Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mensonges médiatiques contre France insoumise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3338
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Mensonges médiatiques contre France insoumise   Dim 17 Sep - 3:26

Mensonges médiatiques contre France insoumise

Partie I : « Maduro a fermé 49 médias »



Grèce, Espagne, France… les pouvoirs financier et médiatique usent fébrilement du repoussoir de la « dictature-au-Venezuela » pour attaquer les résistants au libéralisme (1). Les grands groupes et leurs journalistes ne sont élus par personne mais utilisent leur pouvoir de facto pour discréditer des mouvements ou des députés sortis des urnes. Face à ces voies de fait contre le choix des électeurs, de jeunes militants ont commencé à étudier de près la réalité vénézuélienne et ont découvert le talon d’Achille du discours journalistique : sa coupure du réel, qui le réduit à recopier la propagande des médias privés majoritaires dans la nation sud-américaine.

Hollywood pouvait baser sa guerre froide sur un substrat réel: l’existence du Goulag et son cortège d’emprisonnements et d’exécutions. La propagande sur le Venezuela ne repose sur rien et n’atteint l’effet de réel que par la quantité de répétition du mensonge. C’est ce qui explique l’incapacité de répondre d’un journaliste suisse lorsque Maurice Lemoine lui demande de nommer un seul journaliste emprisonné par le gouvernement Maduro (2) ou le démontage facile des affirmations de Patrick Cohen (Europe 1) par le député Alexis Corbière (3).

A force de surfer sur l’effet quantité, les journalistes ont fini par s’autosuggestionner, croyant qu’ils pourraient se passer du rapport au réel et que personne ne leur demanderait de compte. Qu’un honnête citoyen les remette face au principe de réalité et voici qu’éclate leur ignorance. Pour certains d’entre eux, l’ardeur à enfoncer le clou de « la dictature au Venezuela » veut peut-être faire oublier qu’en dix-huit ans de révolution bolivarienne, ils ont occulté les réformes sociales, la construction d’une démocratie participative et jusqu’à l’existence même de la majorité sociale: les secteurs populaires (90 % de la population) n’ont pas participé à l’insurrection de l’extrême droite qu’ils nous ont présentée comme le combat d’une population assoiffée de démocratie contre un régime répressif.

L’effet pervers de devoir réinformer sans cesse face à des journalistes qui n’informent plus, c’est de ne plus avoir de temps de visibiliser, connaître, comprendre, écouter cette majorité rebelle aux projections de tout bord, souvent critique, qui continue à surprendre les politologues comme ce 30 juillet lorsqu’elle a déjoué les violences de la droite pour élire une Assemblée Constituante (4).

A moins de vouloir s’éteindre à petit feu au fond de la Caverne de Platon, la gauche doit donc sortir de la case « critique des médias » et de sa position défensive, pour renouer enfin avec la possibilité concrète d’intelligence du monde en initiant la démocratisation radicale de la propriété des médias. Même si cette démocratisation sera aussitôt attaquée en tant qu’« atteinte à la liberté d’expression » comme l’ont fait les grands groupes privés dans l’Argentine de Cristina Kirschner ou dans l’Équateur de Rafael Correa.
La fake news des « 49 médias fermés par le gouvernement Maduro »

Il y a quelques jours les médias français ont martelé, sans la moindre contre-enquête, qu’ « un syndicat de travailleurs de la presse SNTP dénonce que le régime Maduro a fermé 49 médias ». L’objectif était d’associer la critique du pouvoir médiatique par la France Insoumise à « l’absence de liberté d’expression au Venezuela». Quelle était la source de cette allégation ? Le « SNTP » est un syndicat patronal, émanation des médias privés majoritaires au Venezuela. Il est dirigé par le militant de droite Marco Ruiz qui passe son temps à dénoncer sur son compte twitter @mruizsilvera, la « censure » et la « répression » de la « dictature bolivarienne ». Ruiz a fabriqué cette munition destinée au pilonnage par les médias internationaux en profitant du non-renouvellement de concessions par CONATEL (le CSA local) à deux radios (Mágica 99.1 FM et La 92.9 FM). Celles-ci avaient violé la loi en appuyant ouvertement les violences meurtrières de l’extrême droite, tout en réclamant l’invasion du Venezuela par les États-Unis. (Rappelons que la majorité des 180 victimes des violences ont été causées par les extrémistes de droite repeints en « combattants de la liberté » par les médias, beaucoup de meurtres restant impunis. Par contraste les membres des forces de l’ordre qui ont désobéi et se sont rendus coupables de tirs mortels ont été emprisonnés.) (5)

Comme en France ou dans n’importe quel État de droit, la création d’une radio ou télé par une entreprise privée au Venezuela passe par la demande d’un permis d’exploiter une fréquence à l’Etat et le par respect d’un cahier des charges qui précise droits et devoirs légaux. En France, le CSA veille (en principe) à ce que l’usage de cette concession hertzienne se fasse dans le respect de la loi et des principes de la démocratie. On imagine mal qu’un média puisse appeler impunément a la violence raciste, au terrorisme, à l’invasion de la France par une puissance étrangère ou au meurtre de fonctionnaires. Pas plus qu’aux Etats-Unis, où vient d’être fermé sous les pressions du Lawyers’ Committee for Civil Rights Under Law, le forum néonazi et suprématiste blanc Stormfront qui a servi dans l’organisation des violences de Charlottesville.

Deux radios sans renouvellement de concession ? mais alors… quid des « 49 médias fermés par le régime » ? L’astuce de Marco Ruiz est de laisser croire que des radios commerciales qui émettaient sans avoir demandé de permis, parfois au détriment d’autres antennes, ou fermées par leurs actionnaires dans le cadre des stratégies des groupes privés, voire inactives à la suite de vols ou d’avaries, ont été… fermées par le gouvernement Maduro pour des raisons politiques. Ruiz accuse aussi le gouvernement de ne pas vouloir vendre de papier pour mieux « fermer » certains journaux… Au Venezuela l’entreprise privée détient 80 % de l’économie et notamment des réseaux d’importation et de distribution (6) – ce qui lui d’ailleurs permet d’organiser des pénuries, des contrebandes massives vers la Colombie et d’amasser des capitaux considérables en spéculant sur le dollar parallèle.

Certains continueront à douter : n’y aurait-il pas, quand même, des médias fermés, en sous-main, par le pouvoir chaviste ? C’est ici qu’on mesure l’abîme entre le storytelling admis – faute d’alternative – par la quasi totalité des français et la réalité du Venezuela.

En 18 ans de révolution bolivarienne, le nombre de médias privés, qui sont en majorité d’opposition, a augmenté. En 1998 on comptait 304 radios privées FM. En 2017 ce chiffre est monté à 481. En 1998 on comptait 36 télévisions privées émettant en clair, en 2017 leur nombre s’élève à 63 (7). Rien que pour le mois d’août 2017 CONATEL a octroyé une concession légale à 20 radios commerciales qui ont effectué normalement les démarches prévues dans la Loi des Télécommunications (Cool. Non seulement le gouvernement bolivarien n’a jamais « fermé 49 médias » mais il a augmenté leur nombre.



Une étude menée en 2015 par le Ministère de la Culture et par des sociétés privées de mesures de rating montre par ailleurs que les médias privés, d’opposition, – en particulier Venevision, Televen et les chaînes du câble – totalisent 85 % d’audience, les chaînes publiques et communautaires (strictement locales) se partageant les 15% restants.



Hégémonie de l’audience par les télés privées (Televen, Meridiano, Globovision, Venevision, et chaînes payantes de TV par câble)

L’hégémonie de la droite en télévision et en radio vaut aussi pour la presse écrite et Internet. Ce dimanche 3 septembre 2017, on peut lire dans El Universal que « l’opposition exige le calendrier des élections régionales »: http://www.eluniversal.com/noticias/politica/oposicion-exigio-cronograma-electoral-las-regionales_668522, dans Tal Cual, que « le président Macri condamne l’interdiction de sortir du pays faite à Lilian Tintori » : http://www.talcualdigital.com/Nota/147400/macri-condena-prohibicion-de-salida-del-pais-a-lilian-tintori , dans El Nacional, que « le SNTP dénonce que des journalistes subissent des intimidations via twitter pour leur travail sur les Comités d’Approvisionnement (CLAP) » : http://www.el-nacional.com/noticias/sucesos/amenazan-periodistas-por-trabajo-investigacion-sobre-los-clap_201943, dans El Carabobeno que « Le gouvernement cherche à censurer internet », https://www.el-carabobeno.com/ipys-gobierno-intenta-legalizar-censura-internet/, Etc… En ce qui concerne Internet, le tableau des sites d’information réalisé par Alexa.com montre que les deux sites les plus visités sont des sites d’opposition (La Patilla et El Nacional) et que sur la liste totale, 90 % des sites visités sont également d’opposition :


Ajoutons à tout cela les réseaux sociaux comme Twitter qui diffusent quotidiennement des messages appelant à tuer Maduro ou à tuer des chavistes (tweets relevés au hasard par le journaliste Luigino Bracci en août 2017):



« Tant de terroristes de par le monde, et aucun pour tuer Maduro ? merde, tuez Maduro, c’est lui qui mérite toute cette merde. (..) Les terroristes sont des idiots, ils tuent des gens alors qu’ils pourraient tuer Maduro.



Tu imagines quand nous nous unirons tous pour tuer Maduro, quelle énergie incroyable ce sera !



J’ai une envie de tuer des chavistes que même Dieu ne pourrait m’ôter





ce sera très joli quand les marines viendront tuer des chavistes, gardes nationaux, policiers et tout ce qui appuie ce gouvernement



Ce chaos prendra fin quand les gens prendront une arme avec ou sans peur et commenceront à tuer des chavistes. Je le dis très sérieusement.



Scène de la vie quotidienne sous la dictature bolivarienne : la dirigeante d’extrême droite Maria Corina Machado, impliquée dans plusieurs tentatives de coup d’État depuis 2002, explique aux médias « baillonnés » qu’il n’y a pas de liberté au Venezuela et que plutôt que d’attendre des élections, il faut relancer les confrontations « non-dialogantes » (sic) pour forcer le président élu à partir.

Bref le manque de liberté d’expression au Venezuela n’est pas celui qu’on croit. En temps de violences, l’hégémonie du secteur privé par rapport aux médias publics et communautaires est un facteur de déstabilisation. En temps de paix, elle empêche l’équilibre et au pluralisme souhaitable en toute démocratie. C’est de cela que les journalistes français ou Reporters Sans Frontières, s’ils se souciaient vraiment de la liberté d’expression, devraient se préoccuper, en demandant au gouvernement Maduro de défendre davantage le service public et les médias associatifs, si minoritaires en nombre et en capacité d’émettre.

« L’absence de liberté d’expression au Venezuela » : un mensonge ancien.

En mai 2007, lorsque la concession hertzienne de la chaîne privée RCTV ne fut pas renouvelée pour être octroyée à une nouvelle chaîne de service public, une campagne mondiale affirma aussitôt qu’il s’agissait d’une “fermeture”. Le site ACRIMED (9) démonta dans le détail ce concert de désinformation qui vit les médias français, soutenus par les maîtres-penseurs du microcosme médiatique et par RSF, reprendre en chœur le même refrain, résumé à merveille par le titre de l’éditorial du Monde : « Censure à la Chávez » (28 mai 2007). Rappelant au passage que les deux seuls médias fermés réellement, le furent par la droite lors de son coup d’État d’avril 2002: VTV (chaîne publique) et Catia Tve (télévision associative).

Lors d’une conférence de presse à Venise en 2009, le cinéaste Oliver Stone expliquait : “Le manque de liberté d’expression que dénoncent les médias et l´opposition de droite vénézuélienne est un mensonge. Celui qui va au Venezuela se rend compte que 80, 90 % des médias sont contre Chavez. Ils disent des choses très dures sur lui et il le tolère. Il ne punit pas ces personnes, elles sont toujours en place. Aux États- Unis cela ne se passerait pas ainsi.” Ces propos suscitèrent aussitôt une « réponse appropriée » de David Pujadas au 20 heures de France 2 : « Le réalisateur américain Oliver Stone consacre un documentaire admiratif à Hugo Chavez et il a été ovationné par le public. Ironie du sort, il faut tout de même savoir qu’au même moment Hugo Chavez s’apprête à interdire dans son pays 29 radios suscitant de vives critiques de la part des défenseurs de la liberté de la presse.» Sur quoi Pujadas se basait-il pour affirmer que 29 radios allaient être interdites au Venezuela ? Depuis plusieurs années, des stations commerciales ou évangélistes s’étaient déguisées en médias « associatifs » pour obtenir des fréquences légales à bon compte. D’où la mobilisation de collectifs citoyens pour exiger du CSA local de rendre ces fréquences au secteur associatif. « L’interdiction de 29 radios » selon Pujadas était donc… la restitution de fréquences détournées par des groupes commerciaux ou religieux, à des médias citoyens ! C’est la fonction qui incombe légalement au CSA en France (10).

Reporters Sans Frontières a joué dès le début le rôle de la SIP dans la préparation du coup d’État contre Salvador Allende en 1973, observé par Armand Mattelard : « L’enquête judiciaire sur l’administration du journal El Mercurio, accusé d’irrégularités fiscales, a servi de prétexte pour dénoncer de soi-disant mesures coercitives contre la « presse libre ». (…) Le message émis par la presse de la bourgeoisie chilienne revient à sa source, renforcé par l’autorité que lui confère le fait d’avoir été reproduit à l’étranger. (…) Nous sommes en présence d’une SIP tautologique. Sa campagne n’est qu’un immense serpent qui se mord la queue. » Un des fondateurs de RSF (Robert Ménard, aujourd’hui maire d’extrême droite) avait dans sa revue « Médias » cosigné un long article sur le thème « La guérilla des altermondialistes contre l’info », reprochant à Ignacio Ramonet de « passer sous silence les discours virulents d’Hugo Chavez contre la presse, les débordements et les réactions de ses partisans, l’impunité dont ils bénéficient ». Une position critiquée par l’ex-président et cofondateur de RSF, l’éditeur et journaliste Jean-Claude Guillebaud (Prix Albert Londres) : “Je trouve que sur certains sujets, RSF a été assez imprudent, même si le régime de Chavez n’est pas parfait, je les ai trouvés beaucoup trop proches de la presse anti-Chavez au Venezuela. Il aurait sans doute fallu être plus prudent. Je trouve qu’on les entend très peu sur les États-Unis.”

La journaliste Naomi Klein s’était elle aussi étonnée que RSF fasse du gouvernement Chavez une menace pour la liberté d’expression alors que le Venezuela est un des rares pays au monde à avoir légalisé les médias associatifs, tout en subissant l’hégémonie de médias privés capables de participer aux tentatives de coup d’État. Mais la liberté de RSF ou des neuf milliardaires propriétaires de médias n’est pas celle du citoyen ni du droit de s’informer. C’est la liberté d’entreprendre, notamment la liberté du plus gros de manger le plus petit, l’État n’étant plus qu’un frein à la liberté de parachever la concentration mondiale des médias. On en voit aujourd’hui les résultats dans la « démocratie » française. C’est pourquoi RSF valide les versions des médias privés du Venezuela sans critiquer leur participation aux coups d’État contre un gouvernement démocratiquement élu. Voir l’analyse de Luis Alberto REYGADA Lettre ouverte au responsable du Bureau Amérique de Reporters Sans Frontières. Sans oublier l’enquête de Maxime VIVAS sur les financements de RSF par le milieu anti-castriste de Miami : La face cachée de Reporters sans frontières.

Pour tout savoir sur l’invention de la « répression de la liberté de la presse au Venezuela », on peut lire également : « Thomas Cluzel, ou l’interdiction d’informer sur France-Culture« , https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/03/12/thomas-cluzel-ou-linterdiction-dinformer-sur-france-culture/

Thierry Deronne, Caracas, 4 septembre 2017

Source : Levilainpetitcanard

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mensonges médiatiques contre France insoumise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...
» La flottille belgo-néerlandaise de lutte contre les mines
» A ceux qui sont Contre.
» Pétition à Marrakech contre le bureau syndical
» pour ceux et celles qui sont contre le syndicat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Révolution / Militantisme / Résistance-
Sauter vers: