Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pollution des sols : le scandale caché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1089
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Pollution des sols : le scandale caché   Jeu 9 Avr - 8:03

Pollution des sols : le scandale caché

Le territoire français présente l'une des plus fortes densités de sites pollués au monde. Durant deux siècles, les industriels ont enfoui une grande variété de produits chimiques sur leurs terrains ou en pleine nature. On compte ainsi près de 300 000 sites pollués en France. Une grande partie de cette surface est déjà occupée par des habitations, des établissements scolaires, ou encore des terrains de sport. Les produits toxiques, invisibles à l'oeil nu, sont capables de remonter à l'air libre, sous forme de gaz toxiques, ou de se répandre dans les nappes phréatiques.



Notre territoire est parsemé de territoires pollués. Il y en aurait près de 400 000 répartis aux quatre coins de France. Le documentaire de Sarah Oultaf « Pollution des sols : le scandale caché » (50 min) diffusé sur France 5 le mardi 20 janvier à 20h35 s’intéresse à cette véritable bombe à retardement.


Durant deux siècles, les industriels ont enfoui une grande variété de produits chimiques sur leurs terrains ou en pleine nature. Ils ont ensuite souvent abandonné ces sites ou les ont revendu sans qu’une réelle décontamination n’ait eu lieu. Le documentaire « Pollution des sols : le scandale caché » s’intéresse aux conséquences sanitaires réelles ou supposées de ces sites. La pollution enterrée est désormais souvent recouverte de paysages verts, d’habitations ou encore de terrains de loisirs. Mais cette pollution sournoise peut nous contaminer doucement.

Les produits toxiques enterrés peuvent en effet migrer de leurs containers ou des terres où ils sont enterrés et contaminer les nappes phréatiques. L’eau ainsi polluée sera consommée par les hommes et les animaux d’élevage. Des gaz ou des poussières toxiques pourront aussi contaminer l’air que nous respirons.

Des friches industrielles aux éco-quartiers


A Mazières-de-Touraine, le site industriel abandonné par l’entreprise Pal-Pack en 2011 dévoile ses horreurs. Le volume de déchets stocké sur place est très conséquent et ce, sans autorisation préfectorale. L’entreprise n’était en effet censée que recycler des emballages alimentaires vides. Mais sur place, c’est une toute autre réalité, bourrée de fûts chimiques qui se révèle. En décembre 2014, des contenants enfouis sur le terrain ont été mis au jour ; l’enquête suit son cours. Entre-temps, l’ancien patron de Pal-Pack a ouvert une nouvelle entreprise à l’activité similaire. Cet exemple dévoile une attitude peu salutaire : plusieurs entreprises abandonnent leurs sites sans les dépolluer.

Réaprties partout dans le pays, plusieurs friches industrielles sont ainsi en cours de reconversion. Derniers terrains constructibles dans les villes, ces friches deviennent des éco-quartiers. A Strasbourg, on en construit un sur d’anciennes tanneries ; à Rennes et à Grenoble sur de vieux sites militaires et à Toulouse sur la friche d’une cartoucherie. « Tous ces lieux ont-ils été

correctement dépollués ?» questionne la réalisatrice.


Le plus grand éco-quartier français est celui de Limeil-Brévannes (94), situé sur une ancienne décharge sauvage. L’ancien maire de la ville qui a commandé ce projet veut croire au professionalisme des pollueurs. Comment faire autrement ? Dans le doute, une information demande tout de même aux propriétaires de ne pas cultiver de légumes potagers dans leurs jardins, mais en prendront-ils connaissance?

De l’arsenic et de la radioactivité


La mine d’or de Salsigne dans le département de l’Aude a été la plus importante mine d’or d’Europe Occidentale et la dernière de France métropolitaine. Elle est marquée par un siècle de pollution par l’arsenic et a été longtemps le site le plus pollué de France. Fermée en 2004, l’Etat a dû prendre en charge la dépollution pour un montant total de 50 millions d’euros. Mais l’essentiel des déchets toxiques est stocké sur place, formant une nouvelle colline. Dix ans plus tard, la pollution commence à s’échapper dans les ruisseaux situés aux alentours.

À Vaujours, à 15 km de Paris, le ministère de la Défense a occupé pendant plus de 40 ans d’immenses bâtiments. Ils sont aujourd’hui laissés à l’abandon. Le CEA y a travaillé dans l’ombre pour mettre au point le détonateur de notre première bombe atomique. En 2010, Placo-platre, filiale de Saint-Gobain a racheté le site ; le sous-sol du fort de Vaujours, contenant du gips, intéresse l’industriel. Des mesures de radioactivité réalisées dans le bunker en février 2014 montrent pourtant que la dépollution du site n’a pas été réalisée correctement par le CEA. Les riverains s’interrogent : l’exploitation d’une carrière à ciel ouvert ne va-t-elle pas soulever des poussières radioactives ?
A quel point les poussières de l’amiante nous contamineront-elles ?


Autre époque, autres règles de sécurité. Pendant 40 années, une entreprise traitant des fibres d’amiante à Aulnay-sous-Bois a contaminé ses 40 0000 riverains, dans un rayon de 1 km. Des poussières blanches étaient reportées par les riverains, sans réaction des préfets successifs. «Combien d’usines d’amiante ont laissé échappé leurs poussières et combien de citoyens ne le savent pas encore ? Combien vont être malades ? », s’interroge la réalisatrice.

Selon Annie Thébaud-Mony, chercheuse en santé publique à l’Inserm, ce cas est typique. Pour elle, les enjeux économiques priment toujours sur la santé des ouvriers et des riverains. Il existe un conflit d’intérêt entre la santé publique que devrait défendre le préfet et un intérêt économique d’autre part.

Ainsi, des dizaines de millions de français subissent une pollution industrielle à un certain moment de leur vie. Le résultat pourrait être catastrophique pour notre santé. En effet, on est passé de 150 000 nouveaux cas de cancers par an dans les années 1980 à 355 000 en 2012. Pour Annie Thébaud-Mony, ces cancers sont principalement liés à l’explosion de cancérogènes résultant de la pollution industrielle.

Source du texte : Natura-Science



________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1089
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Pollution des sols : le scandale caché   Mer 15 Avr - 19:46

Revaloriser les sols, une priorité.

Nous ne le remarquons pas. Nous marchons dessus, le foulons au pied tous les jours. Pourtant, nous avons besoin de lui comme l’air que nous respirons…



------------------------------------------------------------

Année internationale des sols : pourquoi l’énorme gâchis planétaire en cours nous coûtera cher

“2015, Année internationale des sols” : l’ONU pose le problème de la dégradation des sols dans le monde. Une dégradation qui va nous poser de vrais problèmes, et pas forcément ceux auxquels on pense.


Atlantico : L’ONU a décrété “2015, Année internationale des sols”. Selon les derniers chiffres, 45% des sols européens seraient “épuisés”, leur stock de matière organique fertile étant très bas. Comment expliquer cette destruction et cet appauvrissement des sols en Europe, en France et dans le monde ?

Jean-Claude Marcus : Les sols sont au cœur des grands enjeux planétaires : la sécurité alimentaire, la qualité des masses d’eau souterraines et superficielles, la qualité de l’air, le changement climatique ou la biodiversité.

Le sol est une ressource naturelle qu’il faut protéger et utiliser durablement. Sa formation est très lente et sa destruction peut être rapide et quasi irréversible. C’est en ce sens que l’on peut qualifier les sols de ressources non renouvelables. Or ils subissent partout une réduction très rapide en quantité disponible (surface, épaisseur, volume) et en qualité utile pour les grands cycles de la biosphère : air, eaux, biodiversité, climat, croissance et maintien de la couverture végétale.



La liste des destructions totales ou des dégradations le plus souvent irréversibles que les sols subissent dans le monde est impressionnante, d’autant plus qu’une atteinte peut en entraîner ou en faciliter une autre : l’imperméabilisation sous l’effet de l’étalement urbain et de celui des infrastructures, l’érosion par la pluie, le vent ou les travaux aratoires, la baisse des teneurs en matière organique et des stocks de carbone des sols (facteur clef si l’on veut absorber le gaz carbonique émis), la contamination diffuse ou ponctuelle, le tassement par les engins agricoles ou forestiers, la baisse de la biodiversité et du patrimoine génétique des organismes du sol, les inondations et les glissements de terrain, la salinisation, l’acidification, sous l’effet de phénomènes naturels ou d’origine humaine.

Quelle est la part de responsabilité de l’urbanisation et la construction de masse dans cette problématique ?

A l’échelle du territoire français, l’imperméabilisation et l’érosion des sols sont les facteurs les plus préoccupants. A l’échelle mondiale, s’y ajoute en particulier la contamination, très forte dans les grands pays émergents, dont la Chine et l’Inde.

Quelques chiffres pour l’ordre de grandeur : chaque seconde, en France métropolitaine, 27 m2 de sol disparaissent par imperméabilisation. Chaque seconde dans le monde, ce sont 6350 m2 de terres agricoles qui disparaissent chaque année dans le monde, 24 milliards de tonnes de sol sont emportées par l’érosion, soit environ 3,4 tonnes par être humain et par an. 100 millions d’hectares sont affectés par la salinisation dans le monde, soit environ 5 fois la superficie cultivée de la France.


En plus du changement climatique et de l’augmentation des surfaces touchées par l’aridité, la désertification est accentuée par des dégradations des sols d’origine naturelle ou humaine : érosion, surpâturage, salinisation.

Quelles sont les conséquences d’un tel constat à court terme et à long terme ?

La première conséquence, qui transforme le court terme insouciant en long terme menaçant, celle qui devrait enfin ressortir de la conférence climatique COP 21 c’est la contribution de la destruction et de la dégradation des sols à l’emballement climatique sous l’effet de deux facteurs : la perte du puits à carbone des sols et l’usage des sols qui les rendent émetteurs de gaz à effet de serre au lieu d’être capteurs de gaz carbonique et de le séquestrer durablement.

De quoi s’agit-il ?

Une augmentation relative de 4 pour mille par an des stocks de matière organique des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Inversement, une diminution relative de 4 pour mille doublerait nos émissions. Il est donc primordial de protéger ces stocks.

Cependant nous faisons l’inverse : globalement nous diminuons la capacité du puits à carbone des sols et nous augmentons nos usages des sols émetteurs de gaz à effet de serre alors qu’il ne serait pas si difficile d’en venir à inverser ces tendances.


La deuxième conséquence est la perte de biodiversité des sols : une cuillère à soupe de sol (en bon état) contient plus de micro-organismes qu’il y a d’humains sur la planète. Il a fallu plus de 4 milliards d’années pour parvenir à une biodiversité favorisant la résilience. Les dernières recherches prouvent que plus il y a d’espèces dans un sol et d’individus par espèce dans un même volume de ce sol plus celui-ci a des fonctions écologiques, plus il est fertile et plus il devient résilient (il revient à son état initial après une perturbation). Par exemple nous tablons de plus en plus sur la réserve de biodiversité des microorganismes des sols pour y puiser des ressources qui traiteront les infections issues de souches devenues résistantes à nos antibiotiques.

La troisième conséquence est la perte d’autonomie alimentaire qui s’accroit pour toutes les populations du monde : les plus riches détruisent plus de sols et vont en acquérir chez les plus pauvres, c’est ce qu’on appelle l’accaparement des terres qui est de fait un néocolonialisme exercé par la minorité la plus gaspilleuse des ressources sur la majorité des êtres humains, vivant en économie de subsistance, le plus souvent par l’agriculture familiale.
Pourtant il n’y a que 22% des terres émergées qui sont considérées comme cultivables, dont 60% sont atteintes par des dégradations. Entre 250 millions et 1 milliard de personnes sont menacées par la progression de la désertification. La montée du niveau des mers accroitra encore les migrations que l’on qualifie de climatiques par leur cause mais qui seront de famine ou de survie par leur motivation.


Existe-t-il des solutions pour enrailler le problème ?


Oui et elles sont nombreuses, la plupart du temps peu coûteuses et pouvant se renforcer l’une l’autre selon les sols et selon les climats : favoriser la couverture végétale permanente des sols, diminuer les tassements, apporter ou rapporter plus de matières organiques (pensons à tous nos déchets végétaux qui seront incinérés au lieu d’être compostés ou méthanisés), manger moins de viande dans les pays où l’on en mange déjà beaucoup trop, planter des arbres, des haies, varier les cultures dans le temps, combiner les cultures dans la parcelle (agriculture complantée dont agroforesterie), veiller à réduire ou à supprimer les intrants produisant par leur fabrication et par leur épandage des gaz à effet de serre et des micro particules (30% du fond de pollution de l’air parisien provient de l’agriculture industrielle d’Ile-de-France), supprimer au plus vite les biocides qui affectent la biodiversité des sols et les substances qui, s’accumulant, rendent la résilience impossible ou trop lente pour être tentée, apporter des bonifications dans les sols tropicaux (le plus souvent les déchets gaspillés dans les agglomérations pourraient suffire s’ils étaient compostés), éduquer en priorité les femmes par qui passent la culture, la nourriture et le souci de l’avenir des enfants dans tous les pays du monde, favoriser partout les circuits courts et l’alimentation locale et saisonnière, etc.

Les instances internationales ont-elles réellement pris conscience du problème ? Qu’attendez-vous concrètement de cette “Année internationale des sols” ?

Depuis plusieurs années l’ONU lance ses alertes et accroit ses dispositifs, avec notamment la FAO, qui a créé le partenariat mondial sur les sols, mais aussi avec le PNUD (programme des nations unies pour le développement), l’UNESCO, le HCR, l’OMS puisque le slogan de 2015, Année internationale des sols est : « un sol sain pour une vie saine ».

En Europe la commission européenne, son centre de recherches, ont lancé des études qui alertent sur la situation et préconisent un large éventail d’améliorations réalisables. Par exemple en publiant en plusieurs langues l’Atlas Européen de la biodiversité des sols.

En France plusieurs instituts suivent l’état des sols mais il manque deux dispositions législatives urgentes. D’abord faire entrer les sols, leurs fonctions écologiques et les services qu’elles peuvent nous fournir, dans l’analyse environnementale qui devrait présider à tout changement d’affectation d’un sol.

C’est ainsi que la région Nord-Pas-de-Calais a commencé de tenir compte des usages des sols pour son schéma climat-air-énergie selon que ces usages sont émetteurs ou bien capteurs de carbone. Ensuite imposer pour tout projet de changement d’affectation d’un sol la cartographie des sols à l’échelle du projet et de ses variantes. C’est ainsi que la Basse Normandie a diminué des 2/3 la consommation destructrice des sols en préservant mieux les plus « intéressants » et en réduisant le plus possible la consommation des autres.

Atlantico

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
 
Pollution des sols : le scandale caché
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dépollution des terrains du trapèze
» SCANDALE A L'ONE
» Pollution vs athme et allergies
» Pollution : alerte aux particules fines sur dijon
» OGM : La face caché d'une multinationale qui n'a peur de rien, même pas de tuer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Environnement :: Santé / Remèdes Naturels-
Sauter vers: