et l'âge précédemment accepté du site - environ 500 BC - était basé sur des suppositions plutôt que sur les fouilles.
La première radiocarbone scientifiques datant a été fait par lui-même sur Natawidjaja sols sous-jacents les mégalithes à ou près de la surface. Les dates produites - autour de 500 à 1500 BC - étaient très proches de la conjecture archéologique et provoqué aucune controverse. Cependant une surprise était dans le magasin que Natawidjaja et son équipe ont étendu leur enquête en utilisant des exercices tubulaires qui a fait monter les noyaux de terre et de pierre à partir des niveaux beaucoup plus profonds.
D'abord les carottes de forage - contenait des éléments de fragments de basalte colonnaire - que les structures mégalithiques artificielles pondent loin sous la surface. Deuxièmement, les matières organiques apportées dans les carottes de forage ont commencé à donner des dates plus anciennes et plus - 3000 avant JC à 5000 avant JC, puis 9600 BC que les exercices peu plus loin, puis autour de 11 000 en Colombie-Britannique, puis, 15 000 BC et enfin à des profondeurs de 90 pieds et plus une séquence étonnante des dates de 20 000 avant JC à 22 000 Colombie-Britannique et plus tôt.
"Ce ne était pas du tout ce que mes collègues dans le monde de l'archéologie prévu ou voulu entendre», dit Natawidjaja, qui a obtenu son doctorat à Cal Tech aux États-Unis et qui, il devient évident, ce qui concerne l'archéologie en tant que discipline à fond non scientifique.
Le problème est que ces dates de 9600 avant JC et antérieures appartiennent à la période que les archéologues appellent le «Paléolithique supérieur» et nous ramènent en profondeur dans la dernière période glaciaire lorsque l'Indonésie ne était pas une série d'îles comme il est aujourd'hui, mais faisait partie d'un vaste continent sud-est asiatique surnommé "Sundaland" par les géologues.
niveau de la mer était 400 mètres plus bas ensuite parce énorme calottes glaciaires two miles de profondeur couvert la plupart de l'Europe et l'Amérique du Nord. Mais comme les calottes glaciaires ont commencé à fondre toute l'eau stockée dans les rendit aux océans et le niveau de la mer a augmenté, submergeant de nombreuses régions du monde où les humains avaient déjà vécu. Ainsi la Grande-Bretagne a été rejoint à l'Europe au cours de la période glaciaire (il n'y avait pas Manche ou la mer du Nord). De même, il ne était pas de la mer Rouge, ne golfe Persique, le Sri Lanka a été rejoint au sud de l'Inde, de la Sibérie a été rejoint à l'Alaska, l'Australie a été rejoint en Nouvelle-Guinée - et ainsi de suite et ainsi de suite. Ce est durant cette époque de l'élévation du niveau de la mer, parfois lente et continue, parfois rapide et cataclysmique, que le continent Ice Age of Sundaland a été submergé avec seulement la péninsule malaisienne et des îles indonésiennes telles que nous les connaissons aujourd'hui suffisamment élevé pour rester au-dessus de l'eau .
La vue archéologique établie de l'état de la civilisation humaine jusqu'à la fin de la dernière période glaciaire environ 9600 BC était que nos ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs primitifs incapables de toute forme de civilisation ou de prouesses architecturales. Dans les millénaires suivants réglé l'agriculture a été très progressivement développé et perfectionné. Autour de 4000 avant JC la sophistication croissante des structures économiques et sociales, et les capacités d'organisation de plus en plus, a permis la création de sites premiers mégalithiques (comme Gigantija sur l'île maltaise de Gozo par exemple) tandis que les premières villes véritables émergé autour de 3500 avant JC en Mésopotamie et bientôt en Egypte. Dans les îles britanniques Callanish dans les Hébrides extérieures et Avebury dans sud de l'Angleterre, toutes deux datées aux alentours de 3000 avant JC, sont les plus anciens exemples de véritables sites mégalithiques. La phase mégalithique de Stonehenge est supposé avoir commencé autour de 2400 BC et avoir continué à environ 1800 av.
Dans ce ainsi élaboré et la chronologie établie de longue date a pas de place pour toute civilisation préhistorique comme Atlantis. Mais il est intéressant le philosophe grec Platon, dont le dialogue des Timias et Critias contient la plus ancienne mention survivant du royaume mythique engloutie, date de la destruction catastrophique et la submersion de l'Atlantide par les inondations et les tremblements de terre à "9000 années avant l'époque de Solon" - ce est à dire 9600 Colombie-Britannique, la fin de la dernière période glaciaire. Depuis les Grecs ne avaient pas accès à la connaissance scientifique moderne de l'ère glaciaire et ses niveaux de la mer augmentent rapidement (souvent accompagnée par des séismes cataclysmiques que le poids des calottes la fonte de la glace a été retiré de blocs continentaux) la date Platon donne est, pour dire le moins, une coïncidence troublante.
De l'avis de Danny Natawidjaja, cependant, il est pas un hasard du tout. Ses recherches au Gunung Padang l'a convaincu que Platon avait raison de l'existence d'une haute civilisation dans les profondeurs de la dernière période glaciaire - une civilisation qui a effectivement été amené à une fin cataclysmique impliquant les inondations et les tremblements de terre à une époque de grande instabilité globale entre 10900 BC et 9600 BC.
Cette époque, que les géologues appellent le «Dryas récent» a longtemps été reconnu comme mystérieux et tumultueuse. Dans 10 900 BC, quand il a commencé, la terre avait été émerge de l'âge de glace pendant environ dix mille années, les températures mondiales ont été en hausse constante et les calottes glaciaires fondaient. Puis il ya eu un retour soudain et spectaculaire à des conditions plus froides - encore plus froid que à l'apogée de l'ère glaciaire il ya 21000 années. Ce court congélateur, forte a duré 1300 années jusqu'à 9600 avant JC quand la tendance au réchauffement a repris, les températures mondiales ont grimpé à nouveau et les calottes glaciaires restants fondus le dumping très soudainement toute l'eau qu'ils contenaient dans les océans.
"Il est difficile," Natawidjaja dit, "pour nous d'imaginer ce que la vie sur la terre doit avoir été comme pendant le Dryas récent. Ce était une période vraiment cataclysmique d'une immense instabilité climatique et terrible, voire terrifiants, la conjoncture mondiale. Ce ne est pas surprenant que de nombreuses espèces animales grandes, comme les mammouths, a disparu éteinte pendant ce temps précis et bien sûr, il y avait de grands effets sur nos ancêtres, pas seulement ceux des chasseurs-cueilleurs «primitives» les archéologues parlent de, mais aussi, je crois, une grande civilisation qui était effacé des archives historiques par les bouleversements de la Dryas récent ".
Ce qui a amené Natawidjaja ce point de vue radical est la preuve que lui et son équipe ont découvert à Gunung Padang. Lorsque leurs carottes de forage ont commencé à donner des dates très anciennes de carbone à partir d'argiles combler les lacunes entre les pierres travaillées, ils ont élargi leur enquête en utilisant un équipement géophysique - géoradar, tomographie sismique et la résistivité électrique - pour obtenir une image de ce qui se trouvait sous la terre. Les résultats ont été spectaculaires, montrant des couches de construction massive en utilisant les mêmes éléments mégalithiques de orgues basaltiques qui se trouvent sur la surface, mais avec des cours d'immenses roches basaltiques dessous d'eux se étendant jusqu'à 100 pieds et plus sous la surface. À ces profondeurs les dates de carbone indiquent que les mégalithes ont été mis en place il ya plus de 10.000 ans et dans certains cas aussi loin que il ya 24000 années.
Orgues basaltiques se forme naturellement - la Chaussée des Géants célèbre en Irlande du Nord est un exemple - mais à Gunung Padang il a été utilisé comme matériau de construction et est aménagé sous une forme jamais trouvé dans la nature.
"La preuve géophysique est sans ambiguïté», dit Natawidjaja. "Gunung Padang ne est pas une colline naturelle, mais une pyramide de l'homme et les origines de la construction ici revenir bien avant la fin de la dernière période glaciaire. Depuis le travail est énorme, même aux niveaux les plus profonds, et témoigne de la nature des techniques de construction sophistiquées qui ont été déployés pour construire les pyramides d'Egypte ou les plus grands sites mégalithiques de l'Europe, je ne peux que conclure que nous nous penchons sur le travail d'une civilisation perdue et une autre assez avancé ".
"Les archéologues ne aimeront pas que," Je souligne.
"Ils ne!" Natawidjaja accepte avec un sourire contrit. «Je me suis déjà entré dans beaucoup d'eau chaude avec cela. Mon cas est un solide, fondée sur des preuves scientifiques, mais ce ne est pas une tâche facile. Je suis contre les croyances profondément enracinées."
La prochaine étape sera une fouille archéologique de grande envergure. "Nous devons creuser pour interroger nos données de télédétection et nos datation au carbone séquences et, soit de confirmer ou d'infirmer ce que nous croyons que nous avons trouvé ici», dit Natawidjaja, "mais malheureusement, il ya beaucoup d'obstacles sur notre chemin."
Quand je demande ce qu'il entend par obstacles il répond que certains archéologues indonésiens supérieurs font pression sur le gouvernement de Jakarta pour l'empêcher de faire un travail de plus au Gunung Padang au motif qu'ils "savent" le site est âgé de moins de 5000 années et voir aucune justification pour le perturber.
"Je ne nie pas que les mégalithes à la surface sont âgés de moins de 3000 années," Natawidjaja se empresse d'ajouter, "mais je pense qu'ils ont été mis ici parce que Gunung Padang a été reconnu comme un lieu sacré depuis des temps immémoriaux. Ce est le plus profond couches de la structure au vieux entre 12 000 et plus de 20000 années qui sont le plus important. Ils ont des implications potentiellement révolutionnaires pour notre compréhension de l'histoire et je pense qu'il est essentiel que nous soyons autorisés à les étudier correctement. "
Gunung Padang ne est pas le seul site antique qui soulève d'énormes points d'interrogation au cours des archéologues de l'histoire nous parlent de notre passé. De l'autre côté du monde, dans le sud de la Turquie, une autre colline artificielle a été fouillé au cours de la dernière décennie, cette fois par le professeur Klaus Schmidt de l'Institut allemand d'archéologie. Le site, appelé Gobekli Tepe (qui signifie «Potbellied Hill" en langue kurde local) consiste en une série d'immenses cercles de pierres mégalithiques sur l'échelle de Stonehenge et a été délibérément enterré (créer l'apparence d'une colline) autour de 8000 avant JC par le ancien peuple mystérieux qui l'a fait. Les cercles eux-mêmes remontent à 9600 BC, cependant, avec l'œuvre la plus ancienne étant la meilleure. Au moins vingt autres cercles sur une échelle similaire, identifié par géoradar, sont encore profondément enterrés. Certains d'entre eux, Klaus Schmidt m'a dit quand je ai visité Gobekli Tepe en Septembre 2013, sont susceptibles d'être beaucoup plus vieux que ceux déjà excavé.
A 7000 ans ou plus âgés que Stonehenge les mégalithes de Gobekli Tepe, comme les mégalithes profondément enfouis de Gunung Padang signifie que le calendrier de l'histoire enseignée dans nos écoles et nos universités pour la meilleure partie des cent dernières années ne peut plus se tenir debout. Il commence à regarder comme si la civilisation, que je ai soutenu dans mes controversées 1995 empreintes digitales des best-sellers des Dieux, est en effet beaucoup plus et beaucoup plus mystérieuse que nous le pensions.
Essentiellement, ce que je ai proposé dans ce livre, ce est que une civilisation avancée avait été anéanti et a perdu à l'histoire dans un cataclysme mondial à la fin de la dernière ère glaciaire. Je ai suggéré y avait des survivants qui se sont installés à divers endroits à travers le monde et a tenté de transmettre leur connaissance supérieure, y compris la connaissance de l'agriculture, pour les peuples de chasseurs-cueilleurs qui avait également survécu au cataclysme. En effet, aujourd'hui encore, nous avons populations de chasseurs-cueilleurs, dans le désert du Kalahari, par exemple, et dans la jungle amazonienne, qui a co-exister avec notre culture technologique de pointe - de sorte que nous ne devrions pas être surpris que les niveaux tout aussi disparates de la civilisation pourraient avoir co- existé dans le passé.
Ce que je ne pouvais pas faire quand je ai écrit empreintes digitales, parce que la preuve ne était pas alors disponible, était d'identifier la nature exacte du cataclysme qui avait effacé mon hypothétique civilisation perdue, et cette absence d'un «pistolet fumant" spécifique a été l'un des nombreux aspects de mon argument qui a été fortement critiquée par les archéologues. Depuis 2007, cependant, des masses de preuves scientifiques en sont venus à la lumière qui ont identifié le pistolet de tabagisme chez moi sous la forme d'une comète qui a éclaté en plusieurs fragments maintenant connus pour avoir frappé la terre il ya 12980 années. Les impacts (certains sur le bouchon nord-américain de glace, d'autres ailleurs) ont provoqué des inondations et raz de marée et lancé un vaste nuage de poussière dans l'atmosphère supérieure qui enveloppait la terre entière pendant plus de mille ans, empêchant les rayons du soleil d'atteindre la surface et déclencher l'Dryas récent congélateur.
Je crois qu'il est possible que Gobekli Tepe peut se avérer le travail des survivants d'une grande civilisation perdue pendant le Dryas récent (Fait intéressant, le soi-disant «origines de l'agriculture" ont été retracée par des archéologues à la proximité de Gobekli Tepe et à la période exacte dans laquelle Gobekli Tepe a été créée). Mais il est de Gunung Padang que je attends maintenant une confirmation peut-être même plus étonnante de ma théorie.Commission géologique de Danny Natawidjaja a révélé non seulement des constructions massives profondément enfouis et les dates de carbone très anciennes à Gunung Padang, mais aussi la présence de trois chambres cachées, donc rectiligne forme qu'elles sont très peu probable d'être naturel. Le plus grand de ces mensonges à une profondeur comprise entre 70 et 90 pieds sous le sommet de la pyramide et mesure environ 18 pieds de haut, 45 pieds de long et 30 pieds de large.
Pourrait-il être le légendaire «Hall of Records" de l'Atlantide? Si des fouilles géologiques du Dr Natawidjaja est autorisé à poursuivre, malgré les tentatives ardues par les archéologues locaux pour l'empêcher, alors nous devrions connaître la réponse à cette question, d'une façon ou d'une autre, à la fin de 2014.
Remarque: Graham Hancock travaille sur une suite à empreintes digitales des Dieux, intitulé provisoirement Magiciens des Dieux, qui sera publié en Octobre 2015 Coronet au Royaume-Uni, par la presse de Saint Martin aux États-Unis, par Kadokokawa Shoten au Japon et en Corbaccio en Italie.





_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Mar 15 Aoû - 14:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 18 Avr - 18:56


Rennes le Château: REVELATION 

Documentaire sur l'affaire de Rennes le château












_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 8 Mai - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1132
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Mar 23 Juin - 17:50

Archéologie interdite : entretien avec Bleuette Diot



À l'occasion des Premières Rencontres du Mystère et de l'Inexpliqué, organisée par Bob Vous Dite Toute La Vérité, la chercheuse-historienne Bleuette Diot donnait une conférence sur le thème de l'Archéologie Interdite. Mme Diot vient de publier aux éditions Dorval un essai intitulé « Histoires Secrètes des Civilisations, de Göbekli Tepe à Sumer ». Nous l'avons donc interrogé à propos de l'Archéologie Interdite en générale, et du site archéologique de Göbekli Tepe, vieux d'au moins 12 000 ans. Voici un extrait de son livre :

« La science respecte-t-elle ses propres principes, à savoir : étudier les faits et rien que les faits, même s'ils contredisent les théories établies ? Et bien, ma réponse est non.




Cercle des Vomontaires

Hélas, le filtrage des connaissances est communément pratiqué à partir du moment où les trouvailles archéologiques ne cadrent pas avec ce qui est officiellement admis, interdisant par là même à la science de progresser ! Une sorte d'autocensure s'opère spontanément dès que les faits ne cadrent pas avec ce que nous pensons détenir comme acquis. Si un certains nombre de chercheurs dissidents dénoncent aujourd'hui cette forme d'occultisme, d'autres experts en revanche, s'imaginant peut-être détenir le monopole de la Vérité, n'hésitent pas à traiter de pseudo-scientifiques tous ceux qui refusent d'entrer dans le moule académique. DEJA l'inverse, il est souvent reproché aux historiens et archéologues conservateurs d'avoir trop souvent tendance à privilégier leurs propres théories au détriment des faits eux-mêmes, voire de les ignoner quand ceux-ci ne cadrent pas avec les théories admises. »

Propos recueillis par Raphaël Berland et Vincent Bonenfant



La Mystérieuse Pyramide de Falicon et la Grotte de Ratapignata



Vous avez dit Pyramide? En France?...
Un bien gros sujet que Monde Mystérieux nous amène cette fois-ci!
Une énigme qui n'a pas été résolue depuis des siècles...
Pour la première fois dans Monde Mystérieux, nous sortons du contexte habituel, et nous faisons la première vidéo à l'extérieur, qui nous emmène sur les lieux d'une Pyramide.
Cette Pyramide est la très connue PYRAMIDE DE FALICON.
Très connue ou pas assez plutôt, mais belle et bien MYSTÉRIEUSE...
La Pyramide de Falicon a toujours été là, du côté de Nice Nord, ainsi que ca mystérieuse grotte, sans que l'on sache réellement qui l'a érigée, dans quel but, quand, et surtout pourquoi.
Beaucoup de chercheurs se sont penchés sur la question, du moins sur cette mystérieuse pyramide, durant des années essayant de trouver qui la construite, dans quel but et pour quelle utilisation...
Archéologues, chercheurs, théoriciens, historiens et géographes, même des sectes, en passant par des écrivains, tout le monde y a mis son pied sans pouvoir donner une conclusion définitive.
Le Mystère est encore une fois, bel et bien là.




Monde Mystérieux

Dans Monde Mystérieux nous sommes toujours à la recherche du Mystère et pourquoi...
Nous verrons ensemble en nous appuyant sur des anciens écrits beaucoup de sujets intéressants, et notamment sur son histoire, et son lieux. Malgré les difficultés rencontrées sur les lieux, nous apportons quelques réponses concrètes.
Alors qui l'a planté là? Et surtout.... pourquoi??...

J'espère vous donner satisfaction avec cette nouvelle vidéo, et surtout vous éclaircir sur le sujet.
Merci à vous d'être toujours plus nombreux!

Merci également à mon ami Jean-Seb qui a bien voulu m'accompagner sur les lieux, m'aider, tenir la caméra, et surtout affronter ces dilemmes avec moi...

Caméra utilisée pour cette vidéo : Canon EOS 5D Mark III
Objectif utilisé : 24-105mm



A suivre en sujet unique, la grande Pyramide de Nice, aujourd'hui disparue, on se demande bien pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 28 Juin - 22:12



=============================================================


3 inventions " modernes " qui existaient déjà
 il y a des millions d'années

============================================================






pierre d'Ica (opération à cœur ouvert antédiluvienne) ?




L’univers contient de nombreux mystères mettant au défi notre connaissance actuelle.


Avec « Au-delà de la Science », Epoch Times vous invite à découvrir ces phénomènes 
peu communs qui ouvrent notre imaginaire et le champ des possibles.
Ces faits sont-ils réels ? Seul le lecteur peut en décider.
Il existe plusieurs preuves montrant l’existence de civilisations préhistoriques
 aussi avancées que notre civilisation moderne… ou peut-être même plus.
 De telles preuves pourraient remettre en question toutes les certitudes des scientifiques.
 Mais après tout, ce ne serait pas la première fois, l’histoire montre que la science 
s’est grossièrement déjà trompée et à d’innombrables reprises.
Les changements de paradigme ont toujours été accompagnés d’abondantes controverses.
 Les découvertes suivantes ont été contestées en leur temps, mais certains scientifiques 
ont soutenu qu’elles constituaient la preuve incontestable qu’il y a des dizaines 
de milliers d’années, voire des millions d’années, les humains ont marché sur
 la terre avec autant de connaissances et de culture que les gens d’aujourd’hui.




1. Un réacteur nucléaire de 1,8 milliards d’années




Le site du réacteur nucléaire de Oklo en République du Gabon (NASA)


En 1972, une usine française importait du minerai d’uranium de Oklo,
 en République du Gabon en Afrique. À leur grande surprise, les ingénieurs
 ont découvert que l’uranium avait déjà été utilisé.
Ils ont poussé leur recherche et ont découvert que le site avait été un gigantesque
 réacteur nucléaire, très avancé, qui serait entré en fonction 
il y a 1,8 milliards d’années et qui aurait fonctionné pendant environ 500 000 ans.
Plusieurs scientifiques se sont réunis pour mener l’enquête, et de nombreux
 ont refusé cette hypothèse en disant qu’il s’agissait 
d’un merveilleux,mais naturel, phénomène.
Dr Glenn T. Seaborg, ancien directeur de la Commission de l’énergie atomique
 des États-Unis et lauréat du prix Nobel de Physique pour son travail dans la synthèse 
des éléments lourds, avait expliqué pourquoi il estimait qu’il ne s’agissait pas 
d’un phénomène naturel, et donc que cela devait être 
un réacteur nucléaire construit par l’homme.
Pour que l’uranium puisse « chauffer » dans une réaction nucléaire,
 les conditions nécessaires sont très précises. L’eau doit d’abord être extrêmement pure. 
Beaucoup plus pure que celle qui existe naturellement dans le monde entier.
Ensuite il faut le composant U-235 pour que la fission nucléaire puisse se produire. 
Il est l’un des isotopes naturellement présents dans l’uranium.
Plusieurs spécialistes en ingénierie nucléaire ont dit qu’ils pensaient que 
l’uranium d’Oklo ne pouvait pas avoir été assez riche en U-235
 pour qu’une réaction ait pu y avoir lieu naturellement.
En outre, il semble que le réacteur était bien plus avancé que ce que 
nous pouvons construire aujourd’hui


Il avait plusieurs kilomètres de long et son impact thermique sur son environnement
 avait été limité à 40 mètres tout autour. Les déchets radioactifs étaient encore présents
 entourant les éléments géologiques et n’avaient pas migré au-delà du site de la mine.






2. Des pierres péruviennes montrent un télescope
 antique, et des vêtements de style moderne




(Gracieuseté de Eugenia Cabrera/Museo Cabrera)


Il est connu que Galileo Galilei a inventé le télescope en 1609.
 Cependant, une pierre que l’on croit avoir été gravée il y a 65 millions d’années, 
montre une silhouette humaine tenant un télescope dans ses mains 
et en observant les étoiles.
Environ 10 000 pierres conservées au Musée Cabrera d’Ica au Pérou, 
montrent des hommes préhistoriques portant des coiffures,
 des vêtements et des chaussures. Les pierres représentent des scènes semblables
 à des transplantations d’organes, des césariennes, des transfusions sanguines
 et quelques unes montrent des rencontres avec des dinosaures.


Alors que certains disent que les pierres ne sont pas authentiques,
 le Dr Dennis Swift, du département d’archéologie à l’Université du Nouveau-Mexique,
 a apporté les preuves dans son livre « Les secrets des pierres d’Ica et de Nazca » 
que les pierres dataient de l’époque précolombienne.
Selon Dennis Swift l’une des raisons pour laquelle les pierres ont été considérées 
comme fausses dans les années 1960 est qu’à l’époque on croyait que les dinosaures 
marchaient en traînant la queue, alors que les pierres représentaient des dinosaures
 avec les queues relevées. C’est pourquoi elles ont été qualifiées de falsifiées.
Des études ultérieures ont montré, cependant, que les dinosaures marchaient
 probablement avec leurs queues relevées, comme représenté sur les pierres.




3. Des cultures avancées dans les peintures rupestres



Peintures rupestres de la grotte d’Altamira dans le Pavillon Anthropos 
du Musée Moravian en République Tchèque. (Wikimedia Commons)

Les grottes de La Marche dans le centre-ouest de la France montrent 
des représentations vieilles de plus de 14 000 ans, avec des hommes 
ayant les cheveux courts, une barbe entretenue, des vêtements sur mesure,
 faisant de l’équitation… en somme avec un style moderne loin des peaux 
d’animaux et des cheveux hirsutes que l’on imagine habituellement.


Ces peintures ont été authentifiées en 2002. Des chercheurs,
 comme Michael Rappenglueck de l’Université de Munich,
 insistent pour que ces artefacts ne soient pas tout simplement
 ignorés par la science moderne.
Michael Rappenglueck a étudié les connaissances astronomiques
 des hommes du paléolithique. Il écrit: « Depuis quelques années, 
il y a une couverture plus large des médias (sous forme de journaux,
 de documentaires télévisés, de sites web et de programmes de planétarium)
 pour sensibiliser à la proto-astronomie (ainsi qu’aux proto
mathématiques et à d’autres proto-sciences) de la période paléolithique ».
Certaines des pierres de la grotte de La Marche sont exposées au 
Musée de l’Homme de Paris, mais celles qui montrent clairement 
les hommes préhistoriques avec une culture et une pensée avancées 
ne sont pas montrées.
Quand des peintures datant de plus de 30 000 ans ont été découvertes 
dans des grottes européennes au 19e siècle, elles ont remis en question
 la compréhension généralement acceptée de la préhistoire.
 L’un des plus grands critiques de leur découverte fut Emile Cartailhac. 
Mais il est revenu sur ces conclusions quelques décennies plus tard 
devenant un ardent défenseur sur le fait que les peintures étaient bien authentiques 
et qu’il fallait sensibiliser le monde scientifique de leur importance.
Il est maintenant considéré comme l’un des pères fondateurs de l’étude 
des peintures rupestres.Les premières peintures ont été découvertes
 par Don Marcelino Sanz de Sautuola, un noble espagnol, et sa fille, Maria,
 en 1879 dans la grotte d’Altamira. Elles montraient une sophistication des dessins
 inattendue. Leur découverte a été rejetée, jusqu’au début du 20e siècle,
 quand Emile Cartailhac a publié une étude sur ces peintures.



Vu sur: http://www.epochtimes.fr
Voir aussi: perou-ica-les-pierres-gravees 
Publié par  Chris Orgone

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Mer 15 Juil - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Mer 15 Juil - 15:18


PYRAMIDES DE GIZEH 


Un aperçu des découvertes d'un chercheur en égyptologie qui révolutionne l'histoire de l'Egypte.
Georges VERMARD auteur de nombreuses conférences. Pour en savoir plus rendez-vous sur
LIEN--> www.grandepyramide.com






_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 4 Juin - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Jeu 23 Juil - 3:23

Des extra-terrestres nous auraient-ils donné les moyens de fabriquer des objets sophistiqués ? 
Des textes sanskrits vieux de 6000 ans avant J.C, décrivent des machines volantes.
Ont-elles pu être inventées il y a des milliers d'années par l'Homme ?


De gigantesques blocs de pierres pesant plusieurs tonnes déplacés et ajustés au centième de millimètre, 
de mystérieuses techniques de sculpture, et une précision mathématique rivalisant avec tout ce que nous 
sommes capables de faire aujourd'hui... Les outils et les techniques qui ont permis la construction des 
plus magnifiques bâtiments anciens au monde, venaient-ils d'une technologie d'origine extraterrestre ?









_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 19 Juin - 17:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 26 Juil - 1:13





Les Grecs connaissaient-ils déjà le calculateur analogique ? Une mystérieuse machine, 
découverte près de l'île d'Anticythère, commence à livrer ses secrets. 
On peut y voir des inscriptions, elles sont composées de plus de 2200 lettres grecques. Ces lettres gravées sur le bronze sont petites
(1,5 à 2,5 mm de hauteur) et plus ou moins érodées. Leur graphisme indique leur datation aux alentours de 100 avant J.-C. 






Les inscriptions, déchiffrées à 95 %, se divisent en deux types : un texte astronomique « étrange » à l'avant du mécanisme (les mots Vénus, Hermès/Mercure, le zodiaque y apparaissent). un « mode d'emploi » à l'arrière, combinant des indications sur les roues dentées, les périodes de ces roues et les phénomènes astronomiques.

La nature des inscriptions suggère une origine sicilienne (Syracuse), où vivaient les héritiers d'Archimède. Il apparait sur le cadran supérieur les noms de six villes accueillant des jeux panhelléniques, dont cinq noms ont pu être déchiffrés, dont celui d'Olympie. 
Ce cercle divisé en quatre secteurs tournait d'un quart de tour pour une année, décrivant ainsi le cycle d'une olympiade.

Le phare d'Alexandrie une des merveilles du monde (la tour des vents en fait car ce n'était pas un phare)
utilisait surement une machinerie encore plus complexe ...





    



LIEN [PDF]-->  LA FABULEUSE MACHINE D'ANTICYTHERE









LIEN--> Le Mécanisme d'Anticythère Les Leçons d'une Machine à Remonter le Temps




    


Deux tempêtes au même endroit, à deux mille ans d'écart, ont forcé les chercheurs à changer leur regard sur le développement technologique de la Grèce antique. En 1901, des plongeurs surpris par une tempête se réfugient sur l'île d'Anticythère, entre le Péloponnèse et la Crète. L'alerte passée, ils explorent les eaux autour de l'île et découvrent, dans l'épave d'un navire naufragé un siècle avant notre ère, un formidable trésor archéologique. Parmi les statues et les pièces, un mystérieux objet de bronze de la taille d'un ordinateur portable, présentant sur ses deux faces des cadrans gradués et mobiles. Très vite on comprend que ce mécanisme permettait de présenter divers phénomènes astronomiques et de calculer les dates d'éclipses de Soleil et de Lune, ainsi que celles des Jeux olympiques. Patiemment reconstituée ces dernières années à partir des quatre-vingt-deux fragments de roues dentées, d'aiguilles, d'axes et de tambours éparpillés dans la cargaison, la fabuleuse machine d'Anticythère fait apparaître une somme de savoirs et de savoir-faire dont on n'imaginait guère capables les mathématiciens de la Grèce antique. Mais si le mécanisme a été créé à Syracuse, comme semblent l'indiquer les dernières études de l'équipe de chercheurs internationale qui a exploré les mystères de cette machine, il n'est pas interdit d'y voir l'héritage du grand Archimède, né dans cette ville une centaine d'années plus tôt. 





La machine d'Anticythère n'était qu'une petite partie 
d'une fabuleuse cargaison de trésors grecs


On connaît encore mal la machine d'Anticylhère, mais on connaît encore plus mal la richesse de la cargaison retrouvée par 100 m de fond au large d'Anticythère. C'était sans doute la plus fabuleuse cargaison artistique et commerciale de toute l'Antiquité -- ce qui prouve à quel point la machine était un "trésor" aux yeux de ses contemporains. On peut découvrir dans cette exposition au musée d'archéologie d'Athènes tous les objets retrouvés sur le site...





_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Lun 27 Fév - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Ven 14 Aoû - 21:14

 Nos ancêtre les Gaulois n’étaient pas les barbares que l’on croit


Avouons-le, à l’exception des  universitaires ou des passionnés, notre image des Gaulois est essentiellement celle véhiculée par les histoires d’Astérix.  Une population assez frustre de bagarreurs, vivant dans des villages  rustiques, se nourrissant de chasse au sanglier et de pêche sous la conduite d’un druide qui coupe du gui avec une serpe en or… Face à cela, nous est présentée la civilisation raffinée de Rome en comparaison de laquelle, nos ancêtres font figure de barbares.
La réalité est tout autre :  c’est ce que nous apprennent les dernières découvertes d’un site archéologique 
riche en surprises ! Non mais quand même ! 

Découverte d’un méga-site gaulois de silos à grains en Auvergne
Par Martine Valo

En décidant d’aller creuser le sous-sol du Lac-du-Puy, l’équipe de chercheurs du chantier de fouilles archéologiques de Corent, dans le Puy-de-Dôme, s’attendait à quelque découverte, sans savoir de quelle nature. Le choix ne doit rien au hasard : cette dépression humide – un ancien étang de taille moyenne – se situe à 300 mètres à peine du site de Corent. Là se dressait très probablement la capitale des Arvernes, une grande cité gauloise qui occupait une colline au bord de l’Allier, à huit kilomètres du champ de bataille de la fameuse Gergovie.
« On a immédiatement vu se dessiner des ronds de terre, espacés d’un mètre de façon très homogène, témoigne Matthieu Poux, professeur à l’université Lyon-II et responsable des fouilles de Corent. On en a coupé un ou deux à la pelle mécanique, ce qui a fait apparaître la forme évasée caractéristique d’un silo à récoltes, puis un autre et un autre encore. Sur moins de 10 % de la superficie du lac, nous en avons déjà trouvé 125. C’est colossal. »
Selon les estimations que Le Monde dévoile jeudi 13 août, le site pourrait compter un millier de silos environ (entre 600 et 1 500), de profondeurs variables, mais implantés régulièrement dans un sol argileux. D’un volume d’à peu près un mètre cube, chacun avait la capacité de stocker de 500 kilos à 1,5 tonne de céréales : de quoi conserver durablement des centaines de tonnes de grains à la fois. Un tel aménagement représente un imposant chantier de génie civil pour des Gaulois ayant vécu à l’âge de fer. « Sous chaque silo, on observe un creusement comme si on avait réalisé un petit puits de forage pour vérifier que la couche d’argile était suffisante », précise Matthieu Poux.
Les archéologues savent que cette installation ne servait déjà plus à l’époque romaine. Elle avait été comblée et recouverte : des débris de céramiques en surface en attestent. Mais ils ne peuvent dater cette découverte avec plus de précision pour l’heure. « Les fosses ont pu être creusées au début de l’âge de fer, entre 750 et 450 avant J.-C. ou bien entre 150 et 50, lorsque l’agglomération de Corent occupait tout ce plateau de 50 hectares, y compris le centre de stockage donc, ou encore entre les deux », expose M. Poux.

Système ingénieux









D’autres batteries de silos datant de 400 avant J.-C. ont été mises au jour en Allemagne, dans le Berry ou en Catalogne, mais celle découverte en Auvergne est d’une ampleur au moins trois fois supérieure. Elle se différencie aussi par son implantation à 500 mètres d’altitude, sur un plateau surmonté d’une importante poche d’argile.
« Le système est ingénieux, c’est une sorte d’“emballage sous vide” », s’enthousiasme l’archéologue. Creusées dans un environnement presque totalement imperméable à l’eau et à l’air, les fosses étaient remplies à ras bord de grains de blé ou d’orge, puis hermétiquement obturées. Une fois que la légère fermentation de céréales avait consommé ce qu’il restait d’oxygène, la conservation était garantie plusieurs mois, voire plusieurs années. Des restes de charbon sur les bords des silos semblent indiquer que ceux-ci ont été stérilisés au feu trois ou quatre fois afin d’être réutilisés.
Pourquoi avoir voulu engranger de telles quantités de récoltes en un même lieu ? Pour une population menacée par un siège ? Pour en faire commerce, alors que Corent abritait de grandes foires ? Et pourquoi avoir installé un méga-site de stockage en dehors d’une plaine agricole et sans accès direct à un cours d’eau pour le transport ?
Ce sont là quelques-unes des questions posées par la trouvaille – une de plus – sur le site de Corent. Les fouilles qui y sont menées depuis quinze ans ne cessent d’apporter de nouvelles surprises sur la culture urbaine des occupants de cette agglomération. Ont déjà été mis au jour dans cet oppidum – « une véritable ville peuplée de plusieurs milliers d’habitants », précise l’équipe – un « théâtre » gaulois servant probablement de lieu de délibération ou de tribunal, un sanctuaire, un centre de frappe monétaire, un habitat de prestige et des bijoux de valeur… Et voilà que cet été ces fouilles livrent de surcroît des révélations étonnantes sur la façon dont les Gaulois étaient capables de maîtriser leur environnement naturel.


Croisement des données










Les chercheurs se demandent en effet si ces derniers n’avaient pas asséché volontairement le lac pour en utiliser le fond argileux. « C’est une possibilité, mais nous ne pouvons pas trop nous avancer, car ce bassin a une histoire complexe, tempère Alfredo Mayoral Pascual, qui dirige le volet paléoenvironnemental du sondage de l’étang. Comment les Gaulois s’y seraient-ils pris ? En creusant une cuvette au centre, en drainant l’eau vers des fossés extérieurs ? Nous ne le savons pas encore. »
Le travail de ce doctorant du laboratoire Geolab de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand repose, lui, sur l’analyse des traces biologiques et sédimentaires héritées de l’histoire des lieux. Il étudie les strates du sol, la qualité chimique de l’eau qui peut témoigner de la présence de maréchaux-ferrants ou de tanneurs ou encore analyse des pollens qui racontent l’évolution des paysages – forêts, champs ou friches. « Sans le croisement de toutes nos données avec celles des archéologues, nous ne comprendrions rien à Corent », assure Alfredo Mayoral Pascual. Savoir si les grains emmagasinés dans les silos correspondent aux restes de galettes trouvés dans les cuisines de la ville gauloise : voilà le genre d’énigme que l’équipe pluridisciplinaire espère bien résoudre.




Martine Valo
journaliste Planète


_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 13 Sep - 17:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 13 Sep - 17:08




=========================================================================================

Le temple d’Horus serait construit comme un micro-processeur

=========================================================================================










Les  égyptologistes traditionnels  et penseurs comme Zahi Hawass maintiennent 
que les égyptiens  de l'antiquité ont construit tous les monuments comme  le sphinx et les 
 pyramides et maintiennent immuablement que n'importe quelle autre théorie est ridicule.

  
Les chercheurs alternatifs comme Hoagland ont proposé que les monuments de l'Egypte aient été construits 
par une civilisation de pointe antécédente. Une seule pièce de l'évidence a mis en avant sur le spécial de FOX
 a montré le hieroglyphe d'un temple à Abydos, Egypte. Le glyphe contenait plusieurs  objets bizarres, 




objets concernant la haute technologie:
  

    En regardant cette image et basant ses observations sur sa conaissance  de l'électronique, 
Perez remarqua que l'extrémité orientale du temple (haut de l'image) ressemblait étrangement 
 à la structure d'un micro-processeur. Ce qui retint l'attention de Perez
 était les lignes étroitement espacées  du côté droit (côté du nord) du temple
  
  
  

Alors regardant l'image entière, il est devenu clairement évident que le temple entier d'Horus correspondait aux composantes d'une unité centrale de traitement ou micro-processeur et les pièces que l'on retrouvent dans les ordinateurs des temps modernes.
  
                              
      
          
  

Chaque section du temple d'Horus correspondait avec un segment d'un  micro-processeur 
et des pièces requises pour qu'une unité centrale de traitement fonctionne.
  

 
  

LE MICRO-PROCESSEUR / SANCTURAIRE INTÉRIEUR
  

La pièce la plus importante     du temple d'Horus, l'extrémité orientale, possède  une structure semblable à l'intérieur d'un micro-processeur.     Les sections plus petites se composent des chambres entourant un Hall d'offre, un vestibule et un secteur appelé le Naos, qui dans la tradition égyptienne antique contient la pièce la plus importante de ce temple particulier,  une statue du dieu Horus.
  


Les chambres envirronante l'extrémité     orientale du temple seraient
    logiquement des endroits pour stocker des objets ou l'information, peut-être pour l'usage postérieur dans un rituel. À l'intérieur d'un micro-processeur, les segments connus sous le nom de registres  accomplissent la tâche de stocker l'information à traiter pour plus tard.
  

La chambre intérieure suivante  est un vestibule, qui est défini dans le dictionnaire de Webster
comme "cours qui offre l'accès (vers quelque chose de nouveau)." D'une façon semblable, 
la section d'arithmétique et de logique d'une unité centrale de traitement offre  les sections externes
d'un accès de microprocesseur au centre principal appelé  l'unité de commande.
  
  

Le NAOS, est évidemment le centre du temple et symboliquement contrôle et travaille en tandem avec tous les rituels et traditions qui l'entourent.     D'une manière semblable, l'unité de commande d'un micro-processeur travaille en tandem avec toutes les autres sections     .
  


La droite inférieure du secteur intérieur du sancturary (CPU du temple) sont deux petites sections qui ressemblent aux morceaux de circuit intégré  de minature qui sont employés dans des ordinateurs comme horloges de système pour une unité centrale de traitement.
  


À l'entrée à  cette section intérieure du temple de Horus est un secteur  appelé "le hall des offrandes" qui contient  des articles à apporter en second lieu du hall de l'Hypostyle.  La cache d'un micro-processeur contient les données qui  doivent être apportées de l'extérieur, particulièrement     de la prochaine composante d'un ordinateur, la pièce qu'on  appelle le BIOS.
  


    LA PIÈCE BIOS / DEUXIÈME HYPOSTLE HALL
  

Le mot "Hypostyle" dans  le dictionnaire de Webster est défini comme "toit  se reposant sur des rangées des colonnes" si vous  avez noté, n'importe laquelle pièce de circuit intégré, y compris un pièce de BIOS possède un toit reposant sur des rangées des colonnes. Le "toit" serait le corps du morceau et les colonnes seraient les goupilles  en métal dépassant du morceau.
  
Le morceau de BIOS exécute  la fonction du "démarre vers le haut" de l'unité centrale de traitement en veillant à ce que tous les attachements  sont en place,  transfert les commandes au BIOS et charge le  programme à être employé dans l'accès sélectif de la mémoire (RAM).
 
D'une manière semblable, "le second hall de l'Hypostyle" est un lieu de rassemblement pour préparer le temple aux rituels du culte à  dieu à être célébré, transfère temporairement la commande du temple à ce hall
    quand le rituel du culte à dieu est sur le point de commencer et est employé pour apporter la tradition du programme  rituel de célébration à ceux qui sont dans  le prochain hall externe de l'hypostyle qui ne sont pas assez  habiles pour être dans le sanctuaire intérieur.
  

 
  

RAM / LE HALL DE L'HYPOSTILE
  

La mémoire à accès     sélective est une mémoire à court terme     employée pour retenir temporairement les programmes à  employer par un ordinateur. Dans le cas du temple, "l'ordinateur"  est la civilisation égyptienne et le programme  est une célébration tenue dans le hall externe de l'hypostyle  pour ceux qui sont non qualifiés ou non exigés pour être dans le sancturaire intérieur ou sont des membres temporaires.
  

La COUR / Prise de contact du co-processeur
  

La cour ouverte de ce temple a plusieurs piliers l'entourant à l'intérieur de d'un mur à  trois côtés. Une prise qui est utilisée pour tenir une puce électronique (ou de co-processeur) sur  une carte mère d'ordinateur serait une comparaison logique  à ce secteur si les "piliers" sont interprétés     comme des trous et que le terrain extérieur est la partie creusée hors du secteur de la prise.
  


    CONCLUSION
  

La disposition du temple d'Horus ressemble à une collection d'unité centrale de traitement, d'une pièce de BIOS, d'un disque à mémoire vive et d'une prise de co-processeur trouvés dans les ordinateurs modernes d'aujourd'hui. Les ordinateurs évidemment n'ont pas existé en Égypte antique parce qu'ils  leur manquait la technologie et la connaissance.
  


Par conséquent, ceci nous indique  que la conception du temple d'Horus, aussi bien que le glyph d'hélicoptère d'Abydos sont les mémoires résiduelles d'une civilisation de pointe antérieure  qui disparut de la face de la terre des milliers d'années  avant que l'histoire moderne ait pu enregistrer ces événements.

Posté par rusty james / Rusty james news

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Dim 13 Sep - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 13 Sep - 17:23



Moyen Orient: Des centaines de géoglyphes visibles du ciel
Ces structures s'étendent de la Syrie à l'Arabie saoudite, peuvent être vu en hauteur mais pas du sol, et sont quasiment inconnues du grand public. Il s'agit de la version du Moyen-Orient des lignes de Nazca, des anciens géoglyphes ou dessins qui couvrent les déserts du sud du Pérou. Des roues de pierre par centaines. Grâce à la technologie des nouveaux satellites cartographes et d'un programme de photographie aérienne en Jordanie, les chercheurs en ont découvert un grand nombre comme jamais auparavant. Ils ont ainsi dépassé... 



_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 27 Sep - 20:45


La construction de la pyramide de Kheops expliquée ?
Khéops révélée, d’après une hypothèse imaginée par Jean-Pierre Houdin… 



A l'aide d'outils de CAO 3D et de simulation numérique,
la Grande Pyramide a en quelque sorte été reconstruite virtuellement,
dans le but - réussi - de valider une hypothèse hardie : elle aurait été construite de l'intérieur.



Après huit années de recherche, l'aide d'une douzaine de spécialistes de Dassault Systèmes et grâce à des moyens informatiques lourds, un architecte, Jean-Pierre Houdin, vient de présenter une thèse très convaincante qui explique la construction de la Grande Pyramide, dite de Kheops. Erigée il y a 4 500 ans, à l'aube des civilisations, avant l'invention de la roue et du fer pour le pharaon Khufu, que les Grecs appelleront Kheops, ce monument de près de 150 mètres de hauteur à l'origine a toujours fasciné. Les secrets de sa construction ont été perdus par les Egyptiens eux-mêmes. Plus de deux mille ans plus tard, le Grec Hérodote tente déjà de comprendre comment un tel géant a pu être élevé et évoque de mystérieuses machines, fonctionnant comme des grues. 



Un couloir interne courant juste sous la surface le pyramide : c'est l'hypothèse de Jean-Pierre Houdin. A chaque angle, une encoche à ciel ouvert permet de manœuvrer les pierres pour leur faire prendre le virage. Grâce à lui, il est possible de monter les pierres jusqu'au sommet. Une rampe externe est visible également, mais elle est très réduite et ne sert qu'à la descente des ouvriers.
Crédit : Dassault Systèmes
Depuis, on ne compte plus les hypothèses imaginées pour reconstituer la méthode des bâtisseurs égyptiens, des plus plausibles aux plus farfelues. C'est ce qu'évoquait un jour de 1999 François de Closets dans une émission télévisée. Devant son poste, le père de Jean-Pierre Houdin, qui fut un professionnel du BTP, se dit que tout ça ne tient pas debout et se demande comment lui-même s'y serait pris. Il aurait, pense-t-il, démarré la construction par le parement externe. Ainsi, la forme de l'édifice est plus facilement contrôlée tandis que l'intérieur peut être empli avec des pierres de tailles diverses, grossièrement ajustées. Seconde idée : aménager une galerie interne, quelques mètres seulement derrière la paroi, avec une pente faible, qui serpentera jusqu'au sommet, permettant d'acheminer les pierres tout au long de la construction.

Reconstituer le chantier

C'est son fils qui s'attelle à la tâche de mettre à l'épreuve cette vision avec une autre idée : faire appel aux outils informatiques de CAO et de simulation numérique utilisés par les industriels pour mettre au point un produit. Aujourd'hui, les constructeurs d'automobile n'ont plus guère besoin d'effectuer un test réel de crash sur un nouveau véhicule : c'est un ordinateur qui simule les chocs les plus variés et qui calcule précisément les effets de l'impact. De même, des logiciels spécialisés peuvent simuler toutes les étapes de la fabrication. Alors pourquoi pas réaliser ainsi la construction d'une pyramide, en vérifiant que tous les processus sont réalistes, puis d'en tester la solidité ?

Jean-Pierre Houdin parvient à convaincre Dassault Systèmes, qui lance une équipe sur ce problème avec quatre outils informatiques. Avec Catia, un logiciel de CAO, la pyramide sera construite virtuellement comme s'il s'agissait d'un téléphone portable ou d'un avion. Delmia simulera le chantier, en prenant en compte tous les paramètres possibles, cotes du terrain, masses à transporter, frottements, force humaine, résistance des cordages de l'époque, etc. Simulia sera mis à contribution pour calculer les efforts au sein du bâtiment. Enfin, Virtools, un logiciel de visualisation 3D, construira une véritable maquette en trois dimensions dans laquelle il sera possible de se déplacer pour vérifier un détail, comme le passage d'une corde ou le réalisme d'une opération de levage. 



Le contrepoids descendant dans la grande galerie, à l'opposé de la rampe d'accès, aide à hisser ce bloc de granit de plus de 60 tonnes sur le niveau 43 mètres de la pyramide en chantier.
Crédit : Dassault Systèmes
Après deux années de simulation, la réussite est au rendez-vous. La thèse de la construction par l'extérieur avec l'utilisation d'une galerie interne est complètement validée : les Egyptiens de l'époque aurait pu s'y prendre ainsi, c'est certain. Au passage, d'autres mystères s'éclaircissent. La grande galerie, couloir intérieur immense et incliné, menant la chambre du roi, là où repose le tombeau, est un conduit dans lequel circulait un funiculaire à contrepoids. Voilà expliquées l'absence de décorations, les traces de frottement qui s'y trouvent encore et ses dimensions mêmes, qui collent parfaitement à cette utilisation. Mieux encore, les simulations logicielles des efforts sur la chambre du roi ont généré trois fissures dans trois des cinq plafonds de granit, exactement là où on les observe dans la pyramide !
 

Jean-Pierre Houdin montre une image de la chambre du Roi. L'ordinateur a appliqué les forces s'exerçant sur ce monument interne quand la pyramide l'a recouvert, et en tenant compte d'un petit affaissement sur l'un des piliers. Résultat : trois fissures apparaissent à l'écran là où elles existent bel et bien !
Crédit : Dassault Systèmes
Jour par jour, toute la construction a pu être intégralement reproduite, avec calcul du nombre d'ouvriers, des masses de pierres à tailler, du temps nécessaire à chaque tâche et des détails mécaniques de chaque opération. Bilan : il faut vingt ans et 4 000 hommes, ce qui correspond aux estimations.

La galerie a peut-être déjà laissé des traces…

Mais cette belle histoire n'est pour l'instant qu'une possibilité. Il reste encore à dénicher des preuves, notamment la présence de la fameuse galerie interne, qui doit toujours se trouver là. Or, on l'a peut-être déjà trouvée ! Dans les années 1980, une équipe française avait en effet étudié la pyramide par gravimétrie à la recherche d'une chambre supplémentaire. Mais c'est une curieuse anomalie qui a été relevée : un déficit de masse formant une sorte de spirale carrée, juste derrière la paroi et grimpant jusqu'au sommet. Bref, exactement la galerie de l'hypothèse ! A l'époque, ce résultat n'avait pas été analysé et on avait failli l'oublier.

Mais pour l'équipe, ce bon argument ne suffit pas. Prochainement, des études non invasives (car il est hors de question de défoncer les parois…) seront menées sur place, notamment à l'aide de la gravimétrie, encore une fois, et de la détection d'émission en infrarouge. Cette dernière permettra de mesurer précisément le refroidissement nocturne et le réchauffement diurne, qui ne sont pas uniformes tout autour de la pyramide et qui pourraient révéler des structures internes.

Cerise sur le gâteau, les images en 3D sont superbes et d'ailleurs visibles sur le site Web consacré au sujet. Il mérite la balade








Les nouveaux mystères de la Grande Pyramide





«Dans la pyramide de Kheops, il reste en­core deux antichambres à découvrir ainsi qu'un circuit de corridors par lequel le sarcophage a été acheminé.» Sur le plateau de Gizeh, la dernière des sept merveilles du monde antique à être parvenue jusqu'à nous recèlerait donc encore bien des mystères et, peut-être, des trésors. Jean-Pierre Houdin l'a affirmé, jeudi, à la Géode, à Paris, devant un parterre de quatre cents personnes munies de lunettes 3D. L'architecte français, auteur de l'explication la plus convaincante à ce jour sur la manière dont le monument, haut de 146 m et lourd de 5 millions de tonnes, a pu être construit il y a 4500 ans (une rampe intérieure en spirale combinée à une longue rampe extérieure démolie ensuite), bénéficie du soutien de Dassault Systèmes (le groupe Dassault est propriétaire du Figaro), leader mondial dans la fabrication de logiciels de réalité augmentée. Cette imagerie de synthèse qui permet d'évoluer à sa guise dans un univers reconstitué en relief est fort utile à l'homme de l'art pour détailler ce qu'il avance.

Diffusé en 1997, son premier documentaire d'archéo-fiction avait fait grand bruit. Celui de 2011 est une version considérablement affinée, tellement percutante qu'elle a convaincu l'université Laval de Québec de formuler une demande officielle de vérification sur le terrain. Celle-ci serait non intrusive. «Il suffirait de placer une caméra à 500 mètres de la pyramide et de prendre des photos infrarouges du monument pendant un an toutes les vingt minutes, explique Xavier Mal­dague, chef du laboratoire canadien Multipolar Infrared Vision. Cette campagne d'analyse thermographique fine pourrait révéler des différences dans les taux d'absorption et de restitution de chaleur. Donc de dire précisément où la pyramide n'est pas homogène.»

Alors seulement la théorie de l'architecte se trouverait validée. Ou à repenser. Pour l'heure Jean-Pierre Houdin s'emploie à répondre aux sceptiques. Pourquoi des pièces en amont de la chambre du sarcophage? Elles auraient servi d'entrepôts pour le trésor; soit tout ce qui aurait été nécessaire au roi pour son voyage dans l'au-delà avant la félicité éternelle. Pourquoi deux antichambres? «Quasiment toutes les pyramides construites avant celle de Kheops présentent ce type d'espaces jumeaux, rappelle-t-il. Ainsi, lorsqu'on plaque sur le plan que l'on connaît celui de la pyramide Rouge érigée pour Snefrou, le père de Kheops, tout s'éclaire.»

SOURCE ;

http://www.lefigaro.fr/culture/2011/01/27/03004-20110127ARTFIG00629-les-nouveaux-mysteres-de-la-grande-pyramide.php





Au sujet de la grande pyramide de Chéops qui aurait était construite en 20 ans…



Soyons sérieux 5 minutes…
Et maintenant comparons ce qui est comparable.
C'est-à-dire une construction humaine (sans intervention de toutes natures) autres que la main de l’homme.


Notre-Dame de Paris est très ancienne, elle a plus de 800 ans
L’Église, les notables de la ville et le peuple tout entier participent :
les uns offrent de l’argent, les autres leur travail, leur savoir-faire.
La construction commence en 1163, Notre-Dame ne sera achevée qu’un peu plus de 100 ans plus tard, en 1272.

Pendant cette période, toutes les corporations d’artisans (tailleurs, sculpteurs, charpentiers, menuisiers, maçons, verriers…)
travailleront sans relâche sous la direction d’architectes chevronnés.
Tous offriront d’une manière égale leurs efforts à Dieu et à Marie

SOURCE: WikiPéDiA


Cathédrale Notre Dame de Paris
Caractéristiques :
Longueur extérieure : 130 m.
Largeur maximale extérieure : 48 m.
Hauteur de la flèche : 96 m.
Hauteur sous toit de la nef : 43 m.
Largeur de la façade 43.50 m.
Hauteur des tours : 69 m.
Surface couverte 5 500 m².
Superficie intérieure : 4 800 m².
Volume intérieur : 100 000 m3


Et on voudra nous faire croire qu’une grande pyramide de 137 mètre de haut, fut construite à la main sur une période de 20 ans !!!




La version officielle qui ne dérange personne. Et met TOUT le monde d’accords.
TOUT = La Religion, La Politique, Les scientifiques, 


Base de la pyramide : 440 coudées royales anciennes, soit environ 230,5 mètres.

Valeurs empiriques d'aujourd'hui au sud : 230,454 m ; nord : 230,253 m ; ouest : 230,357 m ; est : 230,394 m ;


    Hauteur initiale : 280 coudées royales anciennes, soit environ 146,7 mètres,mais sa hauteur réelle n'est aujourd'hui que 137 mètres seulement;Périmètre : 922 m ; Surface : 53 056 m² ; Volume : 2 592 341 m³ ; Masse : 5 000 000 t ; Orientation : faces orientées sur les quatre points cardinaux (erreur: ~ 3') ;Masse par bloc : chaque bloc de pierre calcaire polie pèse en moyenne 2,5 t ;


Formant une pyramide carrée de 137 m de hauteur, elle fut édifiée il y a plus de 4500 ans,
sous la IVe dynastie, au centre d'un vaste complexe funéraire se situant à Gizeh.





Les pharaons n'ont rien à voir avec la grande pyramide,
Qui fut construite bien avant eux il y a plus de 10000 ans...




_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Lun 19 Oct - 20:46


Trois anciennes pyramides ont été découvertes dans l'Antarctique 
par une équipe de scientifiques américains et européens.
 Deux des pyramides ont été découvertes à environ 16 milles
 à l'intérieur, tandis que la troisième était très proche de la côte.



Sources :
http://laverdad2punto0.com/?p=1223



 
Les premiers rapports des pyramides sont apparus dans la presse de l'Ouest l'an dernier. Quelques photos ont été affichées sur certains sites Web avec un commentaire que les structures étranges pourraient servir de preuve que le continent de glace a déjà du être assez chaud pour avoir eu une ancienne civilisation.
 
L’image aérienne prise à travers la glace du pôle Sud semble en montrer deux ou peut-être trois dans une formation similaire aux pyramides de Gizeh .
 
Jusqu'à présent, on en sait peu sur les pyramides et l'équipe continue à garder le silence sur la découverte. La seule informations fiable fournie par les scientifiques était qu'ils prévoyaient une expédition dans les pyramides pour poursuivre l'enquête et pour  déterminer avec certitude si les structures étaient artificielles ou naturelles. Aucun détail  sur les délais de l'expédition ont été fournis.
 
Si les chercheurs peuvent prouver que les pyramides sont des structures artificielles, la découverte pourrait obliger à une révision de l’histoire de l'humanité comme jamais auparavant.
 
Pendant ce temps, une série de découvertes étranges mais intéressantes ont été réalisées récemment dans l'Antarctique. En 2009, les scientifiques climatiques ont trouvé des  particules de pollen, ce qui pourrait éventuellement signifier que des palmiers ont autrefois  agrémenté le paysage de l'Antarctique , que et les températures estivales ont déjà  atteint 21C. Trois ans plus tard, en 2012, les scientifiques du Desert Research  Institute dans le Nevada ont identifiés 32 espèces de bactéries dans des échantillons d'eau du lac en vie dans l’est de l’Antarctique.

 
Une civilisation possible dont l'histoire officielle ne tient pas compte.

 
Est-il possible que l'Antarctique était autrefois assez chaud dans le passé récent pour qu’une ancienne civilisation y vive ? Encore plus surprenant, c’est la question de savoir si une culture avancée s’y est développé il et est-ce qu’il y a des structures restantes qui sont encore enterrés sous la glace?
 
Les chercheurs et les égyptologues ont longtemps soupçonné que le Sphinx est beaucoup plus ancien que prévu, il est peut-être vieux de plus de 10.000 ans. Les scientifiques ont constaté des éléments de preuve de l' érosion de l'eau sur la statue antique, le plus grand dans le monde, raconte une histoire du changement climatique dans une forêt tropicale à la chaleur du désert en quelques milliers d'années. Si le climat en Egypte a changé si vite, il est également possible que le climat de l'Antarctique pourrait aussi avoir changé de façon spectaculaire pendant la même période?
 
Selon la théorie de la corrélation de Robert Bauval et Adrian Gilbert, la construction des pyramides de Gizeh ont eu lieu dans la période précédant 10,500 ou 12,500 années BC, motivant cette rétroaction à la corrélation entre l'emplacement des trois principaux Pyramides de Gizeh et les trois étoiles de la constellation d'Orion, et que cette corrélation a été intentionnellement créé par des gens qui ont construit les pyramides.
 
La référence à la date d'il y a 12,500 années est significative pour Hancock, puisque la position des pyramides indique le moment précis où une civilisation avancée précédente a vu son déclin dû à un cataclysme mondial.
 
Dans son livre Le Empreintes des Dieux, Graham Hancock a trouvé des indices qui conduisent tous à un point précis. Selon Hancock, les pyramides ont été construites dans toutes les cultures du monde et certains de ces monuments contiennent plus ou moins des évidentes configurations astronomiques.
 
De anciens témoignages de nombreuses sources - le Grand Sphinx de l'Egypte, les temples mystérieux de Tiahuanaco, les lignes géants du Pérou Nazca, des pyramides massives du Soleil et de la Lune du Mexique - et les a comparés avec les mythes et les légendes universelle, à l'étude des cartes datant de l'Antiquité, le savant suggère l'existence d'un peuple doté d’une intelligence supérieure , de technologies sophistiquées et d’une connaissance scientifique détaillée, dont les «empreinte», cependant, ont été exterminés complètement par un désastre aux proportions énormes.
 
Chaque culture a adoré leurs rois comme des dieux. Leurs religions ont toutes pour but de trouver l'immortalité de l'âme et certains de leurs prêtres étaient des astronomes, une connaissance anticipée des mouvements célestes. Le serpent reptile est une figure symbolique présente dans toutes les cultures et est considéré comme sacré.
 
Cette grande unité culturelle, selon Hancock, suggère que la civilisation humaine n’est pas né soudainement de nulle part, mais a été «aidée» par quelqu'un de  technologiquement et culturellement très avancé en connaissances. La preuve à l'appui de cette théorie est l'expansion de l'agriculture.
 
Il est avéré que l'agriculture est née simultanément dans au moins six régions du monde qui n’ont pas de lien apparent entre eux: l'Amérique Centrale et du Sud, le Croissant Fertile, l'Afrique centrale, de l'Est de la Chine et Asie du Sud.

 
En conclusion

Si nous regardons avec des rapports alarmistes du réchauffement climatique que l'Arctique et de l'Antarctique qui fondent. Beaucoup d'entre nous pourrait vivre assez vieux pour voir le jour ou le continent Antarctique sera dévoilé ,  (lire sans neige et sans glaces)  comme tous les objets anciens qui existaient autrefois . S’il y a une pyramide géante ,




_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 7 Nov - 18:42

L’archéologie interdite va-t-elle rejoindre la science officielle ?? Vous ne l’ignorez pas, en ce moment,
des drones scannent thermiquement le plateau de Gizeh pour découvrir d’éventuelles structures 
cachées sous les pyramides, notamment Khéops, ainsi que des éléments qui viendraient expliquer 
cette construction gigantesque avec des moyens aussi réduits que ceux supposés de l’Égypte antique. 
(Premier résultat: Il existe bien des pièces cachées dans Khéops...)



" Un archéologue égyptien admet que les pyramides 
contiennent de la technologie extraterrestre... "



On affirme que, le 28 novembre 2010, dans une déclaration choc, le chef du Département Archéologique de l'Université
du Caire, le Dr Ala Shaheen aurait dit devant auditoire : « qu'il pourrait y avoir une théorie comme quoi les extraterrestre
ont aidé les anciens Égyptiens à construire la plus ancienne des pyramides d'Égypte, comme celle de Gizeh.

Interroger par M. Marek Novak, un délégué de la Pologne lui a posé la question
-> est ce que la pyramide pourrait contenir de la technologie extraterrestre, ou même un OVNI ?
Le Dr Shaheen, rerstant vague a répondu : « Je ne peux pas confirmer ou nier, 
mais il y a quelque chose à l’intérieur de la pyramide qui « n’est pas de ce monde ».
Les délégués à la conférence sur l’architecture égyptienne antique ont été choqués, 
mais le Dr Shaheen a refusé de commenter ou d’apporter des précisions sur l’ovni ou les extraterrestre.

Or, fait étrange, il y a plusieurs années, en 1961, les russes avaient lancés un projet, le projet Isis, 
afin de récupérer les connaissances cachées dans la grande pyramide. Ces connaissances auraient 
été stocker dans une bibliothèque appelé la chambre des connaissances.
Finalement les équipes russes auraient récupéré des documents ainsi que le corps d’un extraterrestre.

Beaucoup d’entre vous ont sans doute déjà visionné ce reportage :


On sait aussi, mais beaucoup moins, qu’il existe également sous les pyramides 
un vaste complexe, et des vestiges gênants d’une science très avancée, 
comme « le prouve » le Nexus n° 33. (NDLR : guillemets rajoutés)


Le Sphinx et les Pyramides ne sont que la partie visible d’un fabuleux iceberg.




De nombreux témoignages historiques ou contemporains permettent d’être convaincus 
de la présence, sous le plateau de Gizeh et l’ancienne cité du Caire, d’un savant 
enchevêtrement de passages, conduits, salles, cavernes naturelles, de lacs, et d’une grande cité,
 renfermant des artefacts sophistiqués révélant un très haut niveau de technicité.
L’information relayée par les médias jusqu’ en 1935 est depuis 
soustraite au public par les autorités archéologiques.

L’histoire oubliée des pyramides…





Pour bien saisir les connaissances secrètes de la Bible, il est important de 
prendre conscience de l’ampleur du système de galeries souterraines 
et celle des équipements des salles qui en dépendent, sous la surface 
du plateau des Pyramides. Car c’est là que se développèrent les éléments 
majeurs des enseignements de l’Ecole de Mystères.

Ce qui s’est déroulé sous les sables il y a des milliers d’années 
n’est pas repris par les manuels d’histoire actuels, 
même si les découvertes effectuées ces 80 dernières années le confirment.

Le district de l’Oasis Fayoum, situé à seulement quelques kilomètres au-delà 
des limites du Nome de Memphis, présente un site d’un intérêt exceptionnel. 
C’est dans cette riche vallée fertile que les Pharaons, se nommant eux-mêmes 
les “maîtres des chasses royales”, pêchaient et chassaient au boomerang.

Le Lac Moeris avoisinait autrefois l’Oasis Fayoum et sur ses rives se trouvait 
le célèbre Labyrinthe, décrit par Hérodote comme “une infinie merveille”. 
Celui-ci comprenait 1.500 pièces et autant de salles souterraines supplémentaires
 que l’historien grec ne fut pas autorisé à explorer.

Selon les prêtres du Labyrinthe, “les passages étaient déroutants et complexes”, 
destinés à sécuriser les nombreux manuscrits qu’ils affirmaient cachés dans 
les salles souterraines. Ce complexe massif impressionna particulièrement 
Hérodote qui le citait avec une crainte révérentielle :

Je vis douze palais régulièrement disposés, communiquant entre eux, 
émaillés de terrasses et répartis autour de douze grandes cours. 
Il est difficile de croire qu’ils étaient l’oeuvre d’hommes. Les murs étaient 
recouverts de portraits sculptés, et chaque cour, construite en marbre blanc 
de façon exquise, était entourée d’une colonnade.

Près de l’angle où se termine le labyrinthe, s’élevait à 80 mètres 
une pyramide ornée de grands portraits sculptés d’ animaux 
dont l’entrée s’effectuait par un souterrain. J’appris de source 
très sûre que les salles et les passages souterrains la reliaient 
aux pyramides de Memphis. Ces dernières étaient celles de Gizeh 
qui, en effet, s’appelait Memphis à l’origine “

Gizeh anciennement Memphis”, sur la carte de Nordan extraite de Voyages en Egypte 
et en Nubie, 1757, page 152.
Beaucoup d’auteurs antiques confirment la description par Hérodote des passages souterrains 
reliant les pyramides les plus importantes, et l’évidence de leur existence 
jette un doute sur la vraisemblance de l’histoire de l’Egypte présentée traditionnellement.

Crantor (300 av. J.C.) déclarait que certains piliers souterrains en Egypte offraient
 un récit de la préhistoire gravé dans la pierre et relataient les voies reliant les pyramides.

Dans son étude célèbre, Des Mystères, en particulier ceux d’Egypte, de Chaldée et d’Assyrie,
 Jamblique, un Syrien du quatrième siècle très représentatif de l’Ecole d’Alexandrie 
dans les matières mystique et philosophique, rapporta cette observation au sujet de l’entrée 
de la Grande Pyramide par le corps du Sphinx :

Cette entrée, aujourd’hui obturée par le sable et les décombres, peut être retrouvée 
entre les pattes avant du colosse accroupi. Elle était autrefois fermée par une grille de bronze 
dont seuls les Mages pouvaient actionner le mécanisme caché. Elle était protégée par la 
vénération publique, et une sorte de terreur sacrée maintenait son inviolabilité mieux 
que ne l’aurait fait une protection armée.

Dans le ventre du Sphinx étaient creusées des galeries menant à la partie souterraine 
de la Grande Pyramide. Ces galeries s’entrecroisaient le long du parcours 
vers la Pyramide avec un tel art que, quiconque s’y engageant sans guide
 retournait inévitablement à son point de départ.

Les antiques cylindres scellés des Sumériens racontent que la demeure secrète 
des Anunnakis était “un lieu souterrain… où l’on pénètre par un tunnel dont l’entrée 
est cachée par le sable ainsi que par ce qu’ils nommaient Huwana… 
dont les dents sont semblables à celles d’un dragon, et la face, à celle d’un lion”.

Ce texte ancien remarquable, dont il ne reste malheureusement que des fragments, 
ajoutait que “Il (Huwana) ne peut ni avancer, ni reculer”, mais qu’en grimpant sur lui 
par l’arrière, le passage vers “la demeure secrète des Anunnakis” n’était plus bloqué. 
Les notes sumériennes fournissent une description probable du Sphinx de Gizeh, 
et si cette grande créature était construite pour garder ou obturer d’anciens escaliers
 et des passages inférieurs menant aux parties souterraines au-dessous et alentour, 
alors, ce symbolisme était parfaitement opportun.

La tradition locale arabe du 19ème siècle affirmait qu’il existait des salles souterraines 
sous le Sphinx, renfermant des trésors ou des objets magiques. Cette croyance 
fut étayée par les écrits de l’historien romain du premier siècle, Pline l’ancien, 
selon lesquels, profondément en-dessous du Sphinx, est dissimulée la “tombe 
d’un dirigeant appelé Harmakhis qui contient un grand trésor” et, de façon 
assez étrange, le Sphinx lui-même fut appelé autrefois “Le Grand Sphinx 
Harmakhis qui montait la garde depuis le temps des Descendants d’Horus”.

Ammianus Marcellinus, autre historien latin du quatrième siècle fit des découvertes 
supplémentaires au sujet de l’existence de caveaux souterrains 
qui semblaient mener à l’intérieur de la Grande Pyramide.

Des inscriptions, dont les Anciens soutenaient l’existence, étaient gravées sur les murs 
de certaines galeries souterraines et des passages furent construits dans l’obscure profondeur 
pour empêcher la sagesse ancienne d’être perdue dans les inondations.

Un manuscrit, rédigé par l’écrivain arabe du nom Altelemsani et conservé au British Museum, 
relate l’existence d’un long passage souterrain, de section carrée, entre la Grande Pyramide et le Nil
 et cite une “étrange chose” bloquant l’entrée, côté fleuve. Il rapporte l’épisode suivant :


A l’époque d’Ahmed Ben Touloun, un groupe entra dans la Grande Pyramide par le tunnel 
et découvrit dans une salle latérale une coupe de couleur et de texture rares. 
En s’en allant, ils semèrent un membre du groupe et, comme ils retournaient le chercher, 
celui-ci vint à eux nu et disait en riant : “Ne me suivez pas et ne me cherchez pas”, 
avant de se précipiter à nouveau dans la Pyramide. Ses amis comprirent qu’il avait été ensorcelé. 
Apprenant que d’étranges événements se déroulaient sous la Pyramide,
 Ahmed Ben Touloun exprima le désir de voir la coupe de verre. Pendant l’examen, 
elle fut remplie d’eau et pesée, puis vidée et pesée de nouveau. 
L’historien écrivit : “elle avait le même poids à vide ou remplie d’eau”.

Si l’histoire est exacte, ce manque de poids supplémentaire prouve de manière indirecte
 l’existence à Gizeh d’une science extraordinaire.

Selon Massoudy, au 10ème siècle, des statues mécaniques, dotées de propriétés stupéfiantes,
 gardaient les souterrains situés sous la Grande Pyramide.

Anciennes de mille ans, on peut comparer leur description à celle des robots informatiques 
que l’on voit de nos jours dans les films du genre “La Guerre des Etoiles”.

Massoudy raconte que les automates étaient programmés pour être sensibles à l’intolérance,
 parce qu’ils détruisaient tout “sauf ceux dont la conduite leur valaient d’être admis”.

Massoudy prétendait que “les manuscrits des Sages et les acquis dans divers arts et sciences 
étaient profondément cachés, qu’ils pouvaient ainsi constituer une mémoire réservé aux 
intérêts futurs de ceux qui pourraient un jour les comprendre”.

C’est une information phénoménale, dans la mesure où il est possible que, depuis l’époque 
de Massoudy, des personnes “dignes” aient vu les mystérieuses salles souterraines. 
Massoudy avoua : “J’ai vu des choses impossibles à décrire de crainte que l’on ne se mette 
à douter de ma santé mentale… mais cependant je les ai vues”.

Autre auteur du même siècle, Mouterdy décrit un étrange incident qui survint dans 
un passage étroit sous la terre de Gizeh. Un groupe de personnes fut horrifié de voir
 un de ses membres mourir écrasé par une porte de pierre qui, d’elle-même,
bascula soudain à l’entrée du passage et ferma le couloir devant eux.

Hérodote affirme que les prêtres égyptiens lui racontèrent leur antique tradition 
de “l’organisation de salles souterraines” par les créateurs originels de Memphis.

Les plus anciennes inscriptions suggèrent aussi qu’il existait une sorte de complexe 
de très grandes salles sous la surface des terrains entourant le Sphinx et les pyramides. 
Ces anciens récits furent confirmés par la découverte d’une large cavité 
lors d’une surveillance sismique sur le site en 1993.

La nouvelle fut annoncée publiquement dans un documentaire intitulé 
“Le Mystère du Sphinx”, vu par 30 millions de téléspectateurs sur NBC fin 2003. 
L’existence de salles en dessous du Sphinx est bien connue. 
Les autorités égyptiennes rendirent compte d’une autre découverte en 1994, 
sa révélation fut annoncée dans un article de journal sous le titre :

Mystérieux Tunnel dans le Sphinx :




Des ouvriers réparant le Sphinx ailé ont découvert un ancien passage 
menant profondément dans le corps du monument mystérieux.

Le Directeur des Antiquités de Gizeh, M. Zahi Hawass, établit que, sans doute possible, 
le tunnel était très ancien. Toutefois, ceci est inexplicable : qui construisit le passage ? 
Pourquoi ? Et où mène-t-il…? M. Hawass dit qu’il n’avait pas l’ intention d’enlever les pierres 
empêchant le passage. Le tunnel secret se creuse un chemin dans la face nord du Sphinx,
 à peu près à mi-chemin entre les pattes étendues du Sphinx et sa queue.

L’hypothèse courante que le Sphinx est le vrai portail de la Grande Pyramide 
a survécu avec une surprenante ténacité. Cette croyance fut alimentée par des plans 
vieux de 100 ans élaborés par les initiés Francs-Maçons et Rosicruciens, montrant que
 le Sphinx était l’ornement surmontant un espace qui communiquait avec toutes les Pyramides
 par des passages souterrains en étoile.

Ces plans furent dressés à partir d’informations découvertes à l’origine par le fondateur 
présumé de l’Ordre de la Rose-Croix, Christian Rosenkreuz, qui, à ce que l’on prétend,
 s’introduisit dans “une salle secrète au-dessous du sol” 
et y trouva une bibliothèque d’ouvrages regorgeant de connaissances secrètes.

Les croquis furent tirés de l’information détenue par les archivistes de l’Ecole des Mystères 
avant le début du désensablement en 1925. Ils révélèrent des ouvertures secrètes menant 
à des salles de réception oubliées depuis fort longtemps, de petits temples et autres enceintes. 
(Ces plans sont inclus dans la section “Le Plan Principal” à la fin du livre.)

En 1935, la connaissance des Ecoles des Mystères fut renforcée par une série de découvertes
 remarquables qui fournirent la preuve de souterrains et de salles supplémentaires 
s’entrelaçant dans l’espace sous-pyramidal.

Le complexe de Gizeh présentait les éléments majeurs d’une construction intentionnelle, 
d’une structure unitaire avec le Sphinx, la Grande Pyramide et le Temple des hommes du Soleil
 reliés directement les uns aux autres, en surface et en sous-sol.

Ces quelques dernières années un séismographe sophistiqué et un équipement radar pénétrant 
le sol (GPR) établirent l’exactitude de ces plans. L’Égypte utilise aussi avec succès des satellites de pointe
 afin de repérer les cités enfouies sous la surface du sol à Gizeh et ailleurs.

Le nouveau système de repérage fut lancé début 1998 et permit de déterminer avec précision 
l’emplacement de 27 sites non encore fouillés sur 5 secteurs. Neuf de ces sites sont situés 
sur la rive Est de Louxor, les autres à Gizeh, Abou Rawash, Sakkarah, et Dashour.

Les clichés du secteur de Gizeh montrent une masse presque incompréhensible constituée 
d’un entrelacs de tunnels et de salles en réseau, se recoupant et s’entortillant réciproquement
 comme un treillis s’étendant à travers tout le plateau.

Avec cet important travail d’étude depuis l’espace, les égyptologues sont capables
 de déterminer l’emplacement d’un site majeur, son entrée probable et la taille
 des salles avant de commencer les fouilles.

L’attention est attirée sur trois lieux secrets : un endroit dans le désert
 à quelques centaines de mètres en direction de l’ouest/sud-ouest de l’emplacement 
originel de la Pyramide Noire, autour de laquelle on construit actuellement un ensemble 
d’enceintes de béton, haute de sept mètres et couvrant huit kilomètres carrés ;
 l’ancienne grande route qui reliait le temple de Louxor à Carnac; 
et le " Chemin d’Horus” à travers le nord Sinaï.


_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Sam 7 Nov - 19:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 7 Nov - 18:43

SUITE DE L'ARTICLE :







De gros titres d'actualités…



Chez les mystiques ou les membres des écoles de mystères Egyptiens, la tradition enseignait
 que la Grande Pyramide était importante à plusieurs titres. En dépit du fait que l’on n’y pénétra 
pas avant l’an 820, les écoles secrètes de l’Egypte pré-chrétienne maintenaient qu’elles
 en connaissaient bien le tracé intérieur. Elles n’avaient de cesse de prétendre que ce n’était 
en aucun cas un tombeau ou une chambre funéraire, à l’exception d’une pièce pour l’inhumation
 symbolique faisant partie du rituel initiatique.

Selon les traditions mystiques, on pénétrait progressivement à l’intérieur à des niveaux variés grâce à des passages souterrains. On dit qu’il y avait différentes pièces à la fin de chaque phase de l’avancée, avec le niveau d’initiation le plus élevé représenté par ce que nous appelons maintenant la Chambre du Roi.

Peu à peu, les découvertes archéologiques vérifièrent les traditions des Écoles des Mystères, et il fut établi en 1935 qu’il existait une connexion souterraine entre le Sphinx et la Grande Pyramide, et entre le Sphinx et l’ancien temple situé sur sa face sud (aujourd’hui nommé le Temple du Sphinx).

En 1935, au moment de l’aboutissement de très importants travaux de déblaiement de sable et de coquillages dirigés par Emile Baraize, qui durèrent onze ans, des histoires remarquables commencèrent à naître au sujet des découvertes réalisées.

Un article de presse, écrit et publié alors par Hamilton M. Wright, traita d’une découverte extraordinaire sous les sables de Gizeh, que l’on refuse aujourd’hui d’admettre. L’article était accompagné de photographies d’origine venant du Dr Selim Hassan, le directeur de l’équipe de recherches scientifiques de l’Université du Caire qui fit la découverte.

Il déclarait : …

Nous avons découvert un passage souterrain utilisé il y a 5.000 ans par les anciens Egyptiens. Il passe en-dessous de la chaussée menant entre la deuxième Pyramide et le Sphinx. Il permet de traverser la chaussée qui mène de la Pyramide de Chéops à celle de Khephren. A partir de ce souterrain, nous avons déterré une série de puits donnant accès, 125 pieds en contrebas, et de petites pièces et salles latérales.

A peu près au même moment, les médias internationaux publiaient davantage de détails concernant la découverte. Le complexe de connexions souterraines fut construit à l’origine entre la Grande Pyramide et le Temple des hommes-Solaires, car la Pyramide de Khephren fut une structure plus tardive et superficielle.

Le souterrain et ses salles adjacentes furent excavés dans le substratum rocheux ; une prouesse véritablement extraordinaire, si l’on réalise qu’il fut construit il y a des milliers d’années…

Il y a davantage à ajouter à l’histoire des salles souterraines de Gizeh, car les bulletins de presse décrivirent la découverte d’un passage souterrain entre le Temple des hommes-du-Soleil sur le plateau et le Temple du Sphinx dans la vallée.

Le passage avait été dégagé quelques années avant l’autorisation de publier cet article particulier. Les découvertes conduisirent le Dr Selim Hassan et d’autres à croire et à affirmer publiquement que, bien que l’âge du Sphinx ait fait partie des énigmes du passé, il avait pu appartenir au grand projet architectural qui fut organisé et exécuté à dessein en même temps que l’érection de la Grande Pyramide.

Des archéologues firent au même moment une autre découverte majeure. A peu près à mi-chemin entre le Sphinx et la Pyramide de Khephren on découvrit quatre énormes puits verticaux, chacun d’environ 3 m2 conduisant tout droit au fond du calcaire massif. Ces puits portent le nom de “Tombeau de Campbell”, sur les cartes maçonniques et rosicruciennes, et “ce complexe”, dit le Dr Selim Hassan, “se terminait par une cour close, au centre de laquelle une autre cheminée descendait vers une salle flanquée de sept chambres.”

Certaines d’entre elles contenaient d’immenses sarcophages de basalte et granit, scellés, de 6 mètres de haut.

La découverte avançait et, dans l’une des sept chambre, une troisième cheminée verticale menait profondément à une chambre beaucoup plus basse. Au moment de cette révélation, elle était inondée, l’eau recouvrant en partie un unique sarcophage blanc.

Elle fut appelée “Tombeau d’Osiris” et présentée par un montage documentaire télévisé de Mars 1999 comme étant “ouverte pour la première fois”. Explorant ce site en 1935, le Dr Selim Hassan déclara : Nous espérons trouver quelques monuments importants après avoir évacué cette eau. La profondeur totale de cette série de puits est de plus de 40 mètres soit plus de 125 pieds…



Lors du déblaiement de la partie sud du souterrain, on a trouvé une très fine tête de statue, dont chaque détail rend le visage très expressif.

Selon un autre article de l’époque, la statue était un admirable buste sculpté de la Reine Néfertiti, décrite comme “un bel exemple d’un style artistique rare apparu sous le règne d’Amenhotep.”

Aujourd’hui personne ne sait où se trouve cette statue.

L’article décrit aussi d’autres salles et chambres souterraines, toutes reliées par des passages secrets très décorés. Le Dr Selim Hassan révéla non seulement avoir vu des cours intérieures ou extérieures, mais aussi une pièce, qu’il baptisa “Chapelle de l’Offrande”, creusée dans un énorme affleurement rocheux entre le Tombeau de Campbell et la Grande Pyramide.

Au centre de la chapelle, trois piliers verticaux décorés forment un triangle. Ces piliers sont des points d’une haute importance dans cette étude car la Bible signale leur existence.

On peut en conclure qu’Ezra, qui a compilé la Torah en 397 av. JC, connaissait le tracé souterrain des passages et des salles de Gizeh ou était en possession d’écrits plus anciens …


Ce modèle souterrain inspira sans-doute le schéma triangulaire autour de l’autel central des loges maçonniques. Dans Antiquité des Juifs, Josèphe, au premier siècle, écrivit qu’Enoch, figure de l’Ancien Testament, construisit un temple souterrain constitué de neuf salles. Dans un profond caveau à l’intérieur d’une des salles avec trois colonnes verticales, il plaça un lingot d’or de forme triangulaire portant l’inscription du nom absolu de la Divinité (Dieu).

La description des salles d’Enoch était identique à la celle de la Chapelle de l’Offrande sous le sable, juste à l’est de la Grande Pyramide.

Une antichambre ressemblant beaucoup à une chambre funéraire, mais “sans l’ombre d’un doute une pièce d’initiation et de réception” fut découverte plus haut sur le plateau, plus près de la Grande Pyramide, à l’extrémité supérieure d’un passage en pente, taillé profondément dans le roc sur la face nord-ouest de la Chambre de l’Offrande (entre la Chambre de l’Offrande et la Grande Pyramide).

Au centre de la salle se trouve un sarcophage de 12 pieds de long en calcaire blanc de Turah et une accumulation de récipients délicats en albâtre. Les murs sont admirablement sculptés avec des tableaux, des inscriptions et des emblèmes reprenant surtout la fleur de lotus. Les descriptions de récipients d’albâtre et de la fleur de lotus emblématique offrent un parallèle remarquable avec ce que trouva Sir William Petrie en 1904 dans l’atelier du temple au sommet du Mont Sinaï (Horeb).

On découvrit d’autres pièces souterraines, des salles, des temples et des couloirs, certains avec des colonnes de soutènement rondes et d’autres ornées de sculptures murales, portraits délicats de déesses magnifiquement vêtues.

Le rapport du Dr Selim Hassan décrivait d’autres portraits magnifiquement gravés et de nombreuses frises aux splendides couleurs. On prit des photos et un auteur et chercheur qui les vit, le rosicrucien H. Spencer Lewis se souvint qu’il fut “profondément impressionné” par les images. On ne sait pas où sont aujourd’hui ces rares spécimens d’art et ces vestiges, mais selon la rumeur, des collectionneurs privés les passèrents en fraude hors d’Egypte.

Ces détails ne représentent qu’une petite partie du rapport complet du Dr Selim Hassan qui fut publié en 1944 par la Presse Gouvernementale, au Caire, sous le titre Fouilles à Gizeh (en 10 volumes). Cependant, il ne représente qu’un fragment des édifices présents sous le terrain des Pyramides.

Pendant la dernière année du désensablement, des ouvriers mirent à jour la plus surprenante découverte qui fut relatée par les médias internationaux.

Les archéologues responsables de la découverte furent “déroutés” par ce qu’ils avaient sorti de terre : Une cité la plus merveilleusement organisée qu’ils eussent jamais vue. Elle est remplie de temples, de scènes pastorales peintes au pastel, d’ateliers, d’étables et autres bâtiments y compris un palais.

Pourvu de voies navigables hydrauliques souterraines, son parfait système de drainage 
rivalise avec d’autres équipements modernes.


L’intrigante question qui en découle est :

 où est aujourd’hui cette cité ?







Son emplacement secret fut récemment révélé à un petit groupe de personnes qui obtint la permission d’explorer et de filmer la cité. Elle est située au coeur d’un immense réseau de cavernes naturelles du plateau de Gizeh s’étendant loin en direction de l’est sous le Caire. Son accès principal s’effectue par des escaliers taillés dans la roche à l’intérieur du Sphinx descendant jusqu’à la caverne sous le lit du Nil.

L’expédition fit descendre des groupes électrogènes et des radeaux pneumatiques et circula le long d’une rivière souterraine qui menait à un lac d’un kilomètre de large.

La cité, blottie sur les rives du lac, est en permanence éclairée par de larges sphères de cristal présentes aux murs et au plafond de la caverne. On découvrit une seconde entrée de la cité au niveau de l’escalier qui mène aux fondations de l’Eglise Copte du vieux Caire.

D’après les récits d’habitants “vivant sous Terre”, relatés par les livres de la Genèse, d’Asher et d’Enoch, il est possible que cette cité se soit anciennement nommée Gigal.

On fit un court métrage de l’expédition, et un documentaire appelé Chambers of the Deep (Salles des Profondeurs) qui fut par la suite visionné de façon confidentielle. Au départ, il était prévu de présenter les séquences au grand public, mais, pour certains motifs, cela fut différé…

Un objet sphérique en cristal, à plusieurs facettes, de la taille d’une balle de base-ball, fut rapporté de la cité, et son caractère surnaturel fut prouvé lors d’une conférence récente en Australie. Profondément à l’intérieur de l’objet solide, divers hiéroglyphes tournent lentement comme les pages d’un livre quand celui qui tient l’objet en mains en fait mentalement la demande.

Cet objet remarquable révéla une forme inconnue de technologie et fut récemment envoyé à la NASA aux USA à des fins d’analyse…

Des recherches historiques du 20ème siècle relatent que de stupéfiantes découvertes eurent lieu à Gizeh et dans le Sinaï, dont on ne parle plus aujourd’hui, et des rumeurs égyptiennes abondent au sujet de la découverte d’une autre cité souterraine dans un rayon de 45 km autour de la Grande Pyramide.

En 1964, on découvrit plus de 30 énormes cités souterraines dans l’ancien royaume turc de Cappadoce. Une seule de ces cités contenait d’immenses cavernes, des salles et des couloirs que les archéologues estiment avoir appartenus à 2.000 propriétaires, offrant des conditions d’existence à 8.000 ou 10.000 personnes.

Leur existence même prouve de façon évidente que beaucoup de mondes souterrains attendent d’être découverts sous la croûte terrestre.

Les fouilles de Gizeh ont révélé des passages souterrains, des temples, des sarcophages et une cité souterraine qui leur est reliée, et la preuve que les passages souterrains reliaient le Sphinx aux Pyramides est une autre étape vers la confirmation que le complexe a été soigneusement et spécifiquement conçu dans sa totalité.


Démentis officiels…




Grâce aux fouilles du Dr Selim Hassan et aux techniques modernes de surveillance spatiale, les récits et traditions des anciennes écoles de Mystères d’Egypte qui prétendaient conserver la connaissance secrète du Plateau de Gizeh atteignirent tous le plus haut degré de vraisemblance.

Toutefois, l’aspect le plus énigmatique de la découverte des installations souterrainnes de Gizeh est le démenti répété de leur existence par les autorités égyptiennes et les institutions universitaires. Celui-ci fut si obstiné que les affirmations des Ecoles de Mystères furent mises en doute par le public et suspectées d’avoir été créées de toutes pièces aux fins de mystifier les touristes.

Le comportement formaliste est caractérisé dans une déclaration publique de l’Université de Harvard en 1972 :

‘’ Personne ne doit prêter la moindre attention aux revendications saugrenues concernant l’intérieur de la Grande Pyramide ou les corridors supposés ainsi que les temples, les salles sous le sable entourant la Pyramide, faites par ceux qui s’associent aux soi-disant cultes secrets ou sociétés occultes d’Egypte et d’Orient.

Ces choses existent seulement dans l’esprit de ceux qui cherchent à attirer les amateurs d’énigmes, et plus nous démentons l’existence de ces éléments, plus le public est conduit à supposer que nous cherchons à cacher volontairement ce qui constitue un des grands secrets de l’Egypte.

Mieux vaut ignorer toutes ces prétentions plutôt que de simplement les démentir. Toutes nos fouilles dans le secteur de la Pyramide ont échoué quant à la révélation de quelques passages ou salles souterraines, temples, grottes, ou autres choses du genre que ce soit, à l’exception du seul temple jouxtant le Sphinx.’’

Cette ligne stratégique aurait pu suffir à contenir l’opinion intellectuelle mais des déclarations officielles démentant formellement l’existence de temples jouxtant le Sphinx avait déjà été émises les années passées.

L’affirmation que chaque pouce de terrain autour du Sphinx et des pyramides avait été exploré en profondeur fut contredite quand le temple proche du Sphinx fut découvert dans le sable et finalement ouvert au public.

Sur des sujets échappant à la politique officielle, il devint évident qu’un haut niveau élevé de censure était appliqué de façon à protéger les religions et conceptions historiques tant occidentales qu’orientales.


Lampes perpétuelles…



En dépit de découvertes sensationnelles, l’absolue vérité de l’histoire primitive Égyptienne demeure méconnue dans une large mesure, d’où un territoire non cartographié.
Il est dès lors impossible de préciser le nombre de kilomètres de passages souterrains et de salles sous le Plateau de Gizeh qui furent éclairés, mais une chose est sûre : à moins que les anciens aient eu la faculté de voir dans l’obscurité, ces vastes espaces le furent forcément. La même question s’applique à l’intérieur de la Grande Pyramide, et les égyptologues s’accordent sur le fait que l’on n’utilisa pas de torches ardentes car les plafonds ne sont pas noircis.
D’après ce que l’on sait aujourd’hui, il est possible d’estimer à au moins cinq kilomètres de passages sur 10 à 12 étages. Le Livre des Morts et les Textes des Pyramides font tous deux des allusions frappantes aux “Constructeurs de Lumière”, et cette extraordinaire description peut s’appliquer à un corps de métier responsable de l’éclairage des zones souterraines de leurs complexes.
Jamblique rend compte d’un fascinant récit tiré d’un très ancien papyrus égyptien issu d’une mosquée du Caire. Il s’agit d’un extrait, par un auteur inconnu du 1er siècle de notre ère, comptant l’exploration d’un groupe de personnes qui parvint à l’entrée d’une des salles souterraines autour de Gizeh.
Ils décrivirent leur expérience :
‘’ Nous arrivâmes à une salle. Quand nous entrâmes, elle s’éclaira de manière automatique grâce à la lumière d’un tube de la hauteur d’une main d’homme étendue (environ 15 cm), situé à la verticale dans un angle. Comme nous approchions du tube, il brillait davantage…
les esclaves furent effrayés et s’enfuirent en courant dans la direction d’où nous étions venus ! Quand nous le touchâmes, il s’éteignit. Nous fîmes notre possible pour que le tube brilla de nouveau, mais il ne donnait plus de lumière. Dans quelques salles les tubes lumineux fonctionnaient, dans d’autres, non.
Nous brisâmes l’un d’entre eux qui laissa s’écouler des perles d’un liquide argenté qui roulaient rapidement sur le sol jusqu’à disparaître dans les fentes (du mercure ?).
Au fil du temps, les tubes lumineux commençèrent progressivement à s’éteindre et les prêtres les enlevèrent pour les entreposer dans un caveau souterrain spécialement conçu à cet effet au sud-est du plateau.
Ils attribuaient la création de ces tubes lumineux à leur Imhotep bien-aimé, pensant qu’il reviendrait un jour les rallumer.’’
Une pratique courante des Egyptiens de l’antiquité consistait à sceller des lampes allumées dans les sépultures de leurs défunts comme offrandes à leur divinité ou pour accompagner les décédés sur la voie les menant à “l’autre rive”.
Parmi les tombes proches de Memphis (ainsi que dans les temples de l’Inde brahmanique), on découvrit des lampes en fonctionnement dans des salles ou des récipients hermétiquement scellés, que la soudaine exposition à l’air libre éteignit ou provoqua l’évaporation du combustible.
Plus tard les Grecs et les Romains maintenirent cette tradition et même la consacrèrent; non seulement avec de réelles lampes, mais aussi par des reproductions miniaturisées de terre cuite, ensevelies avec les morts. Quelques lampes furent protégées dans des récipients cylindriques, et il existe des exemples pour lesquels l’huile d’origine fut retrouvée parfaitement conservée après plus de 2.000 ans…
Il existe des preuves évidentes, confirmées par témoins oculaires, que les lampes éclairaient tant que les sépultures étaient scellées, d’autres rapportant qu’elles brûlaient encore quand les caveaux furent ouverts des centaines d’années plus tard.
La capacité à composer un combustible qui se renouvelait de lui-même aussi rapidement qu’il était consumé fut source d’un différend considérable parmi les auteurs médiévaux, et de nombreux documents existent, avec des ébauches d’arguments.
Après avoir dûment constaté l’évidence même, il semble bien que les anciens prêtres-chimistes égyptiens possédaient, dans l’éventail de leurs compétences, celle de manufacturer de leurs mains des lampes qui brûlaient indéfiniment ou du moins pendant des périodes considérables.
De nombreuses autorités ont écrit sur le thème des lampes perpétuelles, et W. Wynn Wescott estime le nombre d’auteurs ayant pris ce sujet en considération à plus de 150 et H. P. Blavatsky à 173.
Bien que les différents auteurs parviennent à des conclusions variées, une majorité admet l’existence des lampes prodigieuses. Seuls quelques uns soutenaient que les lampes brûlaient éternellement, mais beaucoup voulaient bien admettre qu’elles pouvaient rester allumées plusieurs siècles, sans renouvellement du combustible.
On pensait généralement que les mèches de ces lampes perpétuelles étaient faites d’asbeste tressée ou enroulée, que les premiers alchimistes appelaient ” laine de salamandre”. Il sembla que le combustible fût un produit de la recherche alchimique, peut-être fabriqué dans le temple du Mont Sinaï.
Plusieurs formules de préparation de ce combustible pour les lampes furent sauvegardées. Dans l’œuvre profonde d’H.P. Blavatsky, Isis Dévoilée, l’auteur recopie deux formules compliquées, empruntées aux auteurs primitifs, d’un combustible qui “une fois fabriqué et allumé, brûlera d’une flamme perpétuelle en tout lieu de votre choix”.

Certains croient que les prétendues lampes perpétuelles des temples étaient des dispositifs mécaniques truqués, et l’on colporta des explications bien peu sérieuses.
Il existe en Egypte d’importants gisements souterrains d’asphalte et de pétrole et certains en concluent que les prêtres reliaient les mèches d’asbeste à un gisement pétrolifère par un conduit secret qui reliait une ou plusieurs lampes.
D’autres pensent que la croyance selon laquelle les lampes brûlaient indéfiniment dans les tombes s’explique par certains cas de vapeurs ressemblant à de la fumée qui se déversaient à l’entrée des caveaux nouvellement dégagés.
Des groupes qui y sont entrés par la suite, ayant découvert des lampes répandues au sol, assurèrent qu’elles étaient la source des vapeurs. Il y eut quelques histoires bien documentées au sujet de la découverte des lampes perpétuelles non seulement en Egypte mais aussi en d’autres parties du monde.
Montfaucon de Villars fit ce récit fascinant de l’ouverture du caveau de Christian Rosenkreuz. Quand les Frères entrèrent dans le tombeau de leur illustre fondateur 120 ans après son décès, ils trouvèrent une lampe perpétuelle éclairant brillamment dans une suspension au plafond. “Une statue en armure (un robot ?) détruisit la source de lumière quand on ouvrait la salle.”
Cela se rapproche étrangement des récits des historiens arabes qui affirmaient que des automates gardaient les galeries sous la Grande Pyramide.
Un récit du 17ème siècle donne une autre version de ce robot. Dans le centre de l’Angleterre, on découvrit un tombeau étrange contenant un automate qui bougeait quand un intrus marchait sur certaines dalles du sol du caveau. A cette époque, le différend Rosicrucien était à son apogée, aussi décida-t-on que le tombeau était celui d’un initié Rose-Croix.
Un campagnard découvrit le tombeau et trouva l’intérieur brillamment éclairé par une lampe suspendue au plafond. Comme il marchait vers la lumière, son poids fit glisser les pierres du sol et, instantanément, une silhouette assise dans une lourde armure commença à bouger. Elle se dressa de façon mécanique et frappa la lampe avec une baguette de fer, la détruisant et empêchant ainsi la découverte de la substance secrète entretenant la flamme.
On ignore combien de temps la lampe avait brûlé, mais le compte-rendu fait état d’un nombre d’années considérable…





Par Tony Bushby ” 2003 d’après le Chapitre 8 de son livre The Secret in the Bible publié par Stanford Publishing Group et Joshua Books, PO Box 5149, Maroochydore BC, Qld 4558, Australia. 



Un mur autour des pyramides …




En 2002, de manière presque inaperçue par le public mondial, un vaste mur de béton, surmonté d’une grille, a été érigé autour du terrain de Gizeh. Dès le début, Armin Risi a observé la construction. Voici son premier rapport de la situation.
En mars 2002, j’ai entendu pour la première fois parler qu’un mur serait construit autour du plateau des pyramides et le terrain environnant. Des amis de retour d’Egypte, avaient vu les fondations ainsi que les premières parties du mur. Quand le petit groupe privé de touristes voulait suivre la ligne des fondations qui conduit jusqu’au désert, il en a été empêché par des gardiens armés.
On leur a interdit de faire d’autres photos, ce qui nous a tous rendus encore plus curieux. Qu’est-ce qui se passait ici ?
Un mur mystérieux, une cadence élevée de travail…
Apparemment, tout d’abord ce sont les fondations qui ont été érigées environ ½ mètre dans le sol, entremêlées d’une suite d’une double rangée de tiges en acier (avec tous les 10 cm deux des tiges en face). Pourquoi ce mur en béton doit-il être tellement renforcé ? Et pourquoi sur une longueur de plusieurs kilomètres ?
Et pourquoi les premières parties du mur, ont-elles été érigées à des angles très éloignés du plateau ou ni des touristes ni même les gens du pays se rendent ? Est-ce que l’on voulait cacher le plus longtemps possible ce que l’on recherche par ici ?
La visite suivante en juillet 2002 montrait que le mur grandissait à une cadence alarmante. Ici, on travaillait 24 heures par jour ! Et au sommet du mur d’une hauteur d’environ 4 mètres, se dressaient des tiges en fer de 3 mètres.
Lors des visites en décembre 2002 et février 2003, on pouvait constater ce que cette construction signifiait : entre-temps le mur avait atteint le plateau des pyramides et sur les tiges en fer des grilles avaient été fixées.
En avril 2002 j’avais informé le chercheur bien connu, le professeur Jim Hurtak, de cette construction. A cette époque, il n’en avait pas encore entendu parler, mais il envoya un collaborateur qui confirma la chose et ramena de nombreuses photos. Sur son site web, le professeur Hurtak publia l’estimation que le terrain emmuré aurait une superficie d’environ 8 km2.
De plus, il relata que « l’installation du mur est tellement gigantesque que dans ce but quelques bâtiments et logements de village ont certainement dû être démolis et enlevés. De ce fait, il faut supposer que ce n’est pas seulement l’intérêt des touristes qui est en jeu.
Ce que nous avons ici est un plan plus grand, bien réfléchi qui inclut également les sites environnants et doit sécuriser probablement des tombes souterraines, tunnels et couloirs…etc
Le financement de ce mur viendrait des USA, il est question, entre autre, de « Stanford University“
Quelles sont les motivations ? On sait que pendant les dernières années, de nombreuses fouilles ont eu lieu sur le plateau de Gizeh. Ainsi, le sol a été « radiographié » par sonde acoustique et les pyramides étaient plusieurs fois fermées quelques mois. En février 2003, les trois pyramides étaient fermées aux touristes. Pour des travaux de rénovation !
Serait-on en train de faire des recherches à l’intérieur ? Ou les rumeurs concernant des souterrains et espaces sous le plateau sont-elles fondées ? Des fouilles sont-elles programmées dont le public ne doit rien savoir ?
Ce ne sont que des spéculations, mais en tout cas cela vaut la peine de garder sous surveillance cette région dans un proche avenir surtout par des chercheurs indépendants.
Armin Risi
Selon plusieurs témoins, que depuis la construction de ce mur, les excavations en sous-sol vont bon train sur le site fermé et isolé des curieux, des bruits de grosses machineries sont également entendu, mais nul ne sait de quoi il s’agit réellement !
Une zone ou personne n’avait accès jusqu’à présent, a été découverte également, les États-Unis exercent une surveillance accrue sur une structure interne de la pyramide.
La chose la plus étonnante est que dans cette salle découverte il y avait une signature thermique importante, de la chaleur … Et on mentionne la présence d’une «entité».
Des forces spéciales ont été déployées aux alentours, et aux environ des 22, 23 avril cette entité inconnue est apparut, très grande, et étant vêtue d’or, portant une coiffe d’oiseaux. En consultant nos amis de la Geomatrix Gizeh, il semblerait que ce soit Thoth !

 



_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Sam 7 Nov - 19:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 7 Nov - 19:09

SUITE DE L'ARTICLE :



Thôt :






Dans la mythologie égyptienne, Thot est le dieu lunaire. Représenté comme un ibis au plumage blanc et noir ou comme un babouin, Thot capte la lumière de la lune, dont il régit les cycles, à tel point qu’il fut surnommé « le seigneur du temps ».
Inventeur de l’écriture et du langage, il est la « langue d’Atoum » et le dieu des scribes. Incarnation de l’intelligence et de la parole, il connaît les formules magiques auxquelles les dieux ne peuvent résister. Selon la légende, celui qui était capable de déchiffrer les formules magiques du Livre de Thot pouvait espérer surpasser même les dieux.
Le respect que Thot inspire lui vient de son savoir illimité. Toutes les sciences sont en sa possession : Il connaît tout et comprend tout. En tant que détenteur de la connaissance, il est chargé de la diffuser. C’est pourquoi il a inventé l’écriture. Les anciens égyptiens pensaient que le savoir et la connaissance leur avaient été transmis par des livres et des écrits que Thot avait volontairement abandonnés dans des temples.
Il préside à l’audition des morts au tribunal d’Osiris, et c’est Anubis qui pèse et juge les âmes en les comparant au poids d’une plume. Lors de son combat avec Seth, Horus perdit son œil, mais le retrouva par la suite grâce à Thot. Appelé « Oudjat », cet œil représente la victoire de l’ordre (légitime, Horus étant l’héritier du défunt Osiris) sur le chaos (Seth, qui perturbe l’ordre dynastique, et par conséquent l’ordre du monde).
On ne peut également s’empêcher de re-penser aux écrits et aux dires d’ Edgar Cayce !
Edgar Cayce, né en 1877 et mort en 1945, son oeuvre est considérable. Elle se compose d’environ 14 256 lectures, c’est à dire, de consultations et d’analyses données au cours d’une sorte de sommeil très spécial, apparenté à une transe médiumnique.
« Bientôt viendra le temps des grands changements ; et dans trois endroits différents, on exhumera les archives atlantes. Le Temple de l’Atlantide surgira à nouveau. C’est alors qu’on mettra à jour le temple, ou plutôt la salle des archives en Egypte, ainsi que les archives qui avaient été cachées au coeur du pays atlante : elles pourront y être retrouvées (…) Ces archives forment un tout »
A propos de la découverte de cette salle des Archives en Egypte à Gizeh, Cayce dit encore:
« En ce qui concerne les archives (géo)physiques, il sera nécessaire d’attendre que s’accomplisse le temps de la désintégration de ce qui a été fait par les volontés égoïstes du monde. Car rappelez-vous que ces archives ont été réunies dans l’optique des changements mondiaux ».
Un autre homme, Giordano Bruno, fut lui aussi l’un des premiers à oser dire que l’univers était infini et qu’il existait d’innombrables mondes habités …
Giordano Bruno est le premier à postuler, contre la doctrine de l’Église de l’époque, résultat : Il fut brulé par l’église !!
À la lecture de sa condamnation au bûcher, Bruno commente : « Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir. ». Le 17 février 1600, il est mis nu, la langue entravée par un mors de bois l’empêchant de parler et de crier, sur le Campo Dei Fiori et supplicié sur le bûcher devant la foule des pèlerins venus pour le Jubilé.
Tout semble lié au final, et tous les mystères et secrets qui nous entourent, aussi bien sur terre que sous terre, et même dans l’espace, seraient tous reliés par un fil mystèrieux…
Il n’est nul doute, que dans les pyramides, et sous ces pyramides, existent bel et bien des secrets cachés par les autorités, nous vivons dans un monde de mensonges constant, la vérité de notre monde, sur Terre, sous terre, et dans l’espace, est falsifiée et mensongère… Mais jusqu’à quand ?



La plus ambitieuse exploration des pyramides jamais entreprise… !


Le ministre des Antiquités égyptiennes annonce que l’institut français HIP et la faculté des
 ingénieurs du Caire vont organiser la campagne de thermographie infrarouge dans les pyramides.

Les technologies de Scan Pyramids pourront également étudier l’hypothèse de Nicholas Reeves dans le tombeau de Toutankhamon. Une fois les résultats obtenus, ce sera aux égyptologues de les interpréter.
« Quand on commence à utiliser ces technologies, c’est sans fin, a conclu Mamdouh Eldamaty. Nous allons les utiliser pour les pyramides, pour la sépulture de Toutankhamon, et si nous les validons, pour quantité d’autres monuments ! »
La Grande Pyramide a été pillée de nombreuses fois depuis l’Antiquité : l’accès actuel se fait d’ailleurs par une entrée creusée sur la face nord par des profanateurs, traditionnellement appelée galerie d’Al-Mamoun du nom du calife qui fit explorer l’édifice en 820 de notre ère.
Elle n’a livré aucun décor intérieur, ni vestige de mobilier funéraire. Et surtout pas le corps de son illustre propriétaire. A tel point que certains spécialistes se sont demandés s’il l’avait jamais occupé. Une problématique qui se pose pour l’ensemble des pyramides de l’Ancien Empire, toutes découvertes vides de mobilier funéraire et de dépouille royale. Il est toujours impossible, aujourd’hui, de décrire avec précision comment elle a été construite.
Le projet, est de dimension internationale, et réunira des chercheurs japonais, canadiens et français. Il mettra en oeuvre des techniques dites « non invasives et non destructives ». Toutes informations importantes à décrypter. Car au-delà de leur intérêt archéologique, les géantes antiques sont un symbole pour le pays.
Pas question d’aller y voir de trop près. Surtout pour des missions étrangères. Et interdiction formelle d’y faire le moindre accroc. « Percer un trou dans les pyramides, c’est percer le cœur de l’Egypte », disait en son temps l’archéologue Zahi Hawass, qui fut jusqu’à la chute d’Hosni Moubarak en 2011, le tout puissant patron des Antiquités Egyptiennes, et dont les fouilles furent les dernières menées dans Kheops.
La plus ambitieuse exploration des pyramides jamais entreprise… !



Les 5 grands mystères de la grande pyramide…


Cette exceptionnelle mission permettra peut-être de répondre – enfin ! – à des questions récurrentes. Car le « mystère des pyramides », qu’on se le dise, n’est pas qu’un cliché pour scénaristes en mal d’inspiration ! C’est aussi, depuis des décennies, un casse-tête pour les scientifiques.



Première énigme : leur construction. Particulièrement celle de Kheops, la plus grande de toutes.


Aujourd’hui encore, aucun archéologue, aucun architecte de bonne foi ne saurait dire avec certitude comment, à une époque où l’on ne connaissait pas la roue pour le transport, où l’on disposait seulement d’outils de pierre et de cuivre pur, ses bâtisseurs ont pu élever en vingt-cinq ans environ ce colosse aux mensurations impressionnantes : 146 mètres de haut, une superficie de 5 hectares, 2,5 millions de blocs, parmi lesquels des dalles de granit de 63 tonnes, qui ont été montées à 60 mètres de hauteur au-dessus de la chambre dite du Roi.
Les différentes théories à base de machines ou de rampes avancées ces dernières décennies ont toutes leurs limites, comme le reconnaît Rainer Stadelmann. L’archéologue allemand a procédé à de nombreuses expérimentations à Dahchour, à une quinzaine de kilomètres au sud de Saqqarah, où le roi Snefrou (2575 – 2551) a élevé la pyramide Sud, dite rhomboïdale, et la pyramide Nord, dite pyramide rouge : « Nous n’avons jamais réussi une démonstration absolue », dit–il.



Autre mystère : la structure interne des pyramides. 


Leurs plans, tels qu’on les connaît, révèlent d’inexplicables anomalies. Ainsi, la rhomboïdale présente deux entrées menant chacune à une chambre funéraire, dont l’une est située non sur la face nord mais sur la face ouest, fait unique dans l’Ancien Empire.
Quant à Kheops, elle est la seule à posséder trois chambres étagées dans son massif de pierre : une chambre souterraine abandonnée; une chambre dite de la Reine qui n’a jamais abrité la moindre sépulture d’épouse royale, et dont la fonction reste discutée; une chambre dite du Roi, ouverte aux visiteurs, où se trouve un sarcophage vide. Mais aucune antichambre…
Autre innovation : quatre énigmatiques conduits, dits de ventilation, la traversent. C’est d’ailleurs dans l’un d’entre eux que Zahi Hawass a conduit ses dernières missions d’exploration à l’aide de robots équipés d’une fibre optique.

La plus ambitieuse exploration des pyramides jamais entreprise… !

Dernière demeure des pharaons de l’Ancien Empire (2575 – 2134), selon la théorie en vigueur, les pyramides se devaient d’être inviolables. Les constructeurs ont donc multiplié fausses pistes et obstacles pour protéger les dépouilles et les trésors de leurs souverains. Lors des premières fouilles scientifiques, au 19e siècle, elles ont pourtant été retrouvées vides. Pillées ?
Reste que les diverses missions de détection, menées jusque-là, ont capté d’étranges fantômes dans ces massifs inviolables. De là à imaginer la présence de pièces secrètes…




Des techniques inspirées de l’industrie aérospatiale…





La mission internationale commencera début novembre 2015 pour se terminer fin 2016.
Sera scannée la pyramide dite rhomboïdale, du pharaon Snefrou, au fin parement de calcaire en partie conservé, et dont l’angle de pente a été modifié à mi hauteur. La pyramide rouge du même Snefrou suivra ; haute de 104 m, contre 146 à l’origine, elle mesure 220 m de côté.
Puis la mission, qui compte vingt-cinq personnes, étudiera ensuite les deux plus hautes pyramides du plateau désertique de Guizeh, dominant le Caire : la monumentale Khéops, 137 m aujourd’hui, contre 146 à l’origine et 230 m de côté, avant d’étudier sa jumelle Khéphren, 138 m sur 215 m de côté.
Plusieurs technologies d’exploration se succéderont, sans toucher aux édifices eux-mêmes. Deux missions de thermographie infrarouge – technique utilisée dans l’industrie aérospatiale -, l’une de courte durée menée par le spécialiste Jean-Claude Barré de LedLiquid, l’autre, d’une année au moins, conduite par l’université Laval de Québec, permettront d’établir une carte thermique des quatre monuments pour analyser la « peau » de la pyramide et détecter les vides intérieurs proches de la surface de calcaire.
« L’essentiel est d’avancer en mettant en œuvre de nouvelles approches, souligne Mehdi Tayoubi, président de HIP Institut. Beaucoup de missions précédentes ont tenté de percer les mystères des pyramides et si elles n’y sont pas parvenues, elles ont chacune fait progresser la connaissance comme ce fut le cas, par exemple, il y a tout juste trente ans, de la mission de la Fondation EDF, qui a décelé une anomalie de sous-densité en forme spiralée dans Kheops.
Notre objectif est d’apporter notre pierre à l’édifice et de préparer, en toute humilité, le chemin pour de futures missions de recherche scientifiques. »



C’est cette fameuse rampe intérieure en spirale qui pourrait être révélée par les images produites. Et apporter un début de réponse à l’énigme de la construction de ces monstres comme la pyramide de Khéfren, composée de 2,3 millions de blocs de pierre montés en gradins, d’un poids moyen de 2,5 tonnes chacun et pouvant atteindre les 200 tonnes pour les plus massifs.

L’opération Scan Pyramids, d’un million d’euros, financés par des mécénats de compétence et financiers, accompagne les grands chantiers culturels lancés par l’Egypte. Deux musées colossaux sont annoncés à Guizeh, au pied des pyramides.
Le Musée national égyptien des civilisations (NMEC) – de la préhistoire à aujourd’hui –, doté d’un centre culturel avec cinéma et commerces, ouvrira début 2016. Le Grand musée égyptien (GEM), qui devrait être terminé en 2018, présentera tous les vestiges et l’histoire du jeune Toutankhamon. Tandis que le musée national du Caire, place Tahrir, recélant les trésors de l’ancienne Egypte sera entièrement restauré dans son jus, comme s’il venait d’ouvrir en 1902.


Les pyramides d’Egypte sous les yeux inquisiteurs des drones…


Des annonces prometteuses qui devraient raviver l’intérêt international pour la terre des pharaons. La fréquentation touristique est en berne. Les 14,8 millions de visiteurs de 2010 seront moins de 9 millions en 2015. La manne du tourisme représente le tiers du PNB. La Haute Egypte souffre. Les sites y sont quasi déserts…
‘Scan Pyramids’ : sur wat.tv
une mission pour découvrir le secret des constructions des pyramides 
On peut supposer que comme par trop souvent, si de grandes découvertes sont faites, nous n’en saurons rien avant plusieurs années !
SOURCE :homme et espace.over-bloc.com 

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Lun 9 Nov - 21:25

Le Mythe des Géants


















De nombreuses traditions anciennes, mythes et légendes, relatent la présence de géants sur le sol terrestre, célèbres héros réels ou mythologiques qui ont traversé l'histoire de l'humanité. Les géants sont des humains d'un type particulier que nous connaissons par rapport à la bible avec les Nephilim, ces fils des anges et des femmes, et par les mythologies grecques et nordiques, en passant par David et Goliath, le livre d'Henoch. 

Le gigantisme est un fait scientifiquement constaté aux différentes périodes biologiques. Il suffit simplement de nous souvenir du gigantisme végétal de l'air primaire, ou plus tard au secondaire, et de la taille incroyable des dinosaures qui peuplèrent la Terre pendant des millions d'années. La fin du tertiaire quant à lui, a vu l'émergence de mammifères gigantesques comme les mammouths. 

En suivant cette logique, il est possible d'envisager aussi l'apparition d'hommes de très grandes tailles dans l'histoire de l'évolution. Des scientifiques semblent d'ailleurs avoir retrouvés quelques ossements d'hominidés de grandes statures, qui accréditeraient cette hypothèse. Des traces de ces géants ont été trouvés un peu partout dans le monde… 

Tout en se penchant sur l’archéologie, les découvertes d’ossements, ou encore l’histoire ancienne, Alex Hamilton-Brown tente de répondre aux questions que nous nous posons sur ces géants, en étudiant les témoignages de scientifiques, archéologues et écrivains. 





Le mythe des géants, est un documentaire (0h50)
qui cherche à élucider le mystère autour des ces créatures fantastiques,
qui depuis la nuit des temps, fascine et intrigue l’imaginaire humain. 






Voici quelques unes des découvertes ayant été récemment relatés : 

- Découverte d'un squelette géant dans une province du nord des Philippines 
mesurant plus de 5,18 mètres. 
- Découverte dans le sud-est de la Chine d'ossements appartenant à 
d'autres humains ayant une taille de plus de trois mètres. 
- Le Dr C.N. Dougherty a irréfutablement démontré qu'on a trouvé 
dans la vallée des Géants, au Texas, des centaines de traces de sauriens 
de différentes espèces et, dans chaque cas, ces empreintes
 s'accompagnaient de traces géantes de pas humain. 
- Le Dr Rex Gilroy (archéologue australien et directeur du Mount York Natural
 History Museum), a découvert tout récemment à Mount Victoria diverses 
empreintes fossiles de pieds de géant dont l'authenticité 
ne saurait être mise en doute. 
Louis Burkhater était un grand docteur qui représentait autrefois 
la France lors des congrès concernant l'histoire de la préhistoire. 
Celui-ci écrivit en 1950 : 
" Nous montrerons clairement que l'existence d'une race d'hommes
 gigantesques dans la période acheuléenne doit être considérée 
dès a présent comme prouvée scientifiquement "

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 7 Fév - 13:59


La cité ancienne de Nan Madol

Tout comme pour les monolithes de Stonehenge & les Moaïs de l'Ile de Pâques.. 
l'histoire locale raconte que lorsque Nan-Madol a été construite, un puissant magicien 
vivant dans la région a été sollicité et que son aide a été un facteur important dans 
l'achèvement de la construction. En particulier, il était responsable de la fourniture 
des énormes « bûches » de pierre utilisées dans beaucoup d'endroit de Nan Madol,
les faisant « voler » de leur lieu d'extraction jusqu'au site de construction.





Souvent baptisé « la Venise du Pacifique » Nan Madol est un site en ruines qui se trouve en Micronésie. 
Il est constitué d'une série de mystérieux îlots artificiels ... est-ce les vestiges de l'hypothétique Lémurie antique ?...






Nan Madol est une ville en ruine qui se trouve dans la partie sud-est de l'île de Pohnpei 
(actuellement l'un des quatre États fédérés de Micronésie). C'est un site constitué d'une 
série d'îlots artificiels qui fut la capitale de la dynastie Sau Deleur jusqu'aux alentours de 1500.
 Le nom de « Nan Madol », qui signifie « intervalles », fait référence aux canaux présents sur le site.









Autres structures énigmatiques de Micronésie à la Polynésie (entre Yonaguni et l'Ile de Paques):

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 7 Fév - 16:30


La Danta : 
la pyramide la plus grande du monde parmi toutes les autres.


Jusqu'à il y a peu, nous pensions que la plus grande pyramide du monde se trouvait en Egypte, à Gizeh. 
Cependant, CNN a diffusé toute une série de news consacrées à La Danta, 
pyramide située sur le site du Mirador (El Mirador) au Guatemala.





 
Richard Hansen, chercheur travaillant sur ce site antique maya, 
a annoncé que la pyramide s'étend sur une surface équivalente au centre-ville de Los Angeles.


Selon le National Geographic, la pyramide de Kheops ne représenterait pourtant 
pas moins de 2,5 millions de blocs de pierre pesant de 2,5 à 15 tonnes la pièce. 
Malgré cela, la pyramide du Mirador surpasserait encore celle de Kheops.

Située au cœur de la jungle, El Mirador est un site archéologique maya de l'époque préclassique dans le bassin du même nom, 
situé dans le département du Petén au Guatemala, à quelques kilomètres au sud de la frontière mexicaine, au cœur de la Réserve 
de biosphère Maya. Il se dressait au milieu d'une forêt pluviale dense parsemée de marécages saisonniers. Édifié à partir du -600 av. J.-C., 
il atteint son apogée entre le 3è siècle av. J.-C. et le 1er siècle pour être abandonné aux alentours de l'an 150 de notre ère. 
Le site fut réoccupé partiellement à l'Époque classique (ca. 700-900).



Le penchant des Mayas pour les fastes architecturaux apparut vers l'an 600 av. J.-C. 
avec la construction de pyramides très massives à El Mirador.
LIEN--> La Danta :



 El Mirador




Il s'agit d'une des premières et plus grandes cités de l'hémisphère ouest.
 En effet, il a été estimé que des centaines de milliers d'habitants occupaient
 la cité à son apogée notamment avec la construction du temple de la Danta.
La zone est également le premier état politique de l'hémisphère et le lieu 
des premières créations de réseaux routiers  au monde entre les 
différentes cités Maya ( Tintal, Nakbe, Naachtun).
Le Mirador contient la plus grande concentration de sites archéologiques 
(plus de 200 ) de la prériode pré-classique Maya (1000 ans avant JC 
et 250 après JC), témoignant de la grande activité qui s'y déroulait 
avant son abandon soudain 150 après JC.




LIEN--> El Mirador 








L'EXIL DES CITES ROYALES ET ​LA FONCTION DES PYRAMIDES.





Dans le monde entier, aujourd'hui nous avons retrouvé une multitude de pyramides.
Pour beaucoup d'entre elles encore, les lieux où elles se trouvent ne sont pas dégagés 
comme sur le site de Khéops ou encore comme celui celui de Theotihuacan.
La Chine par exemple, refuse catégoriquement que le touriste vienne y mettre les pieds. 
Nous ne pouvons même pas les survoler sous peine d'astreintes financières énormes, 
comme s'il s'agissait de sites militarisés. Ils passent leur temps à laisser les plantations dessus 
pour que nous ne puissions pas les voir. Pour eux, les pyramides sont trop sacrées pour les vulgariser 
comme l'Egypte le fait. Au Soudan par exemple, c'est encore différent.  La taille des édifices 
fait plutôt penser à des mastabas (tombes). Beaucoup confondent encore les pyramides avec 
les mastabas. Les mastabas ont une forme pyramidale mais, il s'agit d'édifices beaucoup 
plus petits et qui sont destinés au repos des morts. Les grandes pyramides étant sacrées, 
les Anciens aimaient penser que si une tombe avait la forme d'une pyramide, 
le défunt serait protégé pour toujours.



 
Dès lors, cela prouve en parallèle que les pyramides (et non les mastabas), peu importe leur taille, 
avaient un rôle de protection sur les habitants de leur cité. 
les pyramides étaient surement destinées à recréer localement un champ géomagnétique, 
comme celui que notre Terre a naturellement, le géomagnétisme. 
De petites pyramides devaient servir à protéger des parcelles de cultures, 
tandis que les plus grandes devaient servir de protection plus globale pour la population.



 LIEN--> LIRE LA SUITE ICI

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 20 Mar - 21:02


Les extraterrestres se sont des créatures de chair et de sang,

des créatures physiques tandis que les Djinns ,Démons et les Anges 
sont des créatures spirituelles,énergétiques, non-physiques par nature et origine.

L'astrophysicien Bruno Guiderdoni nous parle en tant que croyant de la façon dont nous devons 
rester humbles devant l'immensité de l'univers sans jamais cesser de mieux le comprendre et de l'explorer.
Cela constitue pour lui avec le fait d'apprendre à vivre nos différences les piliers de la condition humaine 
d'un homme qui cherche à comprendre le sens de l'univers dans lequel il évolue.



La pluralité des mondes habités(Docteur en astrophysique, Bruno Guiderdoni)






_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Lun 27 Fév - 21:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 20 Mar - 22:22

Énergie Libre 
Des secrets qui nous sont cachés

Les pyramides, sont considérées comme des tombeaux. 
Or dans aucune d'entre elles nous trouvons traces de sarcophages ou d'inscriptions royaux 
stipulant qu'il s'agit de tombeaux de rois. Alors pourquoi nous dit ont le contraire en permanence ? 
Parce que les vérités changeraient la donne pour les élites qui nous contrôle. 



_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 20 Mar - 22:48


La révélation des pyramides, est un documentaire (1h48) 



sur une théorie relative à l'origine de la construction des pyramides de Gizeh,
le rapport avec le nombre d'or et l'architecture, les autres sites archéologiques,
l'hypothèse selon laquelle Khéops aurait été construite de façon à avertir les hommes dans le futur.
(par Jacques Grimault et Patrice Pooyard)













_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Ven 11 Nov - 19:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 20 Mar - 23:29

Les preuves de l'existence d'une civilisation avancée
il y a plus de 10 000 ans avant J.-C.






_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Dim 20 Mar - 23:35


Jacques Grimault auteur de la série "La révélation des pyramides"
 est invité sur la libre antenne pour nous révéler en profondeur
 les secrets qu'il a découvert en Égypte.
Il fait le lien avec une histoire de l'humanité qui prendrait ses racines 
dans une version occultée par la l'historiographie officielle.
Le chercheur se prête au jeu en répondant au maximum de questions des metanautes


La libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur www.metatv.org





_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Ven 11 Nov - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1052
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   Sam 9 Avr - 12:46

Le MYSTÈRIEUX SPHINX
Qui l'a construit ? Il date de quand ? Quel mystère cache-t-il ?
Remise en question de l'énigme non résolue du célèbre sphinx de Gizeh. 



version officielle mais néanmoins intéressante ...


Le groupe le plus dingo de sa génération / La Femme - Sphynx


_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>


Dernière édition par ClauD.31 le Lun 27 Fév - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: " Archéologie Interdite "   

Revenir en haut Aller en bas
 
" Archéologie Interdite "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Histoires, archéologie et anthropologie.
» L'archéologie préventive.
» Archéologie viking
» Archéologie « C'est arrivé près de chez vous »
» archéologie naval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Légendes et Mystères :: Anciennes Civilisations-
Sauter vers: