Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Lun 8 Déc - 14:05

Bonjours mes frères et sœurs I love you
Après 4 ans de mesure stricte et de pénalisation envers la Grèce par l'UE et les Etats_Unis indirectement. Il est temps de tirer un petit bilan Wink Surtout que à l'heure actuelle le peuple grecque ne décolère pas, mais les médias mainstream ne relaie plus... Suspect La situation reste inchangé, mise sous tutelle allemande via les USA et l'UE...La Grèce n'a aucune chance de se relever, c'est une véritable mise à l'esclavage ! Un test à grande échelle et situation réelle, l'Espagne a suivit, et d'autre pays ne sont pas loin non plus...Je pense notamment à L'Irlande et le Portugal, la France va suivre aussi c'est inéluctable ! D'ailleurs les agences de notations sont prête à frapper... Shocked Ayez bien en tête que c'est fameuses agences obéissent au dictât américain ! Voici deux articles pour mettre à jour les informations concernant la Grèce, bonne lecture study

Akasha queen


Infos importantes sur la situation en Grèce!



Alors que les médias européens n’en parlent pas du tout, n’hésitez pas à faire circuler, merci de votre soutien. Yannis Youlountas


Résumé :
Les manifestations, émeutes et occupations se multiplient chaque jour à Athènes et ailleurs en Grèce, depuis fin novembre. Notamment à cause de la tyrannie du pouvoir à l’égard de Nikos Romanos, jeune prisonnier de 21 ans en grève de la faim, privé de la possibilité d’étudier et particulièrement maltraité. Nikos est, de surcroît, l’ami d’enfance d’Alexis Grigoropoulos, tué le 6 décembre 2008, à l’âge de 15 ans, par un policier dans le quartier d’Exarcheia à Athènes, ce qui avait provoqué un mois d’émeutes retentissantes dans toute la Grèce. Nikos est naturellement devenu le nouveau symbole de toutes les violences actuellement subies par la population, mais aussi du profond désir de lutter, quelle que soit la forme, et de refuser la torpeur et la résignation.


Photos
envoyées par Yannis Youlountas depuis Athènes (Yannis est membre de l’assemblée de réoccupation de l’Ecole Polytechnique et tourne également, caméra au poing, au cœur des événements, avec l’appui des insurgés).
http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?article54

ATHÈNES SUR UN VOLCAN

Six ans après le mois de décembre 2008, l’atmosphère est à nouveau insurrectionnelle à Athènes et ailleurs en Grèce. Tous les ingrédients sont réunis pour faire du mois de décembre 2014, peut-être, un grand moment historique. Jusqu’à quel point et à quelles conditions ?


Depuis la fin du mois de novembre, les manifestations, émeutes, actions ciblées et occupations se multiplient un peu partout en Grèce (dans le silence total des medias européens, plus que jamais des merdias à boycotter ou à bloquer et occuper). La cause principale est la situation du jeune prisonnier anarchiste de 21 ans, Nikos Romanos, qui est devenu un symbole de toutes les violences actuellement subies par la population, mais aussi du profond désir de lutter, quelle que soit la forme, et de refuser la torpeur et la résignation.

Nikos, l’ami d’Alexis Grigoropoulos, symbole des émeutes de 2008


Nikos est l’ami d’enfance d’Alexis Grigoropoulos, assassiné à l’âge de 15 ans par un policier dans le quartier d’Exarcheia à Athènes. Un quartier réputé pour ses révoltes historiques et ses nombreuses initiatives autogestionnaires et solidaires. Un quartier dans lequel la liberté, l’égalité et la fraternité ne sont pas des mots jetés à l’abandon au frontispice de monuments publics glacés de marbre. Nikos a vu son ami mourir dans ses bras le soir du 6 décembre 2008. Profondément révolté, il s’est par la suite engagé dans l’anarchisme révolutionnaire et a dévalisé une banque pour financer son groupe qualifié de terroriste par le pouvoir. Après avoir été torturé, notamment au visage, lors de son arrestation, il a finalement réussi à obtenir son bac en prison, mais se voit aujourd’hui refuser la possibilité de poursuivre ses études. C’est pourquoi, depuis le 10 novembre dernier, Nikos est en grève de la faim. Son état s’est progressivement dégradé, notamment au niveau cardiaque, malgré ses 21 ans, et il a été transféré sous haute surveillance à l’hôpital Gennimatas d’Athènes devant lequel manifestent régulièrement des milliers de personnes qui parviennent parfois à dialoguer avec lui à travers les grilles de sa fenêtre (voir la première photo de l’article connexe, dans la même rubrique). En solidarité avec Nikos, un autre prisonnier politique, Yannis Michailidis, s’est mis en grève de la faim le 17 novembre au Pirée, suivi par deux autres, Andreas Dimitris Bourzoukos et Dimitris Politis, depuis le 1er décembre. Le gouvernement grec vient de confirmer son refus de permettre à Nikos de poursuivre ses études et préfère le laisser mourir, non sans faire preuve d’ironie. Des petites phrases assassines et provocatrices qui ne font qu’augmenter la colère populaire et les nombreuses protestations des organisations anarchistes et antiautoritaires jusqu’à celles de SYRIZA, principal parti de la gauche critique, qui est annoncé vainqueur des prochains élections en Grèce. Bref, le contexte politique est particulièrement tendu, à tous points de vue.

L’Ecole Polytechnique, symbole de la chute de la dictature des Colonels


Dans cette ambiance de fin de règne, parmi d’autres initiatives solidaires, l’Ecole Polytechnique est à nouveau occupée depuis le premier décembre, 41 ans après avoir défié avec succès la Dictature des Colonels en novembre 1973, au cours d’une occupation similaire pour défendre une radio libre qui s’opposait au régime autoritaire. Les CRS suréquipés viennent d’échouer par deux fois dans leurs tentatives de nous déloger, notamment le 2 décembre au soir, à la fin d’une manifestation fleuve qui s’est terminé avec plusieurs banques dégradées ou brûlées. Parmi d’autres obstacles de circonstance, un bus a même été transformé en barricade incandescente sur l’avenue Stournari, à Exarcheia (voir les photos dans l’article connexe), et les affrontements ont duré une bonne partie de la nuit. Douze insurgés arrêtés ont été violemment frappés, au point que trois d’entre eux souffrent de fractures du crâne. L’occupation de l’Ecole Polytechnique n’a pas cédé, malgré le deversement de quantités énormes de gaz lacrymogène depuis l’extérieur, tel du napalm sur toute la zone devenue une zone à défendre. Une ZAD jumelée, ces dernières heures, avec d’autres ZAD dans le monde, notamment celles de NDDL et du Testet en France qui ont rapidement transmis leur soutien fraternel, ainsi que de nombreuses personnes et organisations de France et d’ailleurs (soutiens que j’ai tous affichés sur l’un de nos murs et annoncés en assemblée à tous les compagnons et camarades).

Ce soir-là, alors que la distribution solidaire de sérum, de mallox et de citrons battait son plein, j’ai remarqué plus de filles que jamais parmi les insurgés (voir la photo de « l’autre statue de la liberté » dans l’article connexe) et une diversité à tous les niveaux qui augure d’une ampleur et d’une radicalité sans précédent. J’ai vu et ressenti une détermination et une fraternité rarement rencontrées jusqu’ici, dans mes voyages en Grèce et ailleurs, là où l’humanité ne se résoud pas à vivre à genoux et tente, diversement, de se lever. J’ai vu la vie s’organiser autrement dès le lendemain et la chaleur des barricades se transformer en chaleur des cœurs parmi les occupants de l’Ecole Polytechnique et d’ailleurs.

Rien n’est fini, tout commence !


Car durant ces dernières heures, les lieux d’occupations se sont multipliés, rappelant le processus de décembre 2008 qui avait amené la Grèce à connaître les émeutes sans doute les plus puissantes en Europe depuis plusieurs dizaines d’années (sans toutefois parvenir à renverser un pouvoir qui s’était finalement maintenu de justesse, notamment en distillant la peur et la désinformation dans les médias). Des occupations de bâtiments publics et de groupes financiers, de chaînes de télévision et de radios, d’universités et de mairies, depuis Thessalonique jusqu’à Héraklion. Des occupations toujours plus nombreuses, ainsi commentées par Yannis Michailidis dans son dernier communiqué de gréviste de la faim, très relayé sur Internet : « c’est ce qui brise la solitude de ma cellule et me fait sourire, parce que la nuit de mardi [2 décembre], je n’étais pas prisonnier, j’étais parmi vous et je sentais la chaleur des barricades brûlantes ». Avant de conclure avec une phrase rappelant le titre du dernier livre de Raoul Vaneigem : « Rien n’est fini, tout commence ! »

Une émotion immense


Parmi les événements qui m’ont également marqué ces jours-ci, certaines assemblées de collectifs ont montré à quel point la tension est à son comble. Notamment celle de l’occupation de l’Ecole Polytechnique dans la soirée puis toute la nuit du 3 au 4 décembre. Une assemblée qui a duré plus de 9 heures, jusqu’à 5h30 du matin. Certes, quelques divergences ont justifié cette durée jusqu’au consensus finalement trouvé au petit matin et je ne rentrerai évidemment pas dans les détails de ce qui s’est dit, notamment pour ce qui est des projets en cours. Mais je peux témoigner d’une atmosphère électrique ponctuée de longs silences qui en disent long. Je peux vous dire également que le grand amphi de l’Ecole Polytechnique était, une fois de plus, plein à craquer, avec des compagnons et des camarades debout et assis un peu partout, devant des murs fraichement repeints de graffitis. Je peux vous dire que la présence du papa de Nikos Romanos, assis au milieu de la salle, avec sa chevelure longue et grise et son regard profond et digne, ne pouvait que contribuer à une émotion déjà immense, alors que son fils se rapproche chaque jour d’une mort certaine.

« Agir comme si notre propre vie était en jeu… »

Le stress et la nervosité, la gravité du moment, l’importance des enjeux, faisaient fumer presque tout le monde beaucoup plus qu’à l’habitude, au point que j’en étais presque à regretter l’irritation causée par les gazs lacrymogènes dans les rues alentours. Parmi les paroles qui ont résoné : « ce n’est plus l’heure de mettre la pression, mais de rentrer en insurrection » ou encore des appels à « agir comme si notre propre vie était en jeu, car en vérité, c’est bien le cas pour nous tous qui vivons comme damnés, comme des esclaves, comme des lâches » ; « il faut retrouver pleinement confiance en nous-mêmes pour parvenir à redonner partout confiance aux gens et, en particulier, pour rassembler les laissés pour compte qui devraient être les premiers à descendre dans la rue, au lieu d’attendre que la libération vienne du ciel ». J’ai aussi parfois entendu des paroles jusqu’au boutistes que je ne préciserai pas ici, mais qui témoignent bien du ras-le-bol immense qui traverse une grande partie de la population et la conduit à tout envisager pour se libérer des tyrans du XXIème siècle.

Des tags à la mémoire de Rémi Fraisse


J’ai vu un ancien de 1973 avoir les larmes aux yeux et songer que nous vivons peut-être un autre moment historique. J’ai lu d’innombrables tags en soutien à la grève de la faim de Nikos Romanos, mais aussi à la mémoire de Rémi Fraisse, tué par le bras armé du pouvoir sur la ZAD du Testet.

Cette nuit encore, à la veille du 6 décembre très attendu, avec une grande inquiétude par les uns et avec un profond désir par les autres, le quartier d’Exarcheia est encerclé par les camions de CRS (MAT) et les voltigeurs (Delta, Dias). Plusieurs rues sont barrées. On ne peut entrer et sortir d’Exarcheia que par certaines avenues, plutôt larges et très surveillées. La situation prend des allures de guerre civile et rappelle certaines régions du monde. A l’intérieur du quartier, comme dans beaucoup d’autres coins d’Athènes, la musique résonne dans le soir qui tombe : du rock, du punk, du rap, du reggae, des vieux chants de lutte. Dans l’Ecole Polytechnique, on a même installé deux immenses enceintes du côté de l’avenue Patission et on balance ces musiques pour le plus grand bonheur des passants qui nous soutiennent et lèvent parfois le poing ou le V de la victoire tant désirée. D’autres baissent la tête et ne veulent pas y croire, ne veulent pas voir, ne veulent pas savoir, murés dans la prison d’une existence absurde et pauvre à mourir d’ennui, si ce n’est de faim.

Le spectacle d’un monde à réinventer


Ici, ça dépave, ça débat, ça écrit sur les murs et sur les corps, ça chante, ça s’organise. La fête a déjà commencé ! Certes, elle est encore modeste et incertaine, mais une nouvelle page de l’histoire des luttes est peut-être en train de s’écrire à Athènes et au-delà. Une nouvelle page qui ne pourra s’écrire qu’en sortant de chez soi, par-delà les écrans, les « j’aime » des réseaux sociaux et le spectacle d’un monde tout entier à réinventer. Une nouvelle page qui ne pourra s’écrire qu’ensemble, en se débarrassant de la peur, du pessimisme et de la résignation.

Rester assis, c’est se mettre à genoux.

Yannis Youlountas
membre de l’assemblée d’occupation de l’Ecole Polytechnique à Athènes

Source: Histoireetsociete.wordpress.com

--------------------------


...Et d'ailleurs ça barde là_bas...Dans l’indifférence totale des merdias qui préfère de loin la propagande et le mensonges !!

De violentes émeutes ont frappé Athènes

Athènes en flammes: Chaos en Grèce alors que les manifestants déchaînés jettent des cocktails Molotov sur la police et des magasins ont été incendié.


Des manifestants déchaînés hier ont jeté des cocktails Molotov sur la police et des magasins ont été incendiés à Athènes pour commémorer l’anniversaire de l’assassinat d’un adolescent par la police au mois de Mars.

La police antiémeutes a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour repousser les manifestants dans le quartier bohème d’Exarchia, où environ 200 jeunes vêtus de noir jeté des pierres et des cocktails Molotov sur eux.

Au moins deux magasins ont été incendiés, et des dizaines d’autres endommagées. La police a déclaré que 100 manifestants ont été interpellés.

























Source : Dailymail.co.uk

Traduction partielle: Samuel pour les moutons enragés

---------------------------------

Liens connexes : Grèce : la faillite planifiée des Etats souverains

GRÈCE : MOINS DE 10% DES 1.27 MILLION DE CHÔMEURS ONT UNE ALLOCATION

GRÈCE : DES ÉLÈVES AIDENT UNE CAMARADE DE CLASSE VIVANT SANS ÉLECTRICITÉ NI CHAUFFAGE

L'AUSTÉRITÉ EN GRÈCE : TOUS LES CHIFFRES

Grèce - FAMINE : «On n’avait pas vu ça en Grèce depuis l’Occupation» !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Lun 22 Déc - 9:14

La Grèce fait trembler les marchés

Abonnez-vous à notre chaîne sur YouTube :
http://f24.my/youtube

La perspective d'élections législatives anticipées en Grèce provoque des turbulences sur les marchés financiers. Les taux d'intérêt de la dette publique ont flambé et la bourse d'Athènes s'est effondrée. Quels sont les risques de déstabilisation de la Grèce ? Des effets de contagion sont-ils à craindre ?




Notre site :
http://www.france24.com/fr/

Rejoignez nous sur Facebook:
https://www.facebook.com/FRANCE24.videos

Suivez nous sur Twitter :
https://twitter.com/F24videos
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Sam 27 Déc - 2:28

Athènes : afflux à la mairie pour la distribution de repas de Noël

Ils sont chaque année de plus en plus nombreux à faire la queue pour avoir un repas de Noël gratuit, selon la mairie d’Athènes. Des hommes et des femmes, sans domicile fixe ou se débattant dans la pauvreté ont fait patiemment la queue ce jeudi. La municipalité a indiqué avoir distribué 800 repas, soit 200 de plus que l’an dernier.

“Ce sont les décisions de chacun des gouvernements qui nous ont conduits ici, déplore un sexagénaire. Pendant six ans, j’ai reçu une pension d’invalidité, mais ils ont fait des changements et ça a été coupé. C’est comme ça que je suis tombé dans la pauvreté absolue.”



lacée depuis 2010 sous perfusion financière de la troïka (la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le Fond monétaire international), la Grèce sort à peine de six ans de récession.


Source : Euronews.fr
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Dim 18 Jan - 11:01

Bonjour les amis cat
..Et pendant se temps_là, la Grèce continue à sombrer méthodiquement... pale
Voici une interview de Olivier Delamarche qui comme à son habitude se base sur les chiffres réels pour élaborer ces analyses de la situation !:


Débat avec Olivier Delamarche : économie, terrorisme, Grèce…

part 1:



Part 2:




News360x
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Lun 26 Jan - 10:01

Bonjour les amis cat
C'est fait, les élections en Grèce sont terminés et sans surprise c'est bien Syriza qui l'emporte devant l'Aube Dorée troisième...Mais la tâche sera rude, n'ayant pu obtenir la majorité absolue, ils devront composer et sans finir par s'aligner...Ça risque fort bien de faire l'effet d'un pétard mouillé. Surtout que la privatisation est beaucoup trop avancée, faire marche arrière est impossible, car ils seront en position de force et en droit d'imposer leur exigence sous peine de quitté la pays. L'UE ne manquera pas d'ailleurs d'exploiter cette faille sans coup férir !

Akasha
.


Grèce : milliardaires et multinationales se partagent le gâteau des privatisations

En échange de l’aide financière internationale, la Grèce s’est vue imposer un vaste programme de privatisations. Transport, énergie, loterie nationale, gestion de l’eau, infrastructures, patrimoine culturel… C’est la braderie générale ! Investisseurs russes, chinois ou azéris, multinationales françaises ou allemandes, et surtout les oligarques grecs, se ruent sur ces bonnes affaires, sur fond d’irrégularités et de soupçons de corruption. Au détriment des simples citoyens étouffés par les plans d’austérité. En cas de victoire électorale ce 25 janvier, le mouvement de gauche Syriza saura-t-il inverser la tendance ? Et s’appuyer sur les résistances citoyennes, qui ont par exemple réussi à réinventer un service public de l’eau ?



Ce dimanche 25 janvier, les Grecs se rendent aux urnes pour élire un nouveau gouvernement. La perspective d’une accession au pouvoir de Syriza, la coalition de la gauche radicale, seule ou avec d’autres partis, est réelle. Si cette victoire se confirme, ce sera en grande partie à cause du rejet de la politique d’austérité massive imposée au pays depuis plus de cinq ans. Celle-ci s’est traduite par une baisse sans précédent des revenus et des conditions de vie de la plupart des Grecs, jusqu’à menacer leur état de santé [1]. Économiquement, cette politique d’austérité apparaît comme un échec manifeste, si ce n’est pour tous ceux – banques françaises ou allemandes [2], investisseurs étrangers, fonds spéculatifs [3], mais aussi hommes d’affaires grecs – qui ont su y trouver leur compte.

Élément crucial du traitement de choc imposé par la « troïka » (Fonds monétaire international, Banque centrale européenne, Commission européenne) en échange de son aide financière : le vaste programme de privatisations d’entreprises et de patrimoines appartenant à l’État grec. Sur la liste des actifs destinés à la privatisation figuraient notamment les entreprises publiques de production, de transport et de distribution d’électricité et de gaz, l’entreprise pétrolière nationale, les services d’eau d’Athènes et de Thessalonique, tous les aéroports du pays, tous les ports, des autoroutes, les entreprises ferroviaires nationales, le service postal, ou encore les organismes de loterie et de paris sportifs. Sans compter plusieurs milliers de biens fonciers [4], parmi lesquels de nombreux joyaux comme le manoir vénitien de Castello Bibelli, sur l’île de Corfou, la plage d’Agios Ioannis en Chalcidique, celle de Kassiopi encore à Corfou, ou celle d’Agia Triada, à proximité de Thessalonique. Autant de lieux désormais voués aux promoteurs touristiques.

Braderie du patrimoine national


C’est donc une véritable braderie du patrimoine national qui s’est organisée en quelques années. Pour quels résultats ? En 2010, des représentants de la troïka ont avancé le chiffre de 50 milliards d’euros de recettes attendues de ces privatisations. Depuis, ces estimations n’ont cessé d’être revues à la baisse. Fin 2013, l’État grec réussi seulement à récolter 4 milliards d’euros, dont seulement 2,6 effectivement versés – il en espérait encore 11 milliards d’ici 2016, et 25 milliards d’ici 2020. Fin 2014, le chiffre était de 7,7 milliards, dont 3,1 réellement reçus. Les recettes totales espérées à l’horizon 2016 n’étaient plus que de 9,6 milliards d’euros. Soit à peine 20% des espérances initiales…

Malgré l’atmosphère générale de précipitation et les pressions constantes exercées par la troïka pour faire avancer les privatisations, celles-ci progressent lentement, et n’obtiennent pas les résultats escomptées. Si plusieurs opérations significatives sont en voie d’achèvement (la loterie nationale, les aéroports régionaux, le site de l’ancien aéroport d’Athènes, l’entreprise de transport de gaz Defsa), d’autres sont des échecs retentissants, comme la vente des services d’eau d’Athènes et de Thessalonique, celle de l’entreprise de gaz Depa). Les cessions restantes ne cessent d’être retardées.

Lire la suite sur Bastamag!Bastamag

Complèment :

L’AUSTÉRITÉ EN GRÈCE : TOUS LES CHIFFRES





Lire la suite sur Okeanews

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Syriza : la victoire du contribuable sur l’épargnant   Mar 27 Jan - 3:06

Syriza : la victoire du contribuable sur l’épargnant



par Éric Verhaeghe · 26 janvier 2015

Les électeurs grecs ont voté ce soir en contribuables éreintés par une fiscalité confiscatoire: ils ont assuré une large victoire à Syriza, et probablement lancé un engrenage de crise continentale majeure. Cet événement lourd de sens méritait bien un petit décryptage.

Seule l’inflation permettra de rembourser les dettes publiques


Premier constat: sans inflation, le fardeau de la dette grecque (177% du PIB) est insoutenable. Il faudrait des générations aux contribuables grecs pour rembourser cette somme colossale. Il n’y a que les idéologues bruxellois et prussiens pour s’étonner que, face à cette perspective qui n’en est pas une, le peuple grec ait choisi de secouer son joug et de s’en affranchir en choisissant une majorité bien décidée à ne pas rembourser l’intégralité de la somme due.

L’aveuglement des élites européennes est tel que, jusqu’à ces dernières heures, des responsables éminents (notamment Pierre Moscovici) soutenaient que Tsipras serait contraint de rembourser quoi qu’il arrive. L’Europe est aujourd’hui dirigée par une caste incapable de comprendre que les urnes ne servent pas seulement à décorer une galerie: elles sont un espace de décision où l’ordre ambiant peut être modifié de façon indésirable pour eux.

Faute d’avoir choisi une politique monétaire coulante, laissant la part belle à l’inflation, la logique allemande qui gouverne la BCE (du fait même des traités) a largement préparé le terrain à cette majorité grecque qui refuse de se saigner pendant des dizaines d’années pour honorer ses créances. Si Tsipras va jusqu’au bout de ses annonces (confirmées dans son discours de ce soir, n’en déplaise aux incrédules…), il devrait réduire la dette grecque de 30 points. Soit une perte de plus de 15 milliards pour les Français et pour les Allemands respectivement…

L’éternelle victoire du contribuable sur l’épargnant


Vue avec un peu de recul, la situation de la Grèce rappelle une fois de plus que l’histoire économique est un long combat entre le contribuable et l’épargnant. Dans la pratique, la dette de 177% de PIB que les contribuables grecs refusent aujourd’hui de rembourser intégralement est d’abord une créance détenue par des épargnants, en particulier européens.

Lorsqu’un contribuable rembourse la dette publique, il se sacrifie pour rémunérer de l’épargne privée, même si celle-ci est largement intermédiée par les banques et les marchés financiers. Lorsqu’il refuse de rembourser, l’effort passe du côté de l’épargnant, qui est parfois un rentier, parfois un contribuable lui-même.

Face au défaut partiel grec qui s’annonce (et qui était non seulement prévisible mais inéluctable), l’enjeu va consister à ne pas reporter l’effort sur d’autres contribuables (qui pourraient être sollicités, en Europe, pour rembourser les épargnants prêteurs à la place des Grecs), mais à le maintenir sur les épargnants eux-mêmes. C’est cette bataille-là qui commence maintenant. Elle risque de faire des dégâts dans l’ensemble des pays de l’Union.

La contamination nationaliste gagne l’Europe


Les élections législatives sont riches de plusieurs enseignements annexes, en contradiction avec les délires de l’oligarchie française sur l’Europe comme source de paix et de prospérité.

Ce soir, l’Aube Dorée est officiellement le troisième parti de Grèce. Tsipras lui-même, dans son discours prononcé ce soir, a parlé de mettre un terme à l’humiliation nationale imposée par la Troïka. La victoire de Syriza n’est pas une victoire de l’internationalisme prolétarien, comme essaie de le faire croire une partie de la gauche française. Elle est d’abord une victoire du nationalisme grec, largement légitimé par les raidissements prussiens sur la politique monétaire.

Mélenchon a parlé ce soir de refonder l’Europe. Une refondation est en cours, oui: celle du nationalisme européen, qui est centrifuge et profondément hostile à l’idéal fédéral qui est porté par les élites françaises.

Une victoire pour la gauche?



Le parallèle qui est dressé entre Syriza et l’extrême gauche française (du NPA au Front de Gauche) est une erreur d’interprétation manifeste.

Syriza a bien l’intention de mener des réformes de structure, notamment pour réduire le poids de l’oligarchie. Mais suffit-il de réduire ce poids pour être de gauche? Rien n’est moins sûr. Syriza, à certains égards, porte une doctrine étonnamment libérale, consistant notamment à rétablir le marché là où copinage et collusions font la loi. On ne donnera pas six mois à Tsipras pour se fâcher avec la gauche française, elle-même oligarchique et complètement dépassée par les réalités.

Un exemple? Tsipras propose un accord mutuel de renégociation de la dette grecque, dont chacun sait qu’elle est inévitable. On est loin des cris d’orfraie poussés par la gauche dès qu’il s’agit d’entrer en relation avec la finance.

Et si, au fond, Syriza était une manifestation d’un libéralisme d’un nouveau genre ?

Source : Le blog d’Eric Verhaeghe
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Jeu 19 Fév - 8:51

Grèce : Valéry Giscard d’Estaing prône une “sortie amicale” de la zone euro

Alors que le nouveau gouvernement grec a entamé un bras de fer avec ses partenaires de la zone euro sur l’aide financière accordée à Athènes, l’ancien chef de l’État Valéry Giscard d’Estaing met les pieds dans le plat. Il estime dans une interview aux Échos à paraître jeudi que la Grèce doit sortir de l’euro et «retrouver une monnaie dévaluable (sic)» si elle veut régler les problèmes auxquels elle est confrontée.



[NDLR] Valéry Giscard d’Estaing déclarait en 2011 : “L’Europe sans la Grèce c’est comme un enfant sans certificat de naissance”


«L’entrée de la Grèce dans l’euro en 2001 fut une erreur évidente, j’étais contre à l’époque et je l’ai dit», rappelle VGE. «Il faut donc envisager ce scénario très calmement, à froid, dans l’intérêt de la Grèce elle-même. Il est absurde de dire qu’il s’agirait d’un échec de l’Europe. D’ailleurs, ces jours derniers, la cote de l’euro est remontée»
, ajoute l’ancien chef de l’État.

Selon l’ex-président de la République, la situation pourrait même être encore plus grave qu’aujourd’hui en cas de maintien d’Athènes dans la zone euro. Pour ce dernier, cette sortie de la zone euro ne remettrait pas en question l’appartenance de la Grèce à l’Union européenne.


« La Grèce a toute sa place dans l’Union européenne. En quittant l’usage de l’euro, elle ne ferait que rejoindre des pays comme le Royaume-Uni, la Suède, la République tchèque etc. qui ne l’ont pas adopté. Mieux : cette sortie lui permettrait de préparer un éventuel retour, plus tard. C’est ce que j’appellerais une «friendly exit», une sortie dans un esprit amical»
, affirme Valéry Giscard d’Estaing.

Un accord à trouver d’urgence

Pour l’ex-président français, cette sortie de l’euro de la Grèce doit pouvoir se faire, même si Athènes s’y oppose : «On nous dit que les Grecs ne souhaitent pas quitter l’euro et que le nouveau gouvernement a écarté cette hypothèse pendant la campagne électorale. Certes. Mais ce n’est pas la première fois que des dirigeants se font élire avec un programme inapplicable qu’ils proposent à l’opinion».

Et VGE d’envoyer une pique à l’adresse de François Hollande et Manuel Valls. «C’est même chose courante : voyez ce qu’est devenue la promesse du gouvernement français de faire baisser le chômage…»

Sans accord avec les autres pays de la zone euro, la Grèce se priverait de 240 milliards d’euros de prêts indispensables pour éviter la faillite. Des prêts dont l’offre expire le 28 février. Le temps presse pour la Grèce à qui l’Union européenne a donné jusqu’à la fin de la semaine pour accepter ses conditions. Dans la cas contraire, la proposition de VGE pourrait peut-être se poser sérieusement.

Source : Le Parisien

----------------------------------------

Grèce: La tanière du loup par Panagiotis Grigoriou….

La Grèce! épine dans le soulier de l’U.E, si Mr Tsipras tient ses promesses, il y a de fortes chances pour que les Grecs retrouvent enfin leur souveraineté. Ce ne sera pas facile les grecs en sont conscients, mais ils ont choisi de se battre, plutôt que d’être à genoux, esclaves de l’entité prédatrice des libertés des peuples qu’est l’Oignon Européenne (parce que nous l’avons tous dans l’oignon. Merci Benji)..Admin de Les Moutons Enragés




Img/Mondialisation.ca

’Acropole sous la neige. Pourtant, “Nous ferons de la Grèce un pays européen normal”, a déclaré Alexis Tsípras ce mercredi 11 février en recevant à Athènes Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. La veille, lors de l’investiture parlementaire du gouvernement SYRIZA/ANEL, Alexis Tsípras a rappelé que la Grèce a définitivement tourné la page du mémorandum. La Grèce ne se pliera pas au chantage, nous sommes un pays souverain. “Nous avons emprunté un chemin sans retour” a précisé le Premier ministre de la nouvelle Grèce.

Ce même soir du 11 février et de l’Eurogroupe, la participation citoyenne à l’histoire sera pour une fois grande et massive. Nos places et nos rues seront remplies, à commencer par la place de la Constitution à Athènes, tous mes amis et connaissances y seront, c’est pour répéter le NON grec, au moment précis de l’Eurogroupe.

Pour la correspondante du “Monde”… formaté, tout est dit (à l’envers) et en conclusion de son papier. “Les Allemands ne sont toutefois pas les seuls à avoir des réticences: Espagnols, Portugais, Slovènes et Lettons aussi, qui ont accepté le traitement de choc de la troïka ou des cures d’austérité et voient d’un mauvais œil que l’on fasse une exception pour la Grèce. ‘Si tout le monde se comporte de manière rationnelle’ aime t-on à répéter ces derniers jours à Bruxelles, un compromis pourrait être possible.” Pas un mot sur la démocratie ou sur la souveraineté.

L’irrationnel d’ailleurs est déjà en cours… d’exécution, à travers le système concentrationnaire de l’UE, et où, les élites de l’Allemagne incarnent alors le premier rôle. L’UE est l’ultime mouroir des peuples et de la démocratie au Vieux continent. Et à défaut… d’une gestation, la mort sera certaine.

L’ambiance athénienne est électrique, grave et heureuse. Les politiciens soumis aux vues géopolitiques de Berlin et d’un certain eurocentre (très mal placé pour donner des leçons de démocratie) sont en effet sur la défensive. En plus, on sait qu’ils appréhendent, le vide, leur vide… Un “déficit démocratique” structurel alors comblé par toutes ces malversations (s’agissant de milliards d’euros) depuis ce même eurocentre comme de celle des escrocs d’Athènes: entrepreneurs dont l’énorme fortune est fondée sur le crime, le délit d’initiés, la contrebande d’hydrocarbures, l’évitement systématique de l’impôt, le non versement des cotisations dues aux salariés, et j’en passe.

Tel fut le système du Samaritisme et du Pasokisme si bien arrosé entre-autres par SIEMENS, dont Heinz-Joachim Neubürger, son ancien responsable impliqué au scandale des pots-de-vin germano-helléniques, s’est suicidé hélas il y a quelques jours, au lendemain de la rencontre Schäuble – Varoufákis, et lorsque certains ont évoqué ouvertement la question à approfondir du scandale SIEMENS. Un témoin-clef n’est plus.

Les… indigènes de SYRIZA (officiel) espèrent trouver un terrain d’entente avec les autres partenaires, c’est à dire pays au sein de l’Eurogroupe, ce dernier n’a jamais aussi mal porté son nom. Peut-être. Ce qui est certain, tient de la non-légitimité des institutions européistes, désormais ouvertement posée, comme étant le grand problème à résoudre, au-delà même des dettes dites… souveraines.

À résoudre, c’est à dire, à défaire. Une bonne moitié parmi les électeurs qui ont résolument voté contre le mémorandum et contre la Troïka, ont en même temps exprimé leur méfiance face l’euro et plus largement face à l’hybris européiste. Ils sont de plus en plus nombreux à la rejeter au fur et à mesure que la peur disparait et que la dignité ressentie libère alors les esprits et les sourires. Et cela parfois, contre une certaine idée… quant à une autre Europe, partagée et (difficilement) avancée par SYRIZA officiel, cela d’ailleurs avec sincérité.

“Nous sortirons de la tanière du loup et nous nous en sortirons tout court. Douloureusement, lentement mais surement. Déjà notre nouveau gouvernement démontre qu’une politique étrangère plus variée est possible. Nous n’avons plus rien à perdre, à part notre dignité et notre pays tout simplement. Après-tout, nous avons toujours de quoi nous nourrir sans oublier nos sardines de l’Égée (rires)”, dit Chrístos, mon voisin chômeur.

La radio 105,5 (SYRIZA) diffuse sans cesse, cette chanson récente, aux paroles de saison et d’époque: “Exodus oui, nous n’avons pas peur ; c’est pour notre Grèce que nous aimons, nous ne nous laissons pas faire. Nous vaincrons.”. Ou encore, paraît-il qu’une version de type animation, reprenant le thème de l’affrontement politique entre la Grèce et l’Allemagne circule déjà sur Internet.

Les mentalités, comme les réalités du terrain cheminent parfois plus rapidement que les mécanismes sociophobes et sosiophages des élites. C’est tout de même assez rare. Élites européistes et mondialisantes comprises. La Grèce n’a rien gagné pour l’instant, hormis sa dignité. Une brèche vient d’être ouverte et comme de coutume, le système établi veut à tout prix éviter la “contagion”, en bon grec… la résistance. Le droit à la vie et à la dignité.

Plus de 75% de la population soutient le gouvernement, d’après les sondages et d’après l’humidité sociale de l’air du temps. L’avenir se fera et il se fera désormais autrement, car inévitablement l’avenir est en marche. Telle est en tout cas la volonté des citoyens en Grèce, et pas qu’en Grèce.

Nous nous préparons pour descendre sur les places ce soir. Nous pensons aussi à tous ceux qui ne seront pas parmi nous. Aux malades assassinés car non soignés, suite aux politiques sciemment exécutées par les politiciens marionnettes, aux suicidés, et autant aux 300.000 Grecs, jeunes, formés et pleins de vitalité ; ils ont émigré pour trouver un travail ailleurs.

Nos adespotes (animaux non-desposés, c’est à dire sans-maîtres) nous observent cependant impassibles, comme avant, et comme toujours. Le despotisme serait alors une invention humaine. Contrairement à la neige.

Source : Greek-Crisis

_____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 24 Fév - 18:51

Grèce : la liste des réformes concédées à Bruxelles

L’essentiel :
Un accord a été validé, à l’issue de longues tractations, vendredi entre la Grèce et les créanciers internationaux pour la poursuite d’un plan de sauvetage au pays.
L’initiative des réformes est désormais laissée à Athènes, puis approuvée par les créanciers. La Commission estime qu’il s’agit d’un « point de départ valide » à des discussions.
L’aile gauche du parti Syriza fustige un accord qui prolongerait, selon elle, les mesures d’austérité imposées au pays, que le parti de gauche radicale s’était pourtant engagé à supprimer.

Jusqu’au bout, le processus aura été laborieux. Le gouvernement d’Alexis Tsipras n’a envoyé sa liste de réformes exigées par l’Eurogroupe en échange d’une prolongation du plan d’aide à la Grèce qu’à la toute dernière extrémité, lundi 23 février peu avant minuit, quelques heures avant la tenue d’un Eurogroupe (réunion des dix-neuf ministres des finances de la zone euro), mardi. « La liste nous semble assez adéquate pour être un bon point de départ dans la négociation », réagissait, à chaud, une source européenne, mardi matin.

Un « draft » de ce texte a fait de multiples allers-retours entre Athènes et Bruxelles, le week-end et le lundi précédant l’échéance : il a dû être retravaillé pendant de longues heures afin d’être assez étayé pour espérer « passer » la barre de l’Eurogroupe. Puis, en fin de semaine, celle d’au moins quatre parlements nationaux, dont le Bundestag en Allemagne – comme son équivalent aux Pays-Bas, en Estonie ou en Finlande, il est consulté sur tout ce qui engage l’argent public du pays.

La liste tant attendue des réformes grecques parvient à Bruxelles


Des réformes nécessaires au déblocage d’une nouvelle tranche de l’aide financière dont Athènes aura besoin dans quatre jours. Encore faut-il que les créanciers les plus inflexibles, tels que l’Allemagne et l’Espagne, valident la série de mesures du gouvernement dirigé par le parti de gauche Syriza. Les Grecs, eux, ne sont pas tendres avec les principaux négociateurs de la troïka. ‘L’Allemagne a essayé par tous les moyens d’imposer ses convictions et son hégémonie à l’Europe. Leur première expérience est la Grèce, nous sommes leur cobaye.’ ‘Il est inconcevable que l’Allemagne ait tiré tant de profit de l’Union européenne. C’est la seule économie qui se soit enrichie à ce point et maintenant, ils sont si intransigeants.’ Athènes devrait tenir certaines de ses promesses, comme la distribution de coupons alimentaires pour les plus modestes. Le gouvernement s’engage également à lutter contre la corruption, mais devrait s’opposer à la saisie de résidences principales.

L’enjeu est considérable : si cette liste de réformes n’est pas validée par l’Eurogroupe, le programme d’aide, qui se termine normalement le 28 février, ne pourra pas être prolongé de quatre mois.

Six pages très denses


Dès lors, l’Etat grec se retrouvera sans soutien financier de ses créanciers – la Banque centrale européenne (BCE) et l’Union européenne (UE) – au 1er mars. Selon plusieurs sources, ses banques, qui ont subi de forts retraits de capitaux ces dernières semaines, pourraient vite se retrouver insolvables.

Sur six pages très denses, la fameuse « liste » exigée lors d’un énième « Eurogroupe de la dernière chance », vendredi 20 février, pour trouver un compromis entre les Grecs et leurs créanciers, reprend pour une large part les exigences de Bruxelles. La plupart des réformes figuraient déjà sur le document établi par la « troïka » des créanciers – il faut dire désormais les « institutions » pour ménager la susceptibilité grecque –, qui a imposé une sévère politique de rigueur au pays depuis 2010.

Les mesures « humanitaires » pour venir en aide aux Grecs les plus touchés par l’austérité figurent en toute dernière page de la liste. Le gouvernement de la gauche radicale, élu sur son programme anti-austérité, prévoit de « répondre aux besoins liés à la progression de la grande pauvreté grâce à l’accès à la nourriture, à un logement, aux soins », mais sans entrer dans les détails, et en précisant que ces politiques seront menées « en veillant à ce qu’elles n’aient pas d’impact budgétaire négatif ».

Le gros de la liste concerne la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales, censée répondre aux principaux problèmes de l’administration grecque (corruption, fiscalité défaillante). Ces réformes sont réclamées par la troïka depuis 2010, mais aucun gouvernement, ni les socialistes du Pasok ni les conservateurs de Nouvelle démocratie (ND), n’ont eu le courage politique jusqu’ici de les mettre sur les rails. L’objectif est ici la modernisation poussée de l’administration fiscale (avec la poursuite de l’informatisation des déclarations), le renforcement de son indépendance, la recherche d’une plus grande justice fiscale – en Grèce, les grandes fortunes et l’Eglise orthodoxe échappent encore largement à l’impôt.

Le message de l’Eurogroupe a été compris


Athènes s’engage aussi sur un vaste programme anti-corruption dans l’administration, « une priorité nationale ». En réduisant, entre autres, le nombre de ministères (de seize à dix), de « conseillers spéciaux » et les frais des députés ; en durcissant la réglementation en matière de financement des partis politiques…

Ces réformes anti-corruption étaient préconisées par Syriza. En revanche, concernant les privatisations, pourtant la bête noire du parti d’ultra-gauche, M. Tsipras s’engage à ne pas revenir sur celles qui ont été engagées sous la pression de la troïka (dont celle du port du Pirée sur laquelle Athènes menaçait de revenir), et « à étudier les privatisations qui n’ont pas encore été lancées, de manière à maximiser les

revenus que l’Etat pourrait en tirer ».


Le gouvernement Tsipras évoque bien l’augmentation du salaire minimum – une de ses principales promesses de campagne –, mais sans avancer de chiffres (les fameux 751 euros promis aux Grecs), ni d’échéance (d’ici à 2016). Le gouvernement s’engage « à une approche intelligente de la négociation collective sur les salaires. Cela inclut une volonté d’augmenter le salaire minimum, en préservant la compétitivité (…). L’augmentation de ce salaire minimum et son timing seront décidés en concertation avec les institutions européennes et internationales ».

Athènes a visiblement compris le message d’une partie de l’Eurogroupe, pas du tout prêt à financer une augmentation du smic grec. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, qui a beaucoup travaillé, en coulisses, à la conclusion d’un accord entre les Grecs et les Européens, avait prévenu lundi, dans un entretien à l’hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche : si le gouvernement Tsipras passe à l’acte, « il y aura six pays en Europe qui auront un salaire minimum inférieur », entre autres la Slovaquie et l’Espagne, tout en devant continuer à soutenir Athènes financièrement. Politiquement invendable…

L’aile gauche de Syriza se sent flouée


En toute vraisemblance, l’Eurogroupe, mardi, devrait valider cette liste. Le gouvernement grec ne sera pas pour autant au bout de ses peines, lui qui a été contraint, moins d’un mois après son arrivée aux commandes, de se plier aux contraintes européennes, mais qui doit déjà composer avec l’aile gauche de Syriza, qui a de plus en plus le sentiment de s’être fait flouer…

D’ici à la fin avril, les Grecs et les Européens vont devoir affiner la liste, étudier sa faisabilité, disséquer ses moyens de financement. Puis, jusqu’à fin juin, ils auront deux mois pour mettre les réformes sur les rails… Ce n’est qu’à l’issue d’une « revue » des institutions sur place, que le pays pourra recevoir la dernière tranche d’aide qui lui revient dans le cadre du plan d’aide (environ 7 milliards d’euros).

Source : LeMonde.fr, 24.02.2015

=========================================


Athènes a transmis à Bruxelles, mardi 24 février, une liste d’engagements sur les réformes que le pays doit engager. Ce plan a reçu un premier accueil positif et sera examiné dans l’après-midi par la zone euro, qui devrait, sauf coup de théâtre, accorder une prolongation jusqu’à l’été du programme de financement et éviter au pays l’asphyxie financière.

Le document, rendu public par le gouvernement grec, insiste à plusieurs reprises sur “la concertation avec les institutions” (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) dans l’élaboration détaillée de ses projets, alors que le gouvernement d’Alexis Tsipras s’était montré, après son élection, beaucoup moins disposé à composer avec ses créanciers.

La liste transmise mardi adoucit le ton et comporte beaucoup de mesures de renforcement de l’efficacité fiscale et des structures de l’Etat, mais aucune des réformes n’est chiffrée.

# Un salaire minimum atténué


“L’ampleur et le calendrier” de la progression du salaire minimum, une promesse centrale du gouvernement, “se feront en consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales”, selon le document et “de manière à préserver la compétitivité et les perspectives d’emploi”. Le montant envisagé (751 euros) et la date (2016) ne figurent pas explicitement dans la liste.

# Faire travailler les salariés plus longtemps


Athènes veut “éliminer la pression sociale et politique pour partir en pré-retraite”, qui conduit beaucoup de Grecs à arrêter très tôt de travailler, notamment en mettant en place “un soutien ciblé des salariés entre 50 et 65 ans”.

# Soutenir les plus pauvres


Elément central du programme de Syriza, le parti de gauche radicale d’Alexis Tsipras, elles figurent en fin de document sous le titre de “crise humanitaire”. Athènes veut mettre en place des mesures “très ciblées” pour améliorer la couverture sociale, l’accès aux soins, l’approvisionnement en énergie, l’accès au logement et à la nourriture des plus pauvres, par exemple avec des bons d’alimentation alimentaires et de transport. L’ensemble de ce dispositif avait été évalué par Syriza, avant les législatives du 25 janvier, à 1,8 milliard d’euros.

Au programme également, la dépénalisation du surendettement pour les petites sommes, le soutien aux “plus vulnérables” ne pouvant rembourser leurs emprunts et une collaboration avec les banques pour “éviter les mises aux enchères de résidences principales en-dessous d’un certain seuil” de défaut de paiement.

# Lutter contre l’évasion fiscale


Comme ses partenaires le lui réclamaient, le gouvernement grec s’engage à faire “de robustes efforts” dans la collecte des impôts et la lutte contre l’évasion fiscale en “utilisant pleinement les moyens électroniques et autres innovations technologiques”. Le tout doit cibler “particulièrement les plus nantis [afin de] les faire participer de manière juste au financement des politiques publiques [et se faire] sans impact négatif sur la justice sociale”.

Le code fiscal doit être modernisé, l’indépendance de l’administration centrale des impôts renforcée, ses moyens élargis. Le gouvernement prévoit aussi un dispositif de lutte contre la contrebande d’essence et de cigarettes, un renforcement de la lutte contre la corruption et la mise en place d’un système permettant le paiement rapide des arriérés fiscaux et de contributions à la sécurité sociale.

# Couper dans les dépenses de l’Etat


Les dépenses de l’Etat vont être réduites. Le nombre de ministères doit passer de 16 à 10, les avantages et primes des ministres, parlementaires et haut fonctionnaires être réduits, la grille des salaires dans la fonction publique remaniée.

L’Etat veut aussi monnayer “aux prix du marché” l’utilisation par les médias des fréquences de radio-télévision et réformer les règles d’attribution de marchés publics.

# Pas de remises en cause des privatisations


Les privatisations déjà réalisées ne seront pas remises en question, pour celles qui sont déjà lancées “le gouvernement va respecter les processus en conformité avec la loi”. Celles qui sont prévues doivent être “examinées avec pour objectif de maximiser les bénéfices à long terme pour l’Etat”.

Des ministres du gouvernement Tsipras avaient annoncé peu après leur élection leur intention de revenir sur plusieurs ventes en cours, comme celles du terrain de l’ancien aéroport d’Athènes et de 14 aéroports régionaux.

“En finir avec l’austérité”

Dès mardi matin, la Commission européenne a estimé que cette liste de réformes était “un point de départ valide” pour que la Grèce et ses créanciers s’entendent sur la poursuite du financement au pays. L’exécutif européen trouve notamment encourageant l’engagement d’Athènes à combattre l’évasion fiscale.

Les autorités grecques auront ensuite jusqu’à fin avril pour finaliser cette feuille de route, en échange de laquelle elles veulent obtenir un assouplissement de l’austérité tout en maintenant le pays sous perfusion financière, avec le versement de plus de 3,5 milliards d’euros côté européen.

Le gouvernement grec est très sérieux dans sa volonté de réformes” a estimé le président de la zone euro, Jeroen Dijsselbloem. “Mais il s’agit juste d’un premier pas”, la finalisation des réformes présentées par la Grèce “devra être faite en coopération étroite” avec ses créanciers.

Athènes s’était résignée à demander cette extension vendredi dernier, après plusieurs réunions extrêmement houleuses avec ses partenaires de la zone euro, qui avaient ravivé les craintes d’une sortie du pays de la zone euro, le “Grexit”.

Le premier ministre grec, Alexis Tsipras a pour sa part convoqué un conseil des ministres en milieu de journée pour étudier avec son gouvernement la mise en œuvre de ce programme. “Nous avons décidé d’en finir avec l’austérité en pilotage automatique”, a martelé le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis.

Les créanciers d’Athènes – qui lui ont consenti depuis 2010 quelque 240 milliards d’euros de prêts – exigent que ce programme ne remette pas en cause la stabilité des finances publiques et ne détricote pas les réformes engagées par les précédents gouvernements. Cela force Alexis Tsipras à un délicat exercice d’équilibre entre son électorat et les partenaires du pays, alors que les premières dissonances se font entendre dans l’aile gauche de son parti.

Source : Nouvel Obs

==========================================================


Pour ceux qui lisent l’anglais : voici une comparaison point par point entre le draft de déclaration de l’Eurogroupe du 16 février que Varoufakis a rejeté et l’accord réellement passé quelques jours plus tard.

Summary assessment:


Was it worth the hassle to reject the draft of 16 February, just to accept the statement four days later? For Athens it most certainly was. It got the promise that no self-defeating, excessive austerity would be asked of it any more, the assurance that it could devise its own economic and social policies, as long as htey did not impact negatively on the interests of its partners, rather than having to execute and leaving in place all the measures accepted by the former government and strongly rejected by the people. These are huge improvements for Athens, with no significant counterbalancing downside compared to 16 February.

==========================================================

Via zeroHedge, la lettre du jour :


(Source : Nicolas Vadot)
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Les poches vides, Athènes revient solliciter ses créanciers…   Sam 7 Mar - 19:05

Bonsoir,
Eh bien voilà malheureusement le bras de fer entre la Grèce et l'UE qui semblait intéressant et bien partit pour bien embêter ces ronds de cuirs de la tour de Babel est déjà entériner. Le grand combat n'aura pas lieu, les grands spartiates du thermophile sont décidément bien loin. Et la petite étincelle qui avait ranimer le feu, celui qui devait consumer l'UE est éteint le grand taureau Zeus celui là même qui enlève la déesse Europa, à certainement pisser dessus (sourire) et l'aura achevé d'un grand coup de sabot dans les roustes à Tsipras ! C'est bien triste, mais c'était tellement prévisible, le combat était par trop inégale, Tsipras n'avait guère que sa grande bouche, mais rien dans son jeu, absolument rien. Il faut bien qu'il continue à nourrir son peuple, même si ce ne sera que des topinambours ! C'est pour cela que je ne peux en vouloir à Tsipras et son Gouvernement, au moins aura-t-il le mérite d'avoir essayé avec ces petits moyens. Mais restons patient, je vous garanti qu'ils ne l'emporteront pas aux paradis tout se mal qu'ils nous fait subir à nous le peuple, que se soit le peuple de Grèce, d'Italie, d'Espagne, d'Irlande, de France, ou d'autres horizons, un jour ils devront rendre des comptes, et on sera là pour les moucher ces gros dégueulasses.
Orné pour Le Nouveau Monde 2015.


Les poches vides, Athènes revient solliciter ses créanciers…

Pas sortis d’affaire les grècs, il ne faut pas compter sur Bruxelles pour leur faciliter la tâche..




Le gouvernement d’Alexis Tsipras a repris son bâton de pèlerin pour convaincre les Européens de desserrer les cordons de la bourse afin d’éviter à la Grèce un nouveau «thriller» financier.

Malgré la fermeté affichée jeudi par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, peu décidé à signer un chèque en blanc à Athènes sans avancées concrètes, le Premier ministre grec ne désespère pas de convaincre l’institution de Francfort de faire un geste.

Quitte à employer des mots forts: la BCE a le pouvoir d’«étrangler» la Grèce, a-t-il estimé dans un entretien avec l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Si elle ne restaure pas la pleine capacité de financement des banques grecques, «alors nous allons revenir au thriller d’avant le 20 février», date à laquelle son gouvernement s’est entendu avec ses partenaires européens, après d’âpres négociations, sur la poursuite du programme international d’aide au pays.

Début févier, la BCE a fait sauter un régime d’exception en faveur des banques helléniques, qui leur permettait d’accéder à ses opérations régulières de financement, les laissant dépendantes d’un mécanisme d’urgence.

Les appréciations sur la situation financière de la Grèce confrontée à des obligations financières très lourdes en mars, à hauteur de six milliards d’euros, vont bon train. Le gouvernement a toujours affirmé qu’il serait en mesure de rembourser ses dettes alors que la presse fait état d’un retard de deux milliards d’euros dans les recettes de l’Etat.

Le vice-Premier ministre Ioannis Dragasakis a estimé jeudi que «le problème de liquidité existait» sans être plus aigu qu’après les élections législatives de 2012, un des multiples épisodes des tensions financières qui se sont succédé pour la Grèce ces dernières années.

Vendredi, le pays a pu rembourser une tranche de prêt au FMI, soit 310 millions d’euros, selon une source du ministère des Finances.

Athènes n’a plus droit aux fonds prévus par le programme d’aide UE-FMI, qui lui a promis 240 milliards d’euros depuis 2010, tant que le gouvernement Syriza n’a pas engagé de réformes jugées suffisamment sérieuses.

– ‘Confiance altérée’ –

Les responsables grecs vont retourner plaider leur cause auprès de leurs partenaires la semaine prochaine: lundi lors d’une réunion des ministres de la zone euro à Bruxelles (Eurogroupe), jeudi à Paris où se rendront le ministre des Finances Yanis Varoufakis et le Premier ministre Alexis Tsipras, lequel rencontrera le président du Parlement européen Martin Schulz vendredi à Bruxelles.

Alexis Tsipras et Jean-Claude Junker devraient également se rencontrer «dans les deux prochaines semaines», a indiqué au journal allemand Welt am Sonntag le président de la Commission européenne, soucieux toutefois de ne pas court-circuiter l’Eurogroupe.

«La confiance a été sévèrement altérée» entre Athènes et ses partenaires et «a besoin d’être reconstruite», a estimé vendredi une source européenne.

Le gouvernement grec espère persuader de sa crédibilité en présentant sept premières réformes concrétisant le catalogue d’engagements signé mi-février avec l’Europe: réactivation d’un conseil fiscal «indépendant» pour assister le gouvernement dans la réalisation de ses objectifs budgétaires, amélioration des méthodes de préparation du budget, incitations au paiement des arriérés d’impôt, mise en vente de licences pour les jeux en ligne, simplifications administratives facilitant la vie des entreprises, mesures sociales pour les plus vulnérables et… embauche de contrôleurs fiscaux amateurs pour des missions ponctuelles.

Ce dernier projet a focalisé l’attention en raison des détails dévoilés par le Financial Times: «étudiants, ménagères, voire touristes» seraient appelés à jouer les agents du fisc temporaires pour détecter les fraudeurs, selon une lettre de M. Varoufakis à l’Eurogroupe mise en ligne par le journal

Les dirigeants grecs auront fort à faire pour surmonter les réserves de leurs partenaires. Le gouvernement d’Alexis Tsipras «veut dépenser plus et dans le même temps les rentrées fiscales s’effondrent», a tancé le président du mécanisme européen MES, Klaus Regling tandis que Martin Schulz a mis en garde, dans une interview à la télévision espagnole: «en Slovaquie, les pensions sont inférieures aux pensions grecques. Comment le Premier ministre slovaque peut-il expliquer: +je donne de l’argent pour que Tsipras augmente les pensions en Grèce? +».

Source : 20Minutes

Voir:


La France promet 8 milliards d’euros d’investissements dans le cadre du plan Juncker (les milliards, c’est comme les cheveux d’Eleonore, quand y en a plus, y en a encore)
( et avec 700€ et même moins?)
Pour Hollande, «la reprise est là» mais elle est «fragile»(il est bien le seul à voir la reprise..Il parle peut être de celle de ses chausettes)
http://www.20minutes.fr/economie/1556495-20150306-coca-cola-lance-nouvelle-offensive-marketing-europe

Vu sur Lesmoutonsenragés

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Lun 15 Juin - 18:06

Dette grecque: la réunion de la dernière chance échoue

La zone euro va éclater, le fait est inévitable, la promesse d’une Europe unie et puissante n’était au final qu’une vaste blague, rien d’autre! Mais attention, la blague du jour nous vient quand-même de l’agence de notation Standard&Poors qui a prétendu que le non-paiement de 6,7 mds EUR à la BCE ne constituerait pas un défaut.


Les négociations entre la Grèce et ses créanciers internationaux ont échoué dimanche, mettant Athènes au bord du défaut de paiement et compromettant son avenir au sein de la zone euro.


Les représentants de l’Union européenne ont rejeté sur Athènes la responsabilité de l’échec de la réunion. Selon eux, la Grèce n’a rien proposé de neuf afin d’attirer les fonds nécessaires au paiement de 1,6 milliards d’euros au Fonds monétaire international en juin.

La Grèce se déclare toujours prête à dialoguer, mais les représentants de l’UE et du FMI indiquent ne pas être autorisés à poursuivre les négociations. Selon une source proche du dossier citée par l’agence Reuters, la situation revêt un caractère « bien triste ». »C’était la dernière tentative de surmonter les divergences, mais le fossé est toujours trop large. Il est bien sûr possible de discuter de ce fossé, mais il est grand comme l’océan », a expliqué l’interlocuteur de l’agence.


Dans le même temps, la Commission européenne a fait savoir que les ministres des Finances des pays membres de la zone euro évoqueraient le règlement de la dette grecque lors d’une réunion prévue jeudi 18 juin.


Un éventuel accord technique étant peu probable, les ministres européens pourraient être contraints d’adopter une décision politique difficile sur l’appartenance de la Grèce au bloc monétaire, affirme Reuters.La possible sortie de la Grèce de la zone euro, après plusieurs années de négociations tendues et deux programmes d’assistance financière pour un montant total de 240 milliards d’euros, risque de porter un coup dur au projet d’union monétaire européenne.

Vendredi dernier, le premier ministre grec Alexis Tsipras a laissé comprendre qu’il était prêt à accepter un compromis douloureux prévoyant de nouvelles mesures d’austérité et des réformes en échange d’une aide financière. Cependant, la Commission européenne a déclaré que les propositions grecques étaient « incomplètes ». Les créanciers exigent qu’Athènes réalise 2 milliards d’euros d’économies annuellement

Source: SputnikNews



L’Union Européenne se prépare à un « Etat d’urgence »



par George Georgiopoulos et Angeliki Koutantou, le 15 juin 2015,

ATHENES, 15 juin (Reuters) – La Grèce a réitéré lundi son refus de céder aux exigences de ses créanciers, notamment en ce qui concerne les retraites, après l’échec de leurs pourparlers ce week-end, qui fait craindre à la Commission européenne un basculement du pays dans un « état d’urgence » en cas de sortie de la zone euro.


L’exécutif européen a annoncé dimanche l’échec de sa « dernière tentative » de discussions avec le gouvernement d’Alexis Tsipras, auquel il reproche de ne pas avancer de propositions convaincantes pour redresser les finances du pays et obtenir ainsi le versement d’une aide.

Bruxelles a renvoyé le dossier aux ministres des Finances de la zone euro qui se réunissent jeudi dans le cadre de l’Eurogroupe.

Sans cette aide, la Grèce risque de ne pas pouvoir rembourser 1,6 milliard d’euros dus au Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin et de se retrouver en situation de défaut sur sa dette, avec la perspective d’une sortie de la zone euro.

Face à cette situation de blocage, une exaspération grandissante à l’égard de la Grèce s’exprime à travers l’Union européenne, notamment en Allemagne, dans le camp conservateur de la chancelière Angela Merkel.


Cette impasse inquiète aussi les investisseurs: la Bourse d’Athènes perdait plus de 4% en fin de matinée, après avoir plongé de plus de 7%, tandis qu’augmentaient les rendements des obligations d’Etat des pays de la zone euro aux finances publiques jugées les moins solides, tels l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Les titres des banques italiennes, espagnoles et portugaises étaient également pénalisés en bourse. (…)

Source : Lire la suite sur LES ECHOS




Les trois illustrations satyriques sont proposées par Akasha

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Sam 20 Juin - 2:35

Panique bancaire en vue: les grecs ont retiré plus de 3 milliards d'euros de leurs comptes depuis lundi



"La BCE a déclaré lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro qui s'est tenue jeudi à Luxembourg qu'elle n'était pas sûre que les banques grecques seraient en mesure d'ouvrir lundi." (Dixit Reuters)

Entre le principe du bail-in imposé dans la zone euro et les pourparlers pour éliminer l'argent physique, ils ont pensé à tout pour racketter les gens jusqu'au bout. Cette réunion avec les grandes banques a eu lieu fin mai et celle du Bilderberg quelques jours plus tard avec les grand noms de la finance. Ce serait bien étonnant que ce projet n'ait pas été à l'ordre du jour aussi en Autriche. Entre temps, la course à la montre pour récupérer ses économies à commencer en Grèce. Fawkes
-----

INFOGRAPHIE - Face à l'enlisement de la crise, les Grecs s'inquiètent et ont retiré 3 milliards d'euros de leurs comptes depuis le début de la semaine, un record. La Banque Centrale Européenne (BCE) va discuter de solutions en urgence pour éviter la fermeture des banques grecques.

La Grèce vit-elle déjà une panique bancaire? La Banque centrale européenne (BCE) veut éloigner à tout prix ce spectre et a décidé de se réunir en urgence ce vendredi pour éteindre l'incendie. Alors que les discussions entre le gouvernement Tsipras et ses créanciers pâtinent, les craintes d'un défaut de paiement de la Grèce sont de plus en plus fortes. L'inquiétude a gagné les ménages qui ne cessent de retirer leur liquidités des banques. Lundi ce montant atteignait 400 millions. Mais le rythme des retraits ne cesse de croître. Plus d'un milliard d'euros ont ainsi été retirés des guichets pour la seule journée de jeudi. Aussi, entre lundi et jeudi, le montant s'élève-t-il à plus de 3 milliards d'euros, soit environ 2,2% des dépôts des ménages et des entreprises détenus par les banques grecques à la fin avril.

Les Grecs sont de plus en plus nombreux à vider leurs comptes en banque: sur les dernières semaines, les sommes extraites en liquide des comptes en banques avoisineraient les 250 millions par jour. Plus de 30 milliards d'euros auraient été retirés des banques grecques entre octobre 2014 et avril 2015.


Une telle hémorragie des liquidités peut faire vaciller le système bancaire grec. Au point que Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a demandé lors de la réunion de jeudi soir à Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, si les banques grecques pourraient ouvrir vendredi. «Demain oui, lundi je ne sais pas», a ainsi répondu Benoît Coeuré.
La BCE a ainsi décidé de ne pas attendre pour décider d'aider ou non les banques grecques. Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne va organiser dès ce vendredi à midi une conférence téléphonique pour discuter de l'augmentation des liquidités d'urgence pour les banques grecques, selon deux sources proches du dossier citées par Reuters.

Mercredi, la BCE avait déjà relevé de 1,1 milliard d'euros le plafond des liquidités d'urgence (ELA) que les banques grecques peuvent retirer auprès de leur banque centrale, ce qui a porté ce plafond à 84,1 milliards d'euros

Source et suite sur Le Figaro

Bientôt un contrôle des capitaux en Grèce ? Et potentiellement en Europe ?


Comme Chypre au printemps 2013, il faut suivre avec attention ce qui se passe en Grèce, cela nous montrera à quelle sauce nous serons mangés. Suite à la faillite des banques chypriotes, il avait été décidé, dans l’urgence, de ponctionner directement les comptes de plus de 100.000 euros des déposants. Un pur vol, une remise en cause du droit de propriété, mais qu’importe ! Désormais, ce mode de règlement des crises bancaires est devenu très officiellement une directive européenne (BRRD, Bank Recovery and Resolution Directive) qui sera bientôt en vigueur dans l’ensemble des pays de la zone euro. Chacun est prévenu.

A Chypre, cette spoliation des comptes bancaires s‘était évidemment accompagnée de la mise en place d’un strict contrôle des capitaux, de façon à empêcher les épargnants d’y échapper. Il semble qu’un dispositif comparable se mette en place en Grèce.

Dans la perspective d’une sortie de la Grèce de la zone euro, un scénario qui devient de plus en plus probable, il importe d’éviter un effondrement des banques et du circuit financier, aussi bien Athènes que les créanciers auraient tout à y perdre. En effet, devant la perspective de se retrouver avec des drachmes ne valant pas forcément grand-chose, les Grecs videraient leurs comptes pour mettre leurs euros à l’abri, en billets sous leur lit ou dans des banques étrangères. Ce mouvement a d’ailleurs déjà commencé, les retraits et les fuites de capitaux s’accélèrent ces dernières semaines, il s‘agirait simplement d’y mettre fin.

Le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a affirmé, lundi, que les créanciers de la Grèce (FMI, BCE et Commission européenne) préparent un plan pour instaurer un contrôle des capitaux dans le pays, car celui-ci n’en dispose pas. Le parlement grec devrait voter une loi à cet effet, ce qui prendrait du temps, et laisserait aux capitaux le temps de partir, d’où la nécessité d’agir dans l’urgence pour ces créanciers afin d’éviter un effondrement complet de l’économie grecque. Il s’agit aussi, pour ces créanciers, de faire pression sur Athènes car ce contrôle des changes pourrait être imposé de l’extérieur si sa mise en œuvre trainait…

Eh bien prenons les paris : il apparaîtra bientôt une directive pour codifier et pouvoir mettre en place rapidement un contrôle des changes dans l’ensemble des pays de la zone euro. Une telle directive s’avère inévitable : celle sur la ponction des comptes bancaires (BRRD) entrera bientôt en vigueur, mais à quoi servira-t-elle si les épargnants peuvent virer leur épargne dans un autre pays, ou faire des retraits massifs en billets ?

De cette façon le contrôle des comptes bancaires serait complet : en cas de crise, en l’espace de 24 ou 48 heures, les retraits en liquide sont limités, les virements à l’étranger interdits, et finalement les comptes sont ponctionnés sans difficulté ni perte. Un scénario parfait pour les grandes banques, Bruxelles et les gouvernements, mais un cauchemar pour les épargnants

Source: Goldbroker.com

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 23 Juin - 3:41

Grèce, la réunion de l’Eurogroupe n’a rien fait avancer…

Rangez les fanfares et les trompettes, il n’y a pas eu de grande annonce, pas de victoire quel que soit le côté, l’Eurogroupe ne donnera pas un centime d’euro de plus pour « sauver la Grèce », enfin…les banques privées, car les grecs, ils peuvent aller se faire voir chez eux pour ces financiers qui n’ont strictement aucuns scrupules. Le gouvernement grec refuse d’étrangler plus encore la population sous le poids d’une austérité qui ne sert à rien, puisque l’austérité n’est pas une solution: « Les cures d’austérité imposées aux pays endettés aboutissent non pas à une réduction rapide de leurs dettes souveraines mais à une récession qui aggrave encore la situation de leurs comptes publics » (Plus d’infos ici). Reste à voir quelle suite va être donnée à cela, surtout qu’il va être difficile de rivaliser avec l’autre option offerte à la Grèce: rejoindre la banque des BRICS et échapper un jour à l’esclavage organisé par la finance de l’Oncle Sam.


Les ministres des Finances de la zone euro ont achevé lundi leur réunion extraordinaire sans parvenir à un accord pour débloquer une aide financière vitale à la Grèce, a reconnu le ministre finlandais Alexander Stubb, indiquant toutefois qu’une nouvelle réunion était prévue jeudi prochain.




« La réunion de l’Eurogroupe s’est achevée, mais le travail se poursuit, les institutions (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international, ndlr) examinant les nouvelles propositions d’Athènes », a écrit M.Stubb sur son compte Twitter à la sortie de la réunion ministérielle.

La dette que la Grèce doit à la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, FMI) s’élève à 240 milliards d’euros. Le total de la dette extérieure du pays atteint 315 milliards d’euros, soit environ 180% du PIB.

La Grèce est dans une situation financière critique. Des solutions peinent à émerger, alors le pays a besoin de fonds très rapidement afin d’honorer ses dettes colossales. Toutefois, l’Eurogroupe — dont l’avis est décisif — n’acceptera de verser une aide financière qu’en échange de réformes jugées satisfaisantes.

Source: Sputniknews

Petit ajout de dernière minute puisque l’information vient de tomber:

Athènes accepte le principe d’une prolongation de son plan d’aide

La Grèce a accepté le principe d’une prolongation de son plan d’aide actuel, a appris l’AFP ce soir de source gouvernementale grecque. « Pour la première fois, nous acceptons l’extension du programme comme seul moyen d’avancer », dans les négociations avec les créanciers – Union européenne et FMI -, a déclaré cette source en marge du sommet exceptionnel des 19 pays de la zone euro.
Voir plus sur Le Figaro


Pour l’heure, pas beaucoup d’informations supplémentaires, mais je surveille le sujet pour vous mettre à disposition les suites de cette actualité qui nous aideront à mieux comprendre ce que cela implique réellement.




Des milliers de manifestants en soutien à la Grèce…

On préfère parler de la fête de la musique, il parait que ça adoucit les mœurs. Il est de plus en plus évident que, cette dette à été créée par la haute finance,  pour mettre l’Europe en esclavage, c’est une nouvelle forme de guerre, pour piller la richesse des pays, sans tirer un seul coup de feu, et les victimes se comptent par millions. Souffrir pour souffrir, autant sortir de ce panier de crabes venimeux, et se retrousser les manches pour retrouver la souveraineté et la dignité. Souhaitons qu’Alexis Tsipras, ne renie pas sa parole donnée au peuple grec, sous la pression de la Troïka..

GRECE
D’autres manifestations de soutien au gouvernement grec ont eu lieu ce week-end en Europe, à Paris, Berlin, Rome, Bruxelles ou Amsterdam…VIDEO. Grèce: Plus de 7.000 personnes manifestent contre l’austérité à Athènes


A Paris, plusieurs milliers de personnes – 3.500 selon la police – ont défilé ce samedi, de la place Stalingrad jusqu’à celle de la République, en soutien au peuple grec et contre les politiques d’austérité imposées par la Troïka.




Source : Agence Info Libre

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 23 Juin - 10:35

Bonjour Ahaska flower

Cette histoire est une vaste escroquerie , si la Grèce ne rembourse pas, nous les français on aura rien a débourser de plus, pour la simple raison que cet emprunt est inclue dans le budget de l'état depuis le début de l'emprunt.

En gros c'est comme si l'état avait distribué 65 milliards aux français, c'est pour ça qu'on doit se serrer la ceinture et que l'état réforme, ah ! le mot REFORME, ce mot que ces démons aiment propager pour notre bien.


Si la Grèce rembourse, ce quelle va faire, le peuple Grec va se retrouver dans la moise et nous les français on est aussi dans la moise, même si elle rembourse, l'emprunt Grec est inclue dans le budget de l'état français,  ils sont trop fort, fallait y pensé, c'est carrément diabolique.

En fait nous les français, on rembourse déjà le prêt, que la Grèce rembourse ou pas , le prêt sera remboursé deux fois, par nous et par la Grèce.

Et qui c'est rempli les poches ? Sur ce bonne journée .......





************************
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Dim 28 Juin - 4:54

Grèce : après l’annonce d’un référendum, la zone euro refuse de prolonger le plan d’aide au-delà du 30 juin

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé qu’il allait organiser une consultation nationale le 5 juillet sur le projet d’accord d’aide avec les bailleurs de fonds de la Grèce.



La situation se corse. Le plan d’assistance financière de la Grèce va prendre fin le 30 juin, a annoncé samedi 27 juin le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, après le refus par Athènes des propositions avancées par ses créanciers pour éviter le défaut de paiement, et l’annonce d’un référendum début juillet.


• L’aide de 12 milliards d’euros en sursis. Alors que les créanciers européens de la Grèce lui proposaient une aide de 12 milliards d’euros jusqu’à fin novembre, si un accord était trouvé sur une série de réformes, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé qu’il allait organiser une consultation nationale le 5 juillet sur ce projet d’accord d’aide avec les bailleurs de fonds de la Grèce. Conséquence, la zone euro a annoncé samedi qu’elle refusait de prolonger une nouvelle fois le programme d’aide grec au-delà du 30 juin.

• Une réunion à 18, sans Varoufakis. Selon le président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, la décision de la Grèce d’organiser un référendum ne l’exonère pas du paiement de ses dettes et les ministres de la zone euro vont désormais débattre des suites à donner au rejet de cette proposition d’accord. Décision symbolique, cette réunion se tiendra sans le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis.

• La France tente de tempérer. Le “destin” de la Grèce est de rester dans la zone euro, d’où “aucun pays ne souhaite sa sortie”, a affirmé le ministre français des Finances, Michel Sapin. Son homologue grec, Yanis Varoufakis, a affiché la même disposition à reprendre les négociations pour arriver à un accord.


Source ; FDesouche

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Lun 29 Juin - 1:01

Bonsoir mes frères & sœurs
La semaine qui vient sera décisif pour se roman fleuve, une véritable tragédie Grec, ou Tsipras serait le deutéragoniste, et l'UE les protagonistes..Enfin la Merkel tiendrait le rôle de tritagoniste vu qu'elle tient la place du consultant. La Gr-ce si elle le pourrait enverrait valdinguer tout se petit monde comme l'Islande l'a fait et mettrait tout ces créanciers en prison ! Malheureusement les données ne sont pas les mêmes...Ce qui est dingue c'est ce que l'Europe exige de la Grèce, on ne peut pas faire saigner une pierre ! La situation est kafkaïenne... No Quand à l'annonce depuis plusieurs d'une possible fermeture des banques dès lundi, c'est confirmé.
Voici pour rester à jour les dernières nouvelles de se feuilleton digne d'un triller politique.. What a Face
Akasha.


Grèce : Entre peur de la faillite et ruée vers les distributeurs de billets (Màj)

La Grèce instaure un contrôle des capitaux



Dans la nuit de samedi à dimanche, Alexis Tsipras a appelé les Grecs à ne pas céder à la peur. Pourtant ils étaient des centaines, samedi, à faire la queue devant les distributeurs de billets pour retirer leur argent des banques.


Par peur d’une faillite des banques, par peur d’un contrôle des capitaux par la BCE, ou tout simplement pour se préparer à tous les scénarios possibles.



Grèce : Le pays au bord du précipice

Cinq ans de réunions ininterrompues pour sauver la Grèce, qui n’a plus accès au marché financier depuis 2010, se sont conclus samedi à Bruxelles par un saut dans l’inconnu. Une sortie de la Grèce de la zone euro est désormais clairement envisagée.



Arrivés pour une ultime journée de négociations intenses afin de mettre au point les derniers détails de leur offre « argent frais contre réformes », les ministres des Finances de la zone euro se sont sentis trahis par l’annonce surprise au petit matin (1h30 à Bruxelles) d’un référendum, le 5 juillet, sur les propositions des créanciers d’Athènes, soit cinq jours après l’expiration officielle du programme d’aide européen.

L’actuel programme de renflouement expire mardi soir, le jour où la Grèce est censée rembourser 1,6 milliard d’euros au FMI. Sauf miracle, Athènes sera alors en defaut de paiement et n’aura plus accès aux aides européennes.


Dès lundi, la Bourse d’Athènes et les banques grecques demeureront fermées, faute de pouvoir faire face à l’ampleur des retraits de capitaux. Le choc a été d’autant plus grand que le Premier ministre grec, Aléxis Tsípras, appelle à voter « non » sur un programme d’aide de 15,5 milliards d’euros qui n’était pas encore ficelé.

Le Premier ministre appelle les Grecs au calme et affirme que leur épargne est en sécurité. Il confirme également la mise en place d’un contrôle des capitaux. Près de 1 milliard d’euros ont été retirés des guichets ce week-end.

La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu, mais pas augmenté, les liquidités qu’elle apporte au système bancaire grec. L’équation est simple: une banque sans cash doit fermer ses portes.[...]


Les Échos

Grèce : les banques seront fermées pendant une semaine

Il est intéressant de voir que notre’ chère Europe ne souhaite pas être démembrée et perdre un des pays-esclaves de la finance, et deux scénarios sont maintenant avancés: soit les banques sont sauvées, et donc l’arnaque continue puisque ce sont LES BANQUES qui sont sauvées et non le pays, et qui reçoivent par la même occasion de l’argent qui sera remboursé par la population grecque, soit c’est le gouvernement Tsipras qui tombe! Il y a pourtant une autre option toute aussi intéressante: laisser crever les banques privées qui se sont gavées, exactement comme c’est arrivé en Islande, en refusant de continuer à payer pour leurs magouilles, et sortir de cette grosse arnaque qu’est l’Union Européenne au service de la finance, des lobbys et des Etats-Unis. Quitte à dire les choses, autant les dire franchement!


Le gouvernement grec devrait décider de fermer les banques durant une semaine à partir du lundi 29 juin. Les retraits autorisés aux distributeurs seront réduits, un contrôle des capitaux sera en place.
Les banques grecques resteront fermées lundi 29 juin. La décision a été prise à l’issue d’un conseil de stabilité financière tenu à Athènes dimanche 28 juin au soir avec plusieurs membres du gouvernement et le gouverneur de la Banque de Grèce (BoG) Yannis Stournaras. C’est la conséquence directe de la décision de la BCE ce dimanche de maintenir le plafond de la liquidité d’urgence (le programme ELA) disponible pour le système financier grec à son niveau de vendredi.




La fermeture des banques devrait durer toute la semaine. Il sera possible de retirer des petites sommes d’argent, on évoque des retraits jusqu’à 200 euros par jour. Un contrôle des mouvements de capitaux a également été décidé. La Bourse d’Athènes restera également fermée ce lundi.

Pas assez de liquidités disponibles


Durant tout le week-end, les retraits se sont accélérés en Grèce. Des queues se sont formées, surtout samedi matin, devant les distributeurs automatiques de billets et certains étaient vides dans l’après-midi. Depuis vendredi soir, 1,3 milliards d’euros ont été retirées des comptes grecs. Compte tenu de l’annonce du référendum sur les dernières propositions des créanciers et de l’annonce de la fin du programme d’aide au pays mardi prochain par l’Eurogroupe, La plupart des Grecs ont préféré prendre leurs précaution. Incapables de se refinancer davantage que vendredi dernier auprès de la BCE, les banques grecques risquaient de se retrouver rapidement à court de liquidités. Les mesures annoncées visent donc à stopper l’accélération des retraits. Le contrôle des capitaux empêchera la fuite de l’épargne des comptes helléniques.

Les conséquences


Ces mesures vont sans doute frapper les plus faibles, notamment les retraités qui devaient toucher leurs pensions à la fin de ce mois et qui, souvent, ne disposent guère d’une carte de retrait. Beaucoup de factures sont aussi payables aux guichets des banques en Grèce. Pour une grande partie de la population, par ailleurs, il faudra puiser dans les réserves d’argent liquide qui ont été constituées aux cours de ces derniers mois par les retraits. Pas de panique, donc, dans l’immédiat. Concernant les touristes présents en Grèce, leur capacité de retrait pourrait ne pas être impactée. A Chypre en 2013, les touristes avaient pu retirer de l’argent de leurs comptes étrangers à partir des distributeurs sans problèmes. Néanmoins, les ministères des affaires étrangères britannique, néerlandais et allemand, ont invité les voyageurs se rendant en Grèce à se munir de « suffisamment d’argent liquide. »

Source et article en intégralité sur La Tribune

Nous vivons concrètement des jours historiques qui vont être décisifs pour l’avenir. Dans l’immédiat, accrochez-vous, sortez votre argent des banques, retirez tous les placements, car cela sent très très mauvais…

En tout cas, félicitation au gouvernement grec actuel qui LUI en a suffisamment dans le pantalon pour aider sa population, car l’EU, ce n’est ni une solution, ni une alternative, tout juste une forme d’esclavage!

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 30 Juin - 2:11

Bonsoir mes frères & sœurs
Gros foutage de gueule de la part de Flamby, qui dans un excès de mégalomanie aiguë, déclare "que la France n'a jamais été aussi forte et n'a pas à craindre la crise grec !" Mais bien sûr, on te crois mon p'tit père ! L'EU est sur le point de se cassé la gueule et tu ira manger le pavé comme tout le monde...L'UE ça fait un temps qu'elle est "mouru" pour reprendre le terme d'un certain Pierre^^ Quand on regarde dans l'histoire, à partir de 1918, il y a eu 67 créations d’union monétaire. Et à chaque fois, l’union monétaire a fini par éclater....Il y a donc de grande chance que cela finisse de la même façon. Et Yanis Varoufakis (ministre de l'économie) ancien économiste sait que l'UE aura bien plus à perdre que les grecs eux-même..Ben oui ça fait maintenant 5 ans que plane le spectre d'un éclatement de la zone euro, et Yanis Varoufakis le sait très bien, on peut donc en conclure que lui et Tsipras exercent une sorte de chantage. Donc on se rend bien compte ici du décalage qu'il y entre la réalité et ce qu'affirme péremptoirement Hollande...Même la Merkel ne prendrait le risque d'une telle affirmation, il faut rester sérieux un moment donner, et arrêter de prendre les gens pour des jambons !
Akasha.


F. Hollande : « La robuste économie française n’a rien à craindre de la crise grecque »

Grèce : Quelles conséquences pour l’économie française? Si François Hollande a assuré ce lundi que l’économie française, qu’il juge “robuste”, n’avait rien à craindre du risque de faillite de la Grèce, qu’en est-il réellement? La France, qui a prêté 40 milliards d’euros aux Grecs, est-elle véritablement à l’abri ?





S’exprimant dans la cour de l’Élysée, à l’issue d’un Conseil des ministres restreint consacré à cette crise, le chef de l’État français a affirmé :

“Aujourd’hui, l’économie française est robuste, bien plus robuste qu’il y a quatre ans, et elle n’a rien à craindre de ce qui pourrait se produire.”




FDesouche

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mer 1 Juil - 20:35

C’était comment la Grèce avant l’UE ? ( adhésion de la Grèce 1er Janvier 1981) ….

Sachant que toutes les monnaies plurinationales ont toujours échoué, comme le dit depuis 3 ans F.Asselineau, et que vient de découvrir « enfin » le figaro, qu’en « 2012 la dette de la Grèce a été restructurée pour sauver les banques françaises et allemandes, afin d’éviter la panique généralisée », toujours dans un article du Figaro . Donc! ce n’est pas la Grèce qu’il fallait sauver, mais les intérêts privés, et ce sont les con-tribuables européens qui doivent payer les pots cassés. N’oublions pas ces grandes fortunes mondiales qui ont elles, perdu 88 milliards de dollars, dont 55 milliards, rien que dans la journée de lundi.. ( le sourire de Bill Gates, laisse supposé que « la manche », ce n’est pas pour demain)…



Mis en ligne par Geronimo Guu Ji Ya

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 14 Juil - 19:15

Bonsoir mes frères & sœurs
Cette-fois nous y sommes..La fête est finie, Stipras a baissé pavillons, et la grande farce se termine comme prévue. Après le vrai faux référendum qui posait de fausses questions basé sur un protocole rendu caduc par le dépassement de la dead-line (et oui vu que les négociations étant rompue, les conditions n'étaient plus valable)...Après avoir constaté que en vérité Stipras n'était pas contre payé la dette, pire était d'accord pour la privatisation de son pays ! Un comble pour un socialiste, Marx doit s'être retourné dans sa tombe......Voyez plutôt les points non réfuter par la politique de Tsipras :
• La réforme de la TVA
• La réforme de la législation fiscale
• la libéralisation de tout le marché, de tous les produits, de tous les services et de tous les métiers.
• La privatisation de tous les secteurs et entités encore en mains de l’Etat.
• La transformation de l’administration publique en entités autonomes selon le modèle cher à Bruxelles. (cf l’exemple suisse dans l’article: « Comment démembrer et privatiser un Etat? »)
• La restructuration du système des retraites

Là se trouve tout inintérêts de l'UE et des USA, LA PRIVATISATION ! Il est impératif que la Grèce le soit pour quand le TAFTA sera d'application, ce qui renforcera considérablement la zone EURO et de se fait les USA !
Quand on parle de privatiser ici, c'est aussi bien le service publique, que le gaz et l'électricité, la poste et le réseau ferroviaire. Histoire qu'il ne reste qu'au grec leurs yeux pour pleuré. Ainsi tout l'argent pourra aller là ou l'UE le souhaite !
Voyez se document :



Le but visé est que l'argent ne rentre plus dans les caisses publiques...

Pour se faire, la troïka a un atout dans sa manche le HRADF qui gère toutes les actions de privatisations de la Grèce. Voici une liste non exhaustive de se qui a déjà été privatisé :




La Grèce qui plus est, renferme de nombreux trésors, jusqu'à du pétrole ! Sinon il est le plus important producteur d'or de l'UE et ont une banque nationale au bilan qui ferait pâlir les plus riche de la zone UE : Banque nationale de Grèce (bilan)

Donc maintenant on est certain du jeu qu'a joué Tsipras, faire le joint entre l'UE et les banques privées, et berner le peuple grec comme prévu !
Tsipras c'est présenté comme grand défenseur du peuple grec, alors qu'on m'explique pourquoi n'a t-il pas dénoncer ces points cruciaux, d'après-vous ? :
1. Il n’a pas dénoncé cette dette injuste dans les faits. Il admet que le pays la doit ainsi que ses charges.
2. Il n’a pas dénoncé la politique partiale privée de la Banque centrale qu’il devrait nationaliser.
3. Il admet la privatisation de biens publics que le résultat soit oui ou non le 5 juillet puisque les 2 textes en présence la prévoient.
4. Il n’a pas dénoncé la création monétaire scripturale injuste et illégitime des banques commerciales qui fausse le fonctionnement économique et financier du pays.


Ces 4 points qui manquent et qui ne sont pas reprit dans son programme fait tache selon-moi... On peut donc craindre que l'emploie du référendum était un faire valoir pour mettre en place le démembrement des biens et des services publics ainsi que la privatisation de la Grèce. Cela ne semble pas correspondre aux promesses électorales…


Voici en vrac les dernières infos importantes...

Texte Akasha.


La Grèce reste dans l’euro, mais à quel prix ?


Illustration choisie par Akasha

On va tenter d’analyser un peu, car au sujet de la Grèce au niveau des informations, c’est un feu d’artifice digne d’un 14 Juillet à Paris (pour présenter une métaphore convenable), on entend tout et n’importe quoi, surtout à la télévision (j’ai testé pour vous…). Tsipras est présenté comme quelqu’un ayant ouvertement et largement trahi son peuple, mais que pouvait-il faire d’autre? Si on reprend l’excellente analyse de Pierre-Yves Rougeyron, Tsipras ne souhaite pas non plus être celui qui provoquera l’explosion de la zone euro, et nous le savons bien, l’euro finira par exploser créant au passage un chaos assez phénoménal! Rappelez-vous de cela: « entre 1918 et 2012 quelque 67 unions monétaires ont volé en éclat« , il n’y a pas de contre-exemple, et l’euro ne survivra pas lui non plus. À noter également: » 71 États en défauts de paiement entre 1975 et 2006« . Donc, qu’on le veuille ou non, l’avenir s’annonce plus que délicat, et Tsipras ne souhaite pas être tenu responsable de cela. Il faut bien savoir qu’il n’est pas totalement libre de choix non plus, et nous ne savons pas à quoi il a réellement été confronté durant ces derniers jours. Souvenez-vous des Mistrals, Glandouille 1er n’a eu aucune liberté de choix, il a quand-même subit des pressions de la part de l’OTAN et donc plus ou moins directement des Etats-Unis, alors Tsipras, il avait quel choix? (...)

Lire la suite et nombreux libellés sur les M-E


« Soit la tutelle, soit le Grexit »: l’ultimatum de Merkel à Tsipras


Illustration choisie par Akasha
Des menaces, encore des menaces, toujours des menaces, quand à avoir un peu d’honnêteté, là, il n’y a plus grand monde! Mais il ne faut pas être un fin expert pour bien comprendre qu’il ne peut y avoir un Grexit, ils ne laisseront jamais faire pour trois raisons principales:
Lire les informations ICI

Tsipras a capitulé



Au petit matin de ce lundi 13 juillet, le Premier-ministre grec, M. Alexis Tsipras, a fini par capituler. Il a capitulé sous les pressions insensées de l’Allemagne, mais aussi de la France, de la Commission européenne et de l’Eurogroupe. Il n’en reste pas moins qu’il a capitulé. Car, il n’y a pas d’autres mots pour désigner l’accord qui lui a été imposé par l’Eurogroupe, puis par les différents dirigeants européens, le revolver – ou plus précisément la menace d’une expulsion de la Grèce hors de la zone Euro – sur la tempe. Cette capitulation aura des conséquences dramatiques, en Grèce en premier lieu où l’austérité va continuer à se déployer, mais aussi au sein de l’Union européenne. Les conditions dans lesquelles cette capitulation a été arrachée font voler en éclat le mythe d’une Europe unie et pacifiée, d’une Europe de la solidarité et des compromis. On a vu l’Allemagne obtenir de la Grèce ce que les anciens appelaient une paix carthaginoise. On sait que telle était la position dès le départ de M. Dijsselbloem, le Président de l’Eurogroupe. On a vu, avec tristesse mais aussi avec colère, la France finir par se plier à la plupart des exigences allemandes, quoi qu’en dise notre Président.

Ce 13 juillet est et restera dans l’histoire un jour de deuil, à la fois pour la démocratie et pour l’Europe. (…)

Lire la suite sur Hypotheses.org


Grèce : Sans liquidités, le système D s’impose

Plafonnés à un retrait de 60 euros par jour depuis maintenant deux semaines, les Grecs redoublent de créativité pour faire face à cette asphyxie économique. Des monnaies alternatives ou des échanges d’heures de travail permettent de contourner les difficultés de moyens de paiement.



Athènes : Gratuité des transports en commun


Depuis 15 jours, tous les transports en commun sont gratuits à Athènes. Un point positif en pleine cure d’austérité pour les citoyens. Le gouvernement a fait un geste, car les banques étant fermées et il est difficile pour les Athéniens de conserver des liquidités pour le transport. “Ça représente une perte de 6 millions d’euros. Si la gratuité est prolongée d’une semaine de plus, ce sera 10 millions d’euros“, explique Chrisos Spirtzis, ministre grec des transports.



_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mar 14 Juil - 23:28

Bonsoir Akasha flower 

Je connais bien les allemands et leur mode de vie, mes origines sont allemandes.L'allemand moyen va se payer une grosse mercedes , mais il va bouffer du pain et de l'eau.

Je vais tous les jours en Allemagne, je parle l'allemand et j'ai bossé en Allemagne, ma fille travaille en Allemagne pour  5,50€ de l'heure, si elle bosse un jours férié ou la nuit 8,50 €.

La retraite à 67 ans en Allemagne,les allemands sont pas content du tout, un copain qui bossait à la Saarsthal une usine métallurgique,  il est parti à 60 ans au lieu de  62 ans, il a perdu 18% de sa retraite , pour être parti  2 ans avant ,presque 1/5 de sa retraite pour 2 ans en avance.

A l'époque du  MARK , en Allemagne c'était un eldorado pour les frontaliers , l'euro a tout massacré, les commerces ferment un après l'autre à Sarrebruck, c'est une hécatombe.

Un allemand ne dira jamais qu'il est dans la merde,ils  sont fiers comme des coqs quitte à bouffer du pain sec, je peux te dire qu'ils rament.

Pour les grecs , c'est l’apocalypse  financière, mais ils font que préparer le chemin pour les autres, on va tous y passer, Hollande et sa bande de cloporte ils sont Audacieux, voyons!  study

On a bien vu pour le referendum Grec ,le non l'a emporté et ils font tout le contraire, a se tapé le cul par terre. On est mal barré, j'ai un champ dans la foret, je vais envisagé de me déconnecté de tous ces mensonges, j'en peux plus,je supporte plus les mensonges qu'on nous tartinent tous les jours,ça devient trop flagrant, ils se cachent même plus pour mentir.  Very Happy

En France on nous a entubé en douceur, en Grèce c'est un peu plus brutal, en vérité France et Grèce et les autres c'est KIF KIF bourricot.

Comme Jésus l'avait dit en son temps, on est entrain de rendre ce qui appartient à César cheers




**********************
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mer 15 Juil - 13:39

Je viens de lire l'Interview de Yanis Varoufakis sur l’Eurogroupe et sur sa démission



l’Eurogroupe n’a pas d’existence légale, il n’y a pas de traité qui régit le fonctionnement de ce groupe.

Pour résumé l'eurogroupe fait ce qu'il veut , que le peuple a voté ou pas,ça ressemble à la bête dont parle la bible  scratch  
http://arretsurinfo.ch/interview-de-yanis-varoufakis-sur-leurogroupe-et-sur-sa-demission/

666 signifierait, en hébreu, César-Néron, et en grec, César-Dieu
Je commence à comprendre ce merdier Like a Star @ heaven

********************* 
Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1058
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Mer 15 Juil - 14:15

Si nous n'y prenons pas garde,
l'Europe peut mourir


GRECE - Chacun doit bien comprendre que ce qui se joue en Grèce dépasse de loin les frontières grecques. 
La position intransigeante visant à faire avaler au gouvernement Tsipras ce que son peuple vient de rejeter par voie référendaire 
est un crime contre la démocratie et contre l'idéal européen.

A ce stade de quoi en effet est-il question ?


L'Eurogroupe "prend note" des besoins de financement de la Grèce estimés entre 82 et 86 milliards
 dont 7 milliards d'ici le 20 juillet et 5 milliards d'ici mi-août. 

Mais il ne s'engage sur rien tant que la Grèce n'aura pas fait un certain nombre de "réformes".


D'ici mercredi 15 juillet, la Grèce devra faire adopter par son Parlement une réforme fiscale, comprenant notamment l'harmonisation de la TVA à 23% (incluant la restauration/hôtels et la suppression des avantages fiscaux pour les îles). Alors que le taux actuel pour la restauration est de 8%, c'est s'attaquer à la compétitivité du tourisme grec, principal poumon économique du pays...

  • La Grèce devra également mettre en place l'élargissement de l'assiette fiscale pour augmenter les revenus
  • ainsi qu'une réforme des retraites scandaleuse qui devrait augmenter l'âge de départ à la retraite à 67 ans ou 62 ans avec 40 ans de travail, et qui sera relevé graduellement d'ici à 2022
  • et enfin des mesures permettant d'assurer l'indépendance de l'office grec des statistiques (ELSTAT) et la mise en place d'une Autorité de contrôle budgétaire indépendante comme le prévoit le TSCG.


D'ici mercredi 22 juillet (dans une semaine):

  • l'adoption par le Parlement grec d'un nouveau Code de Procédure civile pour réformer le système judiciaire hellénique
  • la transposition immédiate de la Directive européenne entrée en vigueur le 1er juillet 2015 sur le redressement et la résolution des crises bancaires (BRRD) qui prévoit des règles uniformes pour la résolution des faillites bancaires, en faisant notamment payer aux actionnaires et aux créanciers les coûts et les pertes liés aux défaillances plutôt qu'aux contribuables.

Ces deux préalables remplis, la Grèce devra encore s'engager à suivre à l'avenir les recommandations de la Troïka, telles qu'énoncées dans le document. L'Eurogroupe, dans sa grande mansuétude pourra alors "considérer ouvrir les négociations" avec le MES pour le lancement d'un nouveau plan d'aide et d'un nouveau Memorandum of Understanding. Mais, et le diable se niche dans les détails, le document précise bien que cela "n'engage en rien l'Eurogroupe à trouver un accord sur un nouveau plan d'aide via le MES". De plus, l'Eurogroupe impose à la Grèce le maintien du FMI dans la Troïka.
Bilan des courses, il ne s'agit plus seulement de tordre le bras à la Grèce mais de la mettre sous tutelle et de démembrer sa souveraineté politique. Pour s'en convaincre, regardons plutôt de quoi l'avenir grec est fait. Si l'austérité imposée à la Grèce a bien été jusqu'à présent un véritable séisme social, des répliques sont à venir.
L'Eurogroupe donne ainsi à la Grèce jusqu'à octobre 2015 pour adopter la clause "zéro déficit" pour le régime complémentaire des retraites, clause que Syriza voulait pourtant remettre en cause. Il en va de même pour la libéralisation de plusieurs secteurs et la privatisation de l'opérateur de réseaux de transmission électrique ADMIE. Enfin, il est exigé plusieurs réformes du droit du travail, qui, on s'en doute, ne vont pas dans le sens de droits accrus pour les salariés.
Ce n'est pas tout. L'Eurogroupe pose de nouvelles conditions qui ont la souplesse de l'airain: la mise sous tutelle financière de 50 milliards de biens grecs, dont la privatisation et autres valorisations monétaires permettront d'apporter 25 milliards en recapitalisation des banques grecques; 12,5 milliards pour contribuer à réduire le ratio dette/PIB; et 12,5 milliards pour de nouveaux investissements en Grèce.
Tsipras a heureusement bataillé pour que cette mise sous tutelle soit gérée par un fonds basé en Grèce (et non au Luxembourg) et géré indépendamment par les autorités grecques sous la supervision de la Troïka. Il a dû de surcroît s'engager à consulter la Troïka avant tout nouveau projet de loi soumis au Parlement. Mais on a voulu lui faire rendre gorge. Il lui faudra revenir sur le plan humanitaire adopté par le Parlement grec suite à l'élection de Tsipras qui prévoyait notamment le retour du SMIC à 751 euros (contre 427 euros actuellement pour les jeunes, 586 euros pour les autres), l'interdiction de saisies immobilières des ménages surendettés, l'électricité et des repas gratuits pour 300.000 foyers en dessous du seuil de pauvreté, 30.000 logements de 30 à 70 m2 loués à 3 euros mensuels du m2 pour les familles les plus pauvres, les transports gratuits pour les chômeurs de longue durée et les personnes en dessous du seuil de pauvreté, et une couverture santé gratuite pour les chômeurs qui n'en disposent pas.

Pourquoi cette politique, légitimement défendue et acceptée il y a à peine quelques mois doit-elle passer par pertes et profits? Le peuple grec n'a donc pas le droit de voir l'égalité sociale défendue par ses mandants? Est-ce cette Europe-là que nous voulons construire? Ce qui s'est passé ces dernières heures comme ces dernière semaines n'a pas été fait en notre nom. Il est faux de le laisser penser. Ceux qui prétendent agir pour l'Europe sont ceux-là même qui la défont.


Au final, si l'Eurogroupe ouvre la porte à une restructuration de la dette grecque à moyen terme, c'est sans envisager un instant son annulation même partielle. Et surtout, le diagnostic est sans appel. C'est bien la faute de Syriza si la Grèce se trouve dans la situation présente: ils n'avaient qu'à faire les réformes demandées plus tôt!

CQFD : c'est bien l'esprit de résistance qui pose problème.


L'accord en passe d'advenir ressemble bien davantage à un nœud coulant qu'à une possibilité pour la Grèce de s'en sortir. Et si certains rêvent de passer la corde au cou de Tsipras, c'est bien davantage pour étouffer l'espoir d'une alternative que pour célébrer les noces de l'idée européenne et du progrès social.
Car au fond, l'obsession de l'Eurogroupe dans toutes ces négociations aura été de démontrer qu'une seule politique est possible. Le problème est que c'est précisément celle qui est en train d'échouer en Grèce depuis 2010 et qui condamne l'Europe à se renier chaque jour davantage.
Que Tsipras soit obligé de céder est une chose. Mais rien ne doit contraindre les Européens sincères à faire semblant de penser que l'accord conclu est un bon accord. Comme le dit Reinhard Bütikofer, député européen vert allemand, ce n'est pas un compromis, mais bel et bien un diktat. Son acceptation est une manière de renoncer aux valeurs de l'Europe.
C'est une défaite pour notre Europe, aujourd'hui confisquée par des dirigeants sans vision qui ne se cachent même plus derrière les technocrates, et asservie par la main mise de la finance. L'Europe peut mourir. Et de mort violente. La voie est ouverte pour que les démagogues nationaux populistes triomphent en effet, en se drapant dans le respect des peuples.
La conclusion politique est évidente: une course de vitesse est lancée et pour la gagner nous devons d'urgence nous réapproprier l'Europe, et imposer une nouvelle gouvernance européenne; ce qui passe par l'ouverture d'un rapport de force avec les tenants du libéralisme exacerbé et du pire égoïsme nationaliste.
Pour ce faire, il ne faut ni dissoudre l'idéal européen en acceptant des compromis qui vont toujours dans le même sens, ni céder à la tentation de mêler nos voix aux cris de la meute des anti européens. La voie est étroite , mais c'est la seule qui permettra de sauver l'Europe durablement. Européens de tous les pays, reprenons l'Europe en main.

Citation :
Lire aussi :
• Pourquoi Hollande a voulu un accord à tout prix
• Les mesures (draconiennes) que doit maintenant mettre en oeuvre la Grèce
• Quand les internautes dénoncent le "coup d'Etat" de l'Allemagne


SOURCE: Cécile Duflot / Le Huffington Post

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Dim 26 Juil - 10:36

Le scandale de la crise grecque, "pire qu’une guerre" !

Par Lila K, le samedi 25 Juillet 2015

En Grèce, un scandale, une guerre contre "les petits" : une dette illégitime, maquillée, artificiellement grossie par des ploutocrates ; un calvaire terrible pour les grecs ; une austérité cruelle et inefficace...

Le scandale de la crise grecque expliqué en 10 minutes - Blabla #05 - Osons Causer (Osons Causer, le 18 juillet 2015)



« Dette grecque : 170% du PIB
Une dette illégitime, maquillée, artificiellement grossie...

Les ploutocrates sont responsables (banques, finance, politiques aux ordres...) ;

Le PIB grec a perdu entre 25 et 30% depuis 2008 ;

Un calvaire terrible pour les grecs :
46% de taux de pauvreté,
Les retraites ont baissé de 35%,
Le chômage des jeunes parfois de 50 à 60%,
Les suicides ont augmenté de 45%,
La mortalité infantile a augmenté de 43% et la malnutrition infantile de 19% ;

On tape sur "les petits",
Une austérité cruelle et inefficace ("carcan austéritaire")... »

(...)



Voilà les sources et développements des différents points abordés dans la vidéo :


— LES VRAIES CAUSES DE LA DETTE GRECQUE :
- Pour comprendre comment la dette publique a profité aux gros (baisse des impôts, hausse des taux d’intérêt, surtout période avant 2008) : un lien vers une synthèse rédigée par le Collectif pour un Audit citoyen de la dette : http://www.audit-citoyen.org/wp-conte...
- Sur le même thème : un rapport parlementaire grec plus récent et détaillé, en anglais (ce rapport décortique la spéculation postérieure à 2008) : http://cadtm.org/IMG/pdf/Report.pdf
- Sur le même thème, en français : une vidéo de présentation et d’explicitation du même rapport parlementaire : https://www.dailymotion.com/video/x2u...
- Pour comprendre comment les peuples ont été volés, trahis et écartés des décisions : un article sur les enjeux politiques de cette dette illégitime : http://www.reporterre.net/La-politiqu...
- Pour comprendre l’ampleur de la falsification des comptes grecs par les gouvernements corrompus, un rapport du Sénat : http://www.senat.fr/rap/r09-374/r09-3...
Le rôle de Draghi et Goldman Sachs est couvert dans la vidéo Médiapart (lien plus bas dans le descriptif) et dans cet article : http://www.lemonde.fr/idees/article/2...


— L’AUSTERITÉ TUE ET EST INEFFICACE ÉCONOMIQUEMENT :
- Pour avoir une idée des ravages économiques et humains de l’austérité grecque, une infographie d’Alternatives Economiques : http://www.alterecoplus.fr/infographi...
- Un MUST SEE. Pour comprendre, entre autres, l’historique de la dette grecque, les ravages inouïs de l’austérité, les fondements viciés de la construction de l’euro et l’intransigeance de la Troïka pour saigner les pauvres et ménager les riches : Le débat organisé par Médiapart (30’30 pour l’anecdote sur le mémorandum) : http://www.dailymotion.com/video/x2xg7sm
- La position de Krugman ici : http://www.courrierinternational.com/...
- Pour comprendre l’inefficacité économique de l’austérité en contexte de récession, voir la synthèse de Joseph Stoglitz, prix Nobel d’économie : http://www.lesechos.fr/idees-debats/e...


— COUPER LES LIQUIDITÉS EST UN ACTE DE GUERRE DESTINÉ À MATER SYRIZA :
- Le débat vidéo de Mediapart (lien plus haut) est l’illustration la plus parlante de ce que représente un tel choc économique pour la vie réelle des gens.
- Pour s’introduire aux enjeux d’un arrêt des liquidités : http://www.francetvinfo.fr/economie/c...
- Pour comprendre la manière dont la BCE a restreint l’accès aux liquidités aux banques privées grecques et pour se faire une idée de la violence des négociations : voir ces deux articles de Médiapart. Ils sont inaccessibles sans abonnement. Envoyez-nous (dans les commentaire ou en MP) votre email, nous vous enverrons une copie :
http://www.mediapart.fr/journal/econo...
http://www.mediapart.fr/journal/inter...
- Pour comprendre la dimension politique (les élites contre les peuples) de ce coup de force financier européen, voir l’article exigeant mais complet de l’économiste Frédéric Lordon : http://blog.mondediplo.net/2015-06-29...
- Le troisième mémorandum dans la lignée des précédents : http://www.latribune.fr/economie/unio...
- Enfin, les différents prétextes loufoques ayant déclenché des guerres (le match de foot concernait le Honduras et le Salvador, nos excuses aux Equatoriens Smile ) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Casus_b...


— QUELQUES ANALYSES AU SUJET DE L’EURO ET DU GREXIT :
- L’analyse d’Emmanuel Todd : http://www.lesoir.be/932378/article/d...
- Celle de Jacques Sapir : http://russeurope.hypotheses.org/4118
- Le témoignage plus circonstanciée de Varoufakis, ancien ministre grec des finances : http://blogs.mediapart.fr/blog/monica...


SUIVEZ-NOUS : https://www.facebook.com/osonscauser

________________________________________________

J’ai Un Doute sur la Grèce (Jai un doute, le 17 juillet 2015)



____________________________________

La dette grecque, la BCE, la troïka, l’austérité, un résumé de la situation grecque avec en bonus une conversation entre 2 membres de Jaiundoute. Comme d’habitude, regardez, cherchez, analysez, débâtez et éventuellement, partagez.


« 89% des plans d’aide précédents, c’est-à-dire 200 milliards €, a servi à remplir les trous creusés par les banques et à payer les taux d’intérêts des créanciers... Evidemment cet argent est ajouté à la dette grecque que le contribuable grec va devoir rembourser... La dette privée des banques est transformée en dette publique, car les banques ont la fâcheuse habitude de ne pas subir les conséquences de leurs actes...

P.S.
Ceux-là même qui ont truqué les comptes de la Grèce, pour qu’elle puisse entrer dans la zone euro, se sont mis à parier sur sa faillite dès le lendemain. Il s’agit de Goldman Sachs... »





Suivez nous :
Site : http://jaiundoute.com/
Fb : https://www.facebook.com/jaiundoute?f...
Carnets Qwant : https://boards.qwant.com/user/Jaiundo...

Trois idées reçues sur la crise grecque (Attac TV France, le 15 juin 2015)


-Les grecs sont des fainéants,
-Les grecs ne paient pas d’impôts,
-Les grecs se seraient gavés avec l’aide de l’Europe



Joseph Stiglitz en avril 2015 sur La chaîne Youtube de France 24 : Crise grecque : "C’est pire qu’une guerre !", estime Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie 2001



« Ce que l’Europe a fait à la Grèce est inqualifiable ! (...) C’est pire qu’une guerre ! »


____________________________________

Une guerre, il n’y a pas d’autres mots, menée par une ploutocratie sans vergogne, avec pour armes la dette (la monnaie), l’austérité, le chômage organisé, les paradis fiscaux, la propagande, la corruption, le chantage...

Une guerre qui ne dit pas son nom...



Arme de destruction massive, armes légères, armée de réservistes, victimes, perte de souveraineté, complices et résistants, conquête et appropriations... Tout y est ! (Gérard Foucher, le 18 juillet 2015)

Source : Agoravox

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3467
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Jeu 30 Juil - 1:16

Ce qui vous attend après la faillite de la Grèce.

Jean-Michel Vernochet reçoit cette semaine Valérie Bugault, docteur en droit, spécialiste des questions européennes, pour un entretien sur la situation de la Grèce, à trois jours du référendum organisé par Tsipras. Que faut-il penser de la situation économique de ce pays, de sa dette publique, et des dettes de tous les pays occidentaux. Bien des idées fausses vont tomber à l’écoute de ce dialogue passionnant. Une des dernières phrases de Valérie Bugault n’est-elle pas: « Toutes les élites politiques des pays européens ont été achetées… »



_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Dim 9 Aoû - 11:11

Grèce : pourquoi le nouveau plan d’aide est déjà un échec

Excellente analyse de Romaric Godin




Euclide Tsakalotos, ministre grec des Finances, a débuté les négociations avec les créanciers ce 4 août(Crédits : Reuters)

Les négociations sur le troisième mémorandum ont débuté ce mardi à Athènes entre le gouvernement grec et ses créanciers. Mais la logique du plan dessinée le 13 juillet apparaît déjà comme caduque en raison de l’effondrement de l’économie grecque.

Les discussions entre le gouvernement grec et ses créanciers commencent ce mardi 4 août. Au menu : le programme de privatisation et la recapitalisation des banques. Le gouvernement grec semble désireux d’aller assez vite. selon son porte parole Olga Gerovasili, la rédaction du futur troisième mémorandum devrait débuter mercredi et être achevé avant le 18 août, date à laquelle il devrait être soumis au parlement. Cette date sera le dernier délai possible pour pouvoir débloquer un nouveau prêt d’urgence de l’UE qui permettra à la Grèce de rembourser les 3,2 milliards d’euros qu’elle doit le 20 août à la BCE. Il faut donc aller vite.

Situation économique catastrophique

Or, rien n’est simple. Car un nouvel élément vient désormais rendre les négociations encore plus périlleuses. La situation économique grecque est désormais clairement catastrophique. L’indice PMI d’activité manufacturière pour juillet est passé de 46,9 à 30,2, un niveau dramatiquement faible qui annonce une forte récession. La fermeture des banques, le contrôle des capitaux et le quasi-isolement du pays du reste de la zone euro, conséquence du gel le 28 juin des liquidités d’urgence accordées par la BCE au système financier grec, sont autant de raisons de cet effondrement.

Selon une étude de l’association des PME grecques, les pertes de recettes de ces dernières ont atteint 48 % durant les trois premières semaines de juillet. Près d’un tiers des PME interrogées ont vu leurs recettes reculer de plus de 70 %. La consommation a été réduite de moitié. Le pire demeure que cette situation risque de ne pas être simplement temporaire.

Les banques encore sous pression

Ce mois de juillet risque en effet de peser lourd durablement. D’abord, une telle chute de l’indice PMI présage d’une explosion du nombre de faillites, donc d’une progression des prêts non remboursés aux banques, les « non performing loans » (NPL) ou créances douteuses. Les analystes de RBS estiment que les NPL vont progresser de 20 % au deuxième trimestre, mais ceci ne prend pas en compte la situation de juillet. Cette situation va encore peser sur le bilan de banques déjà très fragilisées par les 40 milliards d’euros de retraits effectués depuis décembre dernier. Une telle situation ne va, du reste, guère inciter les déposants à replacer leurs fonds dans les banques grecques, bien au contraire, on pourrait même avoir une poursuite du phénomène de retrait. Autrement dit, les banques vont encore dépendre largement de la liquidité d’urgence de la BCE, le programme ELA et cela pour un temps encore considérable. Et le besoin de recapitalisation des banques va encore grimper.

Quels besoins de recapitalisation ?

Or, ceci va avoir des conséquences importantes. Cette recapitalisation se fera par deux moyens : la participation des créanciers et des actionnaires, puis un prêt du Mécanisme européen de Stabilité (MES), prêt qui sera garanti, puis remboursé par le produit des privatisations logés dans un « fonds indépendant. » Une enveloppe de 10 à 25 milliards d’euros est prévue par le MES. Si cette enveloppe est insuffisante, il n’y aura pas d’autres options que de faire payer les déposants, comme à Chypre en avril 2013. Les analystes de RBS et de Fitch estiment que l’enveloppe prévue sera suffisante. Mais il y a un risque certain que la dégradation conjoncturelle continue à alimenter la crainte d’une ponction sur les dépôts, alimentant ainsi les retraits et donc les besoins de recapitalisation… Bref, l’option d’un scénario « à la chypriote », devenu officiel avec l’union bancaire européenne, va faire peser un risque non seulement sur les banques grecques, mais sur la conjoncture grecque. La Grèce va rester durablement une économie de « cash » et une économie dominée par la peur. La recapitalisation des banques ne pourra, au mieux, que freiner le phénomène, pas l’inverser.

De nouvelles exigences inévitables des créanciers

Mais, même sans scénario « à la chypriote », l’augmentation certaine du besoin de recapitalisation des banques grecques va naturellement aiguiser les appétits de privatisation des créanciers afin de venir couvrir le prêt du MES. Le gouvernement grec n’échappera pas à une finalisation rapide des ventes en cours (les aéroports régionaux, convoités par l’allemands Fraport, le Port du Pirée, lorgné par un groupe chinois ou encore l’ancien aéroport d’Athènes d’Elliniko, objet d’un vaste et ambitieux projet immobilier), mais les créanciers vont sans doute exiger le lancement accéléré de nouvelles privatisations. Compte tenu de la situation, Athènes n’est guère en mesure de discuter. Mais la dégradation de la conjoncture va encore réduire la valeur des biens vendus. Et donc, immanquablement, il faudra prévoir où trouver d’autres sources de revenus pour le « fonds indépendant. » La réponse sera soit de nouvelles ventes bradées, soit de nouvelles taxes. Deux mauvaises solutions, évidemment. La logique de l’accord du 13 juillet est donc déjà en difficulté et les négociateurs ne manqueront pas de s’apercevoir rapidement qu’ils discutent sur des hypothèses erronées.

Une économie sous pression

En réalité, tout dépendra de l’évolution conjoncturelle du pays. Mais les perspectives sont sombres. Le contrôle des capitaux est là pour longtemps à la fois pour assurer les recettes fiscales et préserver les banques. Un tel contrôle limite naturellement les investissements étrangers. Les seules ressources dont il pourra disposer dans ce cadre seront les 35 milliards d’euros de fonds européens bloqués jusqu’ici par la Commission. Une somme sur le papier rondelette, près de 20 % du PIB, mais il reste beaucoup d’incertitudes sur son utilisation et le rythme de cette utilisation. Donc sur son impact macro-économique. D’autant qu’il s’agit d’argent qui aurait dû être injecté déjà depuis plusieurs mois. On compensera donc en partie un triple manque à gagner : celui créé par le contrôle des capitaux, celui créé par le blocage précédent de ces fonds et celui de l’impact macroéconomique des mesures exigées par les créanciers (hausse e la TVA, relèvement de la cotisation santé pour les retraités et de la cotisation retraite pour les salariés) sur la demande intérieure. Dans de telles conditions, l’économie grecque devrait se contracter cette année et l’an prochain. Eric Dor, directeur des Etudes économiques de l’IESEG, prévoit une contraction de 1,37 % en 2015 et 0,92 % en 2016. Certains prévoient une récession plus profonde. Il est vrai que la chute du PMI manufacturier en juillet laisse présager d’une destruction encore plus sévère d’un outil industriel grec déjà peu dense.

Objectifs caducs et aveuglement des créanciers

D’ores et déjà tout est en place pour que le scénario des années 2010-2014 se reproduise. Comme le souligne Eric Dor, les objectifs fixés par les créanciers en termes d’excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de 1 % du PIB cette année et de 2 % l’an prochain sont absolument caducs. La contraction du PIB rend les recettes moins fortes et les dépenses plus élevées. C’est l’effet multiplicateur qui a été et est encore sous-estimé par les créanciers de la Grèce qui n’y voient qu’une stratégie pour éviter de réduire les dépenses publiques. Et comme les créanciers ne croient pas à cet effet, ils verront dans la non-réalisation des objectifs de la Grèce de la mauvaise volonté et réclameront de « nouveaux efforts » qui conduiront à de nouveaux effets négatifs. Sans compter que, dans une économie dominée par le cash, face à un Etat qui va se retirer encore davantage, face à une baisse des revenus, construire une administration fiscale efficace et faire rentrer l’impôt seront de vraies gageures pour l’Etat. Inévitablement, en 2016, on se retrouvera avec de nouveaux besoins de financement non couverts de l’Etat grec, notamment le remboursement de la BCE en 2017 de 5,3 milliards d’euros.

Un plan politique, punitif et ignorant les erreurs du passé

Compte tenu de la situation macro-économique de la Grèce, le plan imposé par les créanciers semble donc d’ores et déjà voué à l’échec. Certes, les 35 milliards d’euros européens viendront en atténuer les effets négatifs dans des proportions inconnues, mais le risque majeur est celui d’une spirale négative s’autoalimentant. L’idée d’une rapide correction après la conclusion du mémorandum semble exclue. Le contrôle des capitaux, l’état des banques et l’austérité rendent ce scénario peu probable. En réalité, ce plan apparaît plus que jamais pour ce qu’il est : une décision politique, punitive, loin de toute réalité économique, ignorant les erreurs du passé. Les négociations hâtives qui vont construire le troisième mémorandum ne sauraient corriger ces défauts structurels. On comprend les hésitations du FMI à participer à un tel plan.

Que peut Alexis Tsipras ?

Dans ces conditions, que peut espérer le gouvernement d’Alexis Tsipras dans sa nouvelle logique « coopérative » ? Le temps réduit de la négociation, l’état de l’économie et ses besoins pressants de financement ne lui laissent guère de marge de manœuvre dans l’immédiat. Il faudra sans doute accepter l’essentiel des conditions des créanciers, même si la question des privatisations peut donner lieu à quelques tensions. L’ambition principale du gouvernement ne peut, dans ce cadre, que porter sur le fardeau futur de la dette. Toute renégociation de la dette due à court terme est exclue, mais Athènes peut espérer que les prêts de ce nouveau paquet aient une maturité de 30 ans avec une période de grâce de 10 ans pour le paiement des intérêts, comme l’a proposé Georges Stathakis, le ministre grec de l’Economie. Ceci pourrait s’accompagner d’un rééchelonnement de la dette déjà due à partir de 2020 qui sera négocié à partir de novembre. La valeur actualisée de la dette en serait réduite. RBS estime qu’une maturité de 30 ans appliquée à tous les prêts permettrait de réduire la valeur présente nette de la dette de 28 %. Il n’est pas sûr que cela suffise cependant à rendre la dette soutenable sans vraie stratégie de croissance, surtout s’il faut un nouveau plan d’aide dans quelques années. Rappelons que la restructuration de 2012 a été rendue inutile par la même politique exigée par ce troisième plan aujourd’hui. Plus que jamais, les créanciers jouent d’abord contre eux-mêmes en jouant contre la Grèce.

Source : Romaric Godin, pour La Tribune, le 4 Août 2015.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1174
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    Ven 21 Aoû - 8:02

Démission de Tsipras, de nouvelles élections auront lieu en septembre



La rumeur enflait depuis plusieurs semaines en Grèce. Lors d’une allocution télévisée jeudi 20 août, le premier ministre, Alexis Tsipras, a annoncé sa démission, et a appelé de ses vœux la tenue d’élections législatives anticipées, fixées au 20 septembre. Un gouvernement de transition devrait être mis en place dans l’attente du scrutin.

Aux alentours de 20 h 40 (19 h 40 en France), le chef du gouvernement s’est exprimé lors d’une intervention télévisée. « Le mandat que j’ai reçu le 25 janvier a atteint ses limites », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il voulait « soumettre au peuple grec tout ce que [il a] fait, afin qu’il décide de nouveau ». « Vous déciderez avec votre vote si vous approuvez l’accord ou non, et qui peut mener les réformes nécessaires », a dit Alexis Tsipras, avant de solliciter à nouveau la confiance des électeurs pour mettre en œuvre son programme. « En ces heures difficiles, ce qui importe le plus pour notre pays est la démocratie. ».

Cette décision était attendue depuis que le premier ministre, arrivé au pouvoir en janvier, a perdu sa majorité lors de l’adoption, dans des conditions houleuses, du troisième plan d’aide au pays. Selon les règles politiques grecques, un gouvernement minoritaire doit en effet toujours s’assurer au moins 120 voix au sein de sa coalition. Or, seuls 118 députés de la Syriza et d’ANEL (Grecs indépendants), la formation de droite souverainiste associée à la Syriza dans la coalition gouvernementale, ont voté en faveur du plan.

Lire aussi : La course contre la montre d’Alexis Tsipras En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/08/13/en-grece-les-elus-doivent-approuver-ou-pas-le-troisieme-plan-d-aide_4723825_3234.html#P4JV4V8LEVGifPHc.99


« Syriza a un problème évident, il n’arrive pas à fédérer en interne », analyse Georges Contogeorgis, professeur de sciences politiques à l’université Panteion, à Athènes. « Pour certains, Alexis Tsipras a capitulé en signant ce troisième mémorandum. Il faut maintenant qu’il gouverne avec une majorité et espère y arriver avec ces élections », affirme-t-il, rappelant qu’Alexis Tsipras jouit toujours d’une popularité importante.

Selon Georges Contogeorgis, « le premier ministre choisit de convoquer des élections dans l’immédiat, car il sait que dans six mois, il ne bénéficiera pas forcément d’une grande cote de popularité. » Cette accélération du calendrier permettra en effet la tenue d’un scrutin avant que les électeurs ne ressentent les effets des nouvelles mesures d’austérité.

« En septembre, Syriza a toutes les chances d’arriver en tête du scrutin, même si ce n’est pas sûr qu’il obtienne la majorité et que le parti devra donc trouver des alliés. »

Lire aussi :Tout savoir sur l’accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/08/13/tout-savoir-sur-l-accord-trouve-entre-la-grece-et-ses-creanciers-pour-le-3eme-plan-d-aide_4724125_3234.html#Sr9XBJTaV0E5tziM.99

Le calendrier a dû être précipité

La Constitution grecque prévoit une procédure relativement complexe pour l’organisation d’élections anticipées lorsque celles-ci doivent se tenir moins de douze mois après le scrutin précédent. Une fois que le premier ministre remet sa démission, le chef de l’Etat, Prokopis Pavlopoulos, ne peut pas convoquer immédiatement un nouveau scrutin mais doit d’abord consulter les dirigeants des autres partis pour voir s’ils sont en mesure de former un gouvernement. Ce n’est qu’en cas d’échec de ces consultations — plus que probable compte tenu de la composition du Parlement — que des élections seront annoncées et organisées.

A l’annonce de futures élections, Martin Selmayr, chef de cabinet du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré que des élections anticipées en Grèce « pourraient conduire à un soutien élargi au programme du MES (mécanisme européen de stabilité), qu’Alexis Tsipras a récemment signé ».
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/08/20/alexis-tsipras-annonce-sa-demission-vers-des-elections-anticipees-en-grece_4731837_3234.html#Kbg3vQV0xPwSEyXV.99


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !    

Revenir en haut Aller en bas
 
DOSSIER : Situation actuelle en Grèce après 4 ans d'austérité !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je n’ai jamais affronté une situation comme celle-ci après avoir passé tant d'années dans les troupes de marine
» Contraception pendant l'allaitement... et après
» que j'aime la Grèce!
» dossier sur maison d'édition
» Archives départementales - Inventaire après décès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Crise Financière / Economique-
Sauter vers: