Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 actualité algerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: actualité algerie   Sam 21 Fév - 19:16

Rappel du premier message :

[size=33]BAISSE DU DINAR : HAUSSE DES PRIX DE PRODUITS DE CONSOMMATION[/size]
Plusieurs produits de consommation affichent des prix en hausse depuis plusieurs semaines dans divers commerces d’Alger. Les fruits et légumes ainsi que d’autres produits alimentaires sont les premiers touchés par l’envolée des prix. Plusieurs facteurs sont en cause selon Hadj Tahar Boulenouar, porte-parole de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).
Les produits d’importation affichés au prix fort
Le porte-parole défend tant bien que mal la position des commerçants et renvoie la responsabilité aux importateurs et à l’Etat à qui il demande plus de transparence. Dans un premier temps, lorsque les prix augmentent sur les marchés mondiaux la hausse est bien répercutée par les commerçants, à la demande des importateurs. Mais à l’inverse, quand les prix baissent sur les cours internationaux, les importateurs n’en font pas mention et les commerçants se retrouvent donc face à des consommateurs en colère.
La dévaluation du dinar est aussi une cause persistante de la fluctuation des prix et met les importateurs dans l’embarras. L’Etat doit donc enrayer la volatilité de la monnaie nationale sans quoi les « consommateurs ne peuvent s’attendre à une stabilité des prix des produits importés » concède Hadj Tahar Boulenouar.
Ces dernières semaines, les produits les plus consommés par les ménages algériens voient leur prix augmenter. On note ainsi une augmentation de 5 à 10 DA par kilo sur les pâtes alimentaires et la semoule et 40 DA sur le kilo de café alors qu’il faudra compter 10 DA supplémentaire pour un kilo de tomates en conserve. Mais la dépréciation de la monnaie nationale et les méthodes des importateurs ne sont pas les seuls problèmes.
Le réseau de distribution également en cause
Il y a un manque criant à ce niveau-là selon le porte-parole de l’Union, qui évoque un déficit  d’environ « 1000 marchés de proximité ». Cette défaillance vient gonfler la différence entre les prix pratiqués sur le marché du gros et celui du détail. Des différences tarifaires qui varient de 50 à 100% selon le constat fait par l’UGCAA qui prend pour exemple la pomme de terre dont la valeur au gros ne dépasse pas les 50 à 60 DA le kilo alors qu’au détail les prix peuvent atteindre 80 à 90 DA le kilo selon les régions.
Les ministères du Commerce et celui de l’Agriculture se doivent de réunir les conditions nécessaires pour assurer la stabilité de l’approvisionnement et créer un réseau national de distribution performant. « On ne peut pas garantir la stabilité des prix si on n’assure pas la stabilité de l’approvisionnement », constate donc Hadj Tahar Boulenouar, avant d’évoquer le réseau de stockage qu’il juge défaillant à cause du « monopole et la spéculation ».
Les mauvaises conditions météorologiques
Les intempéries de ces dernières semaines ont également rendu la récolte des fruits et légumes très difficile pour les agriculteurs. Le manque de main d’œuvre et l’augmentation des salaires pour encourager la venue des ouvriers agricoles sont une des raisons favorisant l’élévation des prix. Quand les routes sont praticables, les tarifs pratiqués par les transporteurs viennent se répercuter directement sur le prix de vente final.
Ainsi, pour les fruits et légumes la hausse varie entre 10 et 15 % sur les dernières semaines selon les derniers chiffres de l’UGCAA. Néanmoins, Tahar Boulenouar se veut rassurant sur ce point et indique qu’une baisse est attendue en mars puisque les récoltes seront enfin prêtes et les conditions météorologiques plus clémentes.
source : http://news80.com/dz/2015/02/12/406170/
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Lun 2 Mar - 8:36


La semaine commence à In Salah par l’escalade, le mouvement de protestation qui se voulait à ses débuts pacifique montre des signes de débordement ayant occasionné ce matin 90 blessés parmi lesquels on compte 31 policiers et gendarmes.

Les forces de l’ordre ont arrêté ce matin 12 personnes impliquées dans les affrontements qui ont gagné non seulement In Salah mais, également Tamanrasset où les initiateurs du mouvement « Mafrat » né dans cette ville et qui a rejoint le mouvement de protestation d’ In Salah ont suite à cela, décidé d’une grève générale paralysant toute la ville, en signe de solidarité avec les habitants de In Salah initiateurs du mouvement enclenché le 31 décembre pour protester contre l’exploitation du gaz de schiste dans leur région.
Tout a commencé ce matin quand les manifestants de Mafrat ont tenté de bloquer la route nationale 01 à l’entrée nord de Tamanrasset, ce qui a provoqué une bataille rangée entre les manifestants et les forces de l’ordre vite répandue aux grandes artères de la ville. L’on dénombre des dizaines de blessés des deux côtés dont trois ont été évacués d’urgence à l’hôpital d’Adrar, suite à la suffocation par gaz lacrymogène utilisé pour disperser les manifestants.
Les manifestants ont pu regagner la place de rassemblement au milieu d’une foule compacte d’habitants de la ville. Les examens ont été reculés à une date ultérieure dans les écoles situées sur les artères où les heurts ont eu lieu.
Aziz Mohamed
source : http://www.algerie360.com/algerie/mouvement-anti-gaz-de-schiste-affrontement-et-greve-generale-a-tamanrasset/

[size=44]La lutte du Sud algérien contre les gaz de schiste tourne à la confrontation[/size]

Manifestations anti-gaz de schiste à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie, le 28 février 2015 (Via Twitter)




(D’Alger) Le mouvement anti-gaz de schiste d’In Salah, dans le sud de l’Algérie, jusque-là pacifique, a plongé dans la violence samedi.
De violents affrontements entre les activistes anti-gaz de schiste et les gendarmes ont éclaté samedi après-midi, près du site gazier de la compagnie pétrolière américaine Halliburton, situé à 10 km au nord d’In Salah. D’autres incidents ont eu lieu à Tamanrasset.
Il s’agit du deuxième site de forage et d’exploration du gaz de schiste dans la région.
Les manifestants, contactés par la rédaction d’Algérie-Focus, parlent de « plusieurs blessés et arrestations ». Une source hospitalière à In Salah a confirmé à Algérie-Focus qu’au moins trois gendarmes grièvement blessés ont été hospitalisés en urgence à l’hôpital d’In Salah.


Nos sources confirment également que plusieurs manifestants ont été interpellés et embarqués par les gendarmes. En réponse, les habitants d’In Salah se sont rassemblés devant le poste de gendarmerie de la ville où ils exigent la libération de leurs camarades, selon des témoins oculaires.
Ainsi, après 62 jours de contestation pacifique, In Salah est en état d’alerte maximale.

Fracturation hydraulique imminente

Tout a commencé samedi matin, lorsque des centaines d’hommes ont marché en direction de la base vie de l’Américain Halliburton, convaincus que la compagnie étrangère, avec la complicité de la Sonatrach, qui avait annoncé ne pas vouloir « interrompre l’activité de forages » des puits-pilotes, allait incessamment sous peu passer à la phase suivante : la fracturation hydrauliquepour extraire le gaz de schiste. Une méthode controversée notamment en raison du risque de pollution de la nappe phréatique.
Une manifestante confiait :
Citation :
« Une personne de l’entreprise, sur le deuxième lieu de forage, nous a dit que les opérations de fracturation hydraulique allaient commencer la semaine prochaine. Nous sommes les objets d’une expérimentation, on a marre ! »
Les manifestants sont convaincus que le Français Total et l’AméricainHalliburton utilisent les puits-pilotes d’In Salah pour tester de nouveaux produits chimiques.
Les manifestants d’In Salah en veulent pour preuve le récent renforcement du dispositif dans la ville et sur le lieu des forages :
Citation :
« Depuis hier [vendredi], encore s’avantage de gendarmes ont été déployés, notamment au niveau des sites de forage. Ils servent à protéger les sites dans la perspective du commencement de la fracturation hydraulique. »

« Passage en force »

Le millier de manifestants anti-gaz de schiste, mobilisés sur la place Soumouddepuis le 1er janvier dernier, a le sentiment de vivre un moment charnière de la contestation. D’après eux, les autorités étatiques sont en train de tenter un « passage en force », en ayant recours à la fracturation hydraulique, au moment même où les militants d’In Salah ont tenté de renouer le dialogue avec les autorités.


Sur les lieux des affrontements entre manifestants anti-gaz de schistes et policiers à In Salah, le 28 février 2015 (Algérie Focus)


La société civile d’In Salah a effectivement adressé la semaine passée une demande de moratoire sur le gaz de schiste, cosignée par des experts algériens en énergie, au chef de l’Etat. Dans ce document, les signataires mettent en exergue, expertise à l’appui, les risques environnementaux encourus – pollution de l’eau, de l’air, les séismes, les répercussions sur la santé – pour une ressource, dont l’exploitation n’est pas rentable, d’après plusieurs spécialistes algériens en énergie.
Plus d’une semaine après l’envoi, le gouvernement algérien n’a toujours pas répondu, indiquent les manifestants joints ce samedi par téléphone.
Pire, le jour de la marche anti-gaz de schiste du 24 février, date anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, le président Bouteflika a parlé de cette ressource non-conventionnelle, via un communiqué, de « don de Dieu ».

Jalons d’une pensée écologique en Algérie

Les activistes anti-gaz de schiste continuent donc la résistance. Ils ont formé des ateliers de réflexion pour faire émerger des solutions alternatives. Une militante d’In Salah confie :
Citation :
« Il y a différentes cellules de réflexion sur l’environnement, le développement durable. On est en train de poser les jalons d’une pensée écologique en Algérie. »
Le mouvement ne s’essouffle donc pas, bien qu’il s’agisse d’une épreuve éprouvante physiquement et nerveusement, reconnaissent les militants-campeurs :
Citation :
« Le mouvement a connu en 62 jours ses hauts et ses bas mais le campement tient bon. Mais les conditions sont difficiles. La semaine dernière, trois personnes ont été hospitalisées pour fragilité nerveuse ou pour une gastrite. On est malgré tout toujours aussi nombreux, on sert toujours 1 000 repas par jour.
Hier soir, on a fait une réunion où on a discuté notamment d’un possible roulement pour que nous ne fassions que des demi-journées pour nous ménager. La majorité a refusé ce système et veut continuer à être présente toute la journée au campement. 

source : http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/01/lutte-sud-algerien-contre-les-gaz-schiste-tourne-a-confrontation-257980

                   ------------------------------------------------------------------------------------


Manifestations en Algérie contre le gaz de schiste

Un important dispositif policier a été déployé mardi 24 février à l'aube dans le centre d'Alger, ont rapporté plusieurs journalistes. Les forces de l'ordre encerclent l'esplanade de la Grande-Poste, où doit se tenir un rassemblement contre le gaz de schiste.


Plusieurs formations de l'opposition ont appelé à ces manifestations en signe de solidarité avec les populations des provinces sahariennes où des forages expérimentaux sont réalisés par la compagnie publique Sonatrach avec des partenaires étrangers. A In Salah, la ville la plus proche des lieux de forage, des manifestations se poursuivent sans discontinuer depuis deux mois pour exiger l'arrêt des explorations.
Le choix du 24 février pour manifester n'est pas anodin : il s'agit de la date anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures en Algérie, en 1971.


QUATRIÈME RÉSERVE MONDIALE
L'Algérie, où les manifestations restent interdites, compte investir massivement dans le gaz de schiste afin de compenser la baisse de ses revenus pétroliers, mais se heurte à l'hostilité des populations vivant près des gisements, inquiètes des conséquences des forages sur l'environnement. Fin janvier, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, avait affirmé que les forages pilotes seraient « achevés à brève échéance » mais que l'exploitation proprement dite n'était « pas encore à l'ordre du jour ».
Selon des études internationales, l'Algérie possède les quatrièmes réserves mondiales récupérables de gaz de schiste, après les Etats-Unis, la Chine et l'Argentine.

source : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/02/24/manifestations-en-algerie-contre-le-gaz-de-schiste_4582031_3212.html

                            ----------------------------------------------------------------------------
[size=40]José Bové apporte son soutien aux anti-gaz de schiste en Algérie, dénonce Total[/size]




José Bové, député français au parlement européen et célèbre militant altermondialiste, se prononce contre l’exploitation du gaz de schiste.
Considérant que « l’idée d’utiliser une denrée aussi rare, précieuse et vitale que l’eau pour aller fracturer des roches à plusieurs milliers de mètres sous terre n’a pu naître que dans [un] esprit malade, », il lance un appel au gouvernement algérien pour interdire la fracturation hydraulique.
L’arrogance de Total
Sur Mediapart, le militant écologiste altermondialiste s’attaque en particulier à la compagnie pétrolière française Total. « Du simple fait que Total songe à exploiter le gaz de schiste dans le désert montre une fois de plus que cette entreprise est criminelle. Total pensait pouvoir s’épanouir dans un pays du Maghreb sous la protection d’un système politique corrompu et répressif. Elle en a pour ses frais », écrit-il.
« Total, grâce à son arrogance et à son cynisme, a soulevé la colère de dizaines de milliers d’Algériennes et d’Algériens en qui je me reconnais, » poursuit-il, avant d’ajouter que « Total doit immédiatement interrompre ces recherches dans cette région et laisser les gens tranquilles. »
José Bové conclut en insistant sur le fait que les manifestations contre l’exploration du gaz de schiste en Algérie « doivent être soutenues par l’ensemble des habitants de la planète et en particulier nous [Français], qui habitons de l’autre côté de la Méditerranée, et qui sommes leurs voisins ».
source : http://www.tsa-algerie.com/2015/02/28/jose-bove-apporte-son-soutien-aux-anti-gaz-de-schiste-en-algerie-denonce-total/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Jeu 5 Mar - 8:57

[size=30]L’intervention des militaires à In Salah : La mise au point de l’ANP[/size]




Le Ministère de la Défense Nationale (MDN) a réagi, mercredi, aux informations rapportées sur l’intervention des éléments de l’Armée Nationale Populaire (ANP) lors des violentes émeutes qui avaient éclaté entre manifestants antigaz schiste à In Salah(750 km au Nord de la Wilaya de Tamanrasset) en invitant la presse à ne pas verser à certaines lectures et interprétations de cette même intervention.

Le MDN précise dans la « mise au point » publiée sur son site web que « le Commandant de la 6ème Région Militaire et conformément aux instructions du Haut Commandement, s’est rendu hier 03 mars 2015 à la ville d’In Salah, où il s’est réuni avec les représentants de la société civile parmi les citoyens et les notables de la région, au nombre de vingt-neuf (29) personnes. Au cours de cette rencontre, le Commandant de la 6ème RM a écouté leurs préoccupations et leurs revendications, tout en les exhortant à prévaloir la raison et de faire preuve de responsabilité, et de soutenir les efforts d’apaisement et d’éviter tout acte de sabotage ou de destruction des biens publics et privés ».
Au cours de la même entrevue, le MDN souligne qu’il a été mis l’accent sur « la nécessité d’éviter toute forme de provocation ou d’affrontements avec les forces de maintien de l’ordre et de lever le sit-in pacifiquement et de laisser place au retour à la vie normale et ne pas entraver les activités quotidiennes de la population ».
Une autre réunion, toujours selon la même source, a regroupé le Commandant de la 6ème RM avec les responsables des différents services et forces de maintien de l’ordre, afin de coordonner les efforts pour assurer l’ordre public dans le cadre du strict respect des lois de la République ».
Pour conclure sa mise au point le MDN précise que s’agissant des « lectures contenues dans certains quotidiens parus aujourd’hui, le Ministère de la Défense Nationale dément catégoriquement toute autre interprétation »

source : http://www.algerie360.com/algerie/lintervention-des-militaires-a-in-salah-la-mise-au-point-de-lanp/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Jeu 5 Mar - 9:26

the new york times

Algeria: Violence Erupts at Protest Over Shale Gas Drilling Project


Protests against hydraulic fracturing, or fracking, for shale gas in southernAlgeria turned violent over the weekend when the police clashed with demonstrators outside a base run by the American company Halliburton near the town of Ain Salah. Tensions were still running high on Sunday, but no further violence was reported. Antifracking protests against the government oil and gas company Sonatrach and its international partners have occurred almost daily for two months, but had been peaceful until now. Clashes broke out when protesters approached Halliburton’s walled compound and burned tires in the roads. The police fired tear gas and detained at least a dozen. About 20 protesters were injured, three of them seriously, according to a local hospital. Algeria, which gets much of its revenue from the export of oil and gas, has been conducting a pilot project to test for shale gas near Ain Salah and announced in December that it was ready to start extracting gas by hydraulic fracturing. Groups that oppose the government have joined the local protesters in Ain Salah to demand a moratorium on fracking, citing environmental concerns.
By CARLOTTA GALLMARCH 1, 2015



source : http://www.nytimes.com/2015/03/02/world/africa/algeria-violence-erupts-at-protest-over-shale-gas-drilling-project.html?ref=africa&_r=0




source
Revenir en haut Aller en bas
Marielle69
Membre Actif


Messages : 39
Date d'inscription : 15/02/2015

MessageSujet: Re: actualité algerie   Jeu 5 Mar - 13:45

vous etes dans de beaux draps
je suis de tout coeur avec toi
j'aime beaucoup ce pays, j'y suis attacher

mais ils y ont préparer une kabbale, et je crains que cela soit irrémédiable
quoiqu'en dira le peuple

d'ailleurs c'est également dans leurs attentes, que le peuple se révolte

_________________
Vivre heureux est la meilleure vengeance
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Jeu 5 Mar - 14:19

oui c'est ce que je penses ils nous prepare un sale coup mais lexploitation du gaz de shiste le desert saharien recelle une grosse nappe phrèatique a lepoque kaddafi avait porter atteinte a la souvrainté algerienne en volant de l'eau de cette nappe maintenant avec leur exploitation du shiste ils vont polluer et contaminer toute cette eau que cahe le desert et qui aurait été dune grand utilité pour le developpent de l'agriculture dans cette contré ou l'eau et si precieuses
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Sam 14 Mar - 8:16





Des sociétés US spécialisées dans le secteur de la sécurité des sites stratégiques pétroliers vont peut-être commencer à activer bientôt en Algérie et principalement au Sud.

Une mission américaine sur la sécurité et la sûreté est prévue la semaine prochaine à Alger, pour discuter de la proposition US de faire appel à ces sociétés de sécurité pour garder leurs installations pétrolières au Sahara.
Leur déploiement sur le terrain n’est pas encore à l’ordre du jour, mais c’est le souhait du responsable du Commerce US en visite récemment en Algérie. Pour l’instant, les responsables algériens n’ont pas répondu à cette sollicitation.
En Algérie, il y a une politique sécuritaire « bien au point ». Les autorités algériennes n’ont jamais empêché les entreprises d’organiser leur propre sécurité.

Ce forcing opéré par les USA ces derniers jours sur l’Algérie ils y ont envoyé trois ministres en l’espace de quelques jours pour tâter le terrain- n’est pas fortuit et ne participe pas seulement à aider l’Algérie à bien maîtriser le processus d’extraction du gaz de schiste. Il s’agit de la sécurité énergétique, un des fondements de la politique US. Entre l’Algérie et les USA, ce n’est plus une histoire de sous et de bon sens, mais également, de sécurité des installations pétrolières et gazières.
Les Etats-Unis d’Amérique vont dépêcher une délégation de hauts responsables en Algérie pour défendre le principe de l’exploitation du gaz de schiste. Il est à souligner qu’une bonne partie des compagnies internationales impliquées dans les opérations d’expérimentation en cours actuellement à In Salah sont américaines.
Parmi ces compagnies on trouve Halliburton, Anadarko, ExxonMobil et Chevron. Ces sociétés de sécurité privée interviennent dans les zones à fort risque sécuritaire. Ainsi, une société dénommée Blackwater, qui est intervenue en Irak dès la chute du régime de Saddam Hussein, jouissait d’impunité lors de ses missions en Irak. Surtout connue pour ses bavures, elle a été impliquée dans plusieurs opérations. Blackwater, rebaptisée Xe Services en 2009 puis Academi en 2011, développe ses activités dans la protection de P-DG et de dignitaires étrangers.
Les activités des hommes qu’elle emploie sont tout autres, puisque ces derniers recourent à des techniques et à des équipements militaires pour s’assurer du bon déroulement de leur mission. En Algérie, quatre sociétés étrangères se partagent, en situation de quasi-monopole, le marché de la sécurité des installations pétrolières et gazières.
Deux sont britanniques : Control Risks et Stirling ; les deux autres sont françaises : GEOS et Amarante. La société française GEOS, dont le bureau est à Hydra sur les hauteurs d’Alger, est dirigée par le général de corps d’armée Jean Heinrich, président de son directoire après avoir dirigé le service Action de la DGSE et fondé la DRM (Direction du renseignement militaire). GEOS recrute d’anciens parachutistes et d’ex-légionnaires pour ses activités en Algérie. Elle y concurrence directement sa rivale Amarante.
Celle-ci est codirigée par Pierre Antoine Lorenzi, un ancien cadre du ministère français de la Défense et Alexandre Hollander, un ancien officier supérieur des forces spéciales françaises et du renseignement. Mais ces sociétés présentes en Algérie ne sont pas les seules à faire appel à d’anciens militaires des forces spéciales : des banques comme la Société Générale sont connues pour employer d’anciens commandos-parachutistes comme cadres gérant ses succursales en Algérie.
Leurs rivales britanniques sont plus actives et plus richement dotées. Control Risks dispose d’un large réseau sur les cinq continents et est connue pour sa gestion des situations sécuritaires complexes en milieu hostile. Stirling emploie d’anciens SAS et SBS, l’élite des forces spéciales britanniques. Ses activités sont très diversifiées et peuvent inclure des opérations spéciales clandestines.
A côté de ces géants, des dizaines de sociétés de gardiennage dirigées par d’anciens officiers de l’armée et de la gendarmerie algériennes opèrent en sous-traitance pour Sonatrach et ses filiales.
L’octroi des marchés se fait le plus souvent de gré à gré et suivant des procédures peu transparentes. La gestion de ces sociétés est opaque et le peu qu’on en sait provient des très rares mouvements de protestation des agents de sécurité, dont les salaires sont divisés par deux par rapport à ceux pratiqués par les sociétés dépendant d’opérateurs publiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Jeu 26 Mar - 18:24


En campement symbolique à la place de la Résistance, dite «Somoud», les citoyens d’In Salah ont improvisé une marche dans la nuit de mardi à mercredi, après des rumeurs faisant état de l’arrivée dans la région de matériaux de fracturation hydraulique. 
In Salah se remobilise contre l’exploration du gaz non-conventionnel. Des rumeurs selon lesquelles des matériaux destinés à la fracturation hydrauliques seraient arrivés au puits d’Ahnet, à environ 170 km de la ville, ont semé à nouveau le trouble. 
Des sources locales parlent carrément d’un énorme convoi de la société américaine Halliburton transportant des produits chimiques. 
La population qui, depuis deux semaines, se limite à un campement symbolique à la place de la Résistance, dite «Somoud», a improvisé une marche dans la nuit de mardi à mercredi. Des banderoles hostiles à l’exploration du gaz de schiste ont été portées et des slogans dénonçant «l’extermination de la population locale», ont été scandés, selon toujours les mêmes sources. 
Hier, dans la journée, les citoyens d’In Salah ont été nombreux à investir la rue pour tenir un grand rassemblement devant le siège de la daïra. Le comité des représentants de la société civile s’est aussi réuni pour décider des mesures et actions à entreprendre. «La population qui avait décidé de se contenter d’une présence symbolique sur le terrain, va encore une fois occuper la rue massivement. Les matériaux et les produits chimiques que transportait ce convoi américain renseignent sur la détermination de l’Etat à exploiter cette ressource non-conventionnelle, et ce, au mépris des inquiétudes des habitants de la région», indiquent nos sources. 
Par ailleurs, il est à signaler que depuis quelques jours, les campeurs de la place de la Résistance renoncent à leurs tentes pour construire des abris faits de palmes, en prévision de la chaleur qui s’installe en cette saison, au sud du pays. 
Avec le convoi de produits chimiques interceptés, il est évident que les abris de palmes se multiplieront pour un plus grand campement. 
Hier, en fin d’après-midi, le comité des représentants de la société civile restait injoignable. Il était toujours en réunion. 
Mehdi Mehenni


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Mar 31 Mar - 10:45

 Video du boycott de TOTAL en France 


Revenir en haut Aller en bas
ClauD.31
Vétéran
avatar

Masculin Messages : 1051
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : ( ici :)

MessageSujet: Re: actualité algerie   Mar 31 Mar - 18:54

=============================
Algérie - faut-il avoir peur du gaz de schiste ?
=============================


Les réserves d'hydrocarbures non conventionnels du sous-sol algérien viennent d'être revues à la hausse.
Analyse des enjeux et des contraintes liés à leur exploitation par Abdelmadjid Attar, Ancien PDG de Sonatrach.




Contrairement aux hydrocarbures conventionnels, piégés dans des roches réservoirs poreuses,
 perméables et sous pression - ce qui permet leur extraction par simple déplétion ou pompage -,
 les hydrocarbures non conventionnels (gaz et huile de schiste) sont piégés dans des roches
caractérisées par une microporosité qui rend leur récupération impossible sans stimulation.
Ce qui n'est pas sans incidence sur le coût d'exploitation, qui est de quatre à cinq fois supérieur.
Il s'agit d'une opération chimique ou hydromécanique, appelée fracturation, permettant la libération
des hydrocarbures piégés et leur production en surface, avec toutefois des débits beaucoup
 plus faibles que ceux des hydrocarbures conventionnels.

La controverse autour de l'exploitation du gaz et de l'huile de schiste est liée à cette opération de stimulation,
du fait de son coût, mais aussi de ses conséquences sur l'environnement et sur les activités humaines.
En effet, pour compenser la faible productivité par surface de drainage, des milliers de puits
 doivent être réalisés, chacun d'entre eux nécessitant un drain horizontal,
des canalisations et des installations très denses en surface.

Au-delà de son coût financier, la mise en place de ce dispositif est donc gourmande
en espace et exclut toute autre activité humaine, rurale ou citadine. Par ailleurs,
cette opération requiert de très importants volumes d'eau (voir encadré),
un système de traitement-stockage des rejets, ainsi que l'utilisation de produits chimiques.


Le gaz de schiste va-t-il faire exploser l'Algérie?  

Dans ce numéro des "Trublions de l'info" en partenariat avec Mondafrique Nicolas Beau et
Naoufel Brahimi El Mili évoquent les manifestions dans le Sud algérien contre l'exploitation
du gaz de schiste, ainsi que la situation sociale dans ce pays. Ils reviennent également sur
 le scandale HSBC et le listing Algérie qui a certainement été nettoyé. Nicoalas Beau est 
 directeur du site Mondafrique. Il a travaillé au Monde, à Libération et au Canard Enchaîné.
 Naoufel Brahimi El Mili, consultant international, spécialiste de l'Algérie, auteur du livre
Le printemps arabe : une manipulation ? paru aux éditions Max Milo.






Algérie - Louisa Hanoune défend le projet du gaz de schiste




Manifestations contre le schiste : Louisa Hanoune accuse Total et Haddad- Louisa Hanoune a affirmé en janvier
 que Sonatrach et Youcef Yousfi feraient l’objet d’une « campagne féroce » visant à les déstabiliser.
 « Il y a une campagne féroce contre Sonatrach. Elle est accusée de tous les maux, comme si ses cadres
étaient tous des Chakib Khellil. Elle est l’objet d’accusations dangereuses. On a des interrogations
sur certaines déclarations affirmant qu’on n’a pas confiance en Sonatrach »,
 a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse consacrée exclusivement au gaz de schiste.

Mme Hanoune a indiqué « Qu’il y a au moins deux compagnies françaises dont Total
qui ont déclaré la guerre à Sonatrach et à l’actuel ministre de l’Énergie ».
 Dénonçant « les dérapages graves » qu’elle a relevés lors des manifestations organisées
 dans le Sud du pays contre le gaz de schiste, mais aussi dans la presse qui
« n’ont aucun lien avec la question du gaz de schiste », Louisa Hanoune a martelé
« qu’il y a une campagne contre Yousfi qui a fermé la porte à la prédation et contre Sonatrach ».

Louisa Hanoune refuse de citer des noms. Mais l’accusation semble viser le patron du FCE,
 Ali Haddad, auquel on prête l’intention d’investir dans le secteur.
« J’ai des donnés qu’il y a des pressions sur Yousfi », a-t-elle dit. Louisa Hanoune tire aussi sur
 « quelques cercles qui au nom de la solidarité avec les manifestants cherchent à déstabiliser le pouvoir »,
 dans une allusion probablement à la CNLTD et au Pôle des forces du changement.




la toute première torche de gaz de schiste a enflammé l’horizon du bassin de l’Ahnit, dans la wilaya de Tamanrasset.
 Une importante délégation de ministres, parmi lesquels le ministre de l’Énergie M. Yousfi, se sont rendus sur place pour
 découvrir les chantiers des premiers puits-pilotes d’exploitation du gaz de schiste.
Le ministre de l’Énergie,Youcef Yousfi, se réjouit de l’exploitation de ce premier forage de gaz de schiste, qui est, pour lui
 “très prometteur”. Selon M.Yousfi, ‘‘nous assistons au succès de la première opération réelle de l’exploration de gaz de schiste
 dans le bassin d’Ahnet où nous avons réussi à produire du gaz extrêmement compact situé dans des roches imperméables’’.
 Accompagné par les ministre des Ressources en eau et de l’environnement, M.Yousfi a déclaré lors du point presse que ce puits
 “‘‘nous laisse envisager la possibilité d’aller de l’avant dans l’exploitation éventuelle de ces ressources gazières non conventionnelles”.
 Les recherches menées autour de se premier puis-pilote foré par Sonatrach dans le bassin d’Ahnet, ont révélé un troisième secteur
 comportant du gaz de schiste et s’entendant sur une sur une surface de 100.000 km2. Pour le ministre de l’Énergie “
ces ressources étant certainement très importantes et utiles pour le pays, nous ne pouvons pas les laisser inexploitées’’.



Algérie: Gaz de schiste et sombres nuages



Face à Face ,Rachid Nekkaz et les manifestations de gaz de schiste en Algérie, c'est chaud ...


 

rachid nekkaz

 

_________________
===Merci à vous, qui me suivez sur Le Nouveau Monde->>>
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: actualité algerie   Dim 10 Mai - 9:29

bonjour le 9 mai ilya une marche devant total et areva 


celui qui parle sappel ghani mahdi ils anime une emission sur almagharibia tv 

ils parle en arabe mais ils parle ossi en francais 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: actualité algerie   

Revenir en haut Aller en bas
 
actualité algerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Actualité des Années 60
» 8 mai 1945 ALGERIE
» Magazine de l'actualité poilitique européenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Actualités Internationales-
Sauter vers: