Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1147
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Jeu 11 Sep - 19:19

Rappel du premier message :

Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens





La secrétaire d’Etat ajointe américaine Victoria Nuland a jugé «totalement inadmissible  » l’intervention policière contre l’opposition en Ukraine, et appelé le pays à « sauver son avenir européen », à l’issue d’un entretien avec le président Viktor Ianoukovitch à Kiev.

« Je lui ai dit clairement que ce qui s’était passé la nuit dernière était absolument inadmissible dans un Etat démocratique », a déclaré Mme Nuland à la presse.


Le Figaro.



Vu sur Fdesouche.


Dernière édition par orné le Ven 12 Sep - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 6 Juin - 7:39

Bonjour,
Il semblerait que ça y est le gouvernement illégitime ukrainien ont décidé de reprendre les hostilités. Et ce, au mépris totale des accords internationaux qui ont été décidé et ratifié sous l'égide des accords de Minsk (Minsk 2.0). De plus pouvons nous parler d'une réelle contre-offensive ? J'en doute très fort, en ont-ils seulement encore les moyens, quand ont voit l'état de délabrement de ce qu'il lui reste d'armée, on est en droit d'en douter. ça dernière campagne militaire avait été un fiasco sans précédent. C'est parce que nos médias de masse, avait pas tellement insisté sur ce point, mais quand on se donne la peine de se pencher plus en profondeur sur se dossier, on sait à quel point ils ont morflé. Je pense qu'ici, le seule but est la provocation, et tuer lâchement des civiles, ils ne savent faire que ça, et d'accuser la Russie de leur porter une aide. Il est vraiment temps de les mettre hors d'état de nuire.
Orné.


OSCE : la ville de Donetsk secouée par 249 explosions en 9 heures

Bien évidement, officiellement, pour les américains, c’est Poutine qui est totalement responsable, officiellement…

Les observateurs de l’OSCE ont enregistré une forte hausse du nombre de violations du cessez-le-feu à Donetsk en Ukraine et rendu compte des combats les plus féroces depuis sa conclusion. Le Conseil de Sécurité de l’ONU débattra la crise le 5 juin.



Le rapport publié par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) indique que les observateurs de la mission en Ukraine ont documenté 249 explosions en 9 heures à Donetsk et dans ses environs. Selon le texte, les deux parties au conflit ont utilisé «de l’artillerie, des systèmes de mortier et des lance-roquettes multiples» dans la région de l’aéroport de Donetsk. Le rapport indique également des tirs intensifs d’artillerie sur la ville de Donetsk elle-même. «Depuis l’hôtel Park Inn Hotel, la Mission spéciale d’observation a entendu au moins 17 salves de lance-roquettes multiples et environ 100 tirs d’artillerie sur la ville», lit-on dans le rapport.



Les représentants de l’OSCE ont déclaré qu’ils avaient essayé de pénétrer dans six zones d’entreposage des armes lourdes de l’armée ukrainienne, comme les y autorisent les accords de Minsk II, mais se sont vus refuser l’accès à trois de ces zones. Dans deux zones sur les trois inspectées, les observateurs ont enregistré l’absence de systèmes de lance-roquettes multiples Grad.


En attendant, Ivica Dacic, président en exercice de l'OSCE et ministre des Affaires étrangères de Serbie, a appelé les parties au conflit à s’abstenir du recours à la force, respecter les accords de Minsk et se rasseoir à la table des négociations.

L’Ukraine a initié la séance du Conseil de sécurité de l’ONU le 5 juin. Kiev espère que le Conseil de sécurité discutera de la situation dans la cité de Marinka où des combats intenses ont eu lieu, comme a twitté l’ambassadeur ukrainien auprès de l’ONU Youri Sergeev.

La situation à Donetsk ne s’est pas calmée pendant la nuit de vendredi. Selon le service de presse de l’administration de la ville, des tirs d’artillerie ont été entendus régulièrement dans différents quartiers de la ville, la canonnade n’a pas cessé. La caserne de pompiers de Donetsk, dont le personnel s’est habitué à travailler dans des conditions de guerre, a été prise pour cible, d’après le correspondant de RT qui est en ce moment à Donetsk. Les pompiers continuent à travailler sous les tirs d’artillerie.



Des parties de Donetsk sont en ruines après des jours de combats intenses les 3-4 juin qui ont éclaté à travers la région. Le rapport publié par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) indique que les observateurs de la mission en Ukraine ont documenté 249 explosions en 9 heures à Donetsk et dans ses environs.

En savoir plus : Les combats reprennent de plus belle à Donetsk, on rapporte 19 victimes et de vastes dégâts

Mais pour les Etats-Unis, ce sont les insurgés de la République autoproclamée de Donetsk qui violent le cessez-le-feu en Ukraine. C’est ce qu’affirme la porte-parole du Département d’Etat Marie Harf en conférence de presse. Le Département d’Etat ne cache pas que ces déclarations ne se basent pas seulement sur les rapports de l’OSCE, mais aussi sur sa propre analyse. Marie Harf a montré une carte qui indique en rouge les lieux où les observateurs de l’OSCE seraient interdits d’accès par les insurgés du Donbass. Au demeurant, la représentante du Département d’Etat admet que les autorités américaines ont reçu cette carte du gouvernement britannique.



http://francais.rt.com/international/2945-osce--donetsk-secouee-explosions

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 8 Juin - 1:10

Une guerre de plus pour Porochenko (Ukraine, Moldavie contre Transnistrie)

Dans le cadre de sa récente visite en Italie, Vladimir Poutine à réalisé une interview pour le journal Il Corriere della Sera (en anglais ici, je crois que personne ne l’a encore traduite en Français). Dans cette interview le président Russe dit notamment ceci «Je crois que seul un fou, et seulement dans un rêve, peut imaginer que la Russie attaque soudainement l’OTAN. Il me semble que certains pays tirent simplement profit des craintes des gens par rapport à la Russie. Ils veulent juste jouer le rôle de pays aux avant-postes qui devraient recevoir certains équipements militaires supplémentaires, des aides économiques, financières autres».

Ces quelques mots de bon sens pour introduire la dernière vidéo de Vincent Parlier (encore merci à lui pour son travail), qui nous montre et nous explique qu’hélas il y a encore quelques « fous » en circulation, qui sont prêt à ouvrir une nouvelle ligne de confrontation avec la Russie en Transnitrie, et ce avec la participation active de l’OTAN.

une provocation de cet ordre pourrait mettre le feu aux poudres…




Ukraine : Drôle de guerre à Marioupol

Depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine, Marioupol a déjà repoussé trois offensives des séparatistes pro-russes. Avec les accords de Minsk conclus en février dernier et l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, la ligne de front s’est figée à une dizaine de kilomètres de la ville. Pour autant, ce n’est pas non plus la paix à Marioupol. Chaque nuit, des combats ont lieu à la périphérie de la ville. Un entre-deux. Une drôle de guerre.




Marioupol est un verrou ukrainien entre la Russie, les républiques séparatistes et la Crimée, annexée par la Russie. Une cité portuaire et industrielle stratégique, au bord de la mer d’Azov. Le combinat Mettinvest emploie 35.000 ouvriers et les hauts-fourneaux n’ont jamais cessé leur activité, malgré la proximité de la ligne de front, à une dizaine de kilomètres.

À Marioupol, un réseau de volontaires s’est formé pour soutenir les troupes sur le front et les civils dans la ville. Sur la jetée du port de Marioupol, les hommes pèchent au son du canon, imperturbables.


Les combats se déroulent en bord de mer, dans l’ancienne station balnéaire de Shirokine. À tout moment, Marioupol s’attend à un nouvel assaut. Une dizaine de ligne de défense successives ont été dressées, des dizaines de kilomètres de tranchés creusées.

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 9 Juin - 2:42

Bonsoir les amis
Le vent commence à tourner pour Porochenko et les américains colonisateurs...Le peuple commence à comprendre, je me demande comment nos cher médias complicex vont expliquer ça, vu que eux aussi sont vendu aux américains...Sans doute se sera la faute des russes ? qui aurait par exemple envoyé des agents provocateurs, pourquoi pas vu que cet eux (les américains, coutumier ce cette technique)
Akasha.


L’Ukraine aux ukrainiens (vidéo)

Cela n’est plus à prouver, l’Ukraine n’est plus entre les mains des ukrainiens, mais des États-Unis avec quelques complices-traitres du pays pour maintenir un semblant d’illusion, mais les preuves sont-là, le pays est aux mains de la finance américaine. Seulement, la population en a marre, et elle le fait savoir, défilant avec des pancartes ne laissant que peu de doute sur leur opinion du gouvernement en place…





https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/06/08/kiev-des-milliers-de-manifestants-non-encagoules-protestent/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 15 Juin - 17:32

Bonsoir mes frères & mes sœurs
Aujourd'hui j'ai des nouvelles pour vous de la petite merdeuse nazie d'Ukraine..Vous vous rappelez ? Celle-là même dont le beau magazine "Elle" en avait fais l'apologye, la présentant comme une nana courageuse qui combattait les méchant russophone.... fort heureusement des gens comme-nous fut vigilent et avait vite remis l'église au milieu du village..Au point qu'elles (les journalistes studieuses) n'avaient pris le risque de contester. Et avait dû présenter leurs excuses...Eh bien la petite merdeuse a encore fait parler d'elle..Et grâce à elle et sa bêtise incroyable, elle nous démontre comment vont les choses en Ukraine, et nous prouve une fois de plus qu'elle genre de régime est protéger par les Etats-Unis et l'EU..Ainsi que les mensonges répéter par nos médias complice ! Pourquoi les médias ne nous montrent-ils pas ça ?! Sur le sujet, il y en a des dizaines de preuve irréfutable du même acabit ! Preuve que les médias ne font plus leur boulot... Franchement cette vidéo est un condensé de ce qu'il se fait de pire dans ce régime insensé !
Akasha


Des nouvelles de l’égérie nazie du magazine "ELLE" (la petite merdeuse)



Les cruches de chez Elle avaient titré leur beau article "Ukraine, une guerre si particulière" franchement elles ne pensaient pas si bien dire...

Ukraine : l’héroïne pseudo néonazi du magazine « Elle », dans toute sa splendeur



Quand le magazine "Elle" fait l’apologie d’une criminelle néonazie ukrainienne (voir "ELLE" N 3594 - 14 au 20 Novembre 2014 http://www.akyla.net/zhenskie-na-frantsuzskom/zhurnal-elle/81-elle/7214, page 150).
La charmante blonde ukrainienne Vita Zaveroukha, ne se révèle pas si charmante, quand on y regarde de plus près. Cette jeune fille de 18 ans fait la guerre avec le bataillon « Aïdar » et sait déjà se servir d’une mitraillette. Sur ses pages des différents réseaux sociaux, la jeune fasciste déclare que la trêve est mal venue et empêche seulement la Natsgvardia ukrainienne d’aller plus loin . Elle termine son message par un appel littéral au génocide de la population russe.
« La trêve ne fait que compliquer et prolonger la guerre. J’aime mon pays. Mais je me suis mise à détester les gens qui y vivent. Il faut un génocide de la population russe ! » écrit Vita Zaveroukha.
.La jeune néonazie s’était rendue célèbre, quelques jours auparavant, quand une vidéo sur Internet a montré la TES - La Centrale thermique de Lougansk en train de brûler. (vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=ej0TC43QgGw) C’est Vita qui commente hors cadre. D’une voix qui ne correspond pas à son apparence angélique, elle déclare, en jurant grossièrement :
« Ainsi brûle la TES de Lougansk. Et nous attendons un assaut des « moscovites ». Par contre, nous avons sauvé notre petit chaton.. Regardez comme ça brûle super bien! », se réjouit la jeune fille hors cadre. Cet incendie a provoqué d’énormes dégâts en laissant plus d’un million d’habitant sans électricité.
Sur sa page, elle écrit sans frémir « gloire au fascisme », tourne en dérision les « séparatistes » tués, et recueille avec soin toutes les allusions des médias qui la concernent. Les jouets préférés de la blonde de 18 ans, c’est son fusil automatique et les cocktails Molotov. Selon certaines données, Vita était du nombre de ceux qui, en mai, avaient organisé l’incendie de la maison des syndicats à Odessa.

"Je fais la propagande du nazisme, de la terreur et du génocide. En même temps, je ne suis pas quelqu’un de mauvais.
Tout se justifie par "La guerre au nom de la paix" Si je m’arrête avant de terminer l’affaire, uniquement dans ce cas mes actions ne seront pas être justifiées .On ne juge pas les vainqueurs", - déclare Vita sur son mur vK...

plus de documents: http://soutien-rebellion-donbass.blogspot.fr/2014/12/quand-lange-devient-succube.html

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1147
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 9 Aoû - 10:31

Critique argumentée de certaines relectures politiques de l’histoire, tant russes qu’ukrainiennes, par Marie Pascal

Marie PASCAL – Juillet 2015

Selon l’historiographie russe classique, dès le X s. le premier État russe , ou Rus’ de Kiev (en russe “Kievskaja Rus’”, qu’autrefois on traduisait “Russie Kiévienne”) était unifié et organisé autour de sa capitale Kiev et d’un unique Prince : Oleg, suivi d’Igor puis de Vladimir qui y introduisit le christianisme en 988. A partir du XI  s. commença une période dite du “morcellement féodal” (“period feodalnoj rasdroblennosti”) de la Rus’ en différentes principautés, les “princes russes” s’unissant ou s’opposant les uns aux autres  suivant leurs choix politiques. La date officielle de la fin de la Rus’ unifiée est  celle de la mort du prince Mstislav le Grand en 1132.

[color=#ccccff]En 1154, le prince André  Bogolioubski, succédant à son père sur le trône de Kiev, décida de déplacer la capitale de la Rus’ à Vladimir-sur-Kliazma, ville située au cœur du “Zaliessyé” (du mot forêt : “l’es” qui se prononce à peu près comme le mot français “liesse”), zone de forêts traversée de rivières navigables: la Kliazma et la Moskva, affluents de l’Oka, qui elle se jette dans la Volga.

Au XIV s. ses descendants reprirent le flambeau en repoussant les Mongols et en unifiant les principautés russes autour d’une nouvelle capitale, Moscou, qui avait pris la prééminence sur Vladimir dans cette région du Zaliessyé.


Dans cette version, l’histoire de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine ne font qu’une durant tout le moyen-âge. Cette région du sud-ouest de la Rus’ n’a  ni nom à elle, ni contours définis avant l’apparition du nom “Ukraine” au XVII s. De plus l’accent porte sur le déplacement de la capitale et du centre de gravité de l’État russe depuis Kiev jusqu’à Vladimir et Moscou, ne laissant à Kiev que le rôle de ville déclassée, et à la future Ukraine celui de région excentrée.



On comprend que cette histoire-là ne plaise guère aux Ukrainiens. En particulier depuis que les dirigeants de l’Ukraine ont décidé de rompre les liens entre leur pays et la Fédération de Russie, les Ukrainiens  aimeraient trouver dans l’histoire la trace d’un État qui serait l’ancêtre de l’Ukraine mais pas celui de la Russie. C’est ainsi qu’on entend actuellement en Ukraine une version de l’histoire de la Rus’ où la principauté de Kiev, au Moyen-âge, était indépendante des autres principautés de la Russie ancienne, de sorte qu’on peut dire que l’Ukraine, État héritier de la Rus’ de Kiev,  et la Russie issue des autres principautés,  ont des histoires parallèles mais qui ne se confondent pas. On retrouve la source de cette idée dans de nombreuses historiographies, à l’instar de l’encyclopédie Larousse (en ligne)  qui affirme que « au milieu de XII s, cet État (de la Russie Kiévienne) s’(est) désintégré en principautés indépendantes ».

Dans cette version évidemment développée en Ukraine, le nom ” Rus’ ” sert à nommer la principauté de Kiev, au moins à partir du XII s., les territoires de l’ouest et nord-ouest de la Russie actuelle n’en faisant donc pas partie. Par exemple, dans l’article de Wikipédia en ukrainien “Українці” (“Ukrainiens” ), nous pouvons lire :    ” (Le nom Rus’) est utilisé comme nom du peuple Ukrainien du XIII s. au début du XX s. ; du XVIII au XX s. on emploie parallèlement le terme ” Ukrainiens”.  Nous avons  aussi pu entendre l’écrivain ukrainien Andreï Kourkov, lors d’une visite en France en 2014,  dire que au Moyen-Âge  il existait  “plusieurs Rus’  : la Rus’ de Kiev, la Rus’ de Vladimir, la Rus’ de Novgorod”, présentant ainsi ces principautés comme des États différents existant en parallèle.

Quelques soient les mots et les procédés employés, ou les dates choisies, on constate une volonté de prouver  l’existence de l’Ukraine comme Nation différente de la Russie dès le Moyen-Âge.

On voit bien les lectures politiques qui sous-tendent ces 2 visions opposées. D’un côté, l’accent est mis sur l’origine commune des slaves orientaux (actuels Russes, Biélorusses et Ukrainiens), peuples frères, appelés à vivre ensemble et coopérer. Il est clair que les Russes insistent lourdement sur cette « unité » des peuples slaves en général, et slaves orientaux en particulier.

De l’autre on insiste sur les différences entre deux peuples (Russes et Ukrainiens), deux nations proches mais distinctes dès les origines. Et de part et d’autre on s’appuie sur cette lecture historique pour légitimer les relations politiques actuelles. Il y a donc des deux côtés une instrumentalisation de l’histoire, qui en elle-même est dangereuse.

***

Mais face à des visions aussi différentes, voire contradictoires, nous devons aussi nous poser  la question d’éventuelles“réécritures” de l’histoire. Est-ce que les sources historiques fiables infirment ou confirment les affirmations des uns et des autres? Comment savoir qui réécrit quoi, et à partir de quoi?

C’est ce que nous allons essayer ici de présenter et résumer, à partir de faits que les historiens spécialistes de cette période, français entre autres,  ont pu dégager en étudiant de près les sources, sans parti pris. Nous nous sommes centrés sur la question de la Principauté de Kiev comme entité politique autonome. Dans la Rus’ de Kiev, les sources affirment-elles l’existence d’une seule entité politique, ou de plusieurs entités distinctes politiquement?

Pour cela,  nous nous sommes posé plusieurs questions:


   -A quoi correspond exactement l’ethnonyme Rus’ ?
   -Quelles fonctions  recouvre à l’époque le titre de “prince” (Knjaz’), et le Prince de Kiev a-t-il un rôle particulier par rapport aux autres princes?
   -La Rus’ a-t-elle été véritablement un État unifié autour de Kiev de 882 à 1132 (soit pendant 150 ans) ?
   -Durant cette période, existait-t-il une seule principauté ou plusieurs ?
   -Quel phénomène est à l’origine de la multiplication des principautés, et quand commence-t-il ?
   -Après 1132, les principautés peuvent-elles être considérés comme des micro-Etats indépendants de la Principauté de Kiev?
   -En 1157 y a-t-il eu véritablement “transfert” de la capitale, depuis Kiev jusqu’à une ville du Zaliessyé, ou bien y a-t-il création d’un nouvel État à partir de la principauté de Vladimir-Souzdal?


1. A quoi correspond l’ethnonyme Rus’ ? Quels sens recouvre ce mot en russe ?

Il s’agit d’abord du nom d’un peuple ou groupe de scandinaves, appelés aussi “Varègues” (“Varjag” en russe), qui est le nom des Vikings sur les territoires des slaves orientaux. Si l’occident connut surtout les Vikings comme pillards, ici ils furent d’abord marchands et mercenaires.

Mercenaires car ces guerriers de valeur sont souvent engagés pour renforcer les troupes locales, tant grecques que slaves. Marchands, ils naviguent sur les nombreux fleuves de l’est de l’Europe  pour aller de la Scandinavie à Byzance, et de là commercer avec l’Orient. La “route des Varègues aux Grecs” traverse ce qu’ils appellent “Gardariki”, le pays des villes, c’est à dire des habitations regroupées et  protégées par une enceinte faite de troncs d’arbres. Au IX siècle ce pays est peuplé de tribus slaves et finno-ougriennes.

Les Varègues cherchent à contrôler les points de passages de leurs bateaux, afin de ne pas avoir à payer trop de “péages”. Peu à peu, ils s’installent comme dirigeants de ville, chefs ou membres de l’armée protégeant les populations locales : le Knjaz’ et sa droujina (milice) Varègue sont nés.

Le nom de Rus’ apparaît alors pour désigner non plus des Scandinaves, mais le territoire qu’ils contrôlent et peu à peu l’ensemble des habitants de ces territoires. Ce terme est connu non seulement dans des sources slaves sous ce vocable de Rus’ (Русь) mais aussi dans des sources grecques (sous le nom de Rhôs pour les personnes et Rhosia pour le territoire) et latines (Rusia).

Dans certains cas l’auteur grec semble désigner seulement ce qu’on appelle aussi la principauté de Kiev, mais parallèlement le nom sert aussi à l’ensemble du territoire contrôlé par les Rus’-Varègues. Les Varègues arrivent en effet en ” Rus’ ” par le nord. Le premier prince de la Rus’, Riourik, personnage semi-légendaire (ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas existé), s’installe à Novgorod sur les bords du lac Ilmène. Les premiers princes de Kiev gardent le contrôle total de cette ville et de ses territoires  jusqu’à la fondation de la “république de Novgorod” en 1137, et par la suite Novgorod et Kiev gardent des liens (économiques, politiques et religieux) sans interruption.

La Rus’ est donc, dans les sources anciennes, le territoire dont le centre est Kiev, mais selon le point de vue de celui qui écrit, ce territoire peut comprendre ou non toutes les terres du Nord rattachées à Novgorod, les territoires intermédiaires et le Zaliessyé, ce dernier sens étant le plus fréquent. Il n’est donc pas légitime de dire que le nom Rus’ , dans l’utilisation qui en est faite dans les chroniques en vieux-russe, en latin et en grec, ne concerne que les territoires situés autour de Kiev.

Il est vrai qu’aujourd’hui on peut trouver les expressions Novgorodskaja Rus’, Kievskaja Rus’, Vladimirskaja Rus’  et même Moskovskaja Rus’ , la “Rus’ moscovite”. Car le mot Rus’, avec ou sans l’adjectif “drevnjaja” (ancienne, antique) est employé en russe moderne dans le sens de “Russie ancienne”, du IX au XVI s. , donc plus pour signifier une époque qu’un territoire.

Ainsi la Rus’ de Vladimir signifie l’époque où Vladimir était capitale de la Rus’. Quant à “Novgorodskaja Rus’ ” ou Rus’ de Novgorod, cela peut signifier la principauté de Novgorod à l’époque où elle était indépendante et florissante (du IX au XV s.) , ou bien dans un sens étroit la période où Novgorod était “capitale” de la Rus’ (862-880). Dans tous ces emplois, on remarque qu’il s’agit d’un sens chronologique et non géographique. Ainsi quant un Russe  parle de la Rus’  de Novgorod, de Kiev,  de Vladimir ou de Moscou, il parle d’époques différentes (et successives) et non d’États différents (et concomitants).


Nous pouvons cependant remarquer que l’accent mis par les Russes depuis le XIX s. sur la “naissance de l’État russe” à Veliki Novgorod, ville qui s’enorgueillit aujourd’hui d’être la “Patrie de la Russie” (“Rodina Rossii”),  avait déjà une résonance politique : la toute première capitale de la Russie est ainsi sur un territoire qui est toujours resté russe, contrairement à Kiev qui passa au XIV s. sous la couronne Lituanienne.



2. Sur le sens du mot “prince ” en général et en particulier le rôle du Prince de Kiev

L’historien français d’origine russe Vladimir Vodoff et aujourd’hui son ancien élève Pierre Gonneau ont particulièrement étudié ce terme et cette fonction par une lecture très fouillées des textes des anciennes chroniques russes, recoupées avec des sources grecques, arabes ou latines. En Russie, un travail de même nature (étude philologique des textes) est fait par Fiodor Ouspensky, sur les noms des princes, les moments clés de leur vie etc. (cf. cours en russe http://arzamas.academy/courses/20 )

“Knjaz’” , mot traduit habituellement  par prince, signifie simplement “chef”. Dans les textes grecs c’est le mot “archonte” qui est employé. Le rôle du “prince” , chef d’une petite armée d’hommes qui lui sont attachés, est de défendre un territoire en échange d’une sorte d’impôt en nature. Il exerce ses fonctions sur un territoire rattaché à une ville fortifiée. Ce territoire que nous appelons principauté tire donc son nom de la ville-siège, parfois de deux villes (Principauté de Vladimir-Souzdal en Zaliessyé, par exemple, ou bien celle de Galicie-Volhynie, qui tire son nom des villes de Volhyn et Galitch).

Le prince de Kiev n’a d’abord pas de titre particulier, le terme de  “Grand Prince” pour le prince de Kiev, puis celui de Vladimir-sur-Kliazma, n’apparait pas avant le XII s. Il a cependant un rôle particulier parmi tous les princes de la Rus’.

Après une étude poussée des sources concernant les années 1146-1148, centrées sur la figure du prince à Novgorod et à Kiev, P. Gonneau, de l’École Pratique des Hautes Études,  peut écrire : ” Le prince de Kiev ne se contente pas de régner sur la capitale et d’être le chef moral de l’ensemble des terres russes. C’est lui qui établit le prince de Novgorod (…). Il distribue les principautés voisines de Kiev et y ajoute ou retranche des cités (…). Il envoie ses parents et vassaux exécuter des missions (…). Il organise quand le besoin s’en fait sentir un congrès (…) de princes (…). Il arbitre les querelles entre princes, à leur demande, et pour garantir la paix et la prospérité du pays. (…)  Il conclut la paix avec les voisins nomades de la Rus’, les Polovtses (…). Le prince de Kiev intervient aussi dans les affaires de l’Église (…). La vassalité envers le prince de Kiev doit se manifester par les honneurs qu’on lui rend (čest’ priložiti). Agir de son propre chef, en particulier pour disposer de fiefs à la suite d’un changement de souverain est un manquement grave à l’étiquette, sanctionnable par la confiscation (…). (Le texte complet du résumé du cours de P. Gonneau à l’EPHE, avec références des sources, est accessible ici : http://ashp.revues.org/306 )

3. La Rus’ est-elle un État unifié autour de Kiev de 882 à 1132 (soit pendant 150 ans), et éclaté ensuite en principautés indépendantes?

Dans le paragraphe ci-dessus, on a pu remarquer  que la description du rôle du Prince de Kiev est faite sur la base de documents décrivant les années 1146-1148, soit en pleine période dite du “morcellement féodal”. On peut donc constater que malgré la multiplication réelle de petites principautés, la prééminence de Kiev a bien perduré au delà de la fameuse date de 1132, sur tout le territoire de la Rus’ , que celui-ci soit actuellement russe ou Ukrainien. Mais qu’en est-il de la période antérieure à 1132 ?

A l’époque de Riourik  régnant à Novgorod (862-879), deux autres Varègues, Askold et Dir auraient pris par la force la direction de la ville de Kiev et des territoires . Le successeur de Riourik, Oleg, s’installe à Kiev en 882 en assassinant Askold et Dir, et transfère la capitale des Rus’ à Kiev.  La chronique rapporte qu’il la nomme alors “Mère des villes russes”, ce qui est un calque du grec “métropolis”.

Sous les règnes d’Oleg et de ses successeurs Igor, Olga et Sviatoslav (jusqu’en 972), il apparaît dans toutes les études  que la Rus’ s’organise comme un État unique, avec un unique souverain reconnu sur tout le territoire. Cependant cet État garde toujours un caractère “bipolaire”. La ville de Novgorod continue en effet à jouer un grand rôle pour le nord du pays, mais cette ville et sa principauté sont sous la dépendance du prince de Kiev.

Si on trouve dans les chroniques  la mention d’autres princes, il s’agit soit de personnes régnant sur des territoires indépendants de Kiev  (par exemple Polotsk, qui sera conquis par Vladimir, fils de Sviatoslav) soit de princes clairement subordonnés au prince de Kiev.

Les années 980-1054, celles de la monarchie de Vladimir et de son fils Yaroslav, peuvent être décrites aussi comme celle d’un monopole du pouvoir. Cependant la lutte de Vladimir contre ses frères (977- 980) pour l’accession au trône de Kiev suit déjà le schéma qui se répétera de génération en génération et fait apparaître la faille qui emportera le système deux siècles plus tard.

Quel est donc ce schéma de succession des princes russes et comment aboutit-il au “morcellement féodal”?

4. L’apparition des principautés et le morcellement du territoire

La succession sur le trône de Kiev obéit au principe du séniorat (appelé en russe “lestvičnoje pravo”, que l’on peut traduire par “droit des degrés”). Selon la formulation de Wikipédia , “le séniorat est, en droit des successions, une loi coutumière appliquée par la plupart des dynasties slaves du haut Moyen Âge, selon laquelle la couronne va au membre le plus âgé et/ou le plus compétent de la famille régnante.  Le successeur est habituellement désigné du vivant du roi en exercice”.

Le prince régnant répartit lui-même pouvoir et territoires entre ses descendants mâles , qui doivent reconnaître la prééminence d’un “ aîné ” qui siège à Kiev. Mais cet “aîné” n’est pas forcément le fils aîné du fils aîné : un oncle, un cousin ou un frère peut aussi prétendre au trône.

Fiodor Ouspensky (http://arzamas.academy/materials/691) décrit ainsi ce système: “La répartition des sièges parmi les Riourikides avait lieu selon le principe des degrés (“lestvičnyj princip”). Les sièges avaient chacun son rang, par exemple  Kiev était le siège principal, le deuxième en importance était  Novgorod, le troisième Tchernigov et ainsi de suite.” Ouspensky précise que la hiérarchie des villes inférieures à Kiev changea suivant les époques. “Quand un des princes mourait, son siège passait au suivant selon la hiérarchie, et théoriquement tous les princes de rang inférieur devaient alors changer de ville-siège. Étaient “exclus”  du système les enfants d’un prince qui n’avait pu obtenir le siège principal durant sa vie. Par exemple tout fils de prince dont le père mourait avant son propre père devenait un “izgoj”, un “exclu”.”

Ainsi tous les princes de Kiev du IX au XIII s. ont été auparavant prince d’au moins une autre ville. Par exemple,Vladimir Sviatoslavitch (Saint Vladimir) est d’abord prince de Novgorod, qu’il fuit en 977 quand il comprend que son frère veut s’en emparer par la force. Réfugié à la cour de Norvège, il reprend Novgorod et de là, prend Polotsk (alors indépendant de la Rus’ des descendants de Riourik) et enfin Kiev en 980.

Dès 1097, le système montre ses limites et pour éviter des guerres fratricides les princes se réunissent à Lioubetch.  Selon les termes de l’article “Congrès de Lioubetch” sur Wikipédia en français, “ils décident la formation de principautés autonomes en Russie, réunies sous l’autorité du prince de Kiev. La passation des pouvoirs de père en fils est systématiquement adoptée sauf pour le titre de grand-prince de Kiev qui sera toujours attribué selon l’ancienne règle.”
Ainsi au XII s. le célèbre Vladimir Monomaque est prince de Smolensk, puis de Tchernigov, puis de Pereïaslavl (près de Kiev), et enfin de Kiev même de 1113 à 1125. Son fils Mstislav est prince de Novgorod, prince de Rostov Veliki (dans le Zaliessyé) pendant un an, de nouveau à Novgorod puis à Belgorod avant de lui succéder à  Kiev de 1125 à 1132.
Et ce système  perdure après 1132, même après le transfert de la capitale à Vladimir-sur-Kliazma (1157) comme après  l’attaque des Mongols (1230). Par exemple au XIII s. Alexandre Nevsky, célèbre prince de Novgorod, cherchera à être reconnu  prince de Pereslavl-Zalesski (ville appelée aussi Pereïaslavl, mais située dans le Zaliessyé) puis Grand-prince de Kiev, et enfin comme couronnement de son parcours politique, Grand-prince de Vladimir, trois fonctions qu’il cumulera jusqu’à sa mort en 1263.

Ce système entraîne de nombreuses conséquences :


- Multiplication des rivalités et des guerres entre frères, entre oncles et neveux ou contre les “princes-exclus” qui cherchaient à s’emparer du trône de Kiev par la force.
- Chaque prince, quand il reçoit  un siège plus intéressant, cherche à laisser celui qu’il quitte à ses propres descendants, et non à ses jeunes frères. Comme le dit le Congrès de Lioubetch (1097) : « Que chacun reste sur les possessions de son père ».

- Quand il y a de nombreux fils, le territoire gouverné par leur père est alors morcelé entre eux, mais des morceaux peuvent être réunis suite à un décès. Aussi le nombre des principautés, leurs sièges et leurs frontières sont éminemment variables dans le temps. On peut ici (http://arzamas.academy/materials/709) visualiser le résultat entre 1015 et 1132 , soit avant même la date officielle du «morcellement».  Une recherche d’images sur Internet avec comme termes « principautés russes » renvoie des cartes aussi très éloquentes (mêmes si elles ne sont pas toutes tracées de façon aussi scientifique).

- Dans certaines principautés (Polotsk, Tver, la Galicie-Volhynie…)   se fondent très vite des branches dynastiques locales, ce qui donne plus d’indépendance à leur principauté, mais leurs princes ont quand même régulièrement des prétentions au trône de Kiev.

Ce système est donc par essence centré sur le siège de Kiev. Or il perd progressivement  de sa vigueur, de part son fonctionnement même,  avec la fondation de lignées féodales locales (décidée dès 1097 à Lioubetch). Et il s’éteint de lui-même parallèlement à l’affaiblissement de la ville de Kiev. Son destin semble lié à celui de Kiev. Aussi le morcellement du territoire de la Rus’ en multiples principautés est une réalité qui ne s’oppose pas au fait que Kiev reste le centre de cet État morcelé. On ne peut donc parler d’une séparation de la Principauté de Kiev en État indépendant du reste de la Rus’ .

Quand au XIV s. Kiev se retrouve sous la couronne Lituanienne, la principauté de Kiev (Kievskoje knjažestvo) n’existe déjà plus en tant que telle, car il n’y a plus de prince dans la ville : les héritiers du siège sont alors les princes de Galicie-Volhynie.

5. Y a-t-il eu transfert de la capitale de la Rus’ à une autre ville que Kiev?

A partir du XII s on constate le  transfert des forces vives du pays, depuis Kiev vers le Nord-Est, le Zaliessyé, appelé aussi à cette époque pays de Souzdal, mais aussi vers l’Ouest et la région de Galicie-Volhynie. L’invasion mongole (à partir du début du XIII s.) amplifie ce processus. En effet Kiev et sa région sont très vulnérables aux attaques des Mongols, qui installent une place forte au sud de la Volga, près de son embouchure.

Cependant, le phénomène ne démarre pas lors de l’invasion mongole : il a commencé aux XI et XII s.  sans doute sous la poussée des attaques de nomades Pétchénègues et Polovtses dans la même région du sud de la Rus’. De plus, le désintérêt pour la région de Kiev est amplifié à partir du XII s. par le déclin progressif du commerce avec l’Orient à travers Byzance. En effet c’est l’époque

Le déplacement de la capitale de la Rus’ à Vladimir-sur-Kliazma est décidé par le prince André Bogolioubski en 1157 non seulement pour suivre le changement de point de gravité du pays, mais aussi pour des raisons politiques : il désire s’affranchir de pouvoirs concurrent au sien, le “viétché” (assemblée des citadins, présente à Novgorod et Kiev, mais pas dans la “ville nouvelle” de Vladimir) et les boïars proches de son père, qui habitent Kiev.

Il s’agit  bien du transfert du siège du Prince qui exerce une autorité sur toutes les principautés de la Rus’ , donc un transfert de capitale, mais le déclin de l’ancienne capitale en est plus la conséquence que la raison. La prise  de Kiev qu’André Bogolioubski organise en 1169 signe le début du déclin de cette ville. Son pillage par le prince de Smolensk Riourik Rostislavitch  en 1203 puis par les mongols en 1240 ne font qu’accélérer son déclin.

Le transfert de capitale est scellé en 1299 par le déplacement de la chaire du Métropolite (chef de l’Église Orthodoxe de la Rus’) de Kiev à Vladimir.  Andreï Bogolioubski avait souhaité le faire dès 1157, mais n’en avait pas reçu l’autorisation du Patriarche de Constantinople. Ce siège sera de nouveau déplacé dès 1325 de Vladimir vers Moscou,  sous la règne d’Ivan Kalita. Ce fait traduit que dès cette époque les princes avaient réellement la volonté de déplacer la capitale, et non de fonder un nouvel État, car dans ce cas ils auraient demandé la création d’un nouveau siège métropolitain.

La ruine consécutive aux invasions mongoles (à partir de 1230)  affaiblit définitivement la principauté de Kiev et entraînera sa division, par le passage au XIV s. d’un grande partie de ses territoires, et d’autres territoires de l’ouest de la Rus’, sous le pouvoir du royaume de  Lituanie. A partir de là commence les histoires séparées de l’Ukraine et de la Russie, qui se recroisent seulement au XVII s.

***

Que pouvons – nous conclure de ces faits?


[- La date de 1132 est la date officielle du passage d’un État uni à un État morcelé, mais en réalité il n’y a pas de changement brutal à cette date précise : le morcellement commence avant, et une certaine unité demeure après. /color]



En effet, dès la fin du X s. l’État de la Rus’  laisse apparaître les fêlures qui entraîneront le morcellement du territoire en de multiples principautés. Le décrire comme une État unifié est donc trompeur : il s’agit d’un État de type féodal, basé sur des liens personnels de type suzerain-vassal, et non un État centralisé de type moderne.

Mais le morcellement qui commence vers le XI s. ne signifie pas  la naissance d’États indépendants.  A partir de 980  et jusqu’au XIII s. inclus,  être prince de Kiev est une charge importante et  prestigieuse. Son pouvoir sur les autres principautés ne peut être nié. Et si à l’époque des Mongols, le pouvoir du “Grand Prince” est limité, la qualité de niveau suprême du pouvoir attribuées par les tous princes de la Rus’ aux sièges de Kiev et Vladimir est claire.

- Durant toute cette période, devenir Prince de Kiev est l’aboutissement d’un parcours politique qui commence dans des principautés plus ou moins éloignées,  situées actuellement sur les territoires de la Russie d’Europe, de la Biélorussie ou de l’Ukraine. A partir du XII s. le titre de Grand-Prince vient traduire  la prééminence du siège de Kiev sur tous les autres, prééminence qui était réelle dès 880.

- Les différents Princes et Grands-Princes sont tous plus ou moins descendants de Riourik, c’est en fait une même dynastie qui se répartit le pouvoir sur tout le territoire de la Rus’ , de Novgorod au nord à Kiev au sud, et de Rostov-Veliki, Vladimir et Souzdal à l’est jusqu’à Polotsk, Tver et Galitch à l’ouest.

- De plus, à partir de 988, la présence d’un unique métropolite pour l’ensemble du territoire de la Rus’, y compris les principautés les plus  indépendantes comme celle de Novgorod, est le signe que tous ces territoires étaient considérés à l’époque comme une seule entité à la fois politique, religieuse et culturelle.

***

En résumé, durant toute l’existence de la Rus’ de Kiev , la principauté de Kiev :


- fait partie d’un ensemble de territoires qui ont des liens politiques entre eux  
- joue un rôle directeur sur ces territoires
- perd sa prééminence au XII s. mais reste une “valeur politique”  jusqu’au XIV s. où ses territoires et la ville de Kiev passent au royaume de Lituanie.



La Rus’ est donc bien un État organisé autour de sa capitale Kiev,  mais un État féodal, dans lequel on ne peut trouver un État centralisé de type moderne.



Quant aux territoires concernés par cet État, ils s’étendent principalement sur les territoires actuels de la Russie européenne, de l’Ukraine et de la Biélorussie. La Rus’ dite “de Kiev” du fait de sa capitale est bien l’ancêtre de ces trois pays actuels, dont les différences linguistiques et culturelles sont issues de leur histoire à partir du XIV s., et non avant.


Si la version russe de l’histoire de la Rus’ manque souvent de nuances et n’est pas exempte de calcul politique et géopolitique, les versions qui veulent faire de l’Ukraine un État existant dès le Moyen-âge  s’éloignent dangereusement de la réalité des faits.



Le problème est, à nos yeux, que l’Ukraine ait besoin pour justifier ses choix actuels de se savoir exister en tant que Nation séparée des Russes depuis les origines. Son histoire à partir du XIV s. , l’indéniable influence polonaise et occidentale qui l’a alors marquée dans sa religion, sa culture et sa langue, sont bien suffisantes pour expliquer sa spécificité et son besoin de trouver sa propre voie de développement, non inféodée à la Russie.

L’Ukraine, en tant qu’État, va pouvoir bientôt fêter ses 100 ans, puisque que le premier État Ukrainien date du mois de novembre 1917. Dire qu’avant cette date l’Ukraine était une région et non un État n’enlève aucune dignité à ce pays, qui après un riche passé préhistorique et protohistorique, possède aussi une très riche histoire lisible depuis le IX s. et jusqu’à nos jours.

Quant au fait de justifier un choix politique par l’histoire ancienne, c’est hélas un défaut récurrent chez tous les dirigeants. En  parodiant Alexandre Dumas, nous dirons que contrairement aux romanciers, les politiques, en violant l’histoire, ne lui font certes pas de beaux enfants, mais engendrent trop souvent des monstres.

Marie PASCAL

***

Note sur la transcription des noms russes :

Cet article étant destiné à un public de non-spécialistes, nous avons sciemment choisi de ne pas utiliser de transcription scientifique pour les noms propres, mais d’utiliser la transcription française habituelle. Seuls les mots noms communs employés (et expliqués dans le corps de l’article) sont translittéré selon les recommandations scientifiques : par exemple knjaz’,  knjažestvo , ainsi que le nom de la Rus’.

Sources consultées

- “Aide-mémoire d’histoire russe” (en russe), G. Nagaeva, Ed. Feniks, Rostov-sur-le-Don, 2014

-“Histoire nationale en schémas et tableaux”  (en russe), V.V Kirillov, Ed. Eksmo, Moscou, 2015

- Cours de Fiodor Ouspensky sur le site Arzamas :  Cours N°20 “Naissance, amour et mort des princes russes”  http://arzamas.academy/courses/20 (En particulier la carte interactive “Les principautés de la Rus’ entre 1015 et 1132″ http://arzamas.academy/materials/709 et l’ “Anti-sèche : Tout ce qu’il faut savoir sur les Riourikides” : http://arzamas.academy/materials/691 )

- http://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/%C3%89tat_de_Kiev/127474

- Vladimir Vodoff ,  Naissance de la Chrétienté russe ,  Fayard , 1988

- Pierre Gonneau, “ Histoire et conscience historique des pays russes ”, Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 01 juillet 2015. URL : http://ashp.revues.org/306

- Pierre Gonneau,[ “ Histoire et conscience historique des pays russes /i]”, Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 141 | 2011, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 01 juillet 2015. URL : http://ashp.revues.org/1013

- Marie-Karine Schaub, “ Pierre Gonneau, Aleksandr Lavrov, Des Rhôs à la Russie ” (recension de livre), Cahiers du monde russe [En ligne], 53/4 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2013, Consulté le 01 juillet 2015. URL : http://monderusse.revues.org/7846

- Articles Wikipédia cités :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A8s_de_Lioubetch (article en français sur le Congrès de Lioubetch)

https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A3%D0%BA%D1%80%D0%B0%D1%97%D0%BD%D1%86%D1%96 (article «les Ukrainiens» en ukrainien)

L’auteur

Marie PASCAL est professeur certifié de russe. Lors de ses études à Paris dans les années 1980, elle a commencé une spécialisation en histoire de la Russie ancienne avant  de se tourner  vers l’enseignement secondaire.

” Je n’aurai jamais pensé que ces histoires de successions princières complexes pourraient intéresser qui que ce soit en France en dehors de quelques initiés. La crise ukrainienne, les questions que me posent certains élèves d’origine russe ou ukrainienne, et  finalement la conférence a-scientifique de Bernard Henri – Lévy en avril 2015 m’ont convaincue de me replonger sérieusement dans l’histoire de la Rus’, qui est toujours restée ma passion et en quelque sorte mon violon d’Ingres. ”



Source : Les Crises
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Ven 14 Aoû - 2:00

Le bataillon néonazi Azov forme désormais des enfants au combat



Les ultranationalistes Ukrainiens commencent à enroler les enfants. Des combattants du bataillon Azov ont fondé un camp pour les enfants près de Kiev qui vise à apprendre aux jeunes la stratégie militaire.


Les exercices ressemblent beaucoup à ceux de vrais militaires puisque que les enfants portent de vraies armes. On leur apprend à démonter et remonter des fusils d’assaut et même des mitrailleuses.

De plus, il y a des cours de combats où des adultes qui font partie du groupe Azov, entrainent la nouvelle génération, tout en scandant des slogans d’extrême droite. A l'instar des adultes, les enfants portent une Wolfsangel inversée avec dessus l'inscription "Azov", un symbole utilisé par la 2e division SS «Das Reich» pendant la Seconde Guerre mondiale.



Ce groupe fait toujours l’objet de polémiques. L’année dernière, dans un rapport de l’ONU, le groupe a été accusé de violation des droits de l’homme ainsi que de pillage et de détention arbitraire. Début jui dernier, le Congrès américain a délibérément bloqué toute fourniture d’aide à ce bataillon le qualifiant de «groupuscule néonazi».

Liens connexes:

Juin 2014:






Août 2014: Embrigadement des enfants ukrainiens: Les colonies de vacances pour ados à la sauce néo-nazi

Août 2014: Symboles nazis des forces armées, de la Garde nationale d'Ukraine et des bataillons de Kiev

Février 2015: L’ambassadeur ukrainien en ALLEMAGNE ne voit pas trop de problèmes à utiliser des combattants néo-nazis…

Juin 2015 Washington se désolidarise officiellement d'un bataillon néo-nazi ukrainien, Kiev leur remet des médailles

Août 2015: La nouvelle Ukraine: 'Les transports en commun et les piscines sont réservés aux blancs'

Source : RT

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 17 Aoû - 11:37

***********************

Des combats ont éclaté dans plusieurs villes ukrainiennes qui font maintenant l'objet d'attaques avec des roquettes, des mortiers et des tirs d'artillerie lourde.






http://liveuamap.com/en/2015/15-august-convoy-of-tanks-from-izvarino-to-luhansk?ll=47.51766698897023;35.32447761718756&zoom=6


******************
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 18 Aoû - 2:36

Bonsoir tout le monde flower
En effet Joseph, les combats semble reprendre, et monter en intensité, ce qui est catastrophique, et risque une fois de plus de prendre des proportions inquiétante... pale


Depuis le 9 Aout Gorlovka sous les bombardements des nazis de Kiev



[color=#ffff99]Gorlovka après les bombardements des 9 et 10 Aout

http://russiepolitics.blogspot.fr/2015/08/donbass-larmistice-tue-gorlovka.html

Donbass : l’armistice tue à Gorlovka. Témoignages

« De Gorlovka pleuvent des appels téléphoniques. Je ne veux même pas écrire les mots qu’ils crient dans l’appareil. Les gars, c’est quoi ce Minsk 2 ? C’est quoi ces accords ? Des bêtes sauvages tuent des gens comme s’ils étaient à un stande de tir. Et ces enfoirés de missionnaires de l’OSCE qui pleurnichent sur leurs 7 Toyota brûlées, putain, noyant leur peine dans le wisky ». Sergueï Vesselovsky, journaliste.

Dans la nuit du 9 au 10 août et ensuite dans la journée, Gorlovka est tombée sous le feu ukrainien, le village de Golma est presque rayé de la surface de la planète et d’autres points d’habitation ont été lâchement touchés dans le Donbass par l’armée ukrainienne. Des dizaines de morts et de blessés. civils. Le plus jeune avait trois ans, cette nuit. Qu’a-t-il fait pour mériter de commencer ainsi sa vie ? Il n’a même pas pu voler un bonbon, il n’y en a plus depuis longtemps. Mais peu importe, tout ce dont on ne parle pas n’existe pas. Alors silence dans les médias occidentaux.

[color=#ffff66][Message du combattant Flagot :/color]

« Comme vous le savez déjà, aujourd’hui les ukrainiens ont commis une véritable barbarie à Gorlovka ! Je ne vais pas le raconter dans le détail, c’est horrible. Un corps d’homme que nous n’avons pas réussi finalement à retrouver entièrement dans la carrière. Un obus l’a simplement fait exploser en plusieurs morceaux, et pour des raisons évidentes je n’ai pas pris de photos. Il y a également 4 blessés graves suite aux éclats d’obus, un a bien été touché au cou, et beauccoup de blessés legers. Nous avons reçu 20 personnes avec des troubles graves, des filets de sang coulaient des oreilles. Beaucoup d’entre eux n’entendront rien pendant encore longtemps, mais leur vie n’est pas en danger. A Zaïtsevo, les ukrainiens ont bombardé des habitations. Avec des camarades, nous avons retiré de là 3 corps. Je ne peux pas dire exactement le nombre de blessés, mais beaucoup. A Golma, 1 mort, il est sorti fumer, un obus est passé, il ne reste rien de lui. Je voudrais dire quelques mots particulièrement en ce qui concerne Golma. Ce matin les ukrainiens ont envoyé environ 13 camions remplis d’obus. Bref, Golma est presque entièrement dédtruite. »

Le village de Nevelskoe a également été touché, surtout les habitations. Par exemple, dans une maison vivait une femme de 30 ans environ, avec ses trois enfants. La maison fut détruite et les deux plus jeune, 3 et 6 ans, ont été gravement touché par des éclats d’obus. Quel est leur crime sinon celui d’exister ?

Dans une carrière à côté du groupe de maison de Solnechny, un corps flottant dans l’eau a été retrouvé après le bombardement ukrainien.

Plus concrètement à Gorlovka, tout a commencé à 4h30 du matin dans cette nuit du 9 au 10 août. Tout y est passé, Grad, tanks et surtout gros calibres. Ceux qui sont censés avoir été retirés par l’armée ukrainienne, comme le confirme l’OSCE et les chancelleries occidentales. Premier résultat tangible : le transformateur de la ville est détruit, en feu. Il n’y a plus d’eau ni d’électricité. Est-ce une cible militaire ou civile ?

Une habitante raconte :

« La nuit, les ukrainiens ont bombardé l’usine de viande et l’on pensait que ça allait s’arrêter là. Après le lever du soleil, contrairement à l’habitude, les attaques ont continué. En plein jour, à 10h30 du matin, en plus du Grad se sont ajoutés les tanks, les lances-mines, les lances grenades automatiques. A ce moment, les ukrainiens nous ont coupé la route avec Donetsk et ont fait brûler le transformateur. C’était la panique totale. Des rumeurs pires les unes que les autres circulaient dans la ville, il semblait que ça y est les ukrainiens entourent la ville et vont la prendre. Par exemple, à 11h30 on a entenu parler de grand incendies dans la ville, il n’y avait plus personne pour les éteindre puisque toutes les forces étaient lancées pour résister à l’agresseur et les pompiers ne pouvaient pas sortir à cause des bombardements barbares. (…) Je n’oublierai jamais ce que nous avons vécu aujourd’hui. Et encore, on peut dire que nous avons eu de la chance, nous étions à la maison quand ont commencé les tirs, imaginez ce que c’était pour ceux qui sont restés dans la rue ! Les blessés étaient étendus à même la rue et personne ne pouvait les aider. Les tirs ont débuté tôt dans la nuit jusqu’à 18h environ. Est-il nécessaire de dire que l’OSCE, à ce moment-là, a refusé de venir à Gorlovka ? Je veux encore dire : nous ne pourrons survivre à une autre journée comme celle-là, si cette nuit les ukrainiens recommencent à tirer et même si avec ma famille l’on peut survivre aux tirs, on deviendra fou à cause du bruit des explosions. La patience des habitants a atteint sa limite, on a déjà supplié les combattants de lancer l’offensive et de faire reculer les barbares, de sortir notre ville de cette existence. Comprenez moi, c’était une attaque insupportable. »

Affirmer que le cessez-le-feu est respecté est absurde. Tout autant que d’espèrer en Poroshenko, le Président ukrainien, pour réellement faire reculer les armes lourdes. Elles ne sont que réparties différemment, réparées et réinstallées. Le reste n’est que de la communication.

Il est possible d’en tirer quelques conclusions.

La population n’a strictement aucune confiance dans l’OSCE, qui sous couvert de neutralité cherche à minimiser, voire noyer, les crimes commis par l’armée ukrainienne et donc le Gouvernemet ukrainien actuel. N’est-ce d’ailleurs pas une forme de complicité ?

Le retrait des armes par les combattants n’a pas eu l’effet attendu. A part en parole, le pouvoir ukrainien n’a pas tenu ces engagements, pas plus qu’il ne les a tenu antérieurement. Et la volonté affichée de Zakharchenko de ne pas répondre commence à faire réagir la population locale qui considère cela comme un abandon, voire une trahison.

Finalement, et l’OSCE et le pouvoir des nouvelles républiques commencent à provoquer la méfiance chez les habitants Et la Russie qui ne prend pas de décision politique claire n’en sort pas indemne. Ce qui est, en revanche, une aubaine pour le pouvoir ukrainien. A ce rythme là, il ne sera pas difficile de faire de nouvelles élections dans un chaos total, ce qui arrange tout à fait Kiev.

En attendant des civils meurent. Tous les jours. des gens qui n’ont aucun lien avec la guerre, avec les armes. Des gens qui essaient malgrè tout de vivre, ou plutôt survivre. En dépit d’un pouvoir central qui les a trahi. En dépit d’un pouvoir local qui ne se décide pas. En dépit d’une communauté internationale qui refuse de les voir.

[color=#ffff66][Pour finir, un cri de désespoir d’un individu dont la famille est à Gorlovka :/color]

« Vous voulez bien m’expliquer, chers commandants, pourquoi vous autorisez que l’on nous tue petit à petit ? Que Zakhartchenko, que nous avons élu, m’explique ce qu’il a voulu dire en déclarant : « Ne comptez pas dessus Piotr Alexeevitch (Poroshenko), nous ne tomberons pas dans votre provocation ! » Qu’est-ce que cela signifie ? Tuez-nous, s’il vous plait, seulement pas tout de suite et pas trop vite, mais un par un, doucement. Nous retirons unilatéralement nos armes, nous n’allons pas tirer sur vos zones de tirs, nous allons respecter le processus de paix. Quel cessez-le-feu ? Toute l’année, ils veulent effacer Gorlovka de la face de la Terre, et nous, nous avons un cessez-le-feu ? Qui en a besoin ? Je hais ce genre de cessez-le-feu. Mes parents et mon frères sont encore vivants là-bas. Mais la nuit je rêve que quelqu’un est mort, que quelqu’un a été tué ou mutilé. J’ai peur à chaque minute. J’ai peur de répondre au téléphone, j’ai peur de raté un coup de fil. Je ne peux pas trouver pour maman des médicaments et quand on me les apporte de Russie, je ne sais pas comment les faire entrer dans Gorlovka. Et là-bas, ne vivent pas seulement mes parents ! Là-bas vivent des gens, il y en a beaucoup, là-bas il y avait des enfants qui allaient à la maternelle et la nuit elle fut bombardée. Messieurs, nous croyons tellement en la Russie, nous attendons tellement d’elle une décision politique. Parce que l’on nous massacre si facilement avec ce putain d’armistice ! »

Et pendant ce temps-là, dans les chancelleries, l’on se fécilite des efforts fait pour la paix, tout en regrettant que ces combattants soient si peu civilisés, qu’ils violent si facilement la parole donnée. Bref, ils doivent aller plus loin pour prouver leur bonne foi. En attendant qu’il n’en reste plus un.

Sans commentaire

Publié par Karine Bechet-Golovko à 16:34[
/color]

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 30 Aoû - 18:38

Bonsoir mes frères & sœurs
Même si on est loin des affrontements du début d'année, la bataille du chaudron de Debaltsevo. Et la cuisante défaite de l'armée régulière du régime de Kiev...L'appuis des américains et de l'UE, ne leurs aura pas réussi face à des insurgés déterminé et bien entraîné. D'ailleurs le vent tourne, sous la pression et les multiples échecs de leur protéger, l'UE n'a d'autres choix que de conduire Porochenko vers la sortie...L’Europe impose la paix à Porochenko. Alors que moins d'un ans plus tôt Porochenko était invité d'honneur à l'Elysée, malgré les vives protestation. Rapellons-nous qu'il était aussi invité de la Manif "Tous Charlie (charlot) Avec d'autres figure génocidaires, ce qui était un comble...Porochenko est Charlie..Durant se temps, les Charlie ont oublié le peuple ukrainien, le vrai, si d’ores déjà en ont-ils eu affaire un jour...Un peuple fièr, bien loin des stéréotypes Charlie qui ne sert strictement rien, sinon alimenter la propagande des médias...et annihiler tout esprit critiques.. Loin de tout ça, le conflit a continuer, avec il est vrai beaucoup moins d’intensité, et loin des mensonges des médias cette fois. Et moins d'accusation d'aide russe, certainement se sont-ils rendu compte de la pauvreté des accusations sans preuves réelles..Et nous assistons vraiment à quelque-chose d'historique, sans doute l'autre raison du mutisme soudain des médias. Le peuple qui gagne contre l'oppresseur pourtant aidé par de grande puissance. C'est la victoire de la justice contre le mensonge. Le peuple (le vrai) est une lueur d'espoir en ces jours incertain, le preuve qu'il est possible de repousser le pouvoir, même si il est vrai que l'Ukraine st un cas spécifique qui ne pourrait pas se reproduire en France par exemple. Mais d'autres conjonctures sont possible. .Un espoir est permis !
Texte de Akasha.


]Zakharchenko : La guerre ne pourra se terminer que par notre victoire sans appel

Par Valentin Filipov – le 27 août 2015 – Source Fort Russ



Chef de la République populaire de Donetsk, Alexandre Zakharchenko, n’est pas un politicien. Ce n’est pas un oligarque. C’est juste un citoyen qui est devenu soldat quand le temps est venu. C’est l’un des nôtres. Il est comme nous tous. Et parce que nous nous reconnaissons en lui, il est devenu le commandant. Nous lui avons donné le droit de parler en notre nom. Et au nom de chacun de nous, il a attaqué des villes, dormi près des feux de camp, mangé des rations à la pointe de son couteau et mené des négociations avec l’ennemi.


Valentin Filipov, éditorialiste à Politnavigator, a parlé avec Alexandre Zakharchenko de la réalité de la guerre, de l’illusoire nature du monde, de la délimitation des frontières et du bon sens.


VP : Bonjour, Alexandre Vladimirovitch!

AZ : Bonjour.

VP : Chaque jour, des gens meurent. On ne peut pas attribuer ces morts à des accidents, ni à la stupidité des soldats ukrainiens. Qu’y aura-t-il après? Minsk-3? Ou plus aucune rencontre, sur aucun sujet?

AZ : Il y a toujours matière à discuter. Avec qui? C’est une autre question. J’ai toujours dit que s’il y avait la moindre occasion pour une solution de paix à ce conflit, notre devoir était de saisir cette occasion. La République populaire de Donetsk est prête à dialoguer. Mais, manifestement pas les autorités de Kiev. Vous l’avez bien dit : les bombardements continuent, des gens meurent. Chaque jour, les citoyens de la république entendent tonner les canons. On dirait que le côté ukrainien n’est pas d’accord avec nous.

Concernant Minsk-3, j’ai bien peur qu’il n’y ait pas d’alternative au mémorandum qui a été signé à Minsk en février. Je suis sûr qu’on ne pourra pas mettre fin à cette guerre uniquement par des moyens politiques, ni uniquement par des moyens militaires. Kiev va probablement entendre la voix de la raison quand elle devra reconnaître sa défaite par notre armée. Cela s’est déjà produit, après Debaltsevo.

De toute façon, quand on parle des forces punitives de Kiev, les appels à la raison n’ont aucun sens. Pour eux, une seule chose compte – garder le pouvoir qu’ils ont pris de manière illégale. Et là, rien ne les arrêtera. Donc, nous n’allons pas laisser faire un Minsk-3. Ce serait stupide, et je suis sûr que Kiev ne se soumettra à aucun accord.

VP : Y a-t-il un espoir pour le format Normandie? Est-ce que quelqu’un a une quelconque influence sur la junte de Kiev?

AZ : Comme l’on dit, c’est l’espoir qui meurt en dernier. En Ukraine aujourd’hui, la mode est de se dire européen, et d’écouter les avis de ses protecteurs européens et américains. C’est possible qu’une intervention de Paris ou de Berlin puisse avoir une influence sur Kiev. Une autre question serait de savoir si, oui ou non, l’Europe a besoin que la guerre cesse dans le Donbass. Les politiciens européens jouent leur jeu, et j’ai peur que dans ce jeu, l’Ukraine ne soit qu’un simple pion dans une confrontation géopolitique plus vaste contre la Russie. Aussi longtemps que l’Europe peut trouver des bénéfices à cette guerre, il est peu probable qu’elle s’arrête. Mais je suis sûr que le seul moyen d’arrêter cette guerre, c’est notre victoire sans appel.

VP : Si Kiev décide d’attaquer, quel est l’objectif minimum pour les républiques? Les limites des oblast? La Grande Novorussie? Ou la paix forcée?

AZ : J’ai déjà dit plus d’une fois que notre objectif minimum, c’est que la République populaire de Donetsk retrouve les limites de l’ancien oblast de Donetsk. Et donc, atteindre ce but sera en grande partie l’affaire de la paix forcée. Il est peu probable que les forces punitives reconnaissent une telle défaite. Il y aura sans doute, dans ce cas, un nouveau Maïdan à Kiev, et de nouveaux dirigeants au pouvoir. Peut-être nous entendrons-nous avec eux. Quant à la Grande Novorussie, c’est trop tôt pour en parler. Nous verrons cette question une fois que nous aurons gagné.

VP : Ce n’est même pas une question. Vous le savez , mais j’insiste. Il n’y a pas que Marioupol et Slaviansk qui vous attendent. Kharkov et Odessa vous attendent. Nikolaev et Kherson. Même Tiraspol [capitale de la Transnistrie, détachée de la Moldavie, NdT] vous attend. Que voulez-vous nous dire à tous? Que pouvons-nous faire pour aider?

]AZ :[/b Nous allons libérer Marioupol et Slaviansk des forces punitives, c’est certain. Dans les rangs de notre armée, il y a de nombreux combattants qui viennent de ces deux villes. Pour le reste de la soi-disant Ukraine, je peux dire une chose. Il ne sert à rien de s’asseoir et de rester les bras croisés. Si vous voulez vous débarrasser de ce gouvernement illégal, éliminer les fascistes, et faire en sorte que l’Ukraine cesse d’être une marionnette dans les mains des Américains, vous devez être plus actif. Personne n’améliorera votre sort à votre place. Les politiciens ukrainiens et les oligarques ont seulement besoin de vous comme chair à canon pour atteindre leurs objectifs. La victoire n’est pas servie sur un plateau d’argent ; la victoire, c’est de la sueur et du sang. Alors, réfléchissez – restez les bras croisés et attendez, ou prenez le problème à bras-le-corps.

[b]Traduit en anglais par J. Arnoldski


Traduit de l’anglais par Ludovic, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1147
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Jeu 22 Oct - 20:52

Le cauchemar européen de l’Ukraine

– Allô, Juncker, ici Radio Free Europe, le Premier ministre polonais, au téléphone. Il voudrait vous parler.

– Euhh, hic ! Oui, c’est pourquoi ?

– Il a une vidéo pour vous.

– Et… c’est quoi ?

– Ça…




Le Saker Francophone
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1147
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 27 Oct - 20:00

Bonsoir,
On ne parle plus beaucoup de l'Ukraine, pourtant la situation reste inchangée. Les Etats Unis continue de profiter de la situation pour faire du profit et garder la mainmise. Porochenco reste au pouvoir, avec l’appui des nazis, et ment toujours autant et rêve toujours de reprendre le Donbass. D'ailleurs il aimerait lancer une offensive avant l'hiver vu que les russes sont occupé en Syrie (en anglais). Les américains sont occupé d'envoyer des mercenaires professionnels (Blacks Waters) pour protéger leur intérêts . Pour compléter, voici un interview d'un mercenaire français revenu du Donbass. Ils nous décrit la situation sur place.

Orné


Un français dans la guerre du Donbass



Victor Alfonso Lenta, ancien para’ et fondateur de l’association Unité Continentale aide les volontaires français et serbes voulant embrasser la cause des insurgés pro-russes à se rendre dans le Donbass aux côtés des milices qui se battent contre le gouvernement de Kiev.

Il revient en France après son périple en Ukraine et nous relate son expérience et son combat dans cette partie du monde qui est encore sou haute tension.

La libre antenne lundi mercredi vendredi de 21h à minuit sur http://www.metatv.org



Un français dans la guerre du Donbass - Meta TV... par metatvofficiel


Un français dans la guerre du Donbass - Meta TV... par metatvofficiel


Un français dans la guerre du Donbass - Meta TV... par metatvofficiel
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 3 Nov - 4:22

Tintin chez les Moldaves



Moldavie… Voici un pays européen dont on ne parle jamais (sauf quand il permet de faire du Poutine-bashing, voir après) alors qu’il occupe une position stratégique intéressante entre Balkans, Ukraine et Mer noire.

Nous écrivions il y a quatre mois :

<< Toujours dans les Balkans mais un peu plus à l’est, la Moldavie est une autre case méconnue du Grand jeu. Lorsque la coalition des partis pro-européens gagna (de justesse) les élections en novembre dernier face aux partis pro-russes, que n’entendait-on pas dans les médias… Nouvelle défaite pour Poutine (Le Point, 1er.12.2014), Désir d’Europe, et autres titres bisounours. Depuis, nos petits trolls médiatiques se font bien silencieux, et pour cause : le gouvernement pro-occidental a été pris dans plusieurs scandales de corruption tandis que son premier ministre a dû démissionner pour cause de… faux diplômes ! Les partis pro-russes ont gagné les élections municipales de juin et 58% des Moldaves sont, selon un récent sondage, favorables à l’entrée de leur pays dans le projet russe d’Union Eurasienne contre 26% pour l’entrée dans l’Union Européenne.

A noter que Moscou possède un levier de pression supplémentaire avec la Transnistrie, province russophone indépendantiste, séparée du reste de la Moldavie depuis 1991 et protégée par des soldats russes. Une autre province moldave, portant le merveilleux nom de Gagaouzie, pose également problème : peuplée de Turcs russifiés et chrétiens orthodoxes, elle souhaite plus ou moins suivre l’exemple de la Transnistrie. Où l’on voit que les problèmes dus à la disparition de l’URSS n’ont pas encore été soldés vingt-cinq ans après… >>


Nous y sommes : le gouvernement pro-européen s'écroule, pris qu’il est dans les scandales de corruption en tout genre, l’ancien premier ministre Filat étant même arrêté par la police en plein parlement ! Evidemment vous n’en entendrez pas parler dans les médias.

Les partis pro-russes semblent sur le point de reprendre le pouvoir, décidés à se rapprocher de l’Union Eurasienne plutôt que de l’Union Européenne. Pour Moscou, la perspective de prendre l’Ukraine à revers et d’enfoncer un coin entre deux des Etats – l’Ukraine post-putsch et la Roumanie – les plus atlantistes d’Europe orientale n’est pas inintéressante. Affaire à suivre…

source: http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/11/tintin-chez-les-moldaves.html

Commentaire Akasha : Voici une information que les médias ne risque pas de donner...

1,2 million d’Ukrainiens: la Russie a «sa» crise des migrants



La guerre qui sévit dans le Donbass a fait 8.000 morts, et 1,2 million de personnes ont dû fuir en Russie.


Plus d'un million de citoyens d'Ukraine ont été forcés de fuir en Russie en raison de la guerre qui sévit dans le Donbass, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.



Tsipras a honte de l’impuissance de l’UE face à la crise des migrants

"L'évolution de la situation en Ukraine influe considérablement sur ce processus (immigration vers la Russie des "compatriotes", c'est-à-dire des russophones résidant dans les ex-républiques de l'URSS, ndlr). Rien qu'en raison de la guerre déchaînée par Kiev dans le Donbass, 1,2 million d'Ukrainiens ont fui en Russie. La part des citoyens d'Ukraine constitue en somme plus de la moitié des compatriotes qui arrivent en Russie", lit-on dans un article de Sergueï Lavrov publié par le journal Rossiïskaïa gazeta.
Au total, le gouvernement russe a dépensé plus de 4 milliards de roubles (plus de 56 millions d'euros) afin de loger les réfugiés ukrainiens, qui reçoivent également une aide alimentaire et une assistance médicale. En outre, les députés russes ont simplifié la procédure juridique d'embauche des étrangers dans les entreprises russes.




L'Autriche veut fermer aux migrants sa frontière avec la Slovénie

La Russie n'est pas le seul pays à être en proie à l'afflux massif des migrants. L'Europe, elle aussi, subit des conséquences des conflits armés se déroulant dans d'autres régions du monde, notamment au Proche-Orient.
Ainsi, selon certaines sources, l'UE a accueilli près de 600.000 migrants depuis le début de l'année 2015. Ceci a causé de graves problèmes pour l'Europe, les dirigeants des pays membres n'arrivant pas à gérer les flux migratoires en provenance des pays déchirés par les conflits armés.
Certains pays sont allés jusqu'à réintroduire des contrôles frontaliers afin d'endiguer les flux interminables des réfugiés, remettant ainsi en cause les accords Schengen.
Pourtant, c'est loin d'être une solution durable à la crise qui a déjà provoqué nombre de problèmes dans les pays différents de l'UE, notamment en relation au logement des réfugiés, à leur intégration dans la société, au chômage, et à la croissance des tendances ethniques en Europe.

Source : Sputnik News

Washington instruira six bataillons de l’armée ukrainienne



Le Pentagone envisage d’instruire six bataillons des Forces aérospatiales ukrainiennes, a déclaré Donald Renn, représentant du commandement des forces terrestres des Etats-Unis en Europe.


Jusqu'à présent, les instructeurs américains ne s'occupaient que de la préparation de six régiments de la Garde nationale de l'Ukraine (une nouvelle force armée destinée à renforcer le dispositif de défense de Kiev). Le Pentagone compte donc étendre ce programme à des unités de l'armée régulière.

"En plus de la formation des bataillons, nous envisageons de coopérer avec le ministère ukrainien de la Défense dans le but d'assurer son développement au niveau institutionnel", a ajouté M. Renn.

Il a également précisé que le début des entraînements en question était prévu pour le 23 novembre.
D'après M. Renn, la formation aura principalement lieu au Centre de partenariat de l'OTAN pour la formation et l'éducation au maintien de la paix de Yavorov, situé près de la ville de Lvov (ouest).




Les mines et engins non explosés menacent l’est de l'Ukraine

Environ 300 conseillers militaires américains et membres du personnel de soutien, y compris un bataillon de forces aéroportées de la 173e Brigade aéroportée des forces terrestres des Etats-Unis, y seront impliqués. Il s'agit donc des mêmes spécialistes qui ont entraîné les unités de la Garde nationale ukrainienne pendant six mois au cours de cette année.
La préparation des officiers de la Garde nationale a été effectuée dans le cadre du programme américain Fearless Guardian (Gardien sans peur). L'entraînement des soldats ukrainiens en constituera la "deuxième étape".

"Le développement et la prolongation du programme Fearless Guardian s'inscrit dans le cadre de nos efforts continus visant à contribuer à la réalisation d'une réforme militaire à long terme et à l'amélioration du niveau professionnel des soldats ukrainiens", a expliqué M. Renn.

Il a également fait remarquer que ces démarches, entreprises à la demande de Kiev, s'inscrivaient dans le contexte de la "coopération militaire à long terme avec l'Ukraine".

A la mi-avril 2015, les Etats-Unis et l'Ukraine ont entamé des exercices militaires conjoints sur la base militaire de Yavorov. L'organisation de ces manœuvres a été critiquée par le ministère russe des Affaires étrangères.




Ex-premier ministre: l'Ukraine devrait cesser d'accuser la Russie de tous les maux

"De telles actions, qui alimentent les sentiments revanchards du parti de la guerre à Kiev sont à même de provoquer une rupture des progrès apparents du processus de paix dans l'Est", a-t-il fait valoir. "Non seulement l'Otan n'est pas prête à reconnaître le caractère erroné et les possibles conséquences explosives de tels exercices, mais elle en augmente considérablement l'ampleur", a poursuivi la diplomatie russe.

Source : Sputniknews

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Ven 27 Nov - 3:05

Des instructeurs de l’Otan commencent à entraîner des militaires ukrainiens



L’inauguration de la formation des forces armées ukrainiennes a eu lieu le 23 novembre sur le territoire du centre international de l’académie de l’armée de terre dans la région de Lvov en Ukraine.
Sur la photo: militaires ukrainiens lors d’une inauguration de la formation internationale des forces armées ukrainiennes dans la région de Lvov.
Des instructeurs militaires américains, canadiens et lituaniens ont commencé à entraîner les forces armées ukrainiens dans la région de Lvov (ouest). Les exercices dureront jusqu’au mars 2017, rapporte le service de presse du ministère de la Défense ukrainien.



Le commandant de l’armée de terre ukrainienne le général Anatoli Pouchniakov lors de l’inauguration.
Des instructeurs militaires américains, canadiens et lituaniens ont commencé à entraîner les forces armées ukrainiens dans la région de Lvov (ouest). Les exercices dureront jusqu’au mars 2017, rapporte le service de presse du ministère de la Défense ukrainien.



Près de 500 instructeurs des forces armées américaines, canadiennes, britanniques et lituaniennes entraîneront les militaires ukrainiens.
Sur la photo: militaires américains lors d’une inauguration de l’entraînement international des forces armées ukrainiennes.
Des instructeurs militaires américains, canadiens et lituaniens ont commencé à entraîner les forces armées ukrainiens dans la région de Lvov (ouest). Les exercices dureront jusqu’au mars 2017, rapporte le service de presse du ministère de la Défense ukrainien.



La formation durera jusqu’en mars 2017. Le programme comprendra de tels éléments comme la tactique, la formation à l’usage des armes à feu, la médecine tactique, l’organisation de la coordination et la lutte contre les armes explosives.
Sur la photo: l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt lors de l’inauguration de la formation internationale des forces armées ukrainiennes.
Des instructeurs militaires américains, canadiens et lituaniens ont commencé à entraîner les forces armées ukrainiens dans la région de Lvov (ouest). Les exercices dureront jusqu’au mars 2017, rapporte le service de presse du ministère de la Défense ukrainien.



La formation durera jusqu’en mars 2017. Le programme comprendra de tels éléments comme la tactique, la formation à l’usage des armes à feu, la médecine tactique, l’organisation de la coordination et la lutte contre les armes explosives.
Sur la photo: l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt lors de l’inauguration de la formation internationale des forces armées ukrainiennes.
Des instructeurs militaires américains, canadiens et lituaniens ont commencé à entraîner les forces armées ukrainiens dans la région de Lvov (ouest). Les exercices dureront jusqu’au mars 2017, rapporte le service de presse du ministère de la Défense ukrainien.


_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1147
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 1 Déc - 18:58

France Inter toujours à la pointe du soutien aux fascistes ukrainiens



Alors que la coalition contre Daesh en Syrie essaie de se mettre en place dans le sillon de l’intervention russe, France Inter nous fait grâce d’un article de Sébastien Gobert sur l’armée ukrainienne dans l’est de l’Ukraine. L’article commence par une introduction soulignant le dénouement des pauvres soldats ukrainiens combattants leurs concitoyens dans le froid, la précarité et se terminant par cette phrase “Alors que François Hollande se rend à Moscou, une guerre continue, en Europe, entre l’Ukraine et les rebelles pro-russes. Un reportage de Sébastien Gobert.”, qui résonne comme l’écho des mouvements extrémistes pro-ukrainiens militant contre la coalition anti-daesh.




Logo du mouvement initié par Bernar Grua sur les bases du mouvement “No Mistral for Putin”

L’interlocutrice que le journaliste oublie de nous présenter est une française d’origine ukrainienne connue depuis le début de la guerre civile ukrainienne sous le pseudonyme d’Elena Elinova. Elle est membre de l’Euromaidan (EMPR) et a organisé en Juin 2014 des manifestations devant l’ambassade de France de Kiev pour dénoncer les relations économiques et militaires entre la France et la Russie. Elle s’est aussi beaucoup impliquée dans la lutte contre la livraison des BPC Mistrals à la Russie :




Note : No Military alliance est le nouveau nom de la page ” No Mistral For Putin” de Bernard Grua.

Mais voilà, le masque d’oie blanche défendant la démocratie commençait à lui donner de l’urticaire, le 24 avril soit 13 jours après les premières reprise de l’article de Sébastien Gobert dans différent média ( La tribune de Genève le 17/11/2015, etc ), elle décide de laisser tomber le masque, pour promouvoir la vente des drapeaux de Praviy Sektor :


Et encore une fois le vrai visage des démocrates ukrainiens de l’euro-maïdan se révèle : celui du fascisme ukrainien.


Le premier des réflexes d’Elena est de remercier l’association “France Ukraine Solidarité FUS“, qui est une association française de soutient aux régiments Azov, Aïdar (accusée de crimes de guerre par Amnisty International, et au bataillon Sitch dont un des membres avait lancé une grenade devant le parlement ukrainien le 31 août dernier (pour plus de détail sur l’association FUS, vous pouvez relire l’article sur mon blog, NdA).

Un détail qu’a tronqué France-Inter mais que l’on retrouve sur la version de la tribune de Genève, le chauffeur d’Elena est un ” ancien combattant volontaire dans le sulfureux bataillon Aidar, il préfère aujourd’hui œuvrer en tant que bénévole. «Après qu’Aidar a été mis au ban par la hiérarchie, j’ai décidé de ne plus être soumis aux ordres de ces généraux. On ne peut pas leur faire confiance, sauf pour nous mener à la défaite…” Ce qui laisse penser qu’il était dans le régiment lors des exactions commissent par le Bataillon, et que son opinion est très proches de celles des membres des bataillons de volontaires impliquées dans les troubles du 31 août de Kiev.

Ce que ne dit pas l’article c’est que le gouvernement de Kiev, craint ces bataillons qu’il sait subversifs et qui sont un réel danger pour sa pérennité. Alors il les oublie sur le front dans l’espoir qu’ils rentrent spontanément dans leur foyer et voir ainsi disparaître cette menace.

Et qui se porte au secours des ces fascistes oubliés même de Kiev ? Les média européens, des associations françaises, de bon français…

Et que font ces soldats oubliés ? Ils s’ennuient et pour passer le temps ils boivent et une fois saouls, ils violent le cessez-le feu en éructant “Slava Ukraïna”. Ou parfois, il le font pour seulement exister, pour montrer à Kiev, au monde qu’ils existent encore…

En publiant cette article France Inter s’inscrit dans la mouvance des soutiens à Kiev, il préfère affaiblir la coalition anti Daesh et ainsi le renforcer. Et que font les nationalistes Ukrainiens pendant ce temps ?
Ils appellent au soutient de Daech à l’image de Dimitro Korchinsky.

Laurent Courtois

Source : Novorussia
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Ven 11 Déc - 1:51

Ukraine : de nombreuses arrestations contre les opposants au régime



Mercredi 9 décembre des arrestations en masse de personnes dénonçant le gouvernement de Porochenko ont eu lieu. Les forces de Kiev vont chez les habitants et les arrêtent chez eux ou dans la rue. Certains de ces opposants ont des armes. Les services de la police ukrainienne retirent ses armes et les embarquent, comme nous pouvons le voir sur la vidéo (publiée par le SBU, les services de sécurité de l’Ukraine), dans des véhicules militaires.

Arrestation dans Krasnohorivka. Plus de 85 personnes ont été arrêtés dans la ville de Krasnohorivka ce mercredi 9 décembre. Les personnes ont été arrêtées à leur domicile ou sur leur lieu de travail. Les personnes arrêtées auraient émis des critiques envers le pouvoir de Porochenko. Des témoins parlent de plus de 100 arrestations. Les forces ukrainiennes étaient au nombre de plus de 600 soldats pour procéder aux arrestations. La petite ville de Krasnohorivka, connue pour être opposée au régime de Kiev, se trouve à environ 15 kilomètres de Donetsk et est occupée depuis plus d’1 an par des forces de Kiev.

La communauté internationale ne dit rien sur ces arrestations




http://novorossia.today/ukraine-de-nombreuses-arrestations-contre-les-opposants-au-regime/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 19 Déc - 2:54

Ça se passe comme ça un conseil des ministres en Ukraine…

Sans commentaire – “étrangement” pas trop vu dans nos médias… (pas de place à cause de Star Wars j’imagine…)

Le ministre de l’intérieur est Arsen AvakovMikheil Saakachvili,, oligarque et corrompu notoire.

Le gouverneur de la région d’Odessa, invité, est Mikheil Saakachvili,i, ancien Président de la Géorgie, qui a sympathiquement ouvert le feu en 2008 sur des troupes russes…

Le sujet : eh bien, évidemment, privatiser des entreprises publiques – y’a bon millions ! (si on devenait milliardaire par le travail honnête dans ce coin, ça se saurait…)

Ca tourne ! :






C’est à ces gens que l’UE et le FMI ont prété des (nos) milliards…





_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mar 22 Déc - 1:44

La situation militaire en Ukraine


_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Mer 23 Déc - 1:52

Voilà en quoi la France est occupée à faire à l'étranger et particulièrement ici en Ukraine. Se rallier à un régime nazis pro guerre, un régime qui a prouvé à mainte reprise qu'il ne veut pas la paix. Créer des ONG anti russe, et former des hommes au combat pour tenter de récupérer le Donbass, ou certains acteurs ne craignent pas s'afficher avec des pro nazis et arborer fièrement la tenue militaire ukrainienne, elle est belle la France vraiment. En tout les cas j'en connais un qui n'est pas des plus prudent Nicolas Tacussel, président de Smile For Ukraine (http://nicolastacussel.com/), affiche adresse et numéro de téléphone. Peut-être pense-t-il que tout le monde est con comme lui...(site enregistré dans la wayback).

Ukraine : un psychologue français apporte le sourire aux soldats qui tuent dans le Donbass




« Smile for Ukraine », organisation antirusse et ONG, comme son nom en anglais l’indique dit apporter le sourire en Ukraine a été créée il y a 1 an. Comme président et fondateur de « Smile for Ukraine », un psychologue français qui clame la victoire de l’Ukraine, qui a aussi son bureau à Paris, vend ses services chez ceux qui veulent exterminer les habitants du Donbass et est, comme il l’écrit sur sa page internet, réclamé « compte tenu des résultats obtenues, par différentes ONG et ministères Ukrainiens (Armée Ukrainienne, Guarde Nationale, etc… »

« Etre Humain », tout simplement ». C’est un Français, dont le mot d’ordre est « l’humain est au centre de la thérapie, et non la doctrine » ou encore un psychologue français se disant « Etre Humain », tout simplement ». C’est surtout un psychologue engagé politiquement (il porte l’uniforme ukrainien donc il se trouve en plein dans la doctrine ukrainienne et donne souvent des entretiens aux média ukrainiens comme sur l'attentat du Bataclan et il vient de donner une conférence de presse au Media Center de Kiev sur l’activité de Smile for Ukraine ), mais c’est surtout (aussi président de la société Nitconseil depuis le 26 juillet 2013 le psychologue vend en France des conférences sur les pieds à 200 euros pour les particuliers et à 240 euros pour les professionnels) qui, dit s’occuper du bien être des enfants, explique dans les médias ukrainiens comment aider les enfants à bien vivre et surtout comment les protéger, qui apporte aussi du soutien psychologique aux soldats ukrainiens avant le combat (il le dit dans sa conférence de presse sur l’activité de Smile for Ukraine), apprend aux habitants comme aux enfants et soldats ukrainiens comment sourire dans cette guerre, à gérer mentalement leurs actes de guerre, à donc, approuver et soutenir les actions de l’armée ukrainienne…



Photo: Nicolas Tacussel, le psychologue, portant l’uniforme ukrainien avec Elena Elinova, une française d’origine ukrainienne connue depuis le début de la guerre civile ukrainienne

Psychologue français au service du régime de Porochenko. « Merci Nicolas pour la master class à Kharkov ! Les volontaires psychologues, les activistes apprécient beaucoup tous vos efforts pour aider l’Ukraine à retrouver son indépendance ! », écrit une personne sur le compte Facebook de l’association « Smile for Ukraine ». Nicolas Tacussel est ce psychologue qui porte aussi l’uniforme ukrainien, cet uniforme qui massacre les enfants, les populations civiles dans le Donbass, cet uniforme qui donne l’ordre aux enfants habitant sur le territoire ukrainien de se mettre à genoux quand le cercueil d’un soldat du Secteur Droit revient dans son village par la route principale. C’est l’uniforme ukrainien du régime de Porochenko qui a déclaré vouloir faire vivre les enfants du Donbass dans les caves et vouloir exterminer les populations du Donbass. « En 2016, les bénévoles de «Smile for Ukraine» ont prévu de travailler dans deux directions principales. La première est l’organisation de formations pour les militaires afin qu’ils apprennent à maîtriser leurs émotions dans les situations de stress et les préparer ainsi au stress qu’ils vivront sur la ligne de front », peut-on lire dans l'article de uacrisis. La deuxième l’aide psychologique aux enfants.






Photos: Un soldat du Secteur Droit en Ukraine, qui combattait plusieurs mois, contre les habitants du Donbass, est ramené dans son village pour être mis en terre. Les habitants et surtout les enfants du village se mettent à genoux pour recevoir le mort… dans la boue ! Voilà l’éducation des enfants en Ukraine.

Dans l'article de uacrisis du 11 décembre on lit, « en une année, l’association française «Smile for Ukraine » a réalisé des consultations psychologiques individuelles pour environ 650 militaires ukrainiens, a organisé des séminaires pour 130 psychologues et bénévoles et les représentants de l’association ont effectué 15 voyages dans la zone du conflit » ; « Nous sommes là pour aider tous ceux qui ont été touchés par ce conflit, pour diminuer les conséquences traumatiques pour eux, pour que l’Ukraine revienne au plus vite à la vie normale », a déclaré Nicolas Tacussel, lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Média Center. Puis… « Nous travaillons dans plusieurs directions : nous faisons des voyages dans la zone du conflit, nous réalisons des consultations individuelles, nous aidons les orphelinats et en plus, je dois aussi m’occuper de mon bureau de consultations à Paris . Je viens de rentrer de Paris et ce soir, je pars à Kharkov pour faire un séminaire pour des psychologues qui travaillent avec les militaires de différents bataillons. »



Photos : Nicolas Tacussel, le psychologue, apprend aux soldats ukrainiens à sourire et à se préparer à tuer psychologiquement

Le respect des enfants. Nicolas Tacussel explique le respect des enfants dans une vidéo de BTLV-Radio. « Quand je vais dans les orphelinats je vais saluer chaque enfant et je leur demande en russe « comment tu t’appelles ? », ils me donnent leur prénom et je leur dis je m’appelle Nicolas. Un enfant c’est un futur adulte. Dans l’enfant il faut respecter l’adulte qu’il est déjà”. L’objectif pour le psychologue français est que ces enfants qui ont perdu leurs parents à cause de la guerre ne se mettent pas à détester l’Ukraine dit-il avant de rajouter dans un blanc …, à ne pas détester la Russie ou l’Europe, pour ne pas paraître engagé. Le psychologue explique aux enfants le bien fondé de cette guerre pour l’Ukraine et pourquoi leurs parents sont morts, « la deuxième direction est un travail systématique avec les enfants orphelins. Selon Nicolas Tacussel, ces enfants, surtout ceux qui vivent dans les régions frontalières, ont un besoin important de soutien psychologique. «Ils ont subi beaucoup de traumatismes : la perte de leurs parents ou l’abandon, les pères de certains sont morts en défendant l’Ukraine. Et en plus, ils continuent à vivre dans la zone de guerre. Nous avons visité un orphelinat sur la ligne de front, il n’y a qu’un seul psychologue pour s’occuper de 152 enfants », a souligné Nicolas Tacussel, avant d’ajouter qu’il était très important d’apaiser ces enfants, car beaucoup d’entre eux ne comprennent pas les raisons pour lesquelles cette guerre a éclaté, ils éprouvent beaucoup de colère et de rancœur et cela pourrait avoir des conséquences négatives pour l’Ukraine». Donc, étant donné la situation, en janvier 2016, «Smile for Ukraine» prévoit d’organiser déjà des séminaires pour 10 psychologues qui partiront ensuite dans les orphelinats. »

Liens connexes :

Destitution du Président de la République François Hollande pour sa politique criminelle en Syrie et dans le Donbass


Le 11 décembre 2015 à Paris, Damien Viguier, docteur en droit et l’avocat aux barreaux de l’Ain et de Genève, a adressé à tous les parlementaires de la France un appel pour la destitution de François Hollande pour sa politique criminelle en Syrie et dans le Donbass. Cet appel a été soutenu par Alexandre Kofman, Ministre des Affaires étrangères de la République Populaire de Donetsk, et par Vladislav Berditchevski, député du Conseil du Peuple de la DNR. (...) lire la suite sur le lien.

Le projet d’amendements à la constitution soumis à la Rada (le Parlement) de l’Ukraine démontre le refus de Kiev de trouver une issue pacifique à la crise

Selon le président du Conseil du Peuple et chef de la délégation de la DNR à Minsk Denis Pouchiline, ce projet va à l’encontre des accords de Minsk car les deux Républiques Populaires n’ont pas été consultées lors de son élaboration et ne l’ont pas validé.

Selon Denis Pouchiline, les médias ukrainiennes couvrent largement l’examen par la Rada du projet de la loi n°2217а «Sur les amendements à la Constitution de l’Ukraine concernant la décentralisation du pouvoir » par lequel les pouvoirs kiéviens font semblant de mettre en œuvre le paragraphe 11 de l’Ensemble de mesures en vue de l’application des accords de Minsk du 12 février dernier.

Rappelons, que la réforme constitutionnelle de l’Ukraine dans le but de décentraliser le pouvoir de l’Etat représente le point clé des dits accords et selon eux doit obtenir au préalable un agrément des deux républiques du Donbass.


SITREP du 13/12 au 20/12/2015. Aperçu de la situation militaire dans le Donbass et analyse.

Le dimanche 13 décembre 2015.

Deux démineurs de la DNR ont été hospitalisés ce jour à Gorlovka avec des blessures des membres inférieurs par des fragments des mines. Cette information a été communiquée à l’agence DAN par Alexandre Prossianik, chef du département de la santé de la mairie de la ville. Les militaires ont sauté sur une mine antipersonnel en marchant sur un fil-piège pendant de l’opération du déminage de la zone tampon le long du canal Severny Donets.

L’explosion a été constaté par les représentants du Centre conjoint du contrôle et de la coordination du régime de cessez-le feu (CCCC) et les observateurs de l’OSCE qui se trouvaient à distance des lieux de l’incident.

Au cours de la même journée, selon le Ministère de la Défense de la DNR, l’ennemi a violé 12 fois le régime du cessez-le-feu. Il a tiré aux mortiers, aux canons de chars et des BMP ainsi qu’aux armes d’infanterie sur les bourgs de Jeleznaïa et de Chirokaïa Balka près de Gorlovka, sur la ville de Dokoutchaïevsk au nord de Donetsk, ainsi que sur les villages de Sakhanka dans le district de Novoazovsk au sud de la République.

Les FAU ont tiré environ 30 projectiles des mortiers de 120 et 82 mm sur le territoire de la DNR.
(...) lire la suite sur le lien.

Le congrès du mouvement social « Le Donbass libre » : nous ne sommes pas en opposition au gouvernement, mais oeuvrons avec lui pour construire l’avenir de la DNR

Le congrès a eu lieu le 19 décembre 2015 à la salle de conférence de l’hôtel « Shakter Plazza », rassemblant près de 500 délégués de différentes villes de la République Populaire, 25 députés de la fraction « Le Donbass libre » du Conseil du Peuple de la DNR, ainsi que le leader du rébellion dans le Donbass et du mouvement social « La Novorossia » Pavel Goubarev.

« Une année s’est écoulée depuis la création de notre mouvement et le moment est venu pour faire le premier bilan. Je tiens à souligner qu’en ce moment la lutte politique n’est pas d’actualité pour notre mouvement car notre premier objectif n’est pas de nous mettre en opposition au gouvernement de a République Populaire de Donetsk, mais d’œuvrer ensemble avec lui pour bâtir notre jeune Etat», – a déclaré Eugène Orlov, président du mouvement « Le Donbass libre ».
(..) lire la suite sur le lien.

Source : Novorussia-Today

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Ven 25 Déc - 15:44

Bonsoir mes frères & sœurs I love you
Voici encore un exemple que nos médias mainstream ne sont plus que des menteurs et de simple agents perturbateur au service de leur état respectifs...Les médias ne se prennent même plus la tête à sourcé leurs infos, vu que le peuple n'y voient que du feu. Et désormais on peut leur faire avaler n'importe quoi sans qu'ils s'en rendent compte...


Pris en flagrant délit : la télévision allemande accusée d’inventer des soldats russes en Ukraine



La télévision russe accuse la 2ème chaîne publique allemande d’avoir employé des acteurs pour mettre en scène l’implication russe dans le conflit à l’est de l’Ukraine. L’un des «volontaires russes» a reconnu avoir été payé pour son témoignage.

Le documentaire «Poutine, l’homme fort», réalisé par la chaîne de télévision publique allemande ZDF, montre des Russes luttant contre le gouvernement de Kiev dans les rangs des combattants séparatistes. Pourtant, le film suscite beaucoup de questions et contient beaucoup d’imprécisions, par exemple, lorsqu’on voit un drapeau ukrainien sur les uniformes de «combattants séparatistes», ce qui est évidemment absurde.

La chaîne de télévision russe a retrouvé un citoyen russe ayant participé au tournage et présenté comme «un des combattants séparatistes luttant à l’est de l’Ukraine» d’après l’explication de ZDF.


«Igor est un combattant séparatiste et il en est fier», entend-on dans le reportage allemand.

Néanmoins, «Igor» s’est révélé être un chômeur de 27 ans, habitant l’enclave russe de Kaliningrad, et dont le vrai nom est Iouri Lobyskine. En réalité, il ne s’était jamais rendu dans l’est de l’Ukraine avant le tournage du documentaire et n’a même jamais fait de service militaire.

«Un journaliste allemand, Dietmar Schumann, s’est présenté chez moi avec une équipe de tournage et m’a proposé de jouer dans un film où je prétendrais être un combattant séparatiste étant parti à Donetsk pour y lutter contre le gouvernement de Kiev», a déclaré Iouri Lobyskine.


Ukraine : L’aéroport de Donetsk aurait été bombardé seize fois depuis hier

«On m’a dit que je devais préciser que j’avais été blessé, même si je ne l’ai jamais été. Au début, on m’a amené à Moscou puis, deux heures plus tard, j’étais à Rostov [principale ville russe à proximité de la frontière orientale de l'Ukraine]».

Le producteur de la chaîne allemande Valery Bobkov, qui parle russe, a rencontré Iouri Lobyskine à l’aéroport et lui a proposé 50 000 roubles (658 euros au taux actuel) pour se rendre dans le Donbass et y dire ce que la chaîne de télévision voulait.

«Valery Bobkov m’a préparé pendant trois jours. Il m’a expliqué précisément ce que je devais dire et m’a demandé de mettre mon texte par écrit», a raconté Iouri Lobyskine.


Le fait que Iouri n’ait jamais fait son service militaire était nettement visible. Il lui fallait répéter plusieurs fois ses mouvements lors de tirs pour qu’ils ressemblent aux gestes d’un vrai soldat.

De plus, selon le scénario, Iouri Lobyskine avait une famille et un enfant. ZDF a donc aussi trouvé une jeune fille pour interpréter le rôle de sa femme.


Pour l’UE, des dysfonctionnements internes empêchent Kiev de punir les coupables du drame d’Odessa

«Valery Bobkov l’a payée entre 2 000 et 3 000 roubles. Je n’ai pas d’enfant et je n’avait jamais vu cette jeune fille que je n’ai plus revue depuis», a révélé l’acteur du film allemand.

Malgré les efforts de la compagnie allemande, le film a fait l’objet de critiques négatives et n’a pas réuni une forte audience.

Je ne pense pas que les Allemands croient à tout ce qu’on leur montre. Il y a beaucoup de gens qui critiquent les médias gouvernementaux, tels ARD et ZDF. Les Allemands lisent très bien entre les lignes et je ne pense pas que l’attitude négative à l’égard de la Russie sera efficace», a déclaré l’homme politique allemand Alexander Gauland.


Lire aussi Fausses photos de «chars russes en Ukraine» sur la chaîne allemande ZDF (VIDEO)

Source : RT France



_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 4 Jan - 1:42

L’Ukraine au tournant, par Jacques Sapir

Source : Russeurope, Jacques Sapir, 13-12-2015

L’évolution de la situation en Ukraine depuis le début de 2014 est exemplaire de la manière dont des dirigeants peuvent, par leurs erreurs et par fanatisme, détruire un Etat. Cela pourrait constituer un intéressant exemple pour de futurs manuels de sciences politiques si cela n’impliquait pas une population de plusieurs dizaines de millions de personnes et si cette crise n’avait pas déjà impliquée la mort de plus de 6000 personnes. La crise ukrainienne est une véritable tragédie.

Mais, cette tragédie doit aussi être étudiée du point de vue de la science politique et de l’économie pour tenter de comprendre les tenants et les aboutissants de cette crise, mais aussi pour tenter d’en voir les possibles solutions. En effet, la crise ukrainienne est aujourd’hui un important facteur de division entre les pays d’Europe occidentale et la Russie, et ce alors que la crise du Moyen-Orient et la menace terroriste qu’elle fait planer, imposent une révision des priorités stratégiques. Il n’apparaît pas possible d’avoir une action coordonnées contre DAESH en Syrie et de continuer à s’opposer violemment sur la question de l’Ukraine. Par ailleurs, les pays de l’UE, et principalement la France et l’Allemagne, semblent avoir – du moins en partie – révisés leur politique au sujet de la crise ukrainienne. En même temps que s’impose un nouveau réalisme sur la crise syrienne un désenchantement certain, et une profonde désillusion, se font jour en ce qui concerne les autorités de Kiev.



Les origines de la crise


Personne ne remet en cause le constat de l’énorme corruption qui caractérisait le système politique et économique de l’Ukraine à la fin de 2013. Mais, cette corruption ne datait pas du Président Yanoukovitch. Elle était endémique en Ukraine depuis les premières années de l’indépendance. Cependant, cette corruption était devenue largement insupportable dans les différents segments de la population. C’est ce qui explique les premières manifestations, alors pacifique, de la place Maïdan. Il convient de signaler que lors de ces premières manifestations, les manifestants venaient de l’ensemble de l’Ukraine, tant de l’ouest que de l’est. L’incapacité du Président Yanoukovitch et de son gouvernement à prendre la mesure de ce mouvement a largement contribué au processus de capture de ce dernier par des forces ultra-nationalistes et même fascisantes (comme le groupe Pravy Sekhtor[1]), forces qui ont progressivement évincées les forces démocratiques. L’attitude de l’Union européenne a aussi contribué à une forte polarisation de la vie politique en Ukraine et a abouti à déstabiliser encore plus la situation politique.

Les illusions que les dirigeants de l’Union européenne ont laissé se développer quant à une possible adhésion de l’Ukraine à l’UE ont joué un rôle important dans la dégradation de la situation politique, en donnant à une partie de l’opinion publique ukrainienne le sentiment que le débat posé était le choix entre la Russie et l’UE. Cette polarisation de l’opinion publique a eu un effet extrêmement délétère, et ce à un moment ou l’économie ukrainienne était de plus en plus liée à l’économie russe. Si les importations d’hydrocarbures (essentiellement de gaz) de Russie ont toujours été importantes, les exportations ukrainiennes à destination de la Russie avaient fortement augmenté depuis le début des années 2000. Les bases d’une intégration économique, au moins sur des secteurs comme la métallurgie, la chimie et les constructions mécaniques, étaient à cette époque clairement posées. Il n’y avait aucune logique à vouloir ouvrir l’économie ukrainienne encore plus qu’elle ne l’était déjà à l’économie des pays de l’UE. Ceci ne correspondait pas aux tendances économiques que l’on pouvait constater depuis plusieurs années. Pourtant, cette question devint la question principale en raison du discours de l’UE présentant cette « ouverture » comme la base de futurs succès économiques pour l’Ukraine. La combinaison d’un sentiment justifié d’exaspération de la population vis-à-vis de la corruption des élites ukrainiennes et de la manipulation effectuée par l’UE de l’ordre du jour économique des relations entre l’Ukraine et l’UE a eu un effet explosif sur la vie politique ukrainienne en 2013.



Il faut ici rappeler que le Président et le Parlement avaient été régulièrement élus. Mais, ces élections (2010) avaient permis de mesurer combien la politique ukrainienne était marquée par une division entre des populations russes (et russophones) regroupées à l’est du pays et des population ukrainophonnes, dont une partie habite les régions qui, avant 1914, étaient soit dans l’empire Austro-Hongrois soit étaient en Pologne.

Carte 1

Répartition de la population par type de langage pratiqué



L’Ukraine est un pays neuf, dont l’existence est fragilisée par ces divisions. Ces dernières ont été renforcées par les évolutions économiques de ces dix dernières années, qui ont vu les relations avec la Russie se développer rapidement. L’Ukraine de l’Est, russophone, vivait, au début de 2014, mieux que l’Ukraine de l’Ouest. Pour cette dernière, l’Union européenne représentait un pôle d’attraction important, même s’il était largement imaginaire compte tenu de la situation économique actuelle de l’UE.

Carte 2


Les manifestations de la place Maïdan recouvraient aussi cette division économique et sociale de l’Ukraine.



La crise de février 2014 et ses conséquences

Ces manifestations ont pris une tournure dramatique lors du mois de février 2014. Le massacre du 20 février a joué un rôle décisif dans le déclenchement de ce que l’on peut considérer comme la « crise » ukrainienne, qui devait aboutir à la guerre civile[2]. Les responsabilités de ce massacre furent attribuées, à l’époque au pouvoir du Président Yanukovitch. En fait, il est aujourd’hui avéré que nombre des manifestants tués le furent par des projectiles tirés dans leur dos[3]. Le rôle des agents provocateurs très probablement liés à Pravy Sekhtor ne fait plus aujourd’hui aucun doute[4].

Il est cependant clair que le pouvoir du Président Yanoukovitch eut une part de responsabilité dans ces événements tragiques, que ce soit par un usage disproportionné de la force au début des manifestations, ou par ses hésitations par la suite qui avaient démoralisé une bonne part de ses soutiens. Il a été incapable de s’opposer à une logique minoritaire, qui s’est exprimée même au Parlement lors du vote, au début du mois de février de la loi supprimant le statut de langue officielle au Russe (à côté de l’Ukrainien). Ce vote apparaît aujourd’hui comme un tournant symbolique car il a fait basculer l’affrontement d’une logique de lutte pour la démocratie et contre la corruption à une logique nationaliste-ethniciste. Les populations tant russes que russophones des régions de l’Est de l’Ukraine et de la Crimée n’ont pu qu’être légitimement inquiètes de la rupture du pacte sur lequel était fondé l’Ukraine indépendante depuis 1991. Ceci a eu des conséquences très importantes quand, pensant que sa vie était menacée, le Président Yanukovitch se décida à fuit Kiev. Dès lors s’ouvrait un véritable dilemme pour les différents acteurs de la crise ukrainienne.

Si l’on admet que la norme constitutionnelle avait alors disparu et que le Parlement était légitime dans son renversement du Président Yanoukovitch, cela signifie que l’on était confronté à une révolution c’est à dire la destruction d’un ordre légal devant donner lieu à un nouvel ordre légal. Mais, cela impliquait que l’on reconnaisse cette nécessité et que soit immédiatement appelé à siéger une assemblée constituante. Si l’on prétendait que la norme constitutionnelle n’avait pas disparue, alors il fallait reconnaître que le Président Yanoukovitch était toujours le Président légal de l’Ukraine. En choisissant la première solution, mais sans en tirer les conséquences logiques, les politiciens du Parlement ukrainien ont mis le feu aux poudres.

En effet, à partir du moment où ils considéraient que ce qui s’était produit était un acte de nature révolutionnaire il fallait aussi admettre que le Parlement de la République autonome de Crimée était tout aussi légitime dans sa décision de se séparer de l’Ukraine et de rejoindre la Russie. Soit la règle générale s’applique à tous soit elle ne s’applique à aucun. La seule chose sur laquelle il peut y avoir un accord est le fait qu’il ne peut y avoir d’application partielle de la règle générale. Cela implique qu’il fallait admettre que la question de la Constitution se posait, et que l’on ne pouvait faire « comme si » la règle générale s’imposait alors que l’on venait de la violer. Ce ne sont pas, seulement, des subtilités juridiques. Pour ne pas les avoir comprises, pour avoir cru que l’on pouvait faire un coup d’Etat sans remettre en cause la Constitution, les dirigeants de Kiev ont provoqué et la sécession de la Crimée et la guerre civile dans l’Est de l’Ukraine.

Ainsi, à la suite des événements tragiques de fin février s’est donc mis en place un pouvoir de fait à Kiev, provoquant un effondrement de la légitimité de l’État ukrainien. La dissolution d’unités de la police, qui n’avaient fait qu’obéir aux ordres, a provoqué une profonde inquiétude dans les régions de l’Est. Ce à quoi on a assisté depuis le 28 février, et ce n’est que la suite logique du basculement d’une lutte pour la démocratie et contre la corruption vers un affrontement ethnique.

Les responsables du Parlement ukrainien portent donc la lourde responsabilité d’avoir, par leurs erreurs comme par leurs excès, déclenché une guerre civile dans leur propre pays. Cette guerre à provoqué plus de 6000 morts et près d’un million de réfugiés, qui se trouvent aujourd’hui sur le territoire de la Fédération de Russie.



L’accord de Minsk

L’accord signé à Minsk au mois de février 2015 constituait donc une possibilité de mettre fin à cette tragique guerre civile[5]. Mais, il y a bien des raisons de penser que cet accord ne pourra jamais être appliqué. Les termes de l’accord sont en effet très clairs : un statut de grande autonomie doit être concédé aux insurgés et, sur cette base, le gouvernement de Kiev pourra recouvrer le contrôle de la frontière entre l’Ukraine et la Russie (articles 9 et 11 de l’accord). Or, le gouvernement de Kiev a indiqué son refus d’envisager une « fédéralisation » du pays, dans le cadre d’une refonte de la Constitution, qui devrait être réalisée d’ici à la fin de 2015. De même, le Ministre de la Justice de Kiev, M. Klimkin, s’est déclaré être opposé à une amnistie générale. Or, cette amnistie est bien l’une des conditions de l’accord (article 5).

Très clairement, à l’heure actuelle, le régime de Kiev n’a nullement l’intention d’appliquer les clauses politiques de l’accord. Or, on comprend bien que si ces clauses ne sont pas appliquées, la guerre reprendra inévitablement, sauf si l’on s’achemine vers une solution de type « ni paix, ni guerre », ce que l’on appelle un « conflit gelé ». Cependant, une telle solution de « conflit gelé » n’est envisageable que si des forces d’interposition prennent position entre les belligérants. On est donc ramené à la question d’un hypothétique contingent de « Casques Bleus » et de ce fait à la question de l’insertion des Etats-Unis dans le processus d’un accord. On mesure ici, à nouveau, les limites de l’option prise par Mme Merkel et M. François Hollande. A vouloir prétendre que les européens pouvaient trouver sur leurs seules forces une solution à ce conflit, ils se sont enfermés dans une situation sans issue. La position discursive adoptée qui consiste à faire retomber la « faute » de la non-application sur la Russie s’apparente à une ficelle désormais trop grossière. Et cela d’autant plus que l’on voit désormais s’ouvrir des failles importantes au sein même du gouvernement de Kiev, très probablement à l’instigation si ce n’est des Etats-Unis, de forces américaines.

Aujourd’hui le gouvernement de Kiev est politiquement divisé (Petro Poroshenko, le Président élu en juin 2014, apparaissant à cet égard comme un relatif « modéré ») et surtout techniquement de plus en plus dépendant des Etats-Unis. Des « conseillers » américains occupent plusieurs étages dans les différents ministères. Ceci montre que les Etats-Unis, qu’ils livrent ou non des armes « létales » à l’Ukraine, sont d’ores et déjà partie prenante de conflit, et d ‘une certaine manière ont acquis une position déterminante dans le gouvernement de Kiev. Ceci expose clairement les illusions de Mme Merkel et de M. Hollande mais nous montre aussi que tant que les Etats-Unis n’auront pas donné leur assentiment explicite à un accord, ce dernier n’a aucune chance d’être respecté.

On sait par ailleurs que l’Ukraine est virtuellement en faillite. Certes, le Fond Monétaire International a discuté de la possibilité d’un prêt de 17 milliards de dollars. Il lie d’ailleurs la poursuite de ses versements à des réformes structurelles qui ne peuvent être mises en place par le gouvernement actuel[6]. Mais, cette somme, si elle est versée et ceci dépend de la réalité du cessez-le-feu, ne règlera rien. Au mieux, si elle est versée, elle assurera la stabilité financière de l’Ukraine jusqu’à la fin de l’année, pas plus. Cet argent ne remplacera pas une économie saine, et des relations commerciales importantes tant avec la Russie qu’avec l’Union européenne. Le futur de l’Ukraine dépend donc d’un accord entre russes et européens. Plus directement, la survie immédiate du pays dépend largement de l’aide consentie par l’Union européenne.

Ceci permettrait à l’Allemagne et à la France, si elles osaient parler clair et fort à Washington, de contraindre les Etats-Unis à s’engager de manière décisive dans le processus de paix. Sinon, l’ensemble du coût de l’Ukraine reposerait sur les Etats-Unis, et il est clair qu’en ce cas le Congrès se refuserait à financer de telles dépenses, qui pourraient d’ici les 5 prochaines années atteindre les 90-120 milliards de dollars.

La question économique est, peut-être, ce qui pourrait permettre d’aboutir à une application réaliste des accords de Minsk, à deux conditions cependant : que l’Allemagne et la France imposent leurs conditions à Washington et que ces deux pays sortent du jeu stérile et imbécile qui consiste à faire retomber, encore et toujours, la faute sur la Russie alors que l’on voit bien que les fauteurs de guerre sont ailleurs.



Ni paix ni guerre ?

Faute d’une mise en œuvre du volet politique de l’accord de Minsk, la vie tend à s’organiser sur la base d’une indépendance de fait des régions de Lougansk et Donetsk. Et il est clair que cette vie est tout sauf facile. La population totale des zones sous le contrôle des insurgés est d’environ 3 millions d’habitants, dont environ 1 million est réfugié en Russie. La persistance des combats sur la ligne de front empêche tout effort sérieux de reconstruction pour l’instant, à l’exception du rétablissement de la ligne de chemin de fer entre Lougansk et Donetsk. Une des raisons, d’ailleurs, dans le maintien des combats et les violations incessantes du cessez-le-feu par les forces de Kiev, est la volonté ouvertement affichée par les dirigeants de Kiev de maintenir la population du Donbass dans une insécurité importante et dans une atmosphère de terreur.

Le gouvernement de Kiev a suspendu le paiement des retraites et pensions, ce qui équivaut d’une certaine manière à reconnaître qu’il ne considère plus Lougansk et Donetsk comme relevant de sa juridiction. Rappelons d’ailleurs que le gouvernement russe avait toujours maintenu le versement des retraites et des pensions en Tchétchénie dans la période ou Doudaev avait proclamé la soi-disant « indépendance » de cette république. Il n’est pas dit que les dirigeants de Kiev aient mesuré toutes les implications juridiques de leurs actions. L’un des points de l’accord de Minsk-2 était justement de veiller à la reprise de ces versements. Inutile de dire que Kiev continue de s’y opposer. La population est largement tributaire de l’aide humanitaire russe. Une production minimale continue de sortir des mines de charbons et de certaines usines. Cette production était vendue à Kiev jusqu’en décembre. Puis, à la suite de la destruction par les forces de Kiev de la ligne de chemin de fer, ces ventes se sont interrompues et ont été remplacées par des ventes à la Russie.

Insistons sur ce point : il entraine une progressive raréfaction de la Hryvnia dans le Donbass et la montée en puissance du Rouble russe. De plus, compte tenu de la meilleure solidité du Rouble par rapport à la Hryvnia, le Rouble est massivement devenu l’instrument d’épargne et l’unité de compte dans le Donbass. Or, la question de la monnaie qui circule est éminemment politique. Les accords de Minsk-2 prévoyaient la fin du blocus économique et monétaire mis en œuvre par le gouvernement de Kiev. La non-application d’une large part de ces accords[7], et en particulier des volets politiques et économiques de ces derniers relance, bien entendu, la question du statut monétaire de ces régions. Mais, il est évident que cette question a des répercussions qui vont au-delà de simples arrangements monétaires. La question de la souveraineté, à travers la question de la souveraineté monétaire, des régions insurgées est directement posée.

Le choix, pour les autorités de la DNR (Donestk) et de la LNR (Lougansk), est donc entre trois solutions : conserver le Hryvnia (et reconnaître que la DNR et la LNR sont des Républiques autonomes dans le cadre de l’Ukraine), basculer vers le Rouble, ce qui prendrait la dimension d’une annexion par la Russie, ou créer leur propre monnaie, et revendiquer leur indépendance. Cette dernière solution n’est pas impossible. Les Pays Baltes, avant d’adopter l’Euro, ont eu chacun leur monnaie. Mais, elle soulève des problèmes extrêmement complexes à résoudre. En réalité, autour de la question de la monnaie se déploie la question du futur institutionnel du Donbass.

Les autorités de la DNR et de la LNR, pour l’instant, conservent la Hryvnia. Mais, la raréfaction des billets et la disponibilité du Rouble pourraient bien les obliger d’ici quelques mois à changer d’avis. Les autorités de Donetsk avaient créé une banque, qu’ils appellent une Banque Centrale, dès le mois d’octobre 2014[8]. Cette banque avait pour fonction de gérer l’embryon de Trésor Public de la « République Populaire de Donetsk » (DNR), mais aussi de gérer les flux de transferts venant de la Russie (via une banque fonctionnant en Ossétie du Sud), et enfin de gérer le commerce avec le reste de l’Ukraine. Le paiement des pensions à la population des zones insurgées est considéré, par la Russie, comme relevant de « l’aide humanitaire ». Diverses sources estiment ces paiements entre 33 et 38 millions de dollars tous les mois. Il existe d’ailleurs un accord-cadre au sein des pays « successoraux » de l’ex-URSS pour la prise en charge des indemnités vieillesse et maladie par un pays (le plus souvent mais pas uniquement la Russie) au profit de ressortissants d’un autre pays. Il n’est pas impossible que cet accord puisse être invoqué dans ce cas particulier.

Cette « Banque Centrale » combine pour l’instant les fonctions de Trésor Public, de caisse de compensation (tant pour le commerce à l’intérieur des zones insurgées qu’entre ces zones et la Russie) mais elle commence aussi à fonctionner comme une banque normale (émettant des cartes de crédit) mais aussi comme une caisse d’émission. Pour l’instant, elle utilise toujours les Hrynia qui ont été accumulées via les écarts de prix entre le rouble russe et la Hrynia. Mais, à terme, se pose la question soit de l’intégration des zones insurgées dans l’espace monétaire russe, soit de la constitution d’une monnaie propre à ces zones.

On voit alors ce qui est en cause. Donetsk et Lougansk vont-ils avoir le statut de république autonome au sein de l’Ukraine, dont il faudra alors réviser la Constitution, ou s’oriente-t-on vers une indépendance de fait, qui ne sera pas reconnue par la communauté internationale ? La Russie, pour l’instant, pousse plutôt pour la première solution alors que les dirigeants de la DNR et de la LNR ne cachent pas leur préférence pour la seconde.



Une fatigue européenne

Une fatigue européenne commence alors à se faire sentir sur la question de la crise ukrainienne. Peu de personnes aujourd’hui doutent du fait que l’Ukraine soit ce que l’on peut appeler un « pays failli » ou « pays effondré »[9]. Les institutions de l’Ukraine se défont sous le poids des oligarques[10] et la corruption ne cesse d’empirer[11]. Non seulement la situation économique et sociale de l’Ukraine est-elle très difficile, mais l’atmosphère politique y est irrespirable et le nombre des assassinats de personnalités d’opposition réellement impressionnant.


Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de ce que certains pays européens prennent petit à petit leurs distances vis-à-vis du régime de Kiev.

La position française a commencé à évoluer depuis ces derniers mois. Certes, cette évolution est moins spectaculaire que sur la Syrie, mais elle n’est pas moins importante. Non seulement on commence à reconnaître au Quai d’Orsay que la question ne peut se résumer en un affrontement entre « démocratie » et « dictature », mais on sent, à certaines déclarations, une réelle fatigue devant les positions du gouvernement de Kiev qui ne fait rien pour appliquer les accords de Minsk. On commence à regretter, mais sans doute trop tard, d’être entré dans une logique diplomatique dominée par les institutions de l’UE, qui donnent de fait un poids hors de toute proportion aux positions des polonais et des baltes sur ce dossier. Le sommet européen des 21-22 mai qui s’est tenu à Riga a, de fait, sonné le glas tant des espoirs ukrainiens que de ceux de certains pays boutefeux au sein de l’UE[12].

L’Allemagne, elle aussi, commence à évoluer sur cette question. Après avoir adopté une position hystériquement antirusse depuis des mois, elle semble avoir été prise à contre-pied par le changement de position des Etats-Unis. Très clairement, elle perçoit que si ces derniers réussissaient à faire porter le fardeau ukrainien à l’Union européenne, c’est l’Allemagne qui aurait le plus à perdre dans cette logique. Il est extrêmement intéressant de lire dans le compte rendu de la réunion de Riga que l’accord de Libre-Echange ou Deep and Comprehensive Free Trade Agreement (DCFTA) est désormais soumis dans son application à un accord trilatéral. Deux des parties étant évidents (l’UE et l’Ukraine) on ne peut que penser que la troisième partie est la Russie, ce qui revient à reconnaître les intérêts de ce dernier pays dans l’accord devant lier l’Ukraine à l’UE. En fait, on est revenu à la situation que les russes demandaient en 2012 et 2013, mais ceci après un an de guerre civile en Ukraine.

Il semble donc bien que seuls la Grande-Bretagne et les Etats-Unis continuent de soutenir une position agressive à l’égard de la Russie, alors que dans d’autres capitales c’est bien plutôt la lassitude devant la corruption, l’incompétence et le cynisme politique de Kiev qui domine. Telle est peut-être la principale chance pour un règlement de la crise ukrainienne dans les mois à venir.

[1] Katchanovski, I., “The Far Right in Ukraine during the “Euromaidan” and Beyond,” Paper presented at the Annual Conference of the Canadian Association of Slavists, Ottawa, 30 mai et 1er Juin, 2015.

[2] Wade, Robert H. (2015). “Reinterpreting the Ukraine Conflict: The Drive for Ethnic Subordination and Existential Enemies.” Challenge, 58 (4), 361-371.

[3] Hahn, Gordon M. (2015). “Violence, Coercion, and Escalation in Ukraine’s Maidan Revolution: Escalation Point 6 – The ‘Snipers’ of February,” http://gordonhahn.com/2015/05/08/violence-coercion-and-escalation-in-ukraines-maidan-revolution-escalation-point-6-the-snipers-of-february/ .

[4] Katchanovski I., « The « Sniper’s Massacre » on the Maidan in Ukraine »,

Paper prepared for presentation at the Annual Meeting of American Political Science Association in San Francisco, Septembre 3-6, 2015. Voir aussi du même auteur : The Maidan Massacre in Ukraine: A Summary of Analysis, Evidence, and Findings.” In Ukraine, the West, and Russia. Cold War Resumed? J.L. Black and Michael Johns (Eds.). Abingdon: Routledge (à paraître).

[5] Déclaration finale des 4 dirigeants : http://interfax.com/newsinf.asp?pg=3&id=571367

[6] IMF, IMF Statement on Discussions with Ukraine on the Second Review under the Extended Fund Facility Arrangement, 3 octobre 2015, Washington DC, https://www.imf.org/external/np/sec/pr/2015/pr15457.htm

[7] « Ukraine : Paris et Berlin doivent “faire pression” » in Le Figaro, 19 août 2015, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/08/19/97001-20150819FILWWW00190-ukraine-paris-et-berlin-doivent-faire-pression.php

[8] http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-15/the-central-bank-with-no-currency-no-interest-rates-but-atms

[9] Bershidsky L. « Ukraine is in Danger of Becoming a Failed State », in Bloomberg International http://www.bloombergview.com/articles/2015-11-06/unreformed-ukraine-is-self-destructing

[10] Kuzio T., « Money Still Rules Ukraine », Foreign Policy, 25 août 2015, https://foreignpolicy.com/2015/08/25/money-still-rules-ukraine-poroshenko-corruption/

[11] IFES survey, « Two Years after Maidan: », IFES, http://www.ifes.org/surveys/september-2015-public-opinion-survey-ukraine

[12] Voir la résolution finale, https://www.google.fr/search?client=safari&rls=en&q=joint+declaration+(http://www.consilium.europa.eu/en/meetings/internationalsummit/2015/05/Riga-Declaration-220515-Final_pdf/&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&ei=4QJzVdfFM9OkiAav1IFY

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Jeu 7 Jan - 3:51

Ukraine : Clarté sur le seuil de l’enfer

Attention-mise en garde : Ce film n’est absolument pas pour les enfants, il n’est pas non plus pour des personnes aux nerfs fragiles - cependant, si ce film n’atteint pas son but, la réalité qu’il montre pourrait tous nous atteindre.






D’Ivo extrait du rassemblement de Mars 2014 – L’enfer est déchaîné Les dix mille prédicateurs à qui nous avions écrit, il y a douze ans, pour les inviter à rejoindre notre marche, à se laisser avertir de ces choses horribles qui viennent sur le monde.


Ces dix mille prédicateurs qui ne sont pas venus, qui nous ont tous tourné le dos, qui se sont alliés contre moi – ou plutôt contre nous – avec toutes leurs brebis, Ils nous ont évidemment manqué ces douze dernières années. Et je te dis que ce sont au moins 200 000 personnes engagées qui auraient eu douze ans de temps pour ensemble écarter cette crise. Ils n’étaient pas là ! Elles n’étaient pas là ! Nous étions seuls. Nous avons commencé petit à petit avec 30 - 40 personnes et maintenant nous sommes devenus des milliers sans eux. Extrait de la journée des amis 2014 Vois-tu, et je le dis alors que je suis chrétien. En tant que chrétiens nous chions de peur dans notre culotte/froc ! Des lâches ! Des vauriens ! Des vauriens passifs ! Tout le temps: « Nous laissons le Seigneur prendre soin de cela. » Tu comprends ? « C’est le Seigneur qui le fera. » Et je te dis que ce qui se passe dans le monde en ce moment, c’est ce que le Seigneur fait maintenant parce que nous Lui avons tout délégué. Car déléguer tout au Seigneur-Dieu ne veut rien dire d’autre que : « Je ne ferais rien jusqu’à ce que tu aies eu autant de coups que le sol se dérobe sous tes pieds. » Tu comprends ? Maintenant la catastrophe vient parce que nous ne l’avons pas empêchée ! Parce que nous n’avons pas compris que nous sommes à la place de Dieu. Nous sommes Son corps. Et Il n’a que nos mains. Et nous, nous disons « Nous laissons cela à Dieu… » Non, celui-là est seulement fainéants, il ne veut pas payer de sa tête, il ne veut pas parler ! Tu comprends ? Et maintenant nous avons le merdier là-dehors. Si l’OTAN et tous les pays européens ne coupent pas immédiatement et durablement tout soutien au nouveau gouvernement putschiste terroriste de l’Ukraine, et aussi aux bellicistes américains qui sont derrière, alors les images d’actualité suivantes pourront prochainement devenir notre propre destin : C’est comme ça que nos mères, nos pères, nos grands-mères et nos grands-pères pourraient bientôt être allongés dans les rues. Comme ça que nos enfants bien- aimés et impuissants pourraient être allongés déchiquetés à terre. Comme ça qu’on pourrait tirer sur toi sans aucun motif et qu’on pourrait bien s’assurer que tu es vraiment mort. Comme ça qu’on pourrait violer, dévaliser aussi nos mères, nos femmes et nos filles. Comme ça que toi aussi tu pourrais être en fuite, que tu pourrais mourir de faim et de soif. Comme ça que nos maisons pourraient brûler, que nos femmes, nos fiancées, pourraient être mutilées. Ensuite, c’est à ça que nos villes pourraient ressembler. C’est comme ça que de même nos cadavres pourraient être étendus partout.

Même de tels champignons pourraient s’élever tout à coup au dessus de nos propres têtes. Pourquoi une troisième guerre mondiale se trouve devant la porte : 1. Parce que le gouvernement américain, qui est dirigé dans l’ombre et au moyen de l’argent, le veut ainsi. 2. Parce que les Etats-Unis ont fait faillite, que leur économie est anéantie et parce qu’ils sont le pays le plus endetté du monde. 3. Parce que le nouveau système bancaire de la BRICS consacre la ruine définitive du capitalisme de Wall Street et du Pentagone. 4. Parce que le gouvernement des Etats-Unis a toujours redressé les faillites de l’Etat par des guerres. 5. Parce que les sous-fifres de Wall Street à la Maison Blanche et au Pentagone désirent la puissance mondiale sans partage ! 6. Parce qu’une grande partie de la communauté internationale est tombée dans les mensonges américains du prétendu printemps arabe. Parce que nous n’avons pas réalisé qu’il s’est agi ici non pas de guerres défensives, mais de guerres d’agression camouflées en guerres entre terrorisme et démocratie. 7. Parce que les médias du mainstream, en tant qu’alliés des agissements des Etats-Unis, disculpent leurs mensonges de guerre dans le monde entier et par voie de conséquence préparent avec méthode tous les peuples à être prêts pour la guerre. 8. Parce que les peuples sont de ce fait tellement abêtis par les médias qu’ils ne réalisent pas ce qui se passe de nouveau aussi en Ukraine à l’heure actuelle. Des raisons importantes pour lesquelles on doit priver le nouveau gouvernement putschiste ukrainien de tout soutien : 1. Parce que ce gouvernement a été mis en place à la suite d’un putsch terroriste hautement criminel. 2. Parce qu’on a pu prouver que ces criminels étaient agités, engagés par des bellicistes américains, entraînés par eux et non seulement équipés de moyens militaires, mais aussi chargés de missions terroristes. 3. Parce que le gouvernement putschiste est composé non seulement de mercenaires américains, mais aussi des prétendus Nazis si souvent cités. Quiconque a des yeux observateurs et s’en sert, quiconque a du bon sens et l’utilise aussi, celui-là doit réaliser que ces prétendus Nazis apparaissent toujours et partout dans le monde entier et qu’ils jouent toujours le même rôle. Ils exacerbent des troubles et des tumultes. Ils perturbent des actions et des manifestations sincères et pacifiques. Ils déstabilisent des pays entiers en attisant des guerres civiles. Cependant ces prétendus Nazis, la plupart du temps habillés de noir, ne représentent nulle part au monde de vrais intérêts nationaux. Ils ne représentent ni leur propre peuple ni le droit, encore moins la morale, ni une quelconque éthique ou de bonnes moeurs. En fait et en vérité, il ne s’agit partout dans le monde de rien d’autre que de terroristes salariés, engagés et envoyés pour brandir le spectre de la « massue nazie » afin d’atteindre toujours le seul et unique but : démonter les mouvements qui menaceraient le Nouvel Ordre mondial, jeter le trouble, préparer les peuples. Préparer les peuples à quoi ? A se laisser diriger par les médias. A se laisser diriger vers où ? : Vers là où les maîtres des médias aimeraient toujours les diriger.

Que cherchent les employeurs des terroristes du Maidan en Ukraine, les prétendus nazis ukrainiens ? Les employeurs américains du nouveau gouvernement putschiste de l’Ukraine sont en même temps les maîtres salariaux employeurs du prétendu mouvement Nazi ukrainien. Les deux appartiennent à la même organisation terroriste. Et le nouveau gouvernement terroriste de l’Ukraine et les terroristes employeurs des Nazis ont un devoir commun : déstabiliser complètement le peuple ukrainien et, en union avec l’OTAN, préparer l’Ukraine entière à entrer en guerre contre la Russie. Oui, il s’agit exactement de cela. D’une guerre contre la Russie. Cependant par quel moyen cette coalition sinistre prépare-t-elle actuellement une guerre contre la Russie ? - En présentant comme un criminel et en terrorisant quiconque s’investit vraiment pour la cause nationaliste ukrainienne. - En diffamant avant tout les causes honnêtes et sincères du peuple comme étant de dangereuses causes séparatistes. - En exerçant contre la population ukrainienne de cruels attentats qu’ils mettent sur le dos des citoyens diabolisés comme étant des séparatistes, mais aussi des Nazis. Pourquoi aussi mettre ça sur le dos des Nazis ? Ne sont-ils pas en train de scier la branche sur laquelle ils sont justement assis ? Non, parce qu’on fait croire à l’opinion publique que ce sont justement ces prétendus Nazis qui sont des activistes représentant les vraies causes nationalistes. Et c’est exactement ainsi qu’est formé le point de vue de l’opinion publique ; qu’on croie que tout mouvement avec des causes nationalistes serait un mauvais mouvement, précisément un mouvement Nazis. Les peuples ne réussissent plus à faire la différence entre de vrais mouvements nationalistes bien intentionnés et des mouvements de prétendus Nazis délibérément infiltrés. Pour eux tout est devenu une seule et même chose. C’est ainsi que tout mouvement sincère à tendance nationaliste a été diabolisé avec succès dans le monde entier. Dans quel but ? Dans le but de briser encore définitivement jusqu’au tout dernier désir d’une conscience nationale. En toute occasion on serine à la communauté internationale que tout peuple à tendance nationaliste se trouverait sur un dangereux chemin nazi et que nationalisme serait grosso modo la même chose que terrorisme. Pourquoi le nouveau gouvernement ukrainien ferait-il quelque chose comme ça en association avec leurs vassaux Nazis ? Parce qu’aucun d’eux ne représente des intérêts ukrainiens mais seulement des intérêts favorables aux Etats-Unis. Nous devons comprendre d’urgence que l’Ukraine a déjà été accaparée et occupée par des forces américaines lors de ce putsch du gouvernement. A cause de cela toute l’Ukraine est assurément une région occupée. A l’intérieur du pays, la chose qui barre encore le chemin aux bellicistes américains, c’est le peuple Ukrainien lui-même, à savoir non seulement le peuple à tendance nationaliste, appelé pro-ukrainien, mais aussi le peuple orienté vers la Russie appelé pro-russe. Pour cette raison le nouveau gouvernement terroriste, en association avec leurs vassaux Nazis, a le devoir de faire plier les forces pro-ukrainiennes et les forces pro-russes. C’est pourquoi ils les rendent toutes deux responsables de toutes sortes d’attaques produites par eux-mêmes. On accuse les forces pro-ukrainiennes d’être de dangereux séparatistes nationalistes, en bref justement des Nazis. On stigmatise exclusivement et de façon indifférenciée des forces pro-russes sincères et démocratiques comme étant de dangereux séparatistes pro-russes. Par ce jeu calomniateur fortifie non seulement à l’intérieur la volonté du peuple mais aussi à l’extérieur tous les états Européens pour une entrée en guerre. Mais le grand plan derrière tout ceci est le suivant : Les bellicistes américains qui sont eux-mêmes conduits dans l’ombre et par l’argent, s’efforcent d’atteindre l’hégémonie mondiale absolue. Ces seigneurs ont déjà acquis la prédominance sur l’Europe au moyen des deux premières guerres mondiales. Et justement ils viennent d’accaparer sous nos yeux par des guerres d’agression camouflées en causes humanitaires et démocratiques le continent africain et les ressources naturelles de son sous-sol. Or, dans un prochain pas ils veulent maintenant mettre à genoux leur rival le plus grand et le plus dangereux à présent : c’est la Russie, puis de même la Chine, sans oublier l’Iran. - Et c’est ici que cela deviendra très dangereux pour nous tous. - Par la récupération de l’Ukraine les bellicistes américains sont entrés pour ainsi dire sur le seuil de la Russie. Par le référendum légitime et démocratique, selon lequel la Crimée a été rendue à la Russie, les plans des bellicistes américains ont été fortement contrecarrés. Car jamais les bellicistes américains ne pourraient gagner leur combat contre la Russie tout seuls. C’est exactement pour cette raison que les médias de masse dévoués aux Etats-Unis dénigrent tout le référendum de la Crimée comme étant contraire au droit international. Et cela, bien que chaque enfant sache que c’était d’un référendum légal et correct à 100 pour 100. Donc comme on l’a déjà dit, les USA ne peuvent en aucun cas gagner leur combat contre la Russie en solitaires. Et c’est exactement là que repose une chance pour nos peuples européens. Les Etats-Unis bellicistes ne peuvent gagner leur suprématie sur la Russie uniquement par la force des armées de l’OTAN et des armées européennes. C’est pour cette raison qu’il faut amener constamment de nouveaux motifs de guerre pour rendre les Etats Européens suffisamment consentants à faire la guerre. Pour arriver à ce but, il semble qu’aucun prix n’est trop élevé pour ces dominateurs mondiaux autoproclamés. C’est pourquoi, aussi longtemps que nous accordons notre attention aux médias du mainstream dévoués aux Etats-Unis, la propagande de guerre va avancer de façon drastique de jour en jour. Aussi longtemps que nous prêtons l’oreille aux médias de masse, les terroristes bellicistes ont constamment une « situation gagnant-gagnant ».

Ils peuvent continuer à abattre sans gène des citoyens sans défense, à crucifier des enfants impuissants, et traîner leurs mères enchaînées à leur chars jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des squelettes. Ils peuvent continuer à terroriser, à tuer, à violer et à brûler les mères des honnêtes manifestants ukrainiens pour ensuite mettre la faute sur leurs collègues, leurs vassaux nazis. C’est ainsi que toute volonté populaire nationaliste et toute conscience nationale sont rendues abjectes. Tant que nous prêtons l’oreille aux médias de masse dévoués aux terroristes, ils peuvent continuer, au nom des activistes et des séparatistes pro-russes, à faire sauter des hôpitaux, des écoles, des avions, des maisons particulières etc., et larguer sur le peuple des bombes à sous-munitions et d’autres bombes. Tout cela, ils peuvent le faire librement parce que les mass médias qu’ils se sont accaparés couvrent leurs attaques terroristes, en rejetant catégoriquement toutes les contre-voix, même convaincantes. En bref, les terroristes dirigés par les USA peuvent raconter n’importe quel mensonge sur la Russie, comme ils le veulent. Ils peuvent utiliser à leur guise les appareils de guerre mis à leur disposition par les faiseurs de guerre pour ensuite pouvoir accuser les Russes ou les prétendus séparatistes Russes. Dans toutes ces choses, il n’y a qu’un seul et même but qui est poursuivi : la Russie doit s’interposer, c'est-à-dire être forcée à entrer en guerre, afin que l’on puisse envoyer ensuite tous les peuples d’Europe, aveuglés et trompés par les médias, dans une guerre contre la Russie. Dès que cela réussira, les dominateurs mondiaux malfrats auront atteint leur but : alors, une fois de plus, nous Européens, nous allons mener leur guerre avec nos propres corps et nos propres vies et pressurer et ruiner notre propre peuple jusqu’à la dernière goutte de sang. Si nous ne coupons pas immédiatement et durablement tout soutien au nouveau gouvernement putschiste terroriste ukrainien, ainsi qu’aux bellicistes américains qui sont derrière, alors les images d’actualité suivantes pourront prochainement devenir notre propre destin : De tels champignons pourraient se former aussi au-dessus de nos têtes. C’est comme ça que nos mères, nos pères, nos grands-mères et nos grands-pères pourraient aussi être allongés dans la rue. C’est comme ça que nos enfants sans défense seront déchiquetés et allongés dans les rues. C’est comme ça qu’on tirera sur toi sans aucun motif et qu’on s’assurera que tu sois bien mort. C’est comme ça qu’on violera, qu’on dévalisera aussi nos mères et nos femmes et nos filles. C’est comme ça que toi aussi tu seras en fuite, que tu mourras de faim et de soif.

C’est comme ça que nos maisons brûleront, que nos femmes, nos fiancées et nos amis seront mutilés. Ensuite c’est à ça que ressembleront nos villes. C’est comme ça que de même nos corps seront étendus partout. Et ensuite, lorsque nous aurons tiré notre dernière cartouche pour le compte de ces bellicistes animés par le diable, lorsque toute l’Europe se tordra dans son sang et lorsque aussi la Russie baignera dans son sang, et aussi la Chine et tous les autres pays qui auront été entraînés dans cette guerre, lorsqu’ils auront perdu leurs derniers pères et mères, fils et filles, alors il ne restera plus qu’à espérer une chose : c’est que ces assoiffés de pouvoir, à l’origine de toutes ces douleurs, s’offrent finalement à nouveau comme des messies et se laissent aduler comme étant les grands sauveurs ; ceci pour pouvoir encore une fois envoûter les générations futures par leur version mensongère de l’histoire. Parce que c’est avec certitude qu’ils vont tout exposer de façon à apparaître finalement comme les sauveurs. Non, faisons en sorte qu’ils soient cette fois-ci reconnus à temps pour ce qu’ils sont en réalité : des destructeurs impitoyables de peuples ! Illégitimes, autoproclamés. Faux messies ! Et tous leurs médias de masse sont leurs faux prophètes ! C’est pourquoi, peuples d’Europe, levez-vous ! Refusez toute coopération avec ces bellicistes faiseurs de guerre, tout accès dans vos zones frontalières et vos espaces aériens. Saisissez votre souveraineté aérienne et refusez tout survol à ces égoïstes. Coopérer de façon constructive avec la Russie serait bien mieux que de continuer à coopérer de quelque manière que ce soit avec ces criminels de guerre. N’oublions jamais que ces bellicistes qui aimeraient maintenant appâter l’Europe entière dans la guerre, sont précisément les mêmes qui, il n’y a pas si longtemps, devant nos yeux et devant les caméras, ont bombardé des peuples entiers tels que l’Irak etc. sur la base de mensonges de guerre inventés de toutes pièces. Tous ces pays bombardés valaient bien mieux qu’eux. C’est pourquoi mettez fin à ce terrorisme contraire au droit international qui est mené au nom de l’humanisme et de la démocratie !

L’Europe ne peut actuellement subsister paisiblement qu’en étant partenaire de la Russie. Celui qui ose utiliser un reste de raison reconnaîtra que ce n’est qu’en s’alliant avec tous les pays attaqués, occupés, massacrés, anéantis par les Etats-Unis, qu’un temps de paix mondial durable peut voir le jour. Mais nous devons savoir une chose avec certitude : si nous nous laissons accaparer par la propagande de guerre actuelle des médias principaux, si nous nous laissons accaparer pour de bon, alors ils nous impliqueront dans une guerre contre la Russie, et ensuite contre la Chine etc. ! Alors leur troisième guerre mondiale finira une fois de plus sur le sol européen. A ce moment-là il n’y aura pas de vainqueur – mais seulement des perdants ! Si ces faiseurs de guerre atteignent leur but et percent dans leur domination mondiale convoitée et leur nouvel Ordre Mondial proclamé, alors c’est exactement ces dictateurs qui seront nos futurs seigneurs, eux qui auront fait sous nos yeux toutes ces choses horribles avec les peuples. Pensez-vous qu’ils vont mieux nous traiter ? Ne pensez jamais que ces serpents et ces scorpions deviendront soudainement des agneaux. Ils nous feront la même chose qu’ils font dès à présent avec leur peuple. Regardez donc comment le gouvernement fantoche américain laisse son propre peuple se vider de son sang. A cela vous reconnaissez qu’ils ne considèrent pas le peuple américain comme leur peuple ! Sinon ils couveraient et ils soigneraient ce peuple comme leur propre enfant. Mais ils ne le font pas ! Regardez comment ils laissent un tiers de la population mondiale livrée à la faim sans réagir, alors qu’au nom de l’humanité, de l’aide sociale etc., ils investissent depuis des décennies des milliers de milliards de dollars dans la machine de guerre. Ce sont de tels destructeurs de peuples sans scrupules qui seront nos nouveaux maîtres, si nous ne leur désobéissons pas en prenant la bonne voie. C’est pourquoi refusez toute entrée en guerre au profit des Américains et de tout but propagé par les médias.

Comment se fait-il que nos peuples aient pu à ce point se laisser duper et tromper par ces criminels de guerres ? Parce que nous sommes tous aveuglés par les médias. Parce que nous nous sommes laissé emballer par leurs productions hollywoodiennes et nous avons muté en des personnes mentalement sanguinaires, indifférentes, égoïstes et fantasques ! Parce que de ce fait, nous sommes tombés dans l’esclavage du plaisir. Nous nous sommes laissé affaiblir par tout le mal qui agit sur nous venant d’Amérique. Nous sommes tombés dans l’esclavage du sexe, dans l’esclavage des drogues, dans l’esclavage de l’alcool, dans l’esclavage du jeu. Nous avons muté en femmelettes, avides d’argent et de divertissements, absolument indifférents, insensibles, et au fond des misanthropes égoïstes ! Complètement hypnotisés par l’assouvissement de nos désirs, nous avons laissé pénétrer les serpents et les scorpions dans notre pays, sans nous défendre contre les loups et les chacals envahisseurs. Chaque mensonge, aussi grand soit-il, nous l’avons pris à la légère– pourvu que nos petits cafés, nos festivités, nos banquets, nos chants et nos danses ne soient pas perturbés. Pendant que nous imaginions tout posséder, on nous a tout pris en cachette. Nous allons amèrement expérimenter dans très peu de temps que c’est vraiment ainsi. Si donc nos peuples périssent, comprenez que ceci arrive parce que nous nous sommes fait avoir par une secte de médias universelle, par des sectes de criminels de guerre extrêmement sournois. Parce que nous nous sommes laissé dominer par des hommes perfides qui se sont infiltrés parmi nous et parmi nos peuples comme des loups. Nous sommes, je le dis avec clémence, des victimes de secte, des victimes de la plus grande secte de mort de tous les temps.
I.Sasek

Sources / Liens : https://www.klagemauer.tv/index.php?a=showportal&keyword=franzoesisch&id=7094

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Sam 30 Jan - 1:01

L’Ukraine, de plus en plus européenne…

Dans la famille “l’Union européenne” ça change votre vie, voici aujourd’hui l’Ukraine !

Voici donc un comparatif des salaires bruts mensuels en Chine et en Ukraine, minimaux et moyens :


On voit donc que, contrairement à la Chine, évidemment, l’Ukraine se rapproche de plus en plus de la logique de l’UE… Salaire minimal en 2015 : 46 € bruts par mois (il augmentera un peu en 2016), contre 230 € en Chine…

Comme vous allez me demander, le salaire moyen chinois tourne donc à 56 350 yuans en 2014*, et environ 60 000 yuans en 2015, soit avec un yuan à 0,14 euro, on a bien 8400 € soit 700 € bruts mensuels – une grande partie devant cependant être économisée pour la retraite. Et il est très inégalement réparti…

(*)


Mais il monte vite, le plan quinquennal chinois prévoit une hausse annuelle du salaire minimal de 13 % par an… Soit un doublement tous les 5 ans à ce rythme. « Le peuple doit être notre priorité, assurer et améliorer son bien-être doit être le point de départ et le but de tout notre travail », avait déclaré Wen Jiabao, le Premier ministre chinois en mars 2011, lors de la présentation du plan quinquennal.

Vous me direz aussi que j’aurais pu faire un graphe en parité de pouvoir d’achat (PPA), mais ce qui m’intéresse ici n’est pas l’analyse du niveau de vie dans ces pays, mais bel et bien l’analyse de l’intensité concurrentielle pour nos emplois – et l’employeur qui délocalise ne s’intéresse en rien aux coûts en PPA, son analyse se base sur ces chiffres…

Et je vous rappelle que depuis le 01/01/2016 nous sommes en libre-échange avec l’Ukraine
Il n'y a que les néerlandais qui voteront à propos de cette folie…

Pauvres de nous…



Voici aussi au passage l’inflation 2015 en Ukraine…


[color=#ccccff]

“L’Europe”, ça vous gagne – et on a compris qu’ici, le peuple n’est pas sa priorité… (c’est l’effet BHL comme en Libye)

Source Les Crises

lire aussi : [Ukraine] Le jour où les parlementaires ont (de nouveau) sacrifié nos emplois à la globalisation…

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Lun 8 Fév - 4:13

En exclusivité pour le Nouveau Monde !
Car non vu dans les médias subventionnés HALLUCINANT !!


EXCLUSIF : Le chef des renseignements ukrainiens (SBU) révèle le nombre de combattants russes en Ukraine!



Après deux années d'enquête acharnée sur l'invasion massive de l'Ukraine par la Russie, le chef des services de renseignements ukrainiens (SBU) est enfin en mesure de révéler au monde entier le nombre impressionnant des envahisseurs. Il convient de bien noter que ce chiffre représente le total des troupes russes sur deux années d'invasions répétées (plus de 38 invasions, à chaque fois repoussées par les vaillants cyborgs patriotes de l'armée ukrainienne).



Ne pas oublier d'activer les sous-titres en français (1er bouton en bas à droite de la vidéo)

VIDÉO RÉALISÉE SANS TRUCAGE!!!

Source : Le Blogue Noir de Broceliande

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 21 Fév - 3:23

[Maïdan, 2 ans déjà] L’information sur l’Ukraine vue par le Monde…

Un petite vidéo “clin d’oeil” pour tous ceux qui ont suivi de près les évènements en Ukraine il y a 2 ans, avec Piotr Smolar…

Une pièce de plus dans la longue “martyrologie” de l’information en France…


L'information sur l'Ukraine vue par le Monde par les-crises


Vu sur Les Crises

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3387
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   Dim 28 Fév - 13:21

Pourquoi Poutine ne reconnait pas les régions séparatistes d’Ukraine comme états souverains



Pour ceux qui cherchent à y voir plus clair dans la politique russe vis à vis des républiques du Donbass, cette analyse de Nikolay Starikov sort de tout cadre émotionnel pour nous en donner une vision globale et à long terme. Cela nous permet aussi de comprendre ce qui se passe ailleurs, en Syrie, par exemple. RI


_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Affrontements en Ukraine : Ce qui est caché par les médias et les partis politiques pro-européens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» OGM : La face caché d'une multinationale qui n'a peur de rien, même pas de tuer...
» Connaissez-vous "la face cachée" d'ANGELINA JOLIE?
» Libéralisation du régime des visas européens pour l'Ukraine
» Mon talent caché
» Mariage en Ukraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: