Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 34  Suivant
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 14 Sep - 9:26

Rappel du premier message :

TEXTE AKASHA/ BONJOUR LES GENS  cat
Voilà j'ouvre se sujet afin de poursuivre les débats pour qui le désire sur la crise irakienne qui plus est semble de jours en jours, rejoindre le conflit syrien. En tout les cas, c'est la volonté affiché par Obama, inclure les deux conflits en un et de régler les deux en même temps ! Ce qui permet de bien comprendre sa stratégie...Et quelle était l'utilité d'instrumentalisé et armé l'EI...C'est-à-dire prendre le contrôle de toute la péninsule du moyens-orient à leur compte. La suite du programme concerne également les intérêts sioniste (comme je le démontrai dans un de mes post sur PR) et que je vais par ailleurs rééditer ici  Surprised Il est pas toujours aisé de trouver des articles parfaitement impartial et non intéresser sur se sujet épineux..Inutile de vous dire qu'il est proscrit d'en trouver un parmi nos médias atlantistes, à quelques exceptions prêts de bien entendu...Et selon  les cas et faits abordés... Razz  Car en effet, nous pouvons disposer de très bon articles venant des médias du moyens orient, notamment via l'Algérie, mais pouvons-nous être certains que l'impartialité soit au rendez-vous ? ou de journalistes free-lance européens, français pour se qui s'agit de notre cas. Je pense notamment à l'excellent monsieur Meyssan.  Mais encore ici ces sources peuvent être attaquable par ses détracteurs... No  Donc ce n'est toujours pas évident de bien mettre le doigt au bon endroit (sans vouloir faire de vilains jeux de mots...)
Eh bien cependant, pour mon intitulé, je penses avoir mis la main sur un article "modèle" qui nous offres une synthèse intéressante qui pourra faire office de point centrale pour nos débats et suites d'informations futures...Un article rédigé par notre excellent confrère Michel Collon  Very Happy  Bonne lecture !  study



Le flirt des Occidentaux avec les djihadistes tourne mal

Les USA envoient de l'aide humanitaire aux victimes sans défense dans le nord de l'Irak et ils bombardent les terroristes qui veulent mener une épuration religieuse dans le pays. Ce qu'ils omettent de dire, c'est que ces terroristes sont le produit de leur propre politique étrangère dans la région.





« It’s the oil, stupid ! »


Deux ans et demi après que l’armée des Etats-Unis s’est retirée d’Irak, Washington s’en va-t-en guerre à nouveau. Le Pentagone a 400 conseillers sur place et a commencé dès le 8 août à bombarder des positions d’ISIS, rebaptisé EI (Etat islamique). Officiellement [http://www.whitehouse.gov/blog/2014...], il s’agit d’une mission « humanitaire », plus précisément pour « prévenir un possible génocide ».
Tout conflit armé a ses drames humanitaires, et celui-ci ne fait pas exception. Mais Proudhon déjà mettait en garde : « Chaque fois que j’entends le mot “humanité” je sais qu’ils veulent tromper ». Et c’est certainement le cas si quelqu’un entre en guerre.
Le Financial Times a fait remarquer sèchement que les bombardements coïncident avec les premiers signaux indiquant que les combats dans le nord de l’Irak mettent en péril le fonctionnement normal des compagnies pétrolières. Dès le début du mois d’août, des acteurs aussi importants que Efron, Genel Energy, Chevron et ExxonMobil commençaient déjà à évacuer du personnel.

Le journal signalait aussi que ces dernières années ce territoire a exercé une forte attraction sur l’industrie de l’énergie. Le sous-sol recèle une très grande réserve de pétrole qui de plus est très facile à exploiter. Jusqu’à présent la région avait été épargnée par la guerre civile et les carnages tant des autorités que des djihadistes.
Les quartiers généraux de ces géants de l’énergie se trouvent à Arbil, capitale du Kurdistan irakien semi-autonome. Des milliers de citoyens étatsuniens y vivent [http://readersupportednews.org/opin...] et il y a un consulat US. C’est cette ville, la première qui a intéressé l’Etat Islamique, qui menaçait de tomber aux mains des djihadistes. Ce n’est pas pour rien que John Boehner [http://www.speaker.gov/press-releas...], président de la Chambre des représentants des États-Unis, déclarait que « des intérêts nationaux vitaux sont en jeu ».


Bombarder : ni légitime, ni utile



Le calendrier n’est pas très heureux. Juste au moment où yézidis, Kurdes et chrétiens reçoivent une aide humanitaire, Obama envoie des armes aux Israéliens pour qu’ils puissent encore mieux « gérer » les Palestiniens à Gaza. Pas plus que lors des bombardements et des conflits précédents (1), cette fois non plus il n’y a aucun mandat de l’ONU [http://readersupportednews.org/opin...]. Quels arguments allons-nous utiliser quand Poutine va se mettre à bombarder l’armée ukrainienne dans le cadre d’une « mission de paix humanitaire » ?
Si (tout) le but est de stopper l’avancée de l’EI, alors les bombardements actuels ne sont ni suffisants ni même utiles. « Quelques bombes de 250 kg larguées d’un F18 et quelques attaques avec des drones n’arrêteront pas l’EI » selon Ryan Crocker, ancien ambassadeur US en Irak.
Jusqu’à ce jour, les bombardements – plutôt limités – n’ont guère eu d’impact. Depuis le début des bombardements, l’ISIS a perdu quelques villes, mais il a regagné du terrain ailleurs. Le général Mayville [http://www.defense.gov/Transcripts/...], qui coordonne l’opération, a dit à ce sujet : « En aucune manière je ne veux suggérer que nous contrôlons effectivement la menace de l’IS ou que nous avons brisé leur avancée ».

Ces pertes limitées et le fait que l’avancée n’est pas stoppée permettent au groupe terroriste de vendre l’opération militaire US à ses partisans comme une victoire.
En outre l’ingérence ouverte et directe des Etats Unis jette de l’huile sur le feu. L’EI s’en servira comme élément de propagande. Des musulmans dans le monde entier qui hésitent à combattre d’autres musulmans, pourront à présent être convaincus qu’il s’agit d’une lutte contre la suprématie occidentale.
Finalement, conséquence des attaques aériennes, l’EI agira encore plus dans la clandestinité et sera donc encore plus difficile à combattre.


Danse macabre


L’invasion US de l’Irak et l’occupation qui a suivi a brisé la colonne vertébrale des forces aériennes irakiennes. Depuis, Washington n’ autorisé aucune reconstitution. Etant donnée la distance, l’armée syrienne n’est pas en mesure d’arrêter la progression d’ISIS. Seule l’armée de l’air US en a les moyens. Mais elle ne frappe pas réellement. Comparée à de précédentes opérations aériennes, l’opération actuelle se fait en mode mineur.

Comme il est apparu dès juin, l’armée de terre irakienne – dominée par des chiites – n’est pas non plus en mesure de reconquérir les territoires conquis dans le nord du pays. Ceux qui pourraient arrêter l’avancée actuelle de l’EI dans la région – par voie terrestre – et qui pourraient éventuellement le battre, ce sont les combattants kurdes armés, les peschmergas. Ils sont quelque 200.000. Ils sont disciplinés et bien entraînés mais ils ne disposent que d’un arsenal léger et obsolète.
Les Kurdes sollicitent depuis un bon moment des armes lourdes et meilleures, mais Washington et la Turquie ne voient pas leur demande d’un bon œil. Une armée kurde bien équipée serait un pas important vers un état indépendant, mais c’est ce que la Turquie exclut, soutenue en cela par les Etats-Unis.
Le feu vert a maintenant été donné pour une livraison directe d’armement aux Kurdes (2), mais il s’agit d’armes légères.

Récapitulons. D’une part l’EI ne peut pas vraiment percer et certainement pas mettre en danger les intérêts pétroliers. D’autre part, il ne faut pas que les Kurdes deviennent trop forts. L’armée de l’air irakienne (chiite) a donc été délibérément maintenue en état de faiblesse et sur le plan militaire les chiites se sont repliés sur Bagdad et dans le territoire au sud de Bagdad. Les trois groupes de population se maintiennent dans un équilibre des forces macabre. Si un des trois menace de rompre l’équilibre, le Pentagone et la CIA viennent donner un coup de main. Un scénario similaire se joue en Syrie. Assad doit être affaibli, mais il n’est pas question que les djihadistes y prennent la main. C’est une impasse qui convient parfaitement au jeu des Etats-Unis et d’Israël. Les états forts de la région qui ne marchent pas au pas sont démembrés ou, comme dans le cas de l’Iran, assujetti par un embargo draconien.


EI : une création de l’Occident ?



Le groupe terroriste « Etat Islamique » s’emboîte parfaitement dans ce puzzle. Selon Edward Snowden , ex-collaborateur de la National Security Agency (NSA) étatsunienne, il est apparu que les agences du renseignement des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’Israël ont collaboré pour créer ISIS. Elles ont créé une organisation terroristes qui est en mesure d’attirer tous les extrémistes (psychopathes) du monde avec l’aide d’une stratégie qu’elles nomment « le nid de guêpes ». Nabil Na’eem, ancien commandant d’al Qaeda, confirme ce récit. Selon lui, presque toutes les sections actuelles d’al-Qaeda travaillent pour la CIA.
Il faut toujours rester prudent avec de telles informations. Comme c’est généralement le cas avec ce genre d’opérations clandestines et de groupes glauques, nous ne connaîtrons la vérité que plus tard et peut-être jamais intégralement. Mais il y a un certain nombre de choses dont nous sommes certains et qui penchent fortement dans ce sens-là :

1. A partir de 2012 les USA, la Turquie et la Jordanie ont créé un camp d’entraînement pour les rebelles syriens à Sawafi, dans le nord de la Jordanie. Des instructeurs français et britanniques [http://www.theguardian.com/world/20...] étaient impliqués. Certains de ces rebelles ont ensuite rallié [http://www.wnd.com/2014/06/official...] ISIS.
2. Selon le sénateur républicain Paul Rand [http://www.nbcnews.com/meet-the-pre...], les Etats-Unis ont naguère « soutenu » ISIS et c’est pour cela que le mouvement terroriste est si fort aujourd’hui. (“They’re emboldened because we’ve been supporting them.”). Il désigne également quelques alliés proches des Etats-Unis : l’Arabie Saoudite, le Qatar et le Koweit. Ces pays ont fourni armes et finances à ISIS.
3. En effet, l’Arabie Saoudite [http://www.independent.co.uk/voices...] joue un rôle-clé, comme jadis avec al-Qaeda. En tant que sous-traitants des USA, ils se chargent des basses besognes. Cet état du Golfe soutient toutes sortes de groupes extrémistes sunnites pour réduire l’influence et la puissance de l’Iran et des chiites dans la région. Une partie de ce soutien militaire et financier est allée ces dernières années à des combattants d’ISIS en Syrie (3). L’ex-candidat à la présidence John McCain [http://cnnpressroom.blogs.cnn.com/2...] ne dissimule pas son enthousiasme pour cette monarchie extrémiste : « Thank God for the Saudis and Prince Bandar ». (4)
4. Mais on ne se contente pas d’éloges. En mai 2013 MacCain s’est fait fièrement photographier avec quelques djihadistes [http://wonkette.com/552931/heres-a-...]. Le problème est que l’un d’eux est un combattant d’ISIS. Et pas le premier venu, il est connu comme le djihadiste cannibale [http://topconservativenews.com/2014...], parce qu’on le voit dans une vidéo en train de manger un cœur humain.


Un flirt tenace



L’idylle entre le Pentagone et des groupements islamistes extrémistes n’est pas une nouveauté. Dès 1979 des moudjahidin étaient recrutés, armés et entraînés pour chasser le gouvernement communiste d’Afghanistan. « Rambo 3 » de Silvester Stallone est une version hollywoodienne de cette collaboration. C’est de ces cercles de moudjahidin que sont issus al-Qaeda et Osama Ben Laden.
Dans les années ’90 les talibans, combattants encore plus violents et extrémistes, devenaient les partenaires préférés de Washington en Afghanistan. Cette collaboration se termina quand il devint évident que les talibans ne pouvaient plus servir les intérêts étatsuniens.

Pendant la guerre civile en Yougoslavie (1992-1995) le Pentagone permit à des dizaines de combattants d’al-Qaeda de s’envoler pour la Bosnie, afin de soutenir les musulmans sur place.
En 1996 l'armée de libération du Kosovo (AK) a été entraînée par des officiers d’al-Qaeda, juste au-delà de la frontière albanaise. Tout en ayant l’aide de militaires britanniques et américains.

Pour faire tomber Kaddhafi en 2011 l’OTAN a collaboré notamment avec lle Groupe islamique combattant en Libye (GIGL), une organisation qui figurait sur la liste des organisations terroristes interdites. Son chef, Abdelhakim Belhadj, est un ancien ponte d’al-Qaeda. Sa milice suivait encore un entraînement US juste avant le début de la rébellion en Libye.

Le GIGL a conclu une alliance avec les rebelles islamistes du Mali. Ces derniers ont réussi, avec l’aide des Touaregs à s'emparer du nord du Mali pendant quelques mois. Grâce aux bombardements de l’OTAN les rebelles islamistes ont pu piller les dépôts d’armes de l’armée libyenne. Ce sont ces mêmes armes que les djihadistes utilisent aujourd’hui au Nigéria, au Tchad, en Irak et au Mali.
Nous avons déjà évoqué l’étroite collaboration entre des organisations extrémistes en Syrie. C’est dans ce « nid de guêpes » qu’est né et se développe fortement l’EI.


La stratégie du chaos



La guerre contre le terrorisme ( war on terror) s’est inversée en son contraire, la propagation du terrorisme (spread of terror). Les opérations ratées en Irak, Afghanistan, Libye et Syrie montrent à l’évidence que les Etats-Unis et l’Occident ne sont désormais plus capables de modeler la région du Moyen-Orient comme elle le souhaiterait elle-même.

Washington et ses alliés risquent de perdre de plus en plus la maîtrise et ils font de plus en plus appel à des sous-traitants de mauvais aloi. Ils raisonnent ainsi : « Si nous ne pouvons pas contrôler nous-mêmes, alors personne d’autre ne le peut ». C’est ce qu’on peut qualifier de stratégie du chaos, ou plus exactement, de chaos de la stratégie. C’est le comble de l’immoralité.

Notes :

(1) Par exemple la guerre contre l’Irak en 1991 et les bombardements à Panama 1989, en Somalie 1993, Bosnie 1995, Soudan 1998, Pakistan 2005-2013 et au Yemen 2009-2013.
(2) Auparavant c’était toujours via l’autorité centrale irakienne.
(3) Ce soutien militaire se fait non par l’intermédiaire de l’autorité centrale mais via toutes sortes d’individus et de réseaux généreux en capitaux [http://www.theatlantic.com/internat...].
(4) Le Prince Bandar est un homme influent en Arabie Saoudite. Il a été ambassadeur aux Etats-Unis et entretenait d’excellentes relations avec la famille Bush.


Traduction du néerlandais : Anne Meert pour InvestigAction.


Source : MichelCollonInfo


* * * * * * *


Dernière édition par Om9n le Mar 26 Juil - 23:58, édité 2 fois (Raison : Changement du titre pour un plus approprié ....)
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mer 4 Mar - 8:06

Le captagon, la drogue du djihadisme



Nombreux sont ceux qui, comme moi, se sont probablement interrogés sur les ressorts psychologiques qui pouvaient pousser un être humain à décapiter ses semblables avec délectation, à assassiner froidement des femmes et des enfants désarmés ou encore à se transformer volontairement en bombe humaine. Si l’organisation terroriste Daech, sponsorisée par les états-unis et leurs alliés régionaux, a développé une rhétorique et des méthodes d’endoctrinement sectaires, le fait que des dizaines de milliers d’être humains rejoignent ses rangs et commettent de semblables atrocités laissait toutefois planer des interrogations sur les méthodes employées par le groupe takfiriste pour arriver à détruite à ce point toute empathie parmi ses recrues. L’ONU dénonçait début février dans un rapport l’enrôlement d’enfants soldats dans les rangs de l’organisation, utilisés notamment comme kamikazes. Si le recourt à des enfants pour commettre des atrocités est une pratique historique courante, ils furent notamment massivement utilisés comme exécutants par les Khmer Rouges, du fait que chez eux le sentiment d’empathie n’est pas encore complètement développé, les actes inhumains massifs et systématiques commis par les combattants adultes de Daech ne laissait jusqu’à présent entrevoir que deux possibilités : ou bien l’organisation takfiriste avait développé une méthode de conditionnement particulièrement efficace, ou bien elle ne recrutait que des sociopathes dénués d’empathie. Une troisième option avait cependant déjà été évoquée par le site Réseau Voltaire et suggérait l’utilisation d’une amphétamine, le captagon.

Un article de Paris MatchUn article de Paris Matc qui cite une enquête de Reuters vient aujourd’hui confirmer cette pratique de l’organisation terroriste. Les combattants de Daech sont massivement drogués au captagon, la drogue serait fabriquée sur place et aurait conquis tout le moyen-orient. Parmi les effets du captagon, une euphorie intense qui fait oublier la douleur et qui conduit également à oublier les autres, « comme si les gens n’existaient pas » confie un jeune djihadiste de 19 ans. La drogue inhibe également la sensation de faim et la fatigue.

Un officier de la brigade des stupéfiants de Homs a confié à l’agence Reuters, à l’origine de l’enquête :

«Nous les frappions, et ils ne ressentaient pas la douleur. Certains riaient même alors que nous leur donnions des coups très forts. Nous les laissions pendant 48 heures, le temps que les effets du captagon ne s’estompent, puis les interrogatoires étaient plus faciles.»

Un combattant kurde décrit également les effets de la drogue sur les combattants de Daech :

«Des centaines de types qui te foncent dessus en hurlant de joie. Ils sont tellement drogués aux médicaments qu’ils ne meurent pas… Ils tombent à la sixième balle !»

La Syrie est devenue le principal centre de production du captagon devant le Liban depuis l’émergence de l’Etat Islamique et la plaque tournante du trafic dans tout le moyen-orient. L’Etat Islamique tirerait des revenus substantiels de ce trafic. En 2013, le Liban a saisi 12,3 millions de sachets, Dubaï plus de 17 millions au mois de novembre 2014. L’Arabie Saoudite serait le premier consommateur au moyen-orient et représentait 21% des saisies dans le monde en 2011…

Guillaume Borel

Source Les Moutons Enragés

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Ven 8 Mai - 20:30

La France arme les terroristes. Ensuite elle vote des lois pour les combattre ?

Syrie : La France a livré des armes aux terroristes qui se battent en Syrie malgré l’embargo



La France a livré en secret des armes offensives aux djihadistes syriens en 2012 en dépit d’un embargo européen en vigueur depuis 2011, assure un ouvrage intitulé « Dans les coulisses de la diplomatie française » à paraître le 13 mai.

« Nous avons commencé quand nous avons eu la certitude qu’elles iraient dans des mains sûres. Pour les armes létales, ce sont nos services qui ont procédé aux livraisons« , a déclaré le président français François Hollande à l’auteur de l’ouvrage (éditions L’Archipel), Xavier Panon, lors d’un entretien en mai 2014.

Selon ce journaliste, spécialiste des questions diplomatiques et militaires, la France a remis aux rebelles syriens en guerre contre le pouvoir syrien des canons de 20 mm, des mitrailleuses de 12,7 mm, des lance-roquettes et des missiles antichars.

Les livraisons entamées au deuxième semestre 2012 ont été irrégulières et visaient plus à aider la rébellion que d’avoir un impact décisif en changeant le cours de la guerre, selon l’auteur.

Grand nombre des armements livrés à la milice pro occidentale de l’Armée syrienne libre ont été retrouvés entre le mains des miliciens takfiristes jihadistes d’al-Qaïda, dont le front al-Nosra.

A l’époque, un embargo européen sur les armes était en vigueur depuis juin 2011. Il a été levé le 29 mai 2013. Jusqu’à présent, la France n’avait admis officiellement que des livraisons d’armes dites non létales (n’ayant pas vocation à tuer) aux rebelles, des gilets pare-balles ou des lunettes de visée nocturne.

Pour ces livraisons secrètes, « nous avons dû nous entourer d’un maximum de garanties« , a indiqué à l’auteur sous couvert d’anonymat un témoin, en évoquant l’effacement de toute trace d’origine des armes et la mise en place d’une chaîne politico-militaire donnant « toute assurance de contrôle et de destination finale sûre ».

De Nicolas Sarkozy (2007-2012) à François Hollande, entré en fonctions en 2012, l’ouvrage revient sur une série d’avancées et de reculades diplomatico-militaires, alimentées par des citations des acteurs impliqués dans la vie diplomatique et militaire française (outre le chef de l’Etat, des ministres, des conseillers…).

Parmi les épisodes abordés, figure celui évoquant la préparation avortée à la fin de l’été 2013 de frappes aériennes contre le régime syrien.

L’ouvrage évoque certaines cibles alors retenues – le « service de renseignement de l’armée de l’Air syrienne qui contrôle le système chimique » – et souligne, en citant un conseiller, que l’action aérienne dont n’ont finalement pas voulu les Etats-Unis, avait un double objectif: changer la « donne politique » en Syrie et déstabiliser la Russie, soutien de Damas, pour qu’elle change son approche du conflit.

Source : AlManar via Arrèt sur Info

_____________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Ven 22 Mai - 21:27

orné a écrit:
Bon histoire de poursuivre sur du concrets et tirer le sujet vers le haut.



Le plan d’Obama pour attaquer la Syrie, sous couvert de la lutte contre l’EIIL

Après le discours de B.Obama sur ce qu’il compte faire pour lutter contre l’E.I. Le rédacteur Glen Ford y voit une manœuvre pour attaquer la Syrie, sous couvert de lutte anti-terroriste, il semblerait que comme pour le Dr Frankenstein,  le monstre ait échappé à son maitre..Merci à Djerad Amar.




« Personne, plus que la Syrie et ses soldats, veut la destruction de l’EIIL.«


Le président Obama se prépare à faire quelque chose de terriblement dangereux en Syrie et en Irak. La montée de l’EIIL (Etat Islamique en Irak, en Syrie et au Levant « ISIS ») a entravé la vieille stratégie de l’Empire consistant à déployer des combattants islamistes pour faire son sale boulot dans le monde arabe et musulman. L’EIIL (« ISIS »), le Frankenstein né des efforts états-uniens pour favoriser un changement de régime en Syrie, s’est retourné contre ses maîtres, des Etats-Unis, de l’Arabie Saoudite, du Qatar et de la Turquie pour établir son propre califat, dans lequel des milliers d’autres combattants islamistes se précipitent. Même les médias états-uniens reconnaissent maintenant que les soi-disant rebelles syriens «modérés» pour lequel Obama veut collecter 500 millions de dollars, sont pratiquement inexistants. Ils ont toujours été un mirage, créatures de la propagande occidentale. Les islamistes étaient la seule force qui pouvait remettre en cause l’armée syrienne sur le champ de bataille, et maintenant qu’ils se rallient à l’EIIIL (« ISIS »), ou qu’ils s’enfuient, Obama ne sait pas vers qui se tourner.

Certes, les États-Unis peuvent bombarder des positions de l’EIIL (ISIS) en Syrie, et se préparent déjà pour le faire, mais ce n’est pas la guerre qu’Obama voulait faire. Il y a trois ans, quand Obama a lancé sa sale guerre contre la Syrie, le plan était que les djihadistes musulmans versent leur sang pour renverser le président Assad. Une fois que l’acte sale et criminel a était réalisé, les djihadistes étaient censés permettre à l’OTAN et aux rois corrompus de la péninsule arabique de choisir les prochains dirigeants de la Syrie. La CIA rejouait Lawrence d’Arabie, en utilisant les djihadistes comme chair à canon, pour les mettre de côté quand le temps de partager le butin serait venu.

Tel était aussi le plan en Libye, où l’OTAN et le même gang de voleurs financés et armés par les monarchies arabes ont entraîné le renversement de Mouammar Kadhafi. Mais les djihadistes libyens n’ont pas réussi à coopérer avec le régime de l’empire.

Le réseau jihadiste mondial que les Etats-Uniens et les Saoudiens ont créé dans les années 1980 a déclaré son indépendance, et Washington n’a personne pour les remplacer. Des troupes états-uniennes sur le terrain sont inacceptables tant pour les gens de la région que pour le public états-unien. Obama et ses sbires disent les États-Unis et ses alliés écraseront l’EIIL (ISIS) – mais ce sera comme étouffer son propre enfant dans son berceau, et supprimerait tout espoir des Etats-Unis d’atteindre son objectif stratégique de changement de régime en Syrie.


Surveillez le grand changement (« Big Switch »)













Si Obama était sérieux dans sa volonté d’écraser l’EIIL (ISIS), le meilleur et le plus logique allié serait le président syrien Assad, dont l’armée a jusqu’ici prévalu contre toutes les sortes de djihadiste que les États-Unis ont été en mesure de jeter contre lui, y compris l’EIIL (ISIS) sous ses incarnations précédentes. Personne, plus que la Syrie et ses soldats, veut que l’EIIL (ISIS) soit battu, plusieurs soldats syriens sont morts dans cette guerre diligentée par les États-Unis dans des proportions plus importantes que tout autre groupe, civils ou rebelles. Si l’objectif d’Obama était de mettre la région à l’abri de l’EIIL (ISIS), Obama devrait coordonner ses mouvements avec l’armée syrienne.


Mais il ment











tout comme l’administration Bush a menti pour faire en sorte que le peuple états-unien croit que Saddam Hussein était responsable du 11/9. L’objectif des États-Unis n’était pas de se venger du 11/9, mais d’envahir l’Irak. De la même façon, Obama est obligé de pallier à la défection de l’EIIL (ISIS) du contrôle occidental, mais son objectif reste de renverser le président Assad. Et, il dira n’importe quel mensonge, ou des combinaisons de mensonges, pour envoyer des bombes US sur le gouvernement syrien, sous le couvert de la lutte contre l’EIIL (ISIS). Vous pouvez parier que la CIA brûle d’impatience et cherche un prétexte pour faire de cette défaite stratégique des États-Unis une excuse pour attaquer directement la Syrie. Et c’est ce qui rend cette période si dangereuse.

Auteur Glen Ford traduit par Sam La Touch

Black Agenda Report, le rédacteur en chef Glen Ford peut être contacté à Glen.Ford@BlackAgendaReport.com.

URL de cet article :

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2014/09/le-plan-d-obama-pour-attaquer-la-syrie-sous-couvert-de-la-lutte-contre-l-eiil-bar.html



************************************************


Tu avais raison Orné, j'aurais une question Orné comment elle va se finir cette arnaque d'après toi ?
Je me demande jusqu'à quand les Russes vont supporter cette barbarie sans réagir ?

Attention vidéo insupportable à 4 minutes mais c'est la réalité. 



source
http://shoebat.com/2015/05/21/muslims-are-slaughtering-christians-in-libya-but-one-pastor-in-libya-says-if-there-is-only-one-christian-left-in-libya-i-will-stay-with-him/
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Sam 23 Mai - 2:49

Bonsoir Joseph,
Je pense que dans un 1er temps en parallèle à cette guerre, il va y avoir un conflit entre l'Iran et Israël les Etats-Unis, ne pourront implicitement y participé, au vue de la position russe, mais il seront pas très loin, Vu que l'Arabie Saoudite Leur sert de base, elle le sera aussi pour l'aviation israélite comme ils leur a déjà promis. L'Iran en profitera pour porter secourt à l'armée de Al Asad, Quand au Hesbolah libanais lui poussera plus au nord ouest. Ce qu'il se passe pour l'instant c'est que Daech avec l'aide de la logistique américaine et de la formation de plusieurs pelotons de soldat d'élites, ils ont repris par exemple la ville de Palmyre, ce qui force l'armée régulière syrienne à se découvrir d'avantage déjà très affaiblie. Et en effet on se demande dans quelle mesure la Russie va laisser la situation se dégrader. On sait que les américains et russe se sont rencontrer à Sotchi, puis à Moscou, mais peu de chose on filtré quand aux résultats des discussions.  Sauf que les Etats-Unis veulent plus de participation pour les accords de Minsk, un grand pas en arrière donc et c'est négatif pour l'armée ukrainienne, et c'est tant mieux. Mais pour la Syrie, il y aurait des pourparler pour contré l'armée islamique ? Pourquoi pas. Mais j'en doute, quand on sait que c'est l'instrument des américains, les russes le savent aussi bien. Quoi que sur la pression, ils pourraient et très bien les laisser tomber, ce ne sera pas la 1er fois que les américains laissent tomber l'une de leur fractions secrétés. Non ici la donne la plus importante c'est Israël. C'est les seule à avoir les coudées franches, pour n'avoir voulu participer à aucune discussion diplomatiques pour garder la main, et pouvoir agir à leur guises. Et vu que les Etats-Unis on une charte de total allégeance avec ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Sam 23 Mai - 3:19

Les Russes sont de plus en plus sollicité, même l'Irak a demandé de l'aide aux Russes, ils n'ont plus confiance dans la coalition. Un gros pétard se prépare c'est sur.

Merci  Orné , on va attendre la suite ,je pense comme toi avec Israël et l'Iran ça va péter d'ici sous peu. A mon avis les Russes n'auront plus le choix.C'est une vraie poudrière Surprised

*************************
Les avions de la coalition seront abattus, avertissent les forces irakiennes

Les forces de la mobilisation populaire en Irak ne se contenteront plus de dénoncer les largages d’armes ou d’aides par les avions de la coalition conduite par Washington au groupe terroriste takfiriste Daech. Une décision vient en effet d’être prise pour abattre tout avion de la coalition en train de fournir une assistance logistique aux terroristes dans les zones de conflit.
« Quelles que soient les répercussions, tout avion de la coalition tentant d’aider les terroristes sera abattu par les forces de la mobilisation populaire », a révélé une source proche de ces forces paramilitaires, faisant état d’une possible annonce publique de cette décision dans les prochaines heures.
Cette décision intervient deux jours après le largage d’armes au-dessus de Falloujah, ville soumise au contrôle de Daech, d’après une source militaire irakienne s’exprimant au journal libanais al-Akhbar.

La suite
http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/05/les-avions-de-la-coalition-seront-abattus-avertissent-les-forces-irakiennes-al-manar.html

***********************************
l’Iran répond a Fabius 20 mai 2015, les iraniens sont pas tendre avec les mots

Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Lun 25 Mai - 3:56

Bonsoir mes frères & soeurs
Voici un article de la plus haute importance, il démontre sans équivoque possible l’affiliation entre l'EI et les Etats-Unis via la Turquie et l'Arabie Saoudite ! Ils étaient au courant dès 2012 de la montée de ISIS en Irak, mais ont laisser faire car ils étaient bien conscient du parti pris à en retirer ! Le tout est étayé par des document officiels émanant du Pentagone et des services secrets US...Cette fois-si, on ne peut plus taxé ces théories comme étant du conspirationnisme...Pour nous c'était évident dès le début, dorénavant se sera pour bon nombre de personnes, les irréductibles continueront de faire l'autruche, mais beaucoup vont se réveiller. Voici donc l'article qui est bien sourcé, bonne lecture.
Akasha


Etat islamique & coalition arabo-occidentale: Document ahurissant du Renseignement US, preuve cynique de la collusion



Cela fait longtemps que nous savons que l’Etat islamique est cornaqué par la coalition arabo-occidentale, bénéficiant de camps d’entrainement et de formation. MPI vous a donné au fur et à mesure les documents et les recoupements. Mais cette fois-ci c’est un document officiel du Pentagone qui l’atteste avec un cynisme ahurissant.

Judicial Watch, se définit elle-même comme « une fondation conservatrice, qui se bat pour la responsabilité et l’intégrité du droit, la politique et le gouvernement, afin que personne ne soit au-dessus de la loi, » aux USA.

judicial Watch, a publié le 18 mai dernier une sélection de documents déclassifiés suite à un procès fédéral intenté contre le département américain de la Défense et le département d’Etat; procès que la fondation a gagné. Les documents ont donc été déclassifiés et ouverts au public.

L’un de ces documents déclassifiés, rédigé en 2012, émis par la Défense Intelligence Agency (l’Agence de renseignements américaine), manifeste clairement le souhait d’un «État islamique» dans l’est de la Syrie pour que l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie, unis dans un même complot, puissent arriver à leurs fins dans la région contre le gouvernement légitime syrien: «l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l’opposition » et « La possibilité d’établir un émirat salafiste officielle ou pas, dans l’est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c’est exactement ce que veulent les forces qui soutiennent l’opposition, afin d’isoler le régime syrien« …, (Source: doc. DIA)

le rapport de la DIA, déclassifié, daté du 12 août 2012, a été largement diffusé parmi les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d’État et beaucoup d’autres.

Le document montre que, dès 2012, le renseignement américain avait prévu la montée de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (ISIL ou ISIS), mais au lieu de désigner clairement le groupe comme un ennemi, le rapport envisage le groupe terroriste comme un atout stratégique américain. (Source)
Les 7 pages du document de la DIA indiquent qu’ al-Qaïda en Irak (AQI) a été le précurseur de l »Etat islamique en Irak (ISI)», qui est devenu l’« État islamique en Irak et au Levant qui soutenait l’opposition syrienne dés le commencement, à la fois idéologiquement et à travers les médias « . (source)

Le rapport déclassifié du Pentagone note que la «montée de l’insurrection en Syrie » prend une « direction de plus en plus sectaire, » attirant le soutien de «pouvoirs religieux et tribaux sunnites » de toute la région. (Source: doc. DIA)
Dans une section intitulée «Les hypothèses futures de la crise », le rapport de la DIA prédit que si le régime d’Assad venait à survivre en conservant le contrôle du territoire syrien, la crise continuerait à monter « en guerre par procuration. » (S’agit-il de la guerre par procuration des l’Islamistes (et néanmoins atroces assassins), au profit de la coalition arabo-occidentale ?)

Notant que les salafistes, les Frères musulmans, et al-Qaïda en Irak (AQI) sont « les principales forces motrices de l’opposition en Syrie », le document stipule que « l’Ouest, les Pays du Golf et la Turquie soutiennent l’opposition, cependant, la Russie, la Chine et l’Iran, soutiennent le régime. » (Source: doc. DIA).
On notera que les islamistes agissent pour le compte de l’Occident mais avant tout pour leur propre compte. Il est donc inexact de prétendre que les islamistes ne sont pas responsables et que seuls les USA seraient responsables. Comme en 1915 l’islamisme est en train de perpétrer un nouveau génocide des chrétiens, avec, cette fois-ci, la complicité des autorités occidentales qui trahissent le plus hypocritement du monde leurs propres ressortissants, dont la majorité sont chrétiens, en leur faisant avaler de grosses couleuvres.

En Libye, les rebelles anti-Kadhafi, dont la plupart étaient affiliés à Al-Qaïda, ont été protégés par l’OTAN comme des [« havres de paix »/i] que sont les [i]« zones d’exclusion aérienne». Et le document suggère d’utiliser de mêmes zones d’exclusion aérienne humanitaires pour servir de base de repli aux islamistes.

Le document du Pentagone évoque explicitement la déclaration probable d’un «État islamique par son union avec d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie. » (Le levant). Cette constatation n’empêche pas « les pays occidentaux, les pays du Golfe et la Turquie de soutenir ces efforts » comme étant « les forces d’opposition » syriennnes qui se battent pour « contrôler les régions de l’Est (Hasaka et Der Zor), adjacentes aux provinces irakiennes occidentales (Mossoul et Anbar)« .
Anbar est la région irakienne de Ramadi qui jouxte la région de Palmyre en Syrie. La région d’Anbar et Palmyre sont tombées ces derniers jours, alors que le document est datée d’août 2012.

« … Il y a la possibilité d’établir un émirat salafiste déclaré ou non dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), ce qui est exactement ce que veulent les forces qui soutiennent l’opposition , afin d’isoler le régime syrien, qui est considéré comme le support stratégique de l’expansion chiite (l’Irak et l’Iran) « .

(Source: doc. DIA)

Pour résumer:

l’ ex-document secret du Pentagone fournit la confirmation que la coalition arabo-occidentale menée par les USA et qui prétend se battre (fort mollement, il est vrai) contre l’Etat Islamique, avait il y a trois ans salué l’émergence d’un « califat salafiste » en Irak, suggérant qu’il pourrait s’étendre à la Syrie comme un moyen de faire chuter le pouvoir légitime d’Assad, et de bloquer l’expansion stratégique de l’Iran.
La coalition arabo-occidentale est clairement identifiée tout au long du document comme étant « l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie. » Les pays du Golfe comprenant l’Arabie saoudite, et l’ensemble des Emirats Arabes-Unis.

Les analystes du Pentagone montrent qu’ils étaient bien conscients en été 2012 des risques terribles de cette stratégie; il craignaient que le califat crée l’atmosphère idéale pour qu’Al Qaïda s’empare de Mossoul et de Ramadi. Depuis, les islamistes se sont emparés de ces régions. Celle de Ramadi (région d’Anbar en Irak) a été prise il y a quatre ou cinq jours.

Ils ajoutent qu’un tel califat sera: « … Un élan de rassemblement autour du djihad chez les sunnites d’Irak et de Syrie, et avec le reste des sunnites dans le monde arabe contre ce qu’ils considèrent comme un ennemi. l’EI pourrait également déclarer un Etat islamique au travers de son union avec d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie, ce qui créera un grave danger en ce qui concerne l’unification de l’Irak et la protection du territoire « .

Depuis ce document, à partir du Moyen-Orient, l’islamisme s’est mis à dévaster de nombreux pays d’Afrique noire et s’est imprégné dans de nombreux esprits en Occident, où il était latent il est vrai. Mais rien ne démontre que la politique de la coalition ait évolué pour autant, bien au contraire.

Suite aux révélations de ce document, un porte-parole du Foreign Office a déclaré:
« Al Qaïda et l’EI sont des organisations terroristes proscrites. Le Royaume-Uni s’oppose à toutes les formes de terrorisme. AQ, ISIL et leurs sociétés affiliées constituent une menace directe pour la sécurité nationale du Royaume-Uni. Nous faisons partie d’une coalition militaire et politique pour vaincre ISIL en Irak et en Syrie, et nous travaillons avec des partenaires internationaux pour contrer la menace d’Al Qaïda et d’autres groupes terroristes dans cette région. En Syrie, nous avons toujours soutenu les groupes d’opposition modérés qui s’opposent à la tyrannie de Assad et à la brutalité des extrémistes « . (Source)

Nous reconnaissons dans ce commentaire du Foreign Office, outre la langue de bois, les fameux et fumeux prétendus « opposants modérés à Bachar el Assad » (selon le terme requis), que les Américains se sont vantés de former en grands nombre dans des camps en Turquie, en Jordanie et ailleurs, avec des « citoyens de tous les pays », selon l’ambassadeur de Géorgie aux USA.

Ce document est la confirmation au plus haut niveau du Renseignement US, que les autorités occidentales et leurs alliés sunnites de Turquie, d’Arabie Saoudite et des autres émirats du Golfe, ont vu, sciemment, la création d’un califat et en ont suggéré l’extension, pour s’en servir comme de leur outil propre, pour faire sauter les autorités légales de la Syrie.


Cela n’empêchera pas la coalition occcidentalo-arabe, clairement nommée dans ce document, de continuer à tromper la majorité du monde en laissant croire qu’elle combat l’islamisme au Moyen-Orient. Pas plus tard que jeudi, François Hollande a versé des larmes de crocodilesur les morts de l’Etat islamique…

Ci-dessous le document déclassifié du renseignement américain, qui a servi de base à cet article:








Source : MPI

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mar 26 Mai - 19:28

Bonsoir,
Voici une autre variante des documents déclassifié du DIA agency de 2012, et deux autres articles sur notamment la prise de Palmyre.
Bonne lecture :


L'Occident facilitera la montée de l'Etat Islamique « afin d'isoler le régime syrien », lit-on dans un document de la Defense Intelligence Agency de 2012

Traduction de Levant RepportTraduction : Dominique Muselet




Image
© Inconnu
Le lundi 18 mai, Judicial Watch, le groupe de vigilance du gouvernement conservateur, a publié une sélection de documents autrefois classifiés obtenus du Département américain de la Défense et du Département d'Etat grâce à un procès fédéral.

Alors que les grands médias se concentraient sur le traitement par la Maison Blanche de l'attaque du consulat de Benghazi, un bien plus « grand tableau » se dégage de la lecture d'un document de la Defense Intelligence Agency rédigé en 2012 : à savoir que l'avènement d'un « État islamique » dans l'est de la Syrie est souhaitable pour que l'Occident puisse arriver à ses fins dans la région.

De manière surprenante, le rapport récemment déclassifié stipule que pour « l'Occident, les pays du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l'opposition [syrienne]... il y a la possibilité d'établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l'est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c'est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l'opposition, afin d'isoler le régime syrien ... ».


Donner une fois – ou chaque mois !
USA
L'Occident facilitera la montée de l'Etat Islamique « afin d'isoler le régime syrien », lit-on dans un document de la Defense Intelligence Agency de 2012

Levantreport
dim., 24 mai 2015 19:52 UTC
Traduction : Dominique Muselet

Image
© Inconnu
Le lundi 18 mai, Judicial Watch, le groupe de vigilance du gouvernement conservateur, a publié une sélection de documents autrefois classifiés obtenus du Département américain de la Défense et du Département d'Etat grâce à un procès fédéral.

Alors que les grands médias se concentraient sur le traitement par la Maison Blanche de l'attaque du consulat de Benghazi, un bien plus « grand tableau » se dégage de la lecture d'un document de la Defense Intelligence Agency rédigé en 2012 : à savoir que l'avènement d'un « État islamique » dans l'est de la Syrie est souhaitable pour que l'Occident puisse arriver à ses fins dans la région.

De manière surprenante, le rapport récemment déclassifié stipule que pour « l'Occident, les pays du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l'opposition [syrienne]... il y a la possibilité d'établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l'est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c'est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l'opposition, afin d'isoler le régime syrien ... ».

Le rapport de la DIA, anciennement classé « SECRET // NOFORN* » et daté du 12 août 2012, a été largement diffusé dans les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d'État et beaucoup d'autres.

Le document montre que, dès 2012, le renseignement américain avait prédit la montée de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (ISIL ou ISIS), mais au lieu de désigner clairement le groupe comme un ennemi, le rapport considère le groupe terroriste comme un atout stratégique américain.

Bien qu'un certain nombre d'analystes et de journalistes documentent depuis longtemps le rôle des agences de renseignement occidentales dans la formation et l'entrainement de l'opposition armée en Syrie, ce document constitue la confirmation par les plus hautes sphères du Renseignement étasunien de l'idée que les gouvernements occidentaux voient essentiellement ISIS comme le meilleur moyen de parvenir à un changement de régime en Syrie. Non seulement ce document le dit clairement mais il le dit comme si c'était la chose la plus naturelle qui soit.

Des preuves matérielles, des vidéos, ainsi que les récents aveux de hauts fonctionnaires impliqués (voir l'aveu de l'ancien ambassadeur de la Syrie, Robert Ford, ici et ici), ont, depuis, prouvé que le soutien matériel des terroristes d'ISIS sur le champ de bataille syrien par le Département d'État et la CIA remonte à au moins 2012 et 2013 (pour un exemple clair de « preuves matérielles » : voir le rapport de l'organisation anglaise, Conflict Armement Research, qui, en remontant la trace des roquettes anti-chars croates récupérées auprès de combattants ISIS, est arrivée à un programme conjoint CIA /Arabie Saoudite via des numéros de série identifiables).

On peut résumer ainsi les points clés du rapport de la DIA, concernant « ISI » (en 2012 : « Etat Islamique en Irak ») et son futur compère ISIS, qui vient d'être déclassifié :
- Al-Qaïda conduit l'opposition en Syrie
- L'Occident s'identifie avec l'opposition
- L'établissement d'un Etat Islamique naissant n'est devenu réalité qu'avec la montée de l'insurrection syrienne (il n'y a aucune raison de penser que le retrait des troupes américaines d'Irak ait joué le rôle de catalyseur dans l'essor de l'Etat Islamique, comme l'affirment d'innombrables politiciens et experts ; voir la section 4 .D. ci-dessous)
- La mise en place d'une « principauté salafiste » en Syrie orientale est « exactement » ce que veulent les puissances extérieures qui soutiennent l'opposition (identifiées comme « l'Occident, les pays du Golfe, et la Turquie ») pour affaiblir le gouvernement d'Assad
- Il est suggéré de créer des « lieux de refuge sûrs » dans les zones conquises par les insurgés islamistes comme cela a été fait en Libye (ce qui dans les faits, se traduit par une soi-disant zone d'exclusion aérienne comme premier acte d'une « guerre humanitaire » ; voir 7.B.)
- L'Irak est identifié à « l'expansion chiite » (de 8.C)
- Un « « état islamique » sunnite pourrait empêcher « l'unification de l'Irak » et pourrait « faciliter à nouveau l'entrée d'éléments terroristes de tout le monde arabe dans l'arène irakienne. » (Voir la dernière ligne du PDF.)

Ce qui suit est extrait du rapport de sept pages déclassifié de la DIA (C'est moi qui ai mis en gras certaines phrases) :


R 050839Z 12 août
...
La situation générale :
A. A l'intérieur, les événements prennent une tournure clairement sectaire.
B. Les Salafistes [sic], Les Frères musulmans et Al-Qaïda - Irak, sont les forces principales de l'insurrection en Syrie.
C. L'Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l'opposition, tandis que la Russie, la Chine et l'Iran soutiennent le régime.
...
3. (C) Al-Qaïda - Irak (IQA) : ... B. IQA soutient l'opposition syrienne depuis le début, à la fois idéologiquement et dans les médias ...
...
4.D. IQA a perdu du terrain dans les provinces de l'ouest de l'Irak en 2009 et 2010 ; Cependant, après la montée de l'insurrection en Syrie, les pouvoirs religieux et tribaux régionaux ont sympathisé avec le soulèvement sectaire. Cette (sympathie) s'est concrétisée par l'appel à bénévoles pour soutenir les sunnites [sic] en Syrie, dans les sermons du vendredi.
...
7. (C) Hypothèses sur le développement futur de la crise :
A. le régime va survivre et garder le contrôle du territoire syrien.
B. Evolution de la situation actuelle en guerre par procuration : ... les forces d'opposition tentent de contrôler les zones orientales (Hasaka et Der Zor), qui touchent les provinces irakiennes orientales (Mossoul et Anbar), en plus des frontières turques voisines. Les pays occidentaux, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent ces efforts. Cette hypothèse, qui est le plus probable étant donné ce que nous savons des événements récents, permettra de préparer des lieux de refuges sûrs sous contrôle international comme cela a été fait en Libye quand Benghazi a été choisi comme centre de commande du gouvernement provisoire.
...
8.C. Si la situation se détériore, on pourra établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l'est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), Et c'est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l'opposition, afin d'isoler le régime syrien qui est considéré comme l'extrémité stratégique de l'expansion shiite (Irak et l'Iran)
8.D.1. ... ISI pourrait aussi constituer un Etat islamique en s'unissant avec d'autres organisations terroristes en Irak et en Syrie, ce qui mettrait gravement en danger l'unification de l'Irak et la défense de son territoire.


Note :
* no foreign nationals : ne pas communiquer aux étrangers


Source : Sott.net

Daesh : les Etats-Unis ne bombardent pas leur créature



Press TV
mar., 26 mai 2015 16:34 UTC
Traduit par SLT






Image
Selon Press TV, un ancien conseiller de la sécurité nationale de l'Irak affirme que la plupart des avions de combat US déployés pour bombarder les terroristes en Irak ne bombardent pas leurs positions.

Dimanche, Mowaffak al-Rubaie a vivement critiqué les frappes aériennes des États-Unis contre l'EI comme inefficaces.

De Bagdad, d'après mes constations, a déclaré Rubaie, "huit sur dix" avions chargés de munitions retournent à leurs bases sans frapper leurs cibles. Seulement 20% des avions


La chute de Palmyre renverse l'équilibre géopolitique au Levant


Thierry Meyssan
Réseau VOltaire
lun., 25 mai 2015 15:40 UTC




La situation s'est considérablement aggravée au Levant avec la coupure par l'Émirat islamique de l'antique « route de la soie », c'est-à-dire du passage de l'Iran à la Méditerranée. Il n'existe que deux options possibles : soit par Deir ez-Zor et Alep, soit par Palmyre et Damas. Le premier chemin est coupé depuis début 2013, le second vient de l'être. La chute de Palmyre aura donc des conséquences considérables sur l'ensemble de l'équilibre régional.



Donner une fois – ou chaque mois !
Les Maîtres du Monde
Bizarro Earth
La chute de Palmyre renverse l'équilibre géopolitique au Levant
Thierry Meyssan
Réseau VOltaire
lun., 25 mai 2015 15:40 UTC
Image
La situation s'est considérablement aggravée au Levant avec la coupure par l'Émirat islamique de l'antique « route de la soie », c'est-à-dire du passage de l'Iran à la Méditerranée. Il n'existe que deux options possibles : soit par Deir ez-Zor et Alep, soit par Palmyre et Damas. Le premier chemin est coupé depuis début 2013, le second vient de l'être. La chute de Palmyre aura donc des conséquences considérables sur l'ensemble de l'équilibre régional.

La presse occidentale consacre ces jours-ci ses « unes » à la Syrie ; une situation que l'on n'a pas connue depuis deux ans, lors de l'affaire des bombardements chimiques de la ghouta et du projet d'intervention de l'Otan. Les journalistes s'inquiètent de la progression de l'Émirat islamique et de la possible destruction de la ville antique de Palmyre.

Pourtant, rares sont ceux qui connaissent l'histoire de la reine Zénobie qui, profitant au IIIe siècle de la faiblesse de Rome, dont les Gaules s'étaient déjà affranchies, proclama son propre fils empereur et elle-même régente. Elle libéra non seulement la Syrie, mais aussi les peuples d'Égypte, de Palestine, de Jordanie, du Liban, d'Irak, d'une partie de la Turquie et même de l'Iran actuels. Sa capitale, Palmyre, fut une cité d'un grand raffinement, ouverte à toutes les religions, étape brillante de la route de la soie reliant la Méditerranée à la Chine. Cependant, le général Aurélien ayant réalisé un coup d'État à Rome parvint à rétablir l'unité de l'empire, écrasant d'abord l'impératrice Zénobie, puis l'empire des Gaules, avant de mettre un terme à la liberté religieuse, d'imposer le culte du Soleil invaincu et de se proclamer Dieu. Cette histoire prestigieuse fait de Palmyre le symbole de la Résistance du Levant à l'impérialisme occidental de son époque.

On peut s'étonner de l'importance donnée à la chute de Palmyre par la presse occidentale. D'autant que la plus importante progression de Daesh cette semaine n'était pas en Syrie, ni en Irak, mais en Libye avec la chute de Syrte, une ville cinq ou six fois plus peuplée que la syrienne Palmyre. Pourtant, les mêmes journalistes qui s'étalaient longuement durant les deux derniers mois sur la situation chaotique libyenne et appelaient à une intervention militaire européenne pour mettre fin au transit de migrants ne l'ont pas mentionnée. Il est vrai qu'en Libye, Daesh est commandée par Abdelhakim Belhaj, nommé gouverneur militaire de Tripoli sous les auspices de l'Otan [1] et reçu officiellement, le 2 mai 2014 à Paris, par le Quai d'Orsay.

Pour dramatiser un peu plus, les journalistes occidentaux affirment à l'unisson que désormais « Daesh contrôle la moitié du territoire syrien » (sic). Toutefois, leurs propres cartes les contredisent puisqu'ils n'y montrent qu'un contrôle sur quelques villes et sur des routes, et non pas sur des régions.

À l'évidence, le traitement médiatique de la situation au « Moyen-Orient élargi » ne vise pas à rendre compte de la réalité, mais instrumente certains éléments judicieusement sélectionnés pour justifier des politiques.

Daesh et l'enjeu de Palmyre


Nous souhaiterions que l'émotion soulevée par la chute de Palmyre soit sincère et que les Occidentaux, après avoir massacré en une décennie plusieurs millions de personnes dans cette région aient décidé d'en finir avec ces crimes. Mais nous ne sommes pas dupes. Cette émotion sur commande vise à justifier d'une réaction militaire contre ou à propos de Daesh.

Celle-ci est indispensable si Washington souhaite toujours signer l'accord qu'il a négocié, deux ans durant, avec Téhéran.

En effet, Daesh a été créé par les États-Unis avec le soutien de la Turquie, des monarchies du Golfe et d'Israël, comme nous l'avons toujours dit et ainsi qu'en témoigne un document partiellement déclassifié cette semaine de la Defense Intelligence Agency (DIA) que le lecteur pourra télécharger ici.

Contrairement aux inepties de certains journalistes qui accusent le « régime de Bachar » (sic) d'avoir fabriqué cette organisation pour diviser son opposition et la faire glisser dans le radicalisme, la DIA atteste que l'Émirat islamique est fonctionnel à la stratégie états-unienne. Ce rapport, daté du 12 août 2012 et qui a largement circulé dans l'ensemble de l'administration Obama, annonçait clairement les plans de Washington :

« Si la situation se dénoue, il y aura la possibilité d'établir une principauté de salafistes, reconnue ou non, à l'Est de la Syrie (Hassaké et Deir ez-Zor), ce qui est exactement l'objectif des soutiens de l'opposition [les États occidentaux, les États du Golfe et la Turquie], afin d'isoler le régime syrien, qui est considéré comme la profondeur stratégique de l'expansion chiite (Irak et Iran) ».

Ainsi que nous l'avons toujours dit, l'Émirat islamique a été développé par une décision du Congrès des États-Unis, réuni en séance secrète en janvier 2014, afin de réaliser le plan Wright. Il s'agissait de créer un « Kurdistan » et un « Sunnistan » à cheval sur la Syrie et l'Irak ayant pour finalité de couper la « route de la soie » après l'achat de Deir ez-Zor (la ville a été achetée à des fonctionnaires corrompus, sans combat).

Depuis la plus haute antiquité, un faisceaux de voies de communication relie Xi'an (l'ancienne capitale chinoise) à la Méditerranée. Cette route relie l'Iran à la mer à travers le désert, soit par Deir ez-Zor et Alep, soit par Palmyre et Damas. Elle est aujourd'hui utilisée pour transiter des armes vers la Syrie et le Hezbollah libanais et devrait être utilisée pour transporter le gaz du champ de Fars (Iran), vers le port de Lattaquié (Syrie).

Palmyre, la « cité du désert », n'est donc pas simplement un vestige d'un passé merveilleux, c'est une pièce stratégique dans l'équilibre régional. C'est pourquoi il est grotesque de prétendre que l'Armée arabe syrienne n'a pas cherché à la défendre. En réalité, cette armée a agit comme elle le fait toujours depuis l'arrivée des mercenaires dans le pays : de manière à minimiser les pertes civiles, elle se retire lorsqu'ils avancent en petits groupes coordonnés (grâce aux moyens de communication que leur fournit l'Occident) et les frappe lorsqu'ils se regroupent.

La Coalition internationale anti-Daesh, créée par les États-Unis en août 2014, n'a jamais combattu les jihadistes. Il est au contraire attesté —non pas une seule « par erreur », mais une quarantaine de fois— que les avions occidentaux ont largué des armes et des munitions à l'Émirat islamique.

Au demeurant, la dite Coalition de 22 États prétend disposer d'un nombre supérieur d'hommes, qui sont mieux formés et disposent de meilleurs matériels que Daesh. Pourtant, elle n'a pas fait reculer l'Émirat islamique, mais celui-ci ne cesse de conquérir de nouvelles routes.

L'évolution des intérêts états-uniens


Quoi qu'il en soit, Washington a changé de stratégie. Ainsi que l'atteste la nomination du colonel James H. Baker comme nouveau stratège du Pentagone [2], la page de la stratégie du chaos est tournée. Les États-Unis reviennent à une conception impériale classique, fondée sur des États stables. Et pour signer leur accord avec l'Iran, ils doivent maintenant évacuer l'Émirat islamique du Levant avant le 30 juin.

La campagne de presse démesurée sur la chute de Palmyre pourrait n'être qu'une préparation de l'opinion publique à un véritable engagement militaire contre Daesh. Ce sera le sens de la réunion des 22 membres de la Coalition (et de 2 organisations internationales) à Paris, le 2 juin. D'ici là, le Pentagone devra décider s'il détruit l'Émirat islamique ou s'il le déplace et l'utilise ailleurs à d'autres tâches. Trois destinations sont envisageables : déplacer les jihadistes en Libye ; en Afrique noire ; ou dans le Caucase.

Dans le cas contraire, l'Iran ne signera pas et la guerre continuera à son paroxysme, car la chute de Palmyre sous les coups de jihadistes fabriqués par l'Occident aura les mêmes conséquences que sa prise par les légions d'Aurélien. D'ores et déjà, elle menace la survie de l'« Axe de la Résistance », c'est-à-dire de la coalition Iran-Irak-Syrie-Liban-Palestine. Le Hezbollah envisage de décréter la mobilisation générale.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mar 2 Juin - 18:46

Bonsoir,
Il n'y a pas plus d'une semaine Joseph me demandai comment je voyais l'évolution du conflit après que Daesh ait repris du poil. J'évoquais le fait que le Hezbollah libanais aurait un rôle à jouer. Voici la preuve que je vois juste. Et ça va faire mal, il a déjà été démontré plus d'une fois, la supériorité du Hezbollah face à DAECH, bien mieux entrainé et déterminer. Il ne reste plus qu'à espérer comme je le soumettais plus haut, que les pechmerga et l'armée régulière syrienne vont en profiter pour lancer une contre offensive. Il faut bien faire ainsi, on ne peut pas compter sur les américains et les saoudiens, ils ne feront rien, si ce n'est bombarder l'armée régulière syrienne. Bon maintenant ils sont bien loin de Palmyre encore, mais chaque chose en sont temps.
Orné.


Le Hezbollah prêt à affronter Daesh à Arsal



Un haut responsable du Hezbollah affirme que les combattants de la Résistance libanaise sont prêts à bouter les takfiristes hors de la ville frontalière d’Arsal et à libérer ce territoire.

Nabil Qaouk, vice-président du Conseil exécutif du Hezbollah, a déclaré samedi dernier que le mouvement de résistance est prêt au combat « aussi longtemps qu’un territoire sera occupé » en périphérie d’Arsal, une ville située à 124 kilomètres au nord-est de la capitale, Beyrouth.



Il a également accusé l’alliance du 14 mars, dirigée par l’ancien Premier ministre Saad Hariri, de « soutenir le terrorisme et de miser sur les querelles internes ».



Le haut responsable du Hezbollah a ajouté que certaines factions politiques libanaises « parient » sur un succès des militants takfiristes dans la région stratégique des montagnes de Qalamoun, à la frontière libanaise avec la Syrie, en crise.

Les combattants du Hezbollah ont eu à faire à des terroristes dans les zones frontalières libanaises au cours des dernières semaines.



Le 27 mai, de nombreux terroristes du Front Al-Nosra, groupe terroriste affilié à Al-Qaïda, ont été tués au combat, après la découverte de leurs caches à l’aide d’un drone du Hezbollah. Ce dernier a alors déclenché une attaque surprise dans la région située entre Arsal et Nahle, un village du nord-est du Liban.

http://quenelplus.com/wp-content/uploads/2015/06/hezbollah-war2.jpg

Les combattants du Hezbollah et des unités de l’armée syrienne ont lancé une opération conjointe le 4 mai afin de repousser les terroriste takfiris de Qalamoun. Jusqu’à présent, ces opérations ont été ponctuées de succès considérables, avec l’expulsion de Daesh de villes importantes telles que Assal al-Ward et Juba, entre autres.

Le vice-secrétaire du Hezbollah, le général Sheikh Naeem Qassem, a déclaré que le mouvement de résistance est déterminé à purger Qalamoun de toute présence terroriste.

Surce : Press TV
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Sam 6 Juin - 20:42

Le captagon, la drogue dure du djihadisme en Syrie



Une pilule qui permet de combattre sans douleur et sans pitié, tels sont les effets du captagon, la drogue qui fait fureur dans les rangs des combattants djihadistes en Syrie. Au-delà, le trafic de captagon alimente aussi une économie de guerre.

C'est une toute petite pilule blanche, anodine en apparence. Pourtant elle est une part importante de la guerre qui se joue actuellement en Syrie.

Le captagon, aussi connu sous le nom scientifique de Fénétylline chlorhydrate, est un psychostimulant puissant de la famille des amphétamines. Elle est tout simplement devenue la drogue quotidienne des combattants djihadistes.



Des combattants syriens préparant leurs armes dans la banlieue d'Alep


ien de très religieux donc dans cette substance créée à l'origine pour soigner les troubles de la concentration et la narcolepsie. Le captagon est interdit dans la plupart des pays, y compris en France, où il est classé comme produit stupéfiant.


La crise syrienne, une guerre sous psychotropes



Mêlé à d’autres drogues, comme du haschich, le captagon est devenu le régime de base des djihadistes sur le front syrien, selon une enquête du Time.

Ses effets ? Rien de moins qu'une annihilation totale de la peur, de la douleur, de la faim et de la fatigue mais également de toute empathie. Autre effet avidement recherché par les membres d'Al-Nosra, les soldats de l’Armée syrienne libre (ASL) ou encore par ceux de Daesh : une euphorie intense et des vertus aphrodisiaques et hallucinogènes décuplées.



"Ils rigolaient alors qu'on les bourrait de coups" Le Captagon, "potion magique" de jihadistes Rémy Dodet ‏@ Twitter


Ces soldats hallucinés en deviennent insensibles à toute violence, celle qu'ils infligent comme celles qui leur est infligée. Ainsi les analyses de la bande son des vidéos de Djihadi John, du nom de ce combattant britannique chargé d’exécuter les otages, indiquent qu'il avait agi sous l’effet d'amphétamines. Des témoignages de combattants kurdes recueillis par le Time font aussi état de djihadistes qui ne finissent par succomber qu'au bout de cinq ou six balles pourtant toutes supposées mortelles.

Mais cette drogue n'est pas consommée que par les seuls combattants. Les civils syriens, touchés de plein fouet par la guerre, par ses conséquences psychologiques et économiques, y ont également recours.


Le trafic de drogue, l'autre nerf de la guerre



Le trafic de captagon tient également une place non négligeable dans le financement de la guerre en Syrie, selon le dernier rapport de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Daprès l'organisme onusien, en 2014, plus de 50 millions de pilules auraient été vendues. Ce business très lucratif rapporte, selon ses estimations, 10 à 20 millions de dollars.

Cette drogue s'avère en effet très rentable puisqu'il suffit de quelques milliers de dollars pour produire environ 200 000 pilules, lesquelles rapportent alors plus de 1,2 millions de dollars (un peu plus d'un million d'euros).

Du fait de sa position carrefour entre le Moyen-Orient et le Golfe, la Syrie est devenue la plaque tournante du trafic de captagon. Sa destination de prédilection? L'Arabie saoudite où ce type de drogue est très demandé. La pilule de captagon, qui ne coûte donc que quelques centimes à produire, se revend à hauteur de 20 dollars, soit 18 euros, dans le royaume wahhabite.



Saisie de captagon à Sanaa, Yemen


Des sommes faciles à obtenir qui peuvent alors être aisément réinvesties par les groupes djihadistes dans l'achat d'armes. Des revenus qui viennent également s'ajouter à l'argent tiré par ces mêmes groupes de l'exploitation du pétrole syrien et irakien, argent estimé par l'ONU entre 850 000 et 1,65 million de dollars par jour (entre 780 000 et 1,5 millions d'euros).

Source http://francais.rt.com/international/2650-captagon-drogue-djihadisme-syrie




Drogue très en vogue depuis les années 90 au Moyen-Orient, le captagon était à l'origine produit en Syrie et principalement destiné à l'export vers les pays du Golfe. Mais depuis le début du conflit syrien, les producteurs de cette amphétamine n'hésitent plus à faire transiter leur cargaison par le Liban. Les pilules ne cessent donc d'affluer sur le territoire libanais, inondant les rues des quartiers pauvres. Une partie de la marchandise est également réexpédiée en Syrie afin de "booster" les combattants sur place. Reportage à Beyrouth.

http://www.itele.fr/monde/video/le-captagon-la-drogue-des-combattants-syriens-113563
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1145
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mer 10 Juin - 19:50

Al-Qaïda, la nouvelle normalité

Dans l’article qui suit, Pepe Escobar met en évidence de manière magistrale toute l’hypocrisie de l’Empire du Chaos, qui après avoir encouragé la naissance de l’EIIS/EIIL/Da’ech, (ce monstre qui revends les femmes pour le prix d’un paquet de cigarette dans les territoires qui tombent sous sa coupe), fait semblant de se battre contre lui… Jusqu’à quand ce cirque infâme de mensonge, d’hypocrisie et de violence va t’il durer ?!

Par Pepe Escobar – Le 6 juin 2015 – Source : Russia Today

Traduit par Daniel, relu par Diane pour Le Saker Francophone

(Titre original de l’article « Le grand gagnant de la Coupe du Monde du Djihad est… »)

Les membres de la coalition de volontaires créée par les USA pour (supposément) combattre EIIS/EIIL/Da’ech en Syrak se sont réunis la semaine dernière à Paris. En théorie, ils devaient se pencher sur les suites à donner à la chute de Ramadi en Irak et de Palmyre en Syrie.



Le scénario de la réunion, quant à lui, était directement tiré du Manifeste du surréalisme.

Le numéro deux du Département d’État des USA, Tony Blinken, a juré que Washington n’avait aucune réserve à propos de sa stratégie gagnante. Il a précisé que la stratégie gagnante avait tué au moins 10 000 djihadistes du faux califat. Ce qui en a fait sourciller plus d’un dans le chœur de l’armée d’espions de la CIA.

Blinken a également insisté sur les progrès accomplis. Il doit avoir confondu cela avec la prise des grosses légumes de la FIFA par le FBI. La coalition a évidemment accordé tout son soutien à Bagdad, sous forme de belles paroles et d’une vague promesse de fournir plus d’armes, sans toutefois manquer d’exhorter le gouvernement à être plus accueillant envers les tribus sunnites.

Personne n’a soulevé le fait que le succès du faux califat dans la province d’Al Anbar, est dû au soutien des baathistes parmi les sunnites, que Donald Rumsfeld qualifierait de restes du régime de Saddam. C’est cela qui empêche Bagdad d’être plus accueillant.

La coalition a évidemment à peine parlé de la Syrie. Il n’y a absolument aucune différence idéologique et religieuse entre le Front al-Nosra (la branche d’al-Qaïda en Syrie), et EIIS/EIIL/Da’ech. Pourtant, le Qatar et la Turquie partagent le même lit avec le Front al-Nosra, tout en laissant entendre qu’ils s’opposent au faux califat.


La coalition perpétue aussi la fiction par son soutien à ce qui reste des rebelles modérés de l’Armée syrienne libre. Des rebelles modérés, il n’en reste plus. Ils sont tous passés au Front al-Nosra ou à EIIS/EIIL/Da’ech, car c’est là que l’action se passe, avec des tonnes d’armes et la possibilité de prouver sa valeur militaire sur le terrain.

Puis il y a la Jaish al-Fatah, l’Armée de la Conquête, une mixture sémantique digne de la novlangue qui dissimule le fait que l’Occident progressiste, de concert avec ses proverbiaux vassaux des pétromonarchies du Golfe, la couvre d’armes et d’argent liquide. L’Armée de la Conquête est en fait un collectif nébuleux formé de groupes takfiris comme le Front al-Nosra. Toutes les alliances qu’ils forment se dissolvent aussi vite dans les sables du désert.

Les choses prennent une tournure encore plus mauvaise lorsqu’on sait que Doha[capitale du Qatar], par l’entremise d’al-Jazeera arabique, est devenu maintenant le commanditaire officiel du Front al-Nosra, en invitant ses dirigeants à s’exprimer sur ses ondes et en s’efforçant d’établir une différence (pratiquement nulle) entre le Front al-Nosra et EIIS/EIIL/Da’ech. Dans l’une de ces entrevues, le Front al-Nosra a été limpide : l’Occident ne fera pas l’objet d’une attaque à la al-Qaïda tant que des armes, des dollars US et des euros continueront de pleuvoir sur le groupe. Sa mission en Syrie demeure un changement de régime, ce qui correspond exactement à ce que veulent Doha, Ankara, Riyad, Tel-Aviv et, bien sûr, Washington.

Al-Qaïda, la nouvelle normalité

Le journal turc Cumhuriyet a fourni un lien vers une vidéo montrant l’agence d’espionnage turque MIT armant al-Qaïda en Syrie par camions entiers.

Cela se passe pendant qu’Ankara persiste et signe dans la fiction en prétendant former des modérés pour combattre le faux califat. C’est insensé. Je le dis et le répète, il n’y a plus de modérés, seulement des groupes takfiris. Dès que des modérés franchissent la frontière turco-syrienne, ils deviennent des takfiris.

Pour sa part, EIIS/EIIL/Da’ech progresse constamment en direction d’Alep, en essayant de capturer des villages au nord-est de la ville. Inutile d’ajouter que la coalition se contente de regarder. Ce qui rend les choses encore plus absurdes, c’est que bon nombre de groupes d’opposants qui refusent d’être qualifiés de takfiris, comme le Front révolutionnaire syrien et le Front du Levant, mais qui combattent aux côtés des takfiris, ont demandé au Pentagone de bombarder les brutes du calife, mais en vain.

Ainsi, pendant que le Pentagone se plaint d’être à court de cibles tout en étant incapable de bombarder des colonnes de djihadistes en plein désert, pendant que les vestons cravates poursuivent leurs beaux discours à Paris, EIIS/EIIL/Da’ech est sur le point de conquérir une zone extrêmement stratégique s’étendant d’Alep dans le nord jusqu’à la frontière turque.

S’il réussit, cela aura pour effet de couper les liens de tout le monde, des soldats d’Assad aux supposés rebelles modérés.

Un des groupes modérés, le Front al-Izz, est sur le point de quitter la coalition. Son chef, Mustafa Sijari, a fait une révélation pour le moins extraordinaire. Il a prétendument été sommé par le Pentagone d’oublier Damas et de combattre EIIS/EIIL/Da’ech. Si cela est vrai, c’est une autre preuve que le Pentagone joue un rôle de figurant, en laissant les Arabes s’entretuer de la manière qui leur plaît, peu importe leur conviction religieuse.

Quant à la stratégie de Washington, c’est plutôt l’absence de stratégie qui prime. Les conseillers en matière de politique étrangère de l’administration-évitons-les conneries-Obama ne peuvent être pris au sérieux.

Les factions favorables à l’administration dans les officines à Washington soutiennent que les USA ne peuvent s’aliéner Téhéran en attaquant Damas, parce que les USA ont besoin du soutien iranien, par l’entremise d’une myriade de milices chiites, pour combattre EIIS/EIIL/Da’ech en Irak. En Syrie pourtant, les USA comptent sur les modérés en voie de disparition non seulement pour combattre le faux califat, mais aussi pour infliger des coups à Damas.

Nous pouvons déjà commencer à compter les multiples permutations des retours de flamme que pareil scénario trouble ne manquera pas de susciter. L’Empire du Chaos excelle dans l’art de fomenter (évidemment !, sinon quoi d’autre ?) le chaos. Quant à la destruction qui en découle, c’est aux habitants locaux d’en supporter le fardeau, pendant que l’Empire reste sur la touche.

Il demeure important de rappeler que les milices tribales sectaires qui ont été lâchées en Irak puis, des années plus tard, en Syrie, étaient une conséquence directe de la politique Made in USA de diviser pour mieux régner, mise en œuvre après la destruction initiale de l’État irakien.

Bref, le chaos prévaudra encore. EIIS/EIIL/Da’ech poursuivra son avance en Syrie, hors d’atteinte de la puissance de feu du Pentagone. Mais une contre-attaque efficace est cependant possible en Irak, non pas grâce à la puissance de feu du Pentagone, mais plutôt des milices chiites. C’est cela que le Département d’État définit comme une stratégie gagnante.

Traduit par Daniel, relu par Diane pour Le Saker francophone

Pepe Escobar
est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009) et le petit dernier, Empire of Chaos (Nimble Books).
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 14 Juin - 8:51

merci


Dernière édition par set7 le Ven 10 Juil - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 14 Juin - 8:53

merci


Dernière édition par set7 le Ven 10 Juil - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 14 Juin - 15:33

set7 a écrit:
bonjour , ce sujet me hante depuis des mois , j aimerai parler avec a2 ou un admin avant de poster mon experience ,jai passer des centaine d heures sur ce sujet     merci de me repondre

Communication Akasha : Bonjour Set  Very Happy
Bienvenu sur le forum. Ici il n'y a pas de A2zeiss, même si tu le vois dans la liste des membres...Du moins il n'a rien avoir ici. L'admin c'est Omen. Et si tu veux lui parler, je te souhaite bonne chance^^ même moi qui est la modératrice du forum, j'arrive jamais à le joindre...Donc en gros, celle qui gère ici c'est moi. Donc si tu as des questions relatif au sujet n'hésite pas, de tout de manière c'est Orné & moi qui gérons ces sujets. Par-contre si ce sont des questions hors sujets, tu peux les poser ici : About the Webside. Voilà, ou encore en MP.
Bonne journée.

PS : Tu étais qui sur PR ? le Set de PR ? avec le puma en avatar ?

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 14 Juin - 20:35

merci de me repondre akasha   je tenvoie un mp   oui cestait moi set sur pr  lol
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mar 30 Juin - 17:15

Bonjour mes frères & sœurs
Quand nous voyons avec quelle complaisance le dossier de l'EI est traité par l'Empire..Il est bien de rappeler quel est le but rechercher. Sans compter qu'il n'est même plus nécessaire de démontré que l'EI n'est jamais que l'outil de l'Empire..Quand les américains ou les alliés bombardent (de temps en temps), se sont les lignes des forces gouvernementales syriennes qui trinques...Quand ils décident d'apporter une aides logistiques ou même en armement, se sont les forces anti-gouvernementales qui en bénéficient...Alors que les Pechmergas, très actif pour combattre l'EI n'ont rien reçus ! Et ne parlons même pas du Hezbollah, faut pas rêvé non plus, pourtant ils font eu aussi un gros travaille pour combattre l'EI..Non il n'en sera rien, car ils poursuivent un tout autre but, c'est le redécoupage de ces régions, et l'EI en est leur meilleur instrument pour y arriver. Même Hillary Clinton, pourtant candidate à la maison blanche, l'a affirmer dans son dernier ouvrage, HARD CHOISE..Tout comme   l'avait déjà expliqué en long et en large, déjà dans les années 90', le plan américain de conquête] géopolitique mondiale, qui serait mis en oeuvre dans les décennies à venir. Dans son grand livre : LE GRAND ÉCHIQUIER..Donc ici on ne peut pas venir me taxer de conspirationnisme, il suffit de savoir lire... Razz  Dans se redécoupage des régions, il y a plusieurs bénéficiaires, les Etats-Unis, et Israël surtout. Ce dernier qui se sent bien trop à l'étroit dans ces frontières et rêve de plus en plus en leur grand empire de Sion, quand aux américains, ils en ont besoin pour ces nombreuses ressources et aussi comme point stratégique pour sa domination mondiale, et mettre en échec la grande Russie non loin de là.  
Pour être compète et concise, voici un interview d'un grand spécialiste sur la question, qu'est Monsieur Hillard, qui d'ailleurs avait bien anticipé sur les événements déjà de part ces analyses passée. Je rajoute un article sur un ancien ministre israélien qui parachève mon idée comme de quoi il serait facile pour l'Empire si il le voudrait vraiment de se débarrasser rapidement de l'EI, très rapidement.... Wink  Bonne lecture.
Texte Akasha.


Quenel+ s’entretient avec Pierre Hillard sur l’actualité internationale



Quenel + — Bonjour, Pierre Hillard ! Nous vous remercions d’avoir accepté cet entretien pour Quenel+. Pour les lecteurs qui ne vous connaîtraient pas, pourriez-vous vous présenter ?



Pierre Hillard — J’ai fait des études d’histoire et de science politique. J’ai terminé par un doctorat. Je donne des cours de géopolitique dans l’enseignement post bac.




Les théâtres de guerre se multiplient au Moyen-Orient : Syrie, Irak, Yémen, Liban, Arabie saoudite, etc. Pouvez-vous récapituler le projet de redécoupage de cette région du monde dont vous avez démontré l’existence dans vos livres ?




Il faut d’abord rappeler les étapes-clés ayant conduit à la situation actuelle. Sur une période d’un siècle, il faut énumérer les points suivants. On peut évoquer les « Accords Sykes-Picot » de 1916 signés entre Français et Anglais qui se répartissent les territoires de l’Empire ottoman. À l’origine avantageux pour la France, qui s’arroge une partie des zones pétrolières (voir carte 1), l’Angleterre procède à des rectificatifs frontaliers qui lui donnent la totalité des territoires riches en hydrocarbures (Kirkouk et Mossoul). La « Déclaration Balfour » de 1917, qui devrait s’appeler « Déclaration Milner » selon l’universitaire américain Carroll Quigley (Alfred Milner, membre de l’élite britannique), reconnaît l’existence d’un foyer juif en Palestine avec l’assentiment du gouvernement anglais. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et des accords en février 1945 entre le président Roosevelt et Ibn Saoud, les États-Unis imposent leur autorité au Proche-Orient. L’ensemble est renforcé par la création de l’État d’Israël en 1948.

Depuis cette époque, c’est une opposition complète entre l’État hébreu et le monde musulman. En dehors de quelques moments de répits, comme les accords de Camp David en 1978 entre l’Égyptien Sadate et l’Israélien Begin, la région est un véritable chaudron.

Il existe un courant au sein de l’État hébreu qui prône l’instauration du « Grand Israël » du Nil à l’Euphrate comme le souhaitaient le fondateur du sionisme, Theodor Herzl, et le rabbin Fischmann (voir carte 2). Cela a été prouvé par le président de la ligue israélienne des droits de l’Homme, Israël Shahak (1933-2001). Ce dernier a présenté en 1982 la traduction de l’hébreu en anglais d’un article d’Oded Yinon paru dans la revue sioniste Kivunim. Outre la présentation de la carte du « Grand Israël », chère à Herzl, cet article prône la dislocation des États musulmans (Irak, Syrie…) en une multitude de petits États en fonction de critères ethniques et religieux. Cet article est d’une brûlante actualité en 2015 car il correspond à tout ce qui se passe dans cette partie du monde, où le principe du « Choc des civilisations » fonctionne à plein régime. Rappelons que cette expression n’est pas à l’origine de Samuel Huntington mais de l’islamologue Bernard Lewis, dans son ouvrage Islam, paru en… 1957 !

Enfin, signalons que la revue militaire américaine Armed Forces Journal, en juin 2006 (voir carte 3), et le New York Times du 28 septembre 2013 (voir carte 4) ont présenté des cartes de la péninsule arabique explosée en de nombreux États, avec en bonus, si l’on peut dire, la Libye éclatée en trois entités.




Pour vous, quel rôle joue l’État Islamique dans cette marche irrésistible du Nouvel ordre mondial ?





C’est un outil, véritable idiot-utile mais aussi agent sanguinaire, permettant de fracasser et de nettoyer la région au service d’une cause supérieure : l’oligarchie mondialiste.




Assistons-nous à une confrontation de plus en plus visible de deux axes : l’axe États-Unis/Union européenne/Israël, et de l’autre, l’axe Russie/Chine/Iran ?



Oui, d’une certaine manière, nous assistons à des guerres de clan. Sur le fond, les différents protagonistes poursuivent le même idéal : la gouvernance mondiale. Ils n’arrivent pas à s’entendre sur la répartition des zones d’influence. Dans cette affaire, le monde anglo-saxon en liaison avec une partie de l’oligarchie juive veut tout rafler, et les Russes liés à une autre oligarchie juive (en particulier les loubavitch) s’y opposent.

Le discours de Poutine à Valdaï, en octobre 2014, est révélateur. Comme il le dit : « Quelle pourrait être la base juridique, politique et économique pour un Nouvel ordre mondial qui permettrait la stabilité et la sécurité ? », ajoutant qu’il est acquis à « la création de puissantes organisations régionales » contribuant « à la stabilité de la sécurité, de la politique et de l’économie mondiales ». Poutine précise que le fond du problème réside dans l’incapacité des différents protagonistes à s’entendre sur un mode d’emploi de gestion du monde accepté par tous : « Qu’est-ce que l’avenir nous réserve donc, si nous choisissons de ne pas respecter les règles – même si elles peuvent être strictes et peu pratiques – mais plutôt de vivre sans règles du tout ? ». Le nœud du problème réside dans ces propos.




Le Parlement européen s’est vu privé de vote sur le traité Transatlantique. Pouvez-vous faire un rappel sur ce traité controversé et où en est-on dans sa phase de réalisation ?





Ce projet de traité Transatlantique, élaboré dès 1939 par Clarence Streit et l’oligarchie anglo-saxonne comme l’a si bien expliqué Carroll Quigley dans Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine (éditions Retour aux sources), a pour objectif de créer un bloc économico-juridique unifié aux normes de Washington. Il s’agit en particulier de permettre aux multinationales d’imposer aux États leurs conditions aux dépens des normes sociales et écologiques. Là aussi, dans cette répartition des tâches, certains éléments coincent, en particulier avec l’Allemagne qui tient à ne pas tout perdre dans cette affaire. Ceci explique les tractations et retards en tout genre.

Précisons que parallèlement à l’instauration d’un marché transatlantique, il s’agit d’imposer une régionalisation complète à l’Europe. Les régions de plus en plus autonomes et dépendantes de Bruxelles seront encore mieux soumises aux caprices des multinationales.

Recevant la plus haute distinction en faveur de la construction européenne en 2000, le « prix Charlemagne », le président Bill Clinton a encouragé le principe de régionalisation du vieux continent. Ce n’est pas l’effet du hasard.




La Grèce est au bord du défaut de paiement. Récemment, le taux d’emprunt des obligations du Trésor sur deux ans est passé à 25 %, et Standard and Poor’s a abaissé sa note à Triple C. La Grèce sortira-t-elle de l’euro, et si oui, quelle répercussion cette sortie aura-t-elle sur l’Europe, voire le monde ? Pensez-vous qu’il y aura une autre crise ?





La situation est insoluble. La Grèce a plus de 300 milliards de dettes qu’elle ne remboursera jamais. En dehors du tourisme, ce pays ne produit quasiment rien. À cela, il faut ajouter une corruption généralisée. Le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, a même reconnu que la simple construction d’un kilomètre d’autoroute en Grèce coûtait trois fois plus cher qu’en Allemagne.

Peu importe les décisions prises (Grèce dans l’euro ou pas), ce pays va peser lourd dans les affaires de l’Union Européenne, mais aussi, d’un point de vue géopolitique, vis-à-vis de la Russie. Une bascule d’Athènes vers Moscou n’est pas à exclure, d’autant plus que nous assistons à un affrontement entre blocs, avec d’un côté l’Union Européenne et les États-Unis, et de l’autre la Russie liée à la Communauté économique eurasiatique.

Peut-être que les jeux sont déjà faits. La revue The Economist a publié en septembre 1990 une carte du monde constituée de blocs régionaux (voir carte 5) en vue de la gouvernance mondiale. Dans ce prototype, la Grèce, mais aussi la Bulgarie, la Roumanie et les Balkans, sont rattachés au bloc Euro-Asia, tandis que l’Europe est littéralement accolée à l’Amérique du Nord (Euro-America). Nous assistons peut-être à une mauvaise pièce de théâtre où en réalité les jeux sont faits. Cependant, la prudence reste de mise, car sur Terre rien n’est acquis, rien n’est éternel.




Sommes-nous arrivés à un point de basculement permettant d’acter l’avènement de la gouvernance mondiale si chère aux mondialistes ?



Le monde né en 1945 est en train de mourir. Pour passer à l’étape supérieure, il s’avère nécessaire dans la spiritualité mondialiste de favoriser une période de chaos et de destruction. Les fameuses expressions « Ordo ab chaos » ou « Destruction libératrice », selon l’expression d’Orwell, ne sont pas seulement de simples formules. Le philosophe et historien israélien Gershom Scholem expliquait ce type de bascule dans le cadre de la rédemption messianique par l’expression « les douleurs de l’enfantement ». Bref, on va subir…




Que peut faire un modeste citoyen face à cette terrible réalité ?




Il faut impérativement avoir des connaissances en histoire (le temps long), en politique, en théologie et un minimum de connaissances en économie afin d’être imperméable aux bêtises et aux mensonges déversés par les médias. Mais, je vous le dis tout de suite, la nature humaine en général n’est pas capable de faire ces efforts.



]Vous venez de préfacer le livre de Carroll Quigley, Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaineH
. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?





Ce livre est extraordinaire. Carroll Quigley explique comment les élites anglo-américaines ont élaboré une politique en faveur des unions régionales, du marché transatlantique et de la formation des élites favorables à cet idéal de gouvernance mondiale de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1950. Tout ce que nous voyons aujourd’hui n’est que la conséquence de ces travaux immenses.

La préface que j’ai faite (27 pages) explique les raisons profondes liant le monde anglo-saxon à cet idéal de gouvernance mondiale, en liaison avec le monde du judaïsme. C’est une sorte de « super » note de synthèse qui permet aux esprits paresseux de voir le cadre général et d’éviter ainsi de se « taper » 300 ou 400 pages de lecture.


Carte 1 : accords Sykes-Picot



Carte 2 : le Grand Israël



Carte 3 : la revue militaire américaine Armed Forces Journal (juin 2006)



Carte 4 : article du New York Times du 28 septembre 2013



Carte 5 : la revue The Economist a publié en septembre 1990 une carte du monde constituée de blocs régionaux



[/url]Suenel+

Voici pour terminer, un article qui relate les déclarations de l'ancien président israélien, Ehoud Barack sur l'éradication rapide de l'EI :

L'’État islamique pourrait être éliminé en deux jours




Ehoud Barack et Barack Obama en 2008 – Crédit photo : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense/Flash90


L’ancien Premier ministre Ehoud Barak a déclaré que l’État islamique « n’est pas puissant » et qu’une réaction adaptée permettrait d’éliminer les combattants de l’EI en deux jours. L’ancien ministre de la Défense a fait cette déclaration dans une interview accordée à la chaîne de télévision d’information continue russe RT et diffusée sur YouTube vendredi.

L’ancien ministre travailliste estime que si « l’État islamique connaît un certain succès c’est parce qu’il ne fait pas face à un effort de destruction suffisamment cohérent et coordonné » de la part de la communauté internationale. « Techniquement, ils ne sont pas puissants. Ils ne représentent que 30 à 40 000 hommes. Leurs véhicules sont des pickups Toyota munis de quelques fusils. Ils n’ont pas un seul aéronef, pas d’hélicoptère », rappelle l’ancien Premier ministre.

« Je pense qu’ils devraient être détruits. […] Je pense que l’approche appropriée à l’égard de l’État islamique en Syrie a été décrite par les Turcs. Ils ont proposé de coopérer avec les Américains, à condition qu’ils n’oublient pas [Bachar] el-Assad. On ne peut gagner contre l’EI et servir les intérêts de M. Assad », a souligné le politicien israélien.

Interrogé sur l’aide d’une puissance étrangère dont serait susceptible de bénéficier l’État islamique pour étendre son influence sur l’Afghanistan ou le Proche-Orient, M. Barak a affirmé qu’il « ne voyait actuellement personne qui les aide réellement. »  Et de renchérir : « Je pense qu’avec un effort un peu plus coordonné, l’État islamique pourrait être éliminé. »

YA

http://www.israpresse.net
[/url]

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Ven 3 Juil - 1:08

Le député Claude Goasguen l’avoue : la France soutient Al-Qaida et le Front Al-Nosra en Syrie



Lors d’un débat sur LCP, le député Claude Goasguen (Les Républicains) a avoué que la France soutenait les djihadistes en Syrie.

De quoi simplement confirmer ce que nous signalons depuis le début à nos lecteurs.




Source : Media Press Info

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Ven 10 Juil - 23:05

merci akasha ,  cest ok pour moi jai fait mon deuil , ta louper linfo du siecle , remarque elle date de 1 a 2 ans deja mais ce confirme , association des cartel mexicain er de l etat islamique , er bin la roue tourne dans le mauvais sens depuis des annee    bye bonne eter a tous  porter vous bien
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 12 Juil - 0:14

lut ,  celle ci est super corser   https://www.youtube.com/watch?v=NrsH9m8skro   il exsisterai une version plus detailler avec des americain  au commande des camera  a mediter non
Les hackers ont expliqué qu'ils ont trouvé la vidéo sur un support électronique d’un collaborateur du sénateur américain John McCain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 12 Juil - 0:56

@set7

Akasha est en vacance ,elle te répondra quand elle rentre bounce
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 12 Juil - 7:04

ok merci , bon dimanche
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mar 14 Juil - 20:04

Bonsoir mes frères & sœurs
Ces derniers mois, les preuves de l'instrumentalisation et la création de l'EI par l'OTAN et les USA ont été légions, c'est bien simple, on remarquent bien qu'ils ne le réfutent plus trop..ils n'y a que nos merdias complice qui continuent à propager les mensonges comme si de rien n'était, conscient que de toute manières ne visent que la majorité qui continuent de fermer les yeux.. On l'a déjà suffisamment démontrer ici même pour qui roule l'EI Et quel est leur mission. Donc on a le commanditaires, et le mobile, donc à quoi bon continuer à fermer les yeux ? Tout était prévu de longue date, on a donc été capable de remonter loin dans le temps pour démontrer cette vaste opération de sabotage et de prise de territoire. il n'y a que les gogoles et les trolls fanatiques pour continuer à nier leur appartenance et leur liens réels ! Cela va jusqu'aux exécutions qui ne sont que des montages studios mener par la CIA Là aussi les preuves ne manquent pas ! Bien entendu les trolls diront que cela viens des russes qui sont pas gentil lol Qui donne dans la propagande anti américains..Comme si ces derniers ne le faisaient pas depuis la nuit des temps...Mais encore une fois, ils ne connaissent pas l'histoire, ils prêchent par ignorances ou dénis de la réalité. Car pour le cas qui nous occupent ici, cela viens d'un groupuscule ayant fait leurs preuves. Et qui sont neutre. Car en personne qui raisonne, on le sait que Poutine et la Russie ne manque pas non plus de donner le change, ce qui est de bonne guerre, et ils n'hésiteront pas à défendre jusqu'au bout leurs intérêts et leur patrie..Le but n'est donc pas de dresser les russes en héros. Mais simplement de démontrer les responsabilités qui incombent à chacun !
PS : merci à Set pour sa réactivité, tu as été plus vite que la plupart des sites d'infos, bien vu Wink Mais je n'aurai pas pu poster avant, je suis au Vietnam.
Texte de Akasha.


Les américains montent en studio de fausses exécutions de l'État Islamique



L'année dernière déjà, le vidéo de la soit disant exécution de James Foley (probable agent sous couverture de la CIA) n'avait pas convaincu grand monde. Puis ce fut le tour de Steven Sotloff, qui avait des liens manifestes avec le Mossad et dont on a retrouvé des photos étonnantes en Syrie. Cette année encore, une exécution d'otages japonais s'avérait être tournée en studio. Cette fois, le groupe de hackers aguerri les Cyberberkut qui a déjà publié dans le passé des documents compromettants exposant les liens entre le conflit ukrainien et le gouvernement américain ainsi que le financement de celui-ci par George Soros a réussi à pirater le téléphone d'un collaborateur de John McCain, celui qui affirmait il y a quelques mois être en contact permanent avec l'EI.


Ce qu'ils ont trouvé est tout bonnement stupéfiant et correspond bien à ce que l'on soupçonnait au sujet de certaines exécutions très scénarisées d'occidentaux (le plus souvent des journalistes) qui ont été très médiatisées. La vidéo qui a été hackée montre une fausse exécution de l'EI qui a été filmée en studio manifestement par des occidentaux. On voit bien qu'il ne s'agit pas d'un otage et que le bourreau fait semblant de lui couper la tête.

La fameuse coupure au montage que les médias de masse ont prétexté être une forme de pudeur dans l'horreur (c'est nouveau chez les terroristes à ce qu'il parait) s'avérait bien être une belle arnaque puisque l'on constate que "l'otage" n'a absolument pas été blessé. Je me demande d'ailleurs si cette exécution ne serait pas celle de James Foley car la mise en scène y ressemble beaucoup.

Attention, cela ne veut absolument pas dire que toutes les exécutions de l'EI sont fausses et ne dédouane absolument pas leurs atrocités.



Publié par [url=Publié par Fawkes News]Fawkes[/url] News


_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
set7
Membre Actif


Messages : 32
Date d'inscription : 14/06/2015

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Mer 15 Juil - 4:43

Salut,
je traînai sur le net et hop qui je vois, ce bon vieux coupeur de tète de Djihad John, celui-là même qui est dans la vidéo que tu as mit akasha. Et devinez quelle coïncidence, il c'est sauvé de DAECH  trop dur de couper des tètes le pauvre petit snifff .. Donc la vidéo du dessus serait peu être de lui , je te laisse looker ça  http://francais.rt.com/international/4339-recrues-daesh-retour...  Dès que tu as un instant. Passez de bonne vacance. PS : je suis à la ramasse j'étais au lit quand l'info sur le studio caméra  est sortit. Et une autre coïncidence el chapo guzman c'est fait la malle de sa prison haute sécurité' quand li'info confirmait DAECH au Mexique , cela fait des années que je suis les cartels sur borderlandbeat j'ai jamais entendu parler de isis , à moins que j"ai loupé un post de Chivis.

{ dédicace au peuple mexicain qui souffre, et dont personne ne parlent en Europe , et une énorme dédicace a cette femme qu'on nomme Chivis. Elle met ça vie en jeux chaque jours pour dénoncer les cartels et la torture ou la corruption ,bravo à elle et son équipe }
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 19 Juil - 18:30

Spoiler:
 

Modération Akasha
Bonsoir Yousef
Je suis délée mais se post n'est pas à ça place. Ici on est sur le sujet consacré au conflit en Irak et en Syrie et tout se qui s'en rattache (DAECH, Al Caida, Al Nostra, le Hezbollah, L'Arabie Saoudite, les salafistes, etc...)..Mais pour ce qui en est des Soral et cie et tout ceux qui s'amusent à écrire dessus, par simple concurrence, on vas arrêter d'en poster un peu partout, on est pas sur PR ici, il y a deux sujets au moins lui étant consacré poste le là si tu veux aucun soucis, mais nul part d'autres, merci de ta compréhension.

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Dim 19 Juil - 22:08

Justement, le numéro 1 du magazine Patience est consacré à DAESH.

http://www.marcedouardnabe.com/patience/
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3384
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   Lun 20 Juil - 2:10

yous_f a écrit:
Justement, le numéro 1 du magazine Patience est consacré à DAESH.

http://www.marcedouardnabe.com/patience/

Bonsoir Yousef

Oui je sais, j'avais vu...Mais de toi à moi on sais bien que tu as voulu te montrer sarcastique^^ Bah je ne te juge pas, je peux l'être aussi mais voilà, je fais mon boulot Wink
Tu pourrais par-exemple le faire plus propre avec un avant propos, une partie du texte, puis un libeller "lire la suite sur le lien"  Et là il n'y aurait rien eux à dire, et sans cette horrible illustration lol ...Mais vu que ce n'est qu'une pub pour le dit magazine...

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irak et Syrie: l'EI, arnaque ou véritable mouvement révolutionnaire?"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 34Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 34  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lush UK attention arnaque !
» Guerres et épaves - Le Syrie
» Le RSA, aubaine ou arnaque ?
» attention arnaque au telephone
» Numéros en 08 97 et 08 99 : ne rappelez pas c'est une grosse arnaque !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: