Novi Orbis - Le Nouveau Monde
Bienvenue sur le Nouveau Monde,
Visitez le forum à votre envie, connectez-vous ou inscrivez-vous en cliquant sur l’icône ci-dessous !
En vous souhaitant une bonne navigation, l'Administration.

Novi Orbis - Le Nouveau Monde

site d'information sur la géopolitique, la nature, la science, la spiritualité, l'ésotérisme et les Ovnis.
 
AccueilPublicationsRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mer 22 Juil - 2:24

Rappel du premier message :

Bonsoir mes frères & sœurs
J'ouvre se nouveau sujet qui aura pour but de rassembler les informations concernant le conflit entre Israël et la Palestine. Ce grand pays qui est en occupation depuis plus de 60 ans. Un pays qui a subit tant et tant de souffrance et d'injustice. Victime des intérêts des sionistes et leurs complices. De la désinformation. Mais les palestiniens, ce grand peuple, jamais ils ne courberont l'échine, et se battront avec leurs moyens jusqu'au bout face à l'occupant qui n'hésitent pas à tuer, torturé, emprisonner de façon arbitraire des civiles (femmes et enfants comprit). Israël est une nation voyou qui devrait être jugé pour crime de guerre, mais ils sont couvert par les Etats-Unis et l'OTAN..Ils ne respectent même pas les droits de l'homme...Et les médias se rendent coupable de donner une tribune à des pro-sionistes, et calomnient les défenseurs de la cause Palestinienne en les taxant injustement (pour le plus souvent) d'antisémite...Or le peuple sémite (Sem) sont les habitants des terre palestiniennes, donc en clair les palestiniens sont sémites, vous comprenez ? Plus fort, n’oublions pas que plus de 90% des juifs d’Israël ne sont pas de vrais autochtones, c-a-d qu'ils ne sont pas les descendants direct des 12 tributs d’Israël ! Se sont pour la plus part des ashkénazes d'origine Khazar ! se qui en font des émigrés colonisateurs ! Leur diaspora ne tient pas la route... N'oublions pas non plus la persécution des séfarades par les juifs dans les années 50, se qui fait que les juifs sont les plus grand antisémites de l'histoire ! Savez-vous aussi que se sont les juifs qui les 1er on perpétré des attentats ? Se sont même eux qui ont inventé les attentats dans les bus ! Il est donc temps d'un peu faire preuve de discernement quand à se conflit qui a tant et tant fait de victime des deux côté, car je n'oublie pas que le peuple juif souffrent aussi des exactions des sionistes...Beaucoup de juifs condamnent le sionisme, ne l'oublions pas.





Compilation d'extraits du Talmud dignes des heures les plus sombres de l'univers intersidéral^^



LA DÉCLARATION BALFOUR



Connaissez-vous Benjamin Freedman et son discours en 1961 sur le sionisme




Aujourd’hui je vous propose le Discours donné en 1961 par Benjamin H. Freedman au nom d’un magazine de l’époque Common Sens à l’hôtel Willard de Washington DC.

Benjamin Freedman est né en 1890 de parents juifs. Il devint un homme d’affaire new-yorkais réputé au point d’être le principal propriétaire de la Woodbury Soap Company. Il rompit avec le sionisme international à la fin de la deuxième guerre mondiale, puis a passé le restant de sa vie à exposer les faits de l’influence sioniste en Amérique ; dépensant pour cela plus de $ 2.5 millions de sa propre poche.

Lire la suite sur Planète Révélations

Il faut aussi oser parler des acointances qu'ils existaient entre le 3ème Reich et les sionistes :

Le Sionisme et le Troisième Reich



Comme je vous disais dans un article précédent, 2013 est l’année des révélations.

Fini les manipulations et les mensonges des médias, politiciens et autres vendus.

Le peuple veut les vérités !

N’oubliez jamais : Nous sommes responsables de nos actes et aussi de la mémoire collective.


Lire la suite sur Plan-te Révélations

A lire aussi sur PR mon analyse sur la conquête sioniste, les enjeux et leur but finale ça se passe ici

Texte et mise en page par Akasha

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 26 Oct - 20:30

------


------
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 26 Oct - 20:33

------


------
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 26 Oct - 20:37

______


______
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 26 Oct - 20:41

Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mer 4 Nov - 18:53

Pour David M. Weinberg, le printemps arabe a beaucoup profité à Israël !



Le Printemps Arabe brandi tel l’étendard de la liberté des populations musulmanes oppressées par leurs régimes dictatoriaux, a-t-il vraiment fait le bonheur de ces dites populations ?
Après quelques années de conflits internes qui ont surtout fait des victimes civiles, qu’en ressort-il ? Qui sont les vrais gagnants de ces guerres civiles qui enflamment le Proche-Orient et les pays du Maghreb ?
A y voir de près, il paraît clair qu’Israël est pour le coup apaisé par la situation, il n’est plus au centre de toutes les attentions et c’est l’âme en paix qu’il peut se divertir sur les Palestiniens en les piétinant sous sa botte tyrannique.

sraël grand gagnant n’est pas une hypothèse galvaudée, sortie de nulle part. C’est Weinberg, directeur du Centre d’études stratégiques Bigin-Sadat de Tel-Aviv, qui l’avait déjà déclaré haut et fort dans une conférence donnée le 13 juin 2013 en Norvège. Il s’était vanté qu’après la suppression de l’armée irakienne par les USA et de l’armée syrienne perdue dans ses propres conflits, la menace militaire arabe à l’égard d’Israël a disparu.

« Les sociétés arabes sont actuellement secouées par des conflits internes. Ces crises, qui n’ont malheureusement pas encore touché la Jordanie, ébranlent clairement la Libye, la Tunisie, l’Egypte et la Syrie. Durant les quatre prochaines décennies, d’autres agitations auront lieu et vont encore empêcher la stabilité dans ces pays, créant ainsi des déficits et disparités économiques dans chacune de ces nations. Ainsi, les dirigeants de ces pays n’auront plus les moyens d’envisager une attaque militaire coordonnée contre Israël », s’est réjoui le responsable israélien.

Loin de s’arrêter en si bon chemin, Weinberg poursuit son analyse personnelle de la situation. La Syrie dit-il [« divisée, ne constitue plus une menace pour Israël. Aucun autre leader en Syrie, ne pourra diriger le pays avec la même dictature efficiente basée sur le renseignement, tel était le cas pendant le règne d’Al Assad. Cela favorisera continuellement les conflits internes en Syrie et nous savons tous la quantité énorme des armes et roquettes qui y sont éparpillées un peu partout »/b], souligne-t-il, omettant volontairement les armes de destruction massives dont dispose son pays.
Heureux des affrontements qui enflamment la région, il insiste [b]« La crainte d’Israël d’une attaque militaire massive qui pourrait être organisée par certains pays arabes, à l’instar de celle ayant eu lieu en 1973, a pris fin ».


Voilà qui a au moins l’avantage d’être clair et limpide pour tous les suspicieux dévoués à la fameuse théorie du complot. Pour comprendre les dissensions qui sévissent actuellement, il suffit de se poser la question « A qui profite le crime ? ».

Zoubida Salhoume


source: http://www.halalbook.fr/actufiche-19-6203.html?Pour-David-M.%C2%A0Weinberg-le-printemps-arabe-a-beaucoup-profit%C3%A9-%C3%A0-Isra%C3%ABl%C2%A0!

Un journaliste argentin attaqué en justice par un lobby pro-israélien

Carlos Aznarez, journaliste argentin directeur du média alternatif Resumen Latinoamericano, est poursuivi par la DAIA ("Delegacion de Associaciones Israelitas de Argentina") pour avoir couvert la guerre de Gaza en août 2014. Il avait dénoncé les bombardements israéliens qui firent plus de mille cinq cents victimes civiles palestiniennes. Aujourd'hui Carlos Aznarez risque la prison, et dénonce la collaboration de Google qui livre à la justice le contenu de ses courriels privés. Témoignage.



Je dois écrire cette fois-ci à la première personne car, en tant que directeur depuis 22 ans de la plate-forme de communication « Resumen Latinoamericano » (journal, radio et TV) je me vois regrettablement impliqué dans une action contre le droit d’opinion, d’information et d’expression, un droit qui est explicitement protégé par la Constitution Nationale.

Comment tout cela a commencé ? Il y a plusieurs jours, j’ai reçu dans ma boîte mail un message de Google (écrit en anglais) dans lequel on m’informait que « dans un délai de dix jours », Google devrait faciliter l’accès à tous mes courriers, en fonction d’une sommation formulée par le Tribunal de Première Instance N.28 où est déposée la Poursuite N. 7271/15.

C’est de cette manière particulière que je me suis rendu compte d’une incroyable violation de ma vie privée en tant que journaliste car il s’agit des courriers que j’utilise habituellement pour échanger des informations avec d’autres collègues et différents médias de communication, en plus des adresses personnelles logiques que n’importe qui peut avoir dans sa boîte mail.

Cette intrusion se base sur une plainte pénale formulée par la Délégation des Associations Israélites Argentines (DAIA) qui m’accuse purement et simplement d’être solidaire avec le peuple palestinien.

La DAIA et ses avocats se sont présentés devant le Procureur de la République N° 25 pour m’accuser d ’ « organisation et de propagande discriminatoire » en brandissant l’argument de l ’« antisémitisme ». Les raisons invoquées pour une telle procédure sont plus que grossières et m’offensent en tant que citoyen et journaliste.

La DAIA se réfère à ma participation à une activité de solidarité avec le peuple palestinien en août 2014, quand des tonnes de bombes israéliennes tombaient sur Gaza et causaient la mort de milliers d’innocents dont un pourcentage élevé d’enfants parmi la population de cette ville, comme aujourd’hui en Cisjordanie. A cette occasion, comme en tant d’autres, de par mon activité professionnelle que j’exerce aussi bien dans le journal Resumen Latinoamericano , qu’en collaborant avec les chaînes internationales Russia Today, Hispan TV et ALBA TV, j’ai dû couvrir cette activité , et j’ai été invité en outre à exprimer mon avis sur ce qui était en train de se passer à Gaza.

Le seul fait d’avoir été présent là avec d’autres Argentins et Argentines, et de décrire rigoureusement ce qui se passait à Gaza et sur tout le territoire palestinien, semble être un délit pour mes accusateurs, et ils essaient pour cela de me mettre en accusation, en demandant une peine de prison, pour ainsi mettre en branle une persécution ouverte contre le droit d’information, d’expression et d’opinion.

C’est pour cela que je veux DENONCER cette grave violation contre ma personne et le média que je représente, que l’on essaie sans aucun doute de discriminer et d’en réduire la fonction informative.


Pour signer la pétition : solidaridadconcarlosaznarez@hotmail.com

Source :Resumen Latinoamericano vu sur http://michelcollon.info/Un-journaliste-argentin-attaque-en.html?lang=fr
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Sam 7 Nov - 3:47

Boycott : liste des produits israéliens et des firmes qui soutiennent Israël

L'Union Européenne est le client numéro un d'Israël. Rappelons que durant les années 70-80, le boycott des produits fabriqués en Afrique du Sud a fortement contribué mettre fin au régime de l'apartheid... Mais seule une action collective, ciblée et coordonnée internationalement aura de l'efficacité. Ce devrait être une des premières tâches des mouvements de solidarité.


Les produits israéliens :


- Carmel (fruits et légumes) -Jaffa (fruits et légumes) - Kedem (avocats) - Coral (Cerises) - Top (fruits et légumes) - Beigel (biscuits apéritifs) - Hasat (agrumes) - Sabra (repas complets) - Osem (soupes, snacks, biscuits, repas complets préparés) - Dagir (conserves de poissons) - Holyland (miel, herbes) - Amba (conserves) - Green Valley (vin) - Tivall (produits végétariens) - Agrofresh (concombres) - Jordan Valley (dattes) - Dana (tomates cerises) - Epilady (appareils d'épilation) - Ahava (cosmétiques de la Mer morte)

Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

Les produits des entreprises qui soutiennent l'Etat d'Israël (américaines ou européennes)


COCA-COLA - Marques du groupe : Aquarius, Cherry Coke, Fanta, Nestea, Sprite, Minute Maid, Tropical. Cette entreprise soutient l'Etat d'Israël depuis 1966.

DANONE - Marques du groupe : Arvie, Badoit, Belin, Blédina, Phosphatine, Chipster, Evian, Galbani, Gervais, Heudebert, Lu, Taillefine, Volvic. Danone vient d'investir dans le Golan, territoire syrien occupé depuis 1967 par Israël.

NESTLÉ - Marques du groupe : Aquarel, Cheerios, Crunch, Frigor, Friskies, Galak, Golden Grahams, Kit Kat, Maggi, Mousline, Nescafé, Ricoré, Quality Street, Vittel, Perrier, Buitoni. La société suisse possède 50,1 % des capitaux de la chaîne alimentaire israélienne Osem. La firme est accusée depuis les années 50 de détruire l'économie et la santé des peuples du Tiers-Monde, notamment par l'imposition de ses laits en poudre pour bébés en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

INTEL - Cette grosse entreprise produit la plus grande partie des puces électroniques PENTIUM 4 utilisées par les ordinateurs PC dans son usine de Kyriat Gat, installée sur le site de Iraq Al-Manshiya, un village palestinien rasé après son évacuation en 1949 par les soldats égyptiens. 2 000 habitants furent chassés de leur terre, malgré un engagement écrit, supervisé par les Nations unies, des sionistes à ne pas toucher à la population. Une campagne de leurs descendants aux USA en 2003 a amené INTEL à suspendre un projet d'investissements de 2 milliards de dollars pour une extension de l'usine Fab 18 de Kyriat Gat.

L'ORÉAL - Marques du groupe : Biotherm, Cacharel, Giorgio Armani Parfums, Lancôme, Vichy, La Roche-Posay, Garnier, Héléna Rubinstein, Gemey-Maybelline, Jean-Louis David Shampooings, Le Club des créateurs de beauté (vente de produits cosmétiques par correspondance), Redken 5th Avenue, Ralph Lauren parfums, Ushuaïa.

L'Oréal a ainsi investi des millions en créant une unité de production à Migdal Haemeck, à tel point que le Congrès juif américain a exprimé sa satisfaction de voir l'Oréal « devenir un ami chaleureux de l'Etat d'Israël ».

ESTÉE LAUDER - Marques du groupe : Aramis, Clinique, la Mer, DKNY, Tommy Hilfiger
Outre ses investissements, le directeur est le président d'une des plus puissantes organisations sionistes US, le Fonds National juif.

DELTA GALIL - Cette entreprise israélienne est spécialisée dans la sous-traitance de produits textiles notamment dans celui des sous-vêtements. De nombreux sous-vêtements de marques étrangères proviennent ainsi directement des usines de Delta Galil. C'est le cas pour Marks & Spencers, Carrefour (Tex), Auchan, Gap, Hugo Boss, Playtex, Calvin Klein, Victoria's Secret, DKNY, Ralph Lauren.

LEVI STRAUSS JEANS ET CELIO ( magasins spécialisés dans les vêtements pour hommes)
Ces entreprises fort bien implantées en France financent les nouvelles colonies en Palestine mais également les écoles des religieux extrémistes dans le monde.

TIMBERLAND (Vêtements, chaussures, chaussettesŠ) - Tout comme son homologue Ronald Lauder, le PDG de Timberland Jeffrey Swartz est un membre actif du lobby sioniste US. Il a conseillé ainsi d'encourager la communauté juive US à se rendre en Israël mais également d'envoyer des soldats israéliens pour mener la propagande pro-israélienne aux USA.

DISNEYLAND - L'entreprise Disney n'a rien d'idyllique et contribue par son soutien à Israël à semer la mort en Palestine. Elle approuve ainsi tacitement l'occupation illégale de Jérusalem-Est en faisant de Jérusalem lors d'une exposition au Centre Epcot en Floride la capitale d'Israël, cela en violation des résolutions internationales de l'ONU.

NOKIA - Le géant finlandais de la téléphonie commerce activement avec l'Etat d'Israël. Dans une interview au Jérusalem Post, le manager du groupe déclarait : qu' Israël faisait partie des priorités de l'entreprise. Un centre de recherche Nokia a ainsi vu le jour en Israël.

MC DONALD'S - Entreprise emblématique de l'impérialisme culturel US, la célèbre chaîne de restaurants fast-food apporte un soutien non négligeable à l'Etat israélien. McDonald's dispose de 80 restaurants en Israël et y emploie près de 3000 personnes. Elle y interdit à son personnel de parler arabe. Aux USA, l'entreprise figure parmi les heureux partenaires de l'organisation sioniste « Jewish Community » basée à Chicago. Cette organisation travaille en effet pour le maintien de l'aide militaire, économique et diplomatique apportée par les USA à Israël.

CATERPILLAR (Equipement pour bâtiment mais également, vêtements, chaussures) - Une large campagne doit être menée en France pour dénoncer la participation criminelle de Caterpillar aux destructions des maisons en Palestine par ses bulldozers géants. C'est avec un Caterpillar que la pacifiste américaine juive Rachel Corrie a été tuée par un soldat israélien en 2003.

La chaîne hôtelière ACCORHOTEL (Etap, Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel) - Cette chaîne a plusieurs hôtels en Israël, et récemment, elle a ouvert une succursale dans les territoires syriens occupés, dans le Golan.

Les chaînes alimentaires présentes dans les colonies israéliennes : Domino Pizza, Pizza Hut, Häagen Daaz, Burger King

Autres produits : Cigarettes Morris (dont Marlboro), Produits Kimberly-Clarck (Kleenex, Kotex, Huggies), SanDisk (informatique), Toys RUs (jouets)



La liste des produits fabriqués dans les colonies de peuplement israéliennes

Alimentation et boissons
Fabricants Produits Colonies
A & M Greenberg Produit alimentaire ZI Atarot
Ahva Sucreries ZI- Barkan
Atlas Sweets Sucreries ZI Atarot
Bar Haim Produit alimentaire ZI Edomim
Barkan Cellars Vins ZI Barkan
Barkan Sweets Sucreries ZI Barkan
Barkat Produit alimentaire ZI Barkan
Beigel and Beigel Boulangerie industrielle ZI Barkan
Better and Different Produit agricole ZI Edomim
Bumerantz Juices Boissons non alcoolisées Hebron
Cohen Brothers Charcuterie ZI Atarot
Cool Importateur d’eau minérale Imported, ZI Barkan
Delicates Buscuit Biscuits ZI Maaleh Efraim
Eden Springs Ltd Eau minérale ZI Katzrin
Edenim Tea Thés mixtes Ofra
Elyon Epices Alphei Menashe
Eshkol Wines – Motsa Vins ZI Adomim
Glatt Of Abattage de poulets ZI Atarot
Golan Cheeses Fromages Ani’am Golan
Golan Dairy Products Production laitière ZI Katzrin - Golan
Golan Wines Vins ZI Katzrin - Golan
Gold Pie Pâtisserie industrielle ZI Adumim
Hakurmim Wines Vins ZI Adomim
HamZIrah Wines Vins ZI Edomim
Hebron Wines Vins ZI Kiryat Arba
Jerusalem Granola Biscuits ZI Atarot
Klufim Pommes de terre ZI Edomim
Louisa Thé ZI Alon Moreh
Ma’danei Shraf Sauces ZI Alon Moreh
Malosh Borekas Kobi Alimentation congelée ZI Edomim
Migdanot Bakeries Biscuits et pâtisseries ZI Edomim
Of Habira Poulets ZI Edomim
Openheimer Confiseries Zone industrielle- Atarot
Ramat Hagolan Dairy Produits laitiers ZI Katzrin - Golan
Shamir Salads Salades préparées ZI Barkan
Shomron Meat Co. Viande Karnei Shomron


Soda Club Appareils de distribution d’eau
ZI Edomim
Sofrei Ltd Production et Marketing ZI Edomim
Taqoa Mushrooms Champignons Taqoa
Tel Arza Wines Vins ZI Edomim
Tempo Boissons non alcoolisées ZI Atarot
Tohikon Art et accessoires Ma’ale Efraim
Tsiyon Wines Vins ZI Adumim
Wiezel Boulangerie ZI Adomim
Yarden Wines Vins Katzrin- Golan
Yerek Adom Produit alimentaire ZI Edomim
Zion Wines Vins ZI Edomim


Produits ménagers
Fabricants Produits Colonies
Ahava Produits cosmétiques Mitspe Shalem
Amgazit Equipements de gaz Gush Etzion
Arieh Plast Sacs plastiques Ma’ale Ephraim ZI
Ariel candles Bougies ZI Ariel
Barkan Meubles (métal et bois) ZI Barkan
Benitex Equipements de camping ZI Edomim
Daniel Meubles ZI Edomim
Dead Sea Health Products Produits cosmétiques Mitzpe Shalem
Edomim Chemicals Produits d’entretien ZI Edomim
Edora Ltd Verre Edora
Flanero Ustensiles de cuisine Gush Etzion
Flick Sacs et classeurs plastiques Mevoh Hama
Halabin Industries Produits cosmétiques ZI Barkan
Hod Tuiles Kiryat Arba ZI
Hogla Jerusalem Papier ZI Atarot
I.S. luminaires ZI Edomim
IAT Tapis ZI Edomim
InterCosma Produits cosmétiques ZI Atarot
Jerusalem Knitworks Plantes ZI Edomim
Jerusalem Pencils Stylos ZI Atarot
Lipski Plastiques ZI Barkan
Lital Meubles ZI Edomim
Mavrik Cirage ZI Edomim
Meir Tex Draps de lit ZI Barkan
Modan Sacs Sheked
Mul-t-lock Serrures et portes de sécurité ZI Barkan
Negev Yam Chemicals Produits détergents Gush Katif
Ofertex Torchons ZI Barkan
Pereg Air conditionné ZI Atarot
Poly Dan Sacs plastiques ZI Barkan
RabinTex Ltd Textiles et équipements de
camping
ZI Edomim
Rav Bariah Serrures et portes en acier ZI Barkan
Shkem Labs Matériels de nettoyage Kadomim
Sol Camping Equipements de camping ZI Barkan
Streicher Uniformes ZI Edomim
Super Isra-chom Systèmes solaires ZI Edomim
Tohikon Artisanat Ma’ale Ephraim
Yardeni Serrures ZI Barkan
Yerushalmi Industries Cordes ZI Barkan
Zivanit Chaussures et sandales Ein Zivan
Zriha, Halvin Industries Produits cosmétiques Barkan ZI
Industries générales.


Fabricants Produits Colonies
AGS Jouets et jeux Beit Horon
Ariel Environment Filters Filtres ZI Ariel
Avir Textiles ZI Barkan
Ben Or Emballages sous vide ZI Barkan
Benda Plast Emballages d’aliments ZI Katzrin
Bental Generators Générateurs électriques Merom Golan
Bloko Ltd Peintures ZI Edomim
BRB Textile Industries Textiles et teintures ZI Edomim
Carmigal Céramiques ZI Alphei Menashe
Cohen Zacharia Belts Ceintures Kfar Tapuah
Cometal Ltd Communications
électroniques
Alphei Menashe
Dar El Circuits imprimés Ariel
Dotan Cuirs Mevoh Dotan
DS Express Equipements de jardin et jeux Shomron Gardens
Edomim Moulins en bois ZI Edomim
Equipements de sécurité Ma’ale Efraim Kiryat Arba
Granit 2000 Marbre et granite ZI Edomim
H Wegshel Editeurs ZI Edomim
Haalonim (Oaks) Blocs de construction ZI Edomim
Har Shefi Emballages Beit El
Herto Industries textiles ZI Edomim
Irit Sérigraphie ZI Edomim
Isra Beton Industrie du ciment ZI Atarot
Israel United Laundries Blanchisserie ZI Atarot
Kaliah Munitions ZI Edomim
Kanfei Mitchat Serrures de sécurité Karnei Shemesh
Kanfei Yona Tannerie ZI Edomim
Karmei Gal Tuiles en céramique ZI Alfei Menashe
Kershin Equipements métalliques ZI Barkan
M.A.B wood factories Cuisines et équipements en
bois
Mount Hebron
Niron Fils textiles Emanuel
Nitop Ltd Accessoires pour véhicules ZI Barkan
Oren Etzion Produits métalliques Kfar Etzion
Oval Ordinateurs ZI Barkan
Oval Equipements médicaux ZI Barkan
Phalphot Cartes et autocollants Karnei Shomron
Plasmafiber Industries Plastique Karnei Shomron
Plastfiber Plastique Karnei Shomron
Readymix Industries Ciment ZI Edomim
Ronopol Plastique ZI Barkan
Shelly Cloth Tissus ZI Barkan
Sherut Emballages ZI Barkan
TAPI Plastique ZI Edomim
Tip Top Toys Plastique ZI Barkan
Victory Huiles ZI Edomim
ZI : zone industrielle.
Cette liste est préparée et compilée par l’ONG PARC (Palestinian agricultural
Relief Committees), à partir des listes publiées par Gush Shalom (ONG
israélienne), le journal “Fasal al-Maqal” de Nazareth ainsi que des informations
collectées par PARC.


Source : http://www.michelcollon.info/Boycott-liste-des-produits.html

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mar 10 Nov - 16:40

Boycott interdit en France : ce scandale expliqué en 5 minutes

IN-TER-DIT! Le boycott est maintenant interdit si bien sûr cela va à l’encontre d’Israël, nous en avons parlé ici, aujourd’hui nous relayons une explication rapide en quelques minutes de la débilité d’une telle décision. Car cela prouve quoi? Cela démontre que non seulement nos politiques font ce qu’ils veulent pour faire plaisir à Bibi Netanyahou dont l’influence n’est vraiment plus à démontrer dans le pays, mais qu’elle est également complètement soumise aux Etats-Unis qui ont souhaité qu’une telle décision soit prise, puisqu’ils ont imposé cela dans les lignes obscures du traité transatlantique comme nous l’apprenais un article du quotidien Times of Israël en Juin.

Il deviens difficile d’avoir une opinion en France, il va maintenant devenir difficile d’avoir une étique, si cela continue…




Récemment, la Cour de cassation a confirmé la condamnation à 32 000 euros d’amende et de dommages et intérêts de plusieurs militants du mouvement « BDS ». Le mouvement « Boycott, désinvestissement, sanctions » est né en 2005 en Palestine grâce à l’initiative de plusieurs associations locales.

Il a depuis reçu le soutien de fonctionnaires importants de l’ONU et de plusieurs personnalités israéliennes et de la communauté internationale. La plus haute cour de justice française a donc fait le choix de rendre illégal l’appel au boycott des marchandises provenant d’un pays particulier, au motif qu’il constituerait un usage discriminatoire de la liberté d’expression.
Nous nous proposons de rappeler la glorieuse fortune du boycott dans l’histoire des luttes pacifiques pour l’émancipation (nous croiserons au passage Gandhi, Rosa Parks, Martin Luther King et Nelson Mandela) pour montrer l’absurdité juridique et morale de cette décision.

===============================================================

✔️ S O U R C E S : http://osonscauser.com/boycott-interdit-en-france-ce-scandale-explique-en-5-minutes-blabla-13
✔️ A B O N N E Z – V O U S : http://goo.gl/pNbHoL
Ça nous fait plaisir si vous nous suivez Smile
✔️ F A C E B O O K : http://goo.gl/KLY7S3
✔️ T W I T T E R : http://goo.gl/JVLsoF
✔️ S I T E W E B : http://goo.gl/c7SYa4

Source: Agoravox

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Ven 13 Nov - 4:20

Vidéo choquante de l’interrogatoire d’un Palestinien de 13 ans par les autorités israéliennes

Ces images montrent clairement l’obtention des aveux d’un jeune adolescent palestinien sous la contrainte



La photo d’Ahmed Manasra, 13 ans, que ses geôliers escortent à la sortie du centre de détention où il se trouve actuellement (Twitter)

Une vidéo de dix minutes montrant des images de l’interrogatoire d’un Palestinien de 13 ans par les forces de l’ordre israéliennes a fuité lundi dans les médias palestiniens.
Cette vidéo, dans laquelle on peut voir l’interrogateur crier sur Ahmed Manasra et réitérer ses accusations de tentative de meurtre, a déclenché une vive réaction de la part des Palestiniens, dont beaucoup se sont jetés sur les réseaux sociaux pour exprimer toutes une palette d’émotions allant de l’horreur ressentie face à ce traitement au respect pour ce qu’ils ont qualifié de résistance de l’adolescent face à un interrogatoire aussi musclé. La vidéo a également suscité l’indignation au sein des organisations de défense des droits de l’homme, qui insistent sur le fait que cette affaire a été politisée et que les dispositions légales en matière de droits de l’homme relatives au traitement des mineurs n’ont pas été appliquées.
Ahmed Manasra a été arrêté le 12 octobre après avoir participé, selon les accusations qui pèsent sur lui, à une agression à coups de couteau en compagnie de son cousin, Hassan Manasra, âgé de 15 ans, dans le quartier colonisé de Pisgat Zeev, à Jérusalem-Est.
Deux Israéliens ont été blessés dans cette attaque. Hassan a été abattu sur place par la police, tandis que les médias israéliens ont affirmé qu’Ahmed Manasra avait été renversé par une voiture alors qu’il tentait de s’échapper.
Une vidéo le montrant étendu dans un bain de sang sur le sol sous les insultes des badauds israéliens – qui lui crachaient dessus et réclamaient sa mort – a rapidement fait le buzz.


Le président palestinien Mahmoud Abbas a ensuite déclenché une controverse en affirmant que l’adolescent avait été exécuté par les forces de sécurité israéliennes, bien que les autorités israéliennes aient réfuté de telles accusations et qu’elles aient diffusé des images d’Ahmed Manasra couché sur un lit d’hôpital au Centre médical universitaire Hadassah, situé dans le village d’Ein Karem, près de Jérusalem.
L’ONG israélienne Médecins pour les droits de l’homme avait alors critiqué cette manœuvre, affirmant dans une déclaration officielle que la décision du gouvernement israélien de publier ces photographies d’Ahmed Manasra était purement politique.
« Le fait qu’il s’agisse du portrait d’un mineur en détention photographié sans l’autorisation de ses parents » est une violation des lois de protection de l’enfance et du droit à la vie privée, était-il précisé dans la déclaration.
« Une question encore plus problématique réside dans le fait qu’apparemment, l’ordre [de publier cette photo] aurait directement émané du cabinet du ministre de la Santé [Yaakov Litzman] et que la photo en elle-même aurait été distribuée par le cabinet du Premier ministre. »
Le 30 octobre, le tribunal de district de Jérusalem a accusé Ahmed Manasra d’une double tentative d’assassinat. Selon la loi israélienne, dont il relève en tant qu’habitant de Jérusalem, il ne peut être emprisonné avant l’âge de 14 ans, mais le parquet n’a pas donné de suite favorable aux requêtes de sa famille, qui souhaitait qu’il soit libéré puis placé en résidence surveillée jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge légal ; Ahmed Manasra est actuellement en captivité dans un centre de détention.
Dans sa première déposition, qui n’apparaît pas dans la vidéo, Ahmed Manasra niait toute implication dans l’affaire, et affirmait que c’était son cousin qui avait poignardé les deux victimes, déclarant ne pas supporter la vue du sang.
Au cours de l’interrogatoire suivant, qui a été filmé, mais que la rédaction de Middle East Eye n’a pas pu vérifier par elle-même à titre d’observateur indépendant, on peut voir l’interrogateur utiliser la « stratégie du bon flic et du mauvais flic ». Le premier extrait montre l’interrogateur crier sur Ahmed Manasra, l’insulter et proférer des jurons à son encontre, avant de lui poser des questions sur les raisons de sa participation à l’attaque.
« Je vais te montrer une vidéo qui prouve que tu mens. Ferme-la ! », crie l’interrogateur.
Ahmed Manasra tente ensuite de répondre avant d’être interrompu.
« Ferme-la ! Tu n’es qu’un menteur ! Après les avoir poignardés, tu leur as couru après en tenant un couteau comme ceci ! », poursuit l’interrogateur en faisant mine de brandir un couteau.
Dans l’extrait suivant, l’interrogateur adopte une attitude posée et presque amicale, et il énonce calmement à Ahmed Manasra les chefs d’accusation qui pèsent sur lui. Au moment où il annonce à l’adolescent qu’il est aussi accusé d’avoir aidé l’ennemi pendant la guerre, cette déclaration perturbe manifestement Ahmed Manasra.
« Quelle guerre ?, demande-t-il. Qu’est-ce que j’ai à voir avec une guerre ? »
L’extrait suivant montre l’interrogateur en train de hurler à nouveau, montrant du doigt ce qu’il affirme être les images de l’incident.
Ahmed Manasra, visiblement bouleversé, tente de se défendre en disant que son cousin et lui n’étaient pas dans la rue en question, mais l’interrogateur lui crie dessus de manière réitérée.
Finalement, Ahmed Manasra se met à se frapper plusieurs fois le visage, criant qu’il ne garde aucun souvenir de cette journée, tandis que l’interrogateur continue à lui hurler dessus en retour.
« Je ne me souviens de rien du tout. Mais croyez-moi, je le dure devant Dieu ! dit-il. Je me suis réveillé à quatre heures le lendemain. J’étais blessé à la tête. Je ne m’en rappelle pas ! Mais qu’est-ce qui m’arrive ? »
« Tout ce que vous dites est vrai, dit-il. D’après la vidéo que vous m’avez montrée, c’est vrai. Mais je ne m’en rappelle pas. C’est tout. Je vais avouer que je l’ai fait, qu’est-ce que vous attendez de plus ? »
Leah Tsemel, l’avocate d’Ahmed Manasra, a déclaré à Middle East Eye que le comportement de l’officier qui soumet un mineur à un tel interrogatoire est inapproprié. Elle a demandé l’ouverture d’une enquête.
D’après le droit international, un enfant ne peut être interrogé en l’absence de ses parents ou de son responsable légal. Selon Tareq Barghouth, l’autre avocat d’Ahmed Manasra, il n’a eu aucun contact avec sa famille depuis le jour de l’attaque, et il est détenu dans un établissement pour jeunes délinquants situé en Galilée.
Tareq Barghouth avait précédemment déclaré aux médias palestiniens que l’adolescent avait subi des violences verbales et psychologiques de la part des personnels de l’administration pénitentiaire israéliens.
« Ils ont menacé de le tuer, de détruire sa maison et de l’emprisonner, a déclaré Tareq Barghouth. Ils lui ont craché dessus. L’un des agents a appelé sa compagne sur Skype et elle aussi s’est mise à l’injurier. »
Tareq Barghouth soutient l’innocence d’Ahmed Manasra, déclarant que malgré le fait qu’il ait bien été en possession d’un couteau le jour en question, c’est son cousin Hassan qui a poignardé les Israéliens.
Leah Tsemel a également déclaré à MEE qu’elle envisageait une procédure judiciaire contre les médias israéliens qui ont diffusé les images d’Ahmed Manasra.
La date de la vidéo est inconnue, et il n’a pas non plus été déterminé avec précision qui, du gouvernement israélien ou d’une autre source, était responsable de la fuite de ces images.
Cependant, Amani Dayif, qui travaille pour l’organisation Médecins pour les droits de l’homme, a déclaré à Middle East Eye que la loi israélienne de protection de l’enfance pénalisait la diffusion d’images qui peuvent se montrer préjudiciables pour l’enfant.
« La publication de tout contenu pouvant nuire à un enfant est illégale et totalement interdite », a affirmé Amani Dayif.
Middle East Eye a cherché à contacter le cabinet du Premier ministre israélien, mais n’a pu obtenir aucun commentaire au sujet de la vidéo de l’interrogatoire d’Ahmed Manasra.
Dans une courte interview, les parents d’Ahmed Manasra ont fait part de leur incrédulité à l’idée que leur fils puisse accomplir de tels actes.
« Un enfant de 13 ans n’est pas réellement capable de poignarder quelqu’un, a déclaré son père. Il n’a ni la force physique ni la détermination mentale nécessaires pour le faire. Tout ça, c’est juste des mensonges [répandus par Israël]. »
« J’aimerais tellement pouvoir le prendre dans mes bras », a-t-il ajouté.

La prochaine audience d’Ahmed Manasra devant un tribunal est prévue pour le 6 décembre.
Linah Alsaafin |12 novembre 2015
Traduction de l’anglais (original) par Mathieu Vigouroux.
Source: Arrêt sur Info


Israeli occupation arrested 800 children in October








_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 16 Nov - 10:55

Sauvagerie d’un interrogatoire israélien sur un enfant palestinien





http://axedelaresistance.com/sauvagerie-dun-interrogatoire-israelien-sur-un-enfant-palestinien/

Des agents israéliens déguisés mènent un raid dans un hôpital d’Hébron, un mort



Des caméras de surveillance d’un hôpital permettent de retracer une intervention d’agents israéliens, spécialistes des opérations clandestines

Déguisés en civil, prétendant accompagner une femme enceinte, ils ont pénétré jeudi dans le bâtiment, situé à Hébron en Cisjordanie, pour arrêter un Palestinien, soupçonné d’être l’auteur d’un attentat au couteau contre un Israélien le 25 octobre dernier.

Le cousin de l’homme arrêté aurait été tué dans l’opération.



Des agents israéliens déguisés mènent un raid... par ITELE

source: http://www.itele.fr/monde/video/des-agents-israeliens-deguises-menent-un-raid-dans-un-hopital-dhebron-un-mort-143317

Sauvagerie israélienne lors de l’arrestation d’un enfant palestinien



http://axedelaresistance.com/sauvagerie-israelienne-lors-de-larrestation-dun-enfant-palestinien/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 23 Nov - 19:53

______


______
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mer 25 Nov - 2:57

Révélations inédites de l’ancien président du Liban, Emile Lahoud !

L’ancien président du Liban, Emile Lahoud (1998-2007), explique, lors d’une interview, l’origine des maux du Liban.

Les premiers troubles sont apparus avec la création de l’entité sioniste d’Israël : envers les Palestiniens qu’elle empêche de retourner chez eux et envers la classe politique libanaise qu’elle s’applique à soudoyer.




Alors qu’il était président du Liban, Emile Lahoud a mis sur pied une armée nationale, où toutes les confessions sont représentées. C’est d’ailleurs la seule institution libanaise qui, aujourd’hui, fonctionne.

Il appelle à constituer, d’urgence, un Parlement libanais sur le modèle de l’armée, c’est-à-dire un Parlement national, dont les membres seront élus à la proportionnelle pour représenter les Libanais de toutes confessions, et surtout pour contrer le plan diabolique d’Israël. […]

© http://www.partiantisioniste.com/?p=10264

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.


Dernière édition par akasha le Dim 10 Jan - 17:37, édité 1 fois (Raison : remplacement de la vidéo dead ;))
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Jeu 26 Nov - 18:00

A voir : Le sionisme, un sujet médiatique tabou et censuré !!!

Bon, on a tous compris que dans les médias français, il est interdit de critiquer la politique sioniste criminelle israelienne. Maintenant voyons si dans ces mêmes médias, nous avons le droit de souhaiter l'éradication des arabes ?



Liberté d'expression ou dictature de la pensée ?



Dernière édition par akasha le Dim 10 Jan - 17:40, édité 1 fois (Raison : remplacement de la vidéo dead ;))
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 7 Déc - 1:53

Des soldats israéliens brisent l'omerta

Source:
Quand des soldats israéliens racontent les coulisses de l'offensive à Gaza

Dans un rapport de l'ONG israélienne Breaking the silence, une soixantaine de soldats israéliens ont raconté l'offensive à Gaza durant l'opération Bordure protectrice, en 2014. Des témoignages édifiants sur les "dérives morales" de Tsahal.

VIDÉO:
http://youtu.be/Q01fLdvcM6o

"On avait repéré deux femmes en train de marcher dans un verger, peut-être à 800 ou 900 mètres de nous. Le commandant a demandé une confirmation : ‘Que voyez-vous ?’, ‘Sont-elles suspectes ?’

Il était 11 h ou midi. Les guetteurs ne pouvaient pas bien les voir. Le commandant a envoyé un drone pour les observer. Elles marchaient et elles parlaient au téléphone. Il les a visées, elles ont été tuées. Étaient-elles dangereuses ? Je pense que c’étaient des conneries.

Lire la suite:
http://www.france24.com/fr/20150505-i...

http://www.theguardian.com/world/2015...



http://www.facebook.com/ThePlot911
http://www.youtube.com/user/ytpolicies
http://www.youtube.com/user/motormagnet
https://www.youtube.com/user/lescomplots
http://www.facebook.com/pages/Peter-M...
http://www.dailymotion.com/ThePlot911
http://rutube.ru/video/person/276948/...
http://www.the-plot-911.com/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 20 Déc - 18:18

Quand Fance 2 présente un commando de services de sécurité israéliens de façon plutôt positive

Parmi les sujets du JT de 20h de France 2 ce 18/12/2015, un évoque le cas d’un commando israélien s’infiltrant d’une manière particulière et surprenante en territoire palestinien.

On nous présente donc commando de service de sécurité israélien s’infiltrant dans un hôpital à la recherche d’un palestinien qui aurait tué un israélien mais ces derniers sont « déguisés » en arabe et assistent une personne assise sur un fauteuil roulant

L’ayant vu en direct, je me disais que cela partait bien et qu’on pouvait s’attendre à des révélations du genre « false falg », manipulation etc. Mais au final non…

Par la suite on aperçoit la personne « handicapée » se levait brusquement, munie d’une arme. Il y aura des tirs, un mort et la personne recherchée sera ligotée sur la chaise roulante.



...S’ensuit deux/trois informations sur ce type de service secret/sécurité puis une vidéo où ce même groupe toujours déguisé en arabe et infiltré dans un groupe de palestinien jetant des pierres sur des soldats israëliens, se retournait brusquement contre ces derniers et en leur tirant dessus mais selon la voix off, il s’agit juste de « méthodes plus musclées ».

Ah bon ? J’aurais plutôt penser à des meurtres moi …

La fin du sujet se termine sur la série TV « Fauda » (« Chaos » en français) qui « cartonne » dans les pays arabes et s’inspirant de ce type de commando en question.

Bref France 2 nous dépeint de façon plutôt positive voir élogieuse un groupe de personne qui s’apparente en réalité plus à des terroristes aux méthodes infâmes allant jusqu’à porter « l’uniforme de l’ennemi » (pendant la WW2, on passait par les armes les prisonniers ennemis qui agissaient de la sorte) ….

Ah peut-être parce que ce sont des groupes israéliens (et sans doute ultra-sionistes) ?

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 10 Jan - 17:32

“L’Iran et Israël sont comme des pièces d’échecs utilisées par l’administration américaine selon ses intérêts…”



Où en est actuellement la tentative de réconciliation nationale entre Chiites et Sunnites ?

Afin de répondre à cette question, on doit revenir sur le passé, pour connaître les attentes des Chiites radicaux à Bahreïn… Ils ont une demande principale, celle du changement du régime. Toutefois, pour les Bahreïnis, le régime représente une légitimité nationale qui protège toutes les confessions et religions, qu’elles soient sunnites, chiites ou autres. Ainsi, le changement d’un quelconque critère dans la forme de ce régime conduirait à un autoritarisme des confessions, et par la suite à des confrontations sécuritaires dangereuses. C’est pourquoi les Bahreïnis insistent sur le fait que cette demande n’a rien à voir avec la démocratie revendiquée par les radicaux, mais plutôt qu’elle vise à permettre à l’Islam politique chiite de parvenir au pouvoir. Un autre point important est que les radicaux considèrent que les circonstances régionales soutenues par les Américains sont à leur avantage. C’est pourquoi les chiites radicaux demeurent renfermés et refusent toute sorte de dialogue national qui pourrait exposer leurs positions et dévoiler le refus de leurs demandes de la part du peuple bahreïni… Sur cette base, la réconciliation nationale entre Sunnites et Chiites traverse des hauts et des bas et n’a pas encore obtenu de résultats positifs…

L’Iran essaie-t-il de déstabiliser Bahreïn et le reste des pays du Golfe ?...

De mon point de vue, l’Iran représente la menace directe dans la région, mais ce n’est pas la seule… Il existe une menace plus dangereuse avant la menace iranienne : il s’agit du projet américain (Le Nouveau Moyen-Orient), qui peut être résumé par le soutien de l’administration américaine à la création de micro-Etats confessionnels et ethniques dans la région, sous le prétexte de répandre la démocratie et de soutenir les droits confessionnels et ethniques.

Oui, l’Iran tente de créer le chaos et de porter atteinte à la sécurité et à la stabilité dans la région, en imposant l’hégémonie chiite dans notre pays à travers le soutien qu’elle apporte à l’Islam politique chiite (radical). Mais après 9 ans d’occupation en Irak, tout ce qui a émergé pendant cette période – comme la coopération américaine britannique et iranienne pour changer la carte politique et démographique selon les intérêts de l’Iran – confirme que le rôle iranien à Bahreïn et dans le Golfe arabique est soutenu par les Américains. Les Américains courent après leurs intérêts et ne disent pas la vérité aux médias, leur déclarant qu’ils défendent les intérêts des peuples dans la region. Cela fait perdre à l’administration américaine sa crédibilité et la confiance des autres…

Pensez-vous que l’Iran essaie de provoquer un conflit plus étendu au Moyen-Orient en opposant Chiites et Sunnites ?

L’Iran est habile dans le jeu politique dans la région. D’une part, il soutient les Frères musulmans à travers le mouvement terroriste (Sunnite) Hamas à Gaza, et d’autre part il associe ses intérêts à ceux du parti terroriste (Chiite) Hezbollah au Liban, sous le prétexte de la résistance contre Israël, alors que tous les Arabes savent que ces deux organisations (Hamas et Hezbollah) ne représentent aucune résistance, mais travaillent plutôt à mettre fin à la résistance… Et ces deux partis ont réussi à diviser les Palestiniens et les Arabes, pour l’avantage d’Israël. Ainsi, la République islamique en Iran joue ces deux cartes pour montrer que la révolution iranienne soutient tous les mouvements de libération, alors qu’en réalité le régime de la république – persane et chiite – de Khomeiny est très hostile aux sunnites et aux Arabes… Il s’agit là de bases constantes affirmées dans leurs publications dogmatiques q u e n o u s , membres de la confession chiite, connai s sons très bien. Créer des agitations internes dans les pays arabes en général et dans les Etats du Golfe en particulier, est l’un des premiers objectifs de l’exportation de la révolution iranienne qui a été annoncée par Ayatollah Khomeiny en 1979 et stipulée dans la Constitution de la République islamique d’Iran. C’est pourquoi la région du Golfe arabique connaît une situation instable depuis cette époque.

Comment voyez-vous l’avenir des révolutions du Printemps arabe en Tunisie, en Égypte, en Libye et en Syrie? Et quel peut être leur impact sur la région ?

D’abord, je voudrais dire que l’expression “Printemps arabe” a été initialement introduite par le Président Obama et il ne s’agit donc pas d’une expression arabe, surtout après les effets négatifs qui en ont découlés… Ce qui s’est passé en Tunisie demeure, jusqu’à ce jour, enveloppé de nombreuses ambiguïtés et ne peut être appelé « révolution ». Pour ce qui est des événements qui ont eu lieu en Egypte, ils continuent à interagir et à mener le pays vers plus de chaos, de pauvreté et de dictature, ce qui créera un terrorisme religieux et un clivage qui pourrait mener à la division du pays entre les religions…

Quant au fai t que quelques (révolutionnaires) libyens ayant été formés en Europe et aux Etats-Unis, sont entrés dans les palais de Kadhafi sous la protection de l’OTAN, ne peut certainement pas être appelé « révolution »… car ce qui est réalisé grâce à une puissance étrangère n’est rien d’autre qu’une reconstitution de nouvelles dictatures dans la région, n’ayant aucun lien avec les populations opprimées qui endurent maintenant plus de souffrances, que ce soit en Tunisie, en Syrie ou au Yémen… Et on ne peut pas nier l’effet de cette situation sur la région du Golfe arabique…

Diriez-vous que les trois cancers du Moyen-Orient sont l’intransigeance israélienne ; la menace nucléaire de l’Iran ; et le manque de fiabilité du régime au Pakistan ?

Dans notre monde arabe, et non au Moyen-Orient, il existe différents problèmes et questions, et à ma connaissance ils n’ont rien à voir avec le Pakistan, à part le soi-disant terrorisme par lequel ce pays est devenu largement infecté… Quant au facteur commun entre la menace nucléaire, l’expansion iranienne, la menace israélienne et la situation du régime pakistanais au Moyen-Orient, il s’agit de la lutte internationale pour la puissance, qui a été relancée après la fin de la guerre froide et qui définit les centres de menace et la manière de les envisager…

Les Etats-Unis d’Amérique ont déclaré, depuis le 11 septembre 2001, l’émergence de la menace terroriste pour remplacer la menace communiste. Ils ont ainsi défini la région d’Eurasie qui s’étend de l’Afghanistan à Eretria, comme étant le centre de cette guerre, alors qu’il s’agit de l’axe principal des sources de pétrole et des routes de son acheminement…

Et les Etats-Unis ont décidé que le Moyen-Orient avait besoin de changement, alors même qu’il s’agit d’assurer le contrôle direct des sources de pétrole, de préserver leur puissance dans le système international et de sauver l’économie occidentale menacée par l’effondrement… Et l’Iran et Israël sont considérés comme des pièces d’échecs utilisées par l’administration américaine selon ses intérêts.

Propos recueillis par Christian Malard

http://www.lejournalduparlement.fr/site/fr/node/153 http://www.lejournalduparlement.fr/site/fr/node/153




http://www.alterinfo.net/L-Iran-et-Israel-sont-comme-des-pieces-d-echecs-utilisees-par-l-administration-americaine-selon-ses-interets_a119981.html

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 17 Jan - 11:13

Une officine liée au Mossad crée sur Facebook une page antisémite




L’officine israélienne connue sous le nom de « Shurat HaDin », vient d’être prise la main dans le sac, après avoir créé une page Facebook prétendument pro-palestinienne, appelant au « meurtre de tous les juifs ».

Notoirement liée au Mossad, l’agence d’espionnage israélienne, Shurat HaDin a été obligée de reconnaître son forfait, prétendant, pour se justifier, qu’il « s’agissait d’une expérience ».

Drôle d’expérience, mais à moitié étonnante seulement quand on voit comment dans tous les pays, dont la France, les officines israéliennes inventent de toutes pièces des accusations d’antisémitisme contre des groupes qui défendent la cause palestinienne.

Quand il ne s’agit pas de soi-disant slogans « Mort aux Juifs » que le lobby israélien est seul à entendre dans les manifestations de soutien à la cause palestinienne, on passe aux attaques de synagogues par des « manifestants pro-palestiniens » inventées de toutes pièces, comme lors des manifestations de l’été 2014 contre les bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

Ne pas devenir complotiste dans un tel contexte, est héroïque !

Dans le cas de Shurat HaDin, dont le directeur se nomme Nitsana Darshan-Leitner, les faussaires sont allés jusqu’à porter plainte contre Facebook « pour avoir laissé publier une page pro-palestinienne incitant à l’antisémitisme » !!

Pour mémoire, cette officine israélienne avait déposé plainte en Australie contre le Pr. Jake Lynch de l’université de Sydney, en l’accusant d’antisémitisme parce qu’il appliquait le boycott académique contre l’occupant israélien (c’est à dire le refus d’échanges institutionnels entre son université et les universités israéliennes). Et Shurat HaDin avait perdu son procès, contribuant du même coup à populariser le boycott académique en Australie !


CAPJPO-EuroPalestine

source:
http://europalestine.com/spip.php?article11439
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 24 Jan - 9:33

Comprendre le sionisme – par Peter Moore

Je vous expose des heures de visionnements sur le sionisme, l’Islam et le territoire palestinien surnommé Israël.

D’habitude, peu de temps après exposer ces faits, je suis victime de censure. Cette fois-ci je suis préparé avec 3 chaines youtube, 2 dailymotion, 1 rutube, 1 vimeo et quelques-unes de back-up; en plus de mes plusieurs pages Facebook, je pourrai continuer de communiquer avec vous. Mais je sens que vous serez témoin, une fois de plus, d’une attaque sur mon travail dans les prochaines semaines…



https://www.youtube.com/watch?v=m_ExayCj3j8
Qui sont les méchants? Les Musulmans?
https://www.youtube.com/watch?v=tfbQ11z-P8c
Démocratie et liberté d’expression en Israël (juin/2011)
https://www.youtube.com/watch?v=AuoE5Cboxe8
Supportez-vous Israël?
https://www.youtube.com/watch?v=KXtBwHHEM50
Les forces Israëliennes et l’éthique morale
https://www.youtube.com/watch?v=gBpqTiMWK90
Le traitre Émir du Qatar en visite en Israël
https://www.youtube.com/watch?v=7v2NV8rKdSA
Désinformation Al-Qaida aux U.S.A. – Le sionisme à son meilleur
http://www.youtube.com/watch?v=bw6gUBcoFF0
Israël et son fervent allié – Frères Sanguinaires
http://www.youtube.com/watch?v=ucdTxidVSF4
L’hypocrisie raciste des sionistes
http://www.youtube.com/watch?v=vejbu58gGug
Le Sionisme expliqué par des rabbins 1de2
http://www.youtube.com/watch?v=FF1OH8pSlvk
Le Sionisme expliqué par des rabbins 2de2
http://www.youtube.com/watch?v=UbaSAwkyvLA
Comprendre le sionisme
http://www.youtube.com/watch?v=yThH_KKfFoY
La violence de l’Islam avec François François Asselineau
http://www.youtube.com/watch?v=aJvP9LhIv50
Comment on a manipulé les plus naïfs contre les Musulmans (4 parties)
Radio-Canada est une institution d’état financée en partie par nos taxes. Ça leurs permet d’être plus indépendants face à l’argent du secteur privé surtout à l’époque de cette diffusion car aujourd’hui les intérêts privés ont surpassé ceux de l’état. L’information y est donc de moins en moins objective mais regardez ce qu’aucun autre média de masse, à ma connaissance, ose diffuser au Canada, en Belgique et en France:
Lobby Sioniste et sa dominance sur les médias – Radio-Canada (4 parties):
http://www.youtube.com/watch?v=GsF8Jhw2b7Q
http://www.youtube.com/watch?v=aDZRHVqPjh0
http://www.youtube.com/watch?v=r0kVogesd64
http://www.youtube.com/watch?v=3Ac6EbSLbUU
Et voici ma page Facebook de back-up:
https://www.facebook.com/pages/Peter-Moore-ThePlot911/310369155705996?ref=hl
Qui sont les méchants? Les Musulmans?
http://www.facebook.com/ThePlot911 http://www.youtube.com/user/ytpolicieshttp://www.youtube.com/user/motormagnet https://www.youtube.com/user/lescomplots ht…
Qui sont les méchants? Les Musulmans?
http://www.facebook.com/ThePlot911 http://www.youtube.com/user/ytpolicieshttp://www.youtube.com/user/motormagnet https://…
Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mar 26 Jan - 17:32

Les 3 étapes de la colonisation israelienne : âmes sensibles s'abstenir

Vidéo choc : Ame sensible s'abstenir !!!
Abonnez-vous à la chaîne Bibo Land : https://www.youtube.com/channel/UC_Pi...


Revenir en haut Aller en bas
orné
Modérateur
avatar

Masculin Gémeaux Buffle
Messages : 1106
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 44
Localisation : où ça ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 14 Fév - 10:52

Le Crif accuse David Pujadas de commettre des « attaques antisémites » !



Jeudi 11 février, Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), a adressé une lettre à la direction de France Télévisions pour se plaindre d'un reportage diffusé le 10 février dans le journal télévisé de France 2 et consacré au mouvement "Boycott Désinvestissement Sanction" (BDS).

Voici le reportage en question :



Propagande BDS au 20h de David Pujadas – 10... par philippekarsenty

Ce reportage apparaît d'une remarquable objectivité, donnant la parole aux pro- et aux anti-BDS, rappelant même que, si l'Union européenne vient de prendre la décision d'étiqueter tous les produits des colonies juives entrant en Europe, pour que le consommateur soit informé de leur provenance exacte, la justice française vient, de son côté, de donner tort aux activistes en déclarant discriminatoires les appels au boycott du BDS.

On est, dans ces conditions, estomaqué de lire que le Crif accuse ce reportage de faire"l'apologie du BDS". Voici en effet le communiqué du Crif :


Le Président Roger Cukierman a adressé le 11 février 2016 un courrier à la Présidente de France Télévisions, Madame Delphine Ernotte, dans lequel il a exprimé son inquiétude, après que le journal télévisé de France 2 a diffusé, le 10 février, un reportage faisant l'apologie du BDS.

Roger Cukierman a rappelé que "le Premier ministre Manuel Valls a déclaré à plusieurs reprises que le boycott des produits israéliens était interdit par la loi et fournissait le support au développement de l'antisionisme et donc de l'antisémitisme".

"Ce reportage fait l'apologie d'une pratique interdite par la loi. Il participe à la désinformation et à la délégitimation d'Israël", a-t-il poursuivi.

"L'expérience nous a montré en outre qu'il est de nature à favoriser la détestation d'Israël et des Juifs de France et donc à légitimer et favoriser les attaques contre les Juifs", a insisté le Président du Crif.

"Quelques jours après avoir donné très longuement la parole à une activiste patentée dans un débat contre M. Alain Finkielkraut, M. Pujadas se distingue encore une fois par des comportements perçus par de nombreux Français juifs comme des attaques antisionistes voire antisémites", a-t-il conclu, demandant à la Présidente de France Télévisions de porter à ce sujet "toute l'attention nécessaire, afin que France 2 ne soit pas le support d'organisations délictueuses interdites par la loi".


Traiter David Pujadas d'antisémite, il fallait oser ! Mais le Crif n'est pas la seule association à se lancer aux trousses du Tom Pouce de l'information.
Ainsi, le CSA a ainsi été saisi le 11 février par le BNVCA, dirigé par Sammy Ghozlan. Voici à quoi ressemble son communiqué, où le soi-disant appel au boycott est comparé à un appel au viol :


"Le BNVCA indigné, saisit le CSA et demande un droit de réponse à France 2, suite au reportage partisan diffusé le 10/2/16 au journal de 20 h promouvant le mouvement illégal BDS interdit par nos lois. (...)
La loi est claire et il est inadmissible que France 2 se comporte comme incitateur à la haine et à la discrimination. Le BNVCA souligne que ce reportage est mensongerlors qu’il présente le mouvement comme hostile aux produits provenant des territoires de Cisjordanie. (...)
Ces faits démontrent que le Premier Ministre Mr Valls a raison quand ll déclare que"l’antisionisme c’est l’antisémitisme." Dans ce reportage, des filles voilées ont justifié le boycott "parce que les israéliens tuent les enfants palestiniens". Pretexte invoqué par les terroristes comme Merah, Coulibali, Nemouche, et autres islamodjihadistes auteurs d’attentas antijuifs. Peut on imaginer que France 2 présente un reportage incitant au vol ou au viol, qui sont des délits au même titre que l’appel à boycott, inscrit clairement dans notre code pénal.
Nous considérons que la rédaction de France 2 et David Pujadas portent une grande responsabilité dans le risque aggravé de nouveaux actes antijuifs que ce reportage aura encouragé à court ou moyen terme..."


Pujadas et France 2 seraient donc responsables des prochains actes antijuifs qui surviendront... Vous ne rêvez pas. On ne parle pas ici d'Alain Soral ou de Dieudonné, mais bien de David Pujadas, interviewer du chef de l'État, invité des Dîners du Siècle*, etc.

(*)

Les commentaires sur ce site fond parfois froid dans le dos, Pujadas étant comparé à un reptile et à un chien, ou soupçonné d'être converti à l'islam :
Même réaction indignée de la part de l'association Europe-Israël, qui affirme en outre que :


BDS est un mouvement djihadiste prônant la destruction de l’Etat d’Israël afin d’y installer un grand Califat comme l’a déclaré à diverses reprise son créateur Omar Barghouti. BDS est un mouvement islamiste dont l’objectif est de détruire Israël pour que « la terre redevienne une terre musulmane débarrassée de la domination sioniste ».

Je n'ai pas trouvé trace d'une déclaration de Barghouti appelant à installer un grand Califat en Israël, mais je n'ai peut-être pas assez bien cherché (la coopération des lecteurs est donc ici la bienvenue).

La citation de Barghouti qu'utilise Europe-Israël pour en déduire cette volonté de Califat semble être celle-ci : il affirmerait que le BDS a comme objectif que la terre d'Israël « redevienne une terre pure et musulmane débarrassée de la domination sioniste ». En tapant cette citation dans Google, je ne l'ai trouvée nulle part, hormis sur le site d'Europe-Israël, sur un document du Crif, et sur la page Facebook du groupe Pétition pour la dissolution de BDS, qui renvoie précisément au site d'Europe-Israël. Bref, l'authenticitié de cette déclaration d'Omar Barghouti est à vérifier.

Gil Taieb, vice-président du Crif et fondateur de "l'association du bien-être des soldats israéliens", a également fustigé David Pujadas, accusé d'avoir "participé à cet acte illégal" : "l’appel au boycott d'Israël".

Bref, l'affaire me semble tellement ubuesque que je ne saurai conclure autrement qu'en donnant le dernier mot à Nabila...


Source : Agoravox
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mar 23 Fév - 19:03

L'Etat islamique à GAZA



______
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Lun 7 Mar - 1:49

Les médias occidentaux blanchissent la violence israélienne

Le mercredi 10 février, l’armée d’occupation israélienne a tiré sur Omar al-Jawabreh, un jeune homme de 16 ans vivant dans le camp de réfugiés de al-Arrub, et l’a tué. L’armée a affirmé que ses soldats ont ouvert le feu “en visant les jambes des suspects” sur des Palestiniens qui jetaient des pierres sur les véhicules des colons, à proximité du camp. L’incident, a affirmé le porte-parole militaire, s’est produit “pendant des activités de sécurité de routine” de l’armée.

Les médecins de l’hôpitam al-Mizan de Hébron, ont pourtant affirmé que le jeune homme a été tué “pendant des heurts dans le camp”. C’est aussi la version de la population locale, qui a raconté que Omar al-Jawabreh a trouvé la mort pendant une confrontation “entre des résidents du camp et les forces israéliennes” qui faisaient un raid dans le camp de al-Arrub. Des témoins ont affirmé que les soldats ont affronté “des douzaines de jeunes du camp, après que l’armée ait envahi al-Arrub”. D’autres ont ajouté, en parlant à des journalistes palestiniens, que “les soldats israéliens n’étaient pas exposés à un danger imminent au moment où ils ont tué Omar al-Jawabreh”. La famille du jeune homme a décrit ce qui s’est passé comme “un meurtre de sang froid”.

Depuis le mois d’octobre 2015, les médias occidentaux ont rendu compte des événements en Palestine d’une manière profondément distordue, se contentant très souvent de répéter sans aucun esprit critique les affirmations des autorités israéliennes, et – quoique ce soit souvent involontairement – en minimisant, voire en passant totalement sous silence, la violence coloniale systématique et l’occupation militaire.

La manière dont l’agence Reuters a rapporté la mort de al-Jawabreh, par exemple, en constitue une parfaite illustration. Pour commencer, l’article de Reuters, et son titre, reposent entièrement sur la version de l’événement donnée par l’armée israélienne, et si l’agence disposait d’autres sources confirmant cette version elle n’a pas pris la peine d’en faire état.

“Les troupes israéliennes ont ouvert le feu et tué un jeune Palestinien, dont l’armée a déclaré qu’il avait lancé des pierres sur des véhicules israéliens circulant sur une route en Cisjordanie occupée, ce mercredi. Une porte-parole militaire a dit que des troupes qui patrouillaient près de la ville de Hébron, en Cisjordanie, ont constaté que des jeunes Palestiniens lançaient des pierres sur des véhicules, sur une grand-route et ont abattu l’un d’entre eux.”
Deuxièmement, voici comment l’agence a rendu compte du contexte.

“Depuis le début d’une recrudescence de la violence, en octobre, 27 Israéliens et un citoyen des États-Unis ont été tués lors d’une des attaques pratiquement quotidiennes par des Palestiniens, qu’il s’agisse d’attaques au couteau, de coups de feu ou d’usage d’une voiture bélier. Les forces israéliennes ont tué 157 Palestiniens au moins durant la même période, dont 101 étaient des assaillants selon les autorités israéliennes. D’autres Palestiniens sont morts au cours de violentes manifestations anti-israéliennes. Le bain de sang a été en partie alimenté par la frustration des Palestiniens face à l’enlisement persistant des pourparlers de paix et par la colère devant ce qu’ils perçoivent comme un empiètement juif croissant sur un sanctuaire contesté de Jérusalem.”

Ce résumé ne contient rien à propos du fait que 99% des “attaques” enregistrées par l’agence de sécurité israélienne, le Shin Bet, entre octobre et janvier ont eu lieu à l’intérieur des territoires palestiniens occupés, en ce compris 87% de toutes les attaques au couteau, réelles ou prétendues. Mais qui plus est, les affirmations israéliennes à propos des assaillants palestiniens sont répétées sans la moindre distance, en dépit des preuves – et des précédents – que les versions des événements présentées par les autorités israéliennes ne sont pas dignes de foi.

Prenons par exemple cas de Fadi Alloun, un Palestinien de al-Issawiya, abattu par un officier de police israélien près de la Porte de Damas [à Jérusalem]. Les médias israéliens ont rapporté qu’il avait été abattu alors qu’il “essayait de fuir les forces de sécurité qui avaient commencé à le poursuivre. Après avoir refusé de lâcher son couteau, les forces [de sécurité] ont tiré et l’ont tué”. C’était un mensonge. Alloun n’essayait pas du tout de fuir, et il ne tenait aucun couteau au moment où il a été tué, ainsi que le montre une vidéo [1]. Dans les instants qui ont précédé sa mort, les policiers ont été incités par “de jeunes Juifs Israéliens” à le tuer. Et selon ses proches, “Alloun n’a jamais poignardé qui que ce soit”.

Ensuite, il y a l’exécution de Fadel al-Qawasmeh, 18 ans, habitant Hébron, qui a été abattu par un colon israélien en se rendant à son travail. Selon la description donnée par Amnesty International, “les militaires israéliens ont affirmé qu’il avait un couteau et avait l’intention de poignarder le civil israélien, mais ils n’ont produit aucune preuve à l’appui de ces affirmations, en dépit du fait que… l’endroit où l’incident a eu lieu est étroitement surveillé par des caméras appartenant aux forces israéliennes”. al-Qawasmeh a franchi un checkpoint israélien très peu de temps avant d’être abattu, “ce qui rend très improbable …qu’il ait été en mesure de cacher un couteau sur lui à ce moment”.

En novembre et décembre, des militants des droits humains ont identifié “un grand nombre d’incidents” survenus durant les mois précédents, au cours desquels “les soldats, la police et des gardes privés armés [sont] devenus juges, jurés et bourreaux” de prétendus auteurs d’attentats palestiniens. Dans certains cas, “l’usage qui a été fait d’armes à feu semble excessif”, et d’autres cas ont constitué “des exécutions sommaires”. Comme l’ont noté des agents de terrain des Nations-Unies dans un rapport en janvier, “les circonstances de plusieurs incidents [de prétendues attaques par des Palestiniens] demeurent contestées”.

Le 9 décembre, les forcés israéliennes opérant à un checkpoint volant près de Ramallah ont arrêté une voiture à bord de laquelle trois jeunes Palestiniens, des frères âgés de 14,15 et 18 ans, se rendaient à l’école. Après inspection, les soldats ont permis au conducteur de continuer sa route et aussitôt après ont tiré dans la vitre arrière de la voiture. Un des enfants aurait pu être tué. L’armée a par la suite affirmé qu’un des garçons “avait lancé un tournevis sur les soldats”, affirmation qui n’est confirmée par aucun élément de preuve, relève Amnesty.

Cependant, selon Reuters, chacun des Palestiniens qui n’ont pas été tués dans le contexte d’une attaque – ou d’une prétendue attaque – est “mort durant de violentes protestations anti-israéliennes”.
Des Israéliens “sont tués”, alors que des Palestiniens, eux, “meurent” : même le vocabulaire suggère que la faute en incombe aux “violents” protestataires.

Mais pour quelles raisons les manifestants palestiniens sont-ils décrits comme “violents” – est-ce parce que les jeunes jettent des pierres ou des “cocktails Molotov” ? Reuters ne décrit certainement pas de manière habituelle les raids des soldats israéliens contre des villages palestiniens comme “violents”, et cela en dépit du fait que des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes, des balles enrobées de caoutchouc et des balles réelles sont fréquem­ment utilisées. Et pourquoi les manifestants sont-ils dits “anti-israéliens” plutôt que “anti-occupation” ou “pro-liberté” ?

Les médias ont échoué à rendre compte de l’ampleur de la violence infligée par les forces israéliennes lors de la répression des protestations par des civils non armés protestant contre un demi-siècle d’occupation militaire. Dès les deux premières semaines d’octobre, le nombre de morts palestinien a atteint 31, “dont au moins 17 abattus lors de manifestations”. En deux mois, (octobre et novembre), 4.192 Palestiniens ont été atteints par des tirs des forces israéliennes, soit avec des balles réelles soit avec des balles enrobées de caoutchouc.

En janvier, les forces israéliennes ont tué plus de 50 Palestiniens et en ont blessé 14.000 de plus, uniquement dans le contexte de manifestations et durant des raids [menés par les forces israéliennes].

Examinons quelques cas. Entre le 9 octobre et le 14 novembre, les forces israéliennes stationnées dans le périmètre de la Bande de Gaza ont tué 14 manifestants palestiniens, dont 13 ont été atteints par des tirs à balles réelles. L’un d’entre eux était un enfant de 10 ans, “frappé dans le dos par une balle réelle”. Au cours de cette période de 5 semaines, 357 manifestants supplémentaires ont été atteints par des tirs et blessés.

L’un des morts, pendant une manifestation qui eut lieu le 9 octobre, était Shadi, un électricien sur le point de se marier. Selon le témoignage de son frère, des soldats israéliens étaient occupés à tirer à balles réelles sur la foule des manifestants, “en s’abritant derrière un tas de sable” à une distance d’environ 60 mètres. Shadi a été atteint à l’abdomen et “il est mort avant même d’atteindre la salle d’opérations” de l’hôpital.

Les médias semblent aussi avoir déjà tout oublié à propos du bombardement par la force aérienne israélienne de la maison de la famille Hassan, à Gaza le 11 octobre. Cette attaque aérienne a eu lieu à 2 heures du matin, et a coûté la vie à une mètre enceinte, nommée Nur, et à un enfant de trois ans, Rahaf. La maison a été complètement détruite. Un porte-parole de l’armée a affirmé que cette attaque visait “des sites de production d’armes”, une affirmation que l’ONG israélienne de défense des droits humains B’Tselem a déclarée “inexacte” [2].


En Cisjordanie, pendant ce temps, les forces israéliennes ont tué un écolier palestinien de 13 ans, Abdel-Rahman Shadi Obeidallah. Il se trouvait avec un ami dans le camp de réfugiés de Aida, dans le nord de Bethléem, lorsque des soldats ont ouvert le feu. Le 11 novembre, des soldats israéliens ont tué un autre enfant, âgé de 16 ans, Ibrahim Dawoud, atteint d’une balle dans le cœur au cours d’une manifestation à proximité d’un checkpoint au nord de Al-Bireh.
Ou bien prenons le cas de la mort de Srour Ahmad Abu Srour, 21 ans, atteint dans la poitrine par une balle réelle tirée par les forces israéliennes au moment où elles entraient dans Beit Jala, envahissant des immeubles et établis­sant un checkpoint temporaire. Dans un article de la presse israélienne, il était noté en passant que le jeune homme avait été tué “après avoir jeté des pierres sur les troupes”. Autrement dit, Abu Srour était un civil non armé tué pendant qu’il protestait contre la présence des troupes d’occupation dans sa ville. Dans les médias, il n’est rien de plus que “un autre mort durant des affrontements”.

La mort de Nashat Asfour, le 8 décembre, a quelque chose d’encore plus perturbant. La version de l’événement présentée par le porte-parole militaire, dont les propos ont été cités par Gideon Levy dans Haaretz, est la suivante : «Il y a eu un important trouble de l’ordre public près du village de Sinjil, durant lequel des forces de l’armée dans la zone a tiré des coups de feu, selon la “procédure de détention de suspects”. Un rapport faisant état de la mort d’un Palestinien a été reçu dans le courant de la journée, mais le rapport médical n’a pas encore été réceptionné. Les circonstances entourant l’incident font l’objet d’une enquête, après laquelle l’auditorat militaire décidera de ce qu’il y a lieu de faire».
En fait, ainsi que Gideon Levy le décrit dans le même article, le père de trois enfants a été abattu alors qu’il était en route pour se rendre au mariage d’un de ses amis. Il était aux environs de 16 heures. Quelques heures plus tôt, des forces israéliennes avaient traversé Sinjil, et des jeunes leur avaient lancé des pierres. Un certain nombre de soldats étaient restés positionnés dans le village, et il y avait eu encore quelques jets de pierres sporadiques. Alors que Asfour marchait, un soldat israélien a tiré une unique balle sur lui, d’une distance de 150 à 200 mètres. Il a été atteint à l’estomac, et la balle est ressortie dans son dos. Il est mort à l’hôpital.

Il n’y a rien de nouveau dans le fait que les autorités israéliennes mentent ou fassent des déclarations trompeuses à propos des circonstances dans lesquelles des Palestiniens ont été tués.

Lorsque deux adolescents palestiniens ont été tués pendant une manifestation du “Jour de la Nakba” en 2014, les enquêteurs militaires ont suggéré que “les balles ont pu être tirées par des Palestiniens”, et des “officiers supérieurs israéliens ont affirmé que les vidéos de la fusillade qui avaient déclenché un tollé étaient probablement truquées”. En fin de compte, un officier de la Police des frontières fut mis en accusation pour le meurtre de Nadim Nuwara, 17 ans. Néanmoins, s’il n’y avait pas eu une vidéo, des preuves médico-légales et la détermination farouche de la famille et de militants des droits humains, ces morts seraient devenues comme tant d’autres des cas de décès dans des conditions “contestées” durant “des affrontements”.

En juillet de l’année dernière, un colonel israélien a tiré sur Muhammad Kasbeh, 17 ans, et l’a tué, après que des jeunes Palestiniens aient lancé une pierre sur sa jeep, non loin du checkpoint de Qalandiya. A l’époque, un porte-parole de l’armée affirma que l’officier “avait ressenti un danger mortel imminent et avait mise en œuvre la procédure d’arrestation d’un suspect”. Des officiels israéliens décrivirent le jet de pierres comme une embuscade préméditée. Or, une vidéo [provenant d’une caméra de surveillance d’une station d’essence, voir ci-dessous – NDLR] obtenue par l’ONG B’Tselem est venue confirmer les déclarations des témoins et des médecins : Kabeh a été tué au moment où le colonel sortit de sa jeep et tira à trois reprises dans le dos du jeune homme qui s’enfuyait.


Maintes et maintes fois, il a donc été prouvé que les déclarations des autorités israéliennes sont peu fiables, voire franchement malhonnêtes, quand elles rendent compte de meurtre(s) de Palestiniens, à propos d’assaillants ou de prétendus assaillants ou du contexte de manifestations ou de raids. Et pourtant, Reuters comme d’autres agences de presse et publications continuent à prendre les déclarations de l’armée israélienne pour argent comptant.
Ce faisant, et en faisant silence sur des éléments cruciaux du contexte, les médias nient la légitimité d’une révolte anti-coloniale, “blanchissent” la violence exercée par l’armée d’occupation et masquent l’existence de l’occupation elle-même.

Ben White | 17 février 2016
Cet article a été publié par “Palestine Square – the blog of the Institue for Palestine Studies”, sous le titre “Western Media Whitewashes Israeli Violence”.

Traduction : Luc Delval

Ben White est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont : Être Palestinien en Israël
Ségrégation, discrimination et démocratie (Ed. La Guillotine – ISBN 9782954380612) et Israeli Apartheid: A Beginner’s Guide.

Ses articles ont été publiés par divers médias, dont Middle East Monitor, Al Jazeera, al-Araby, Huffington Post, The Electronic Intifada et The Guardian.

[1] dans cette vidéo, on entend très distinctement des passants, assez nombreux, qui crient aux policiers de “le descendre”. “Descendez-le, c’est un terroriste”, crient des hommes survoltés, en hébreu. Les policiers se font insulter parce qu’ils ne tirent pas aussi vite que les auteurs des cris de haine le voudraient sur un homme que désigne la rumeur publique. Ensuite, sept coups de feu retentissent. Les insultent continuent à fuser, s’adressant désormais au cadavre de l’homme qui git à terre. “Morts aux Arabes” conclut un des braves citoyens israéliens appartenant à l’ethnie dominante… A aucun moment les images (assez sombres, il est vrai) ne permettent de distinguer que l’homme exécuté sommairement dans une rue ait réellement constitué un danger qui quiconque. – NDLR

[2] Sur le site de B’Tselem, on lit : «Le bombardement ne visait pas “deux sites de production d’armes” mais plutôt l’habitation privée de la famille Hassan. La maison était située dans une zone agricole et était entourée de vergers. Yihya Hassan est un fermier, et sa famille gagnait sa vie en faisant pousser des olives, des fruits et des raisins. Ils entretenaient aussi un élevage de poulets, pour leur propre consommation.» – NDLR
Source: http://www.pourlapalestine.be/medias-occidentaux-blanchissent-violence-israelienne/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mer 9 Mar - 1:53

Dîner du CRIF : les reporters d’ERTV agressés par Frédéric Haziza (07/03/2016)



Le lundi 7 mars 2016 avait lieu à Paris le dîner annuel du CRIF, où le gratin politico-médiatique se précipite pour recevoir ses consignes. Le journaliste Frédéric Haziza, hystérique, a violemment agressé les reporters d’ERTV. Les policiers, aux premières loges, ont observé la scène pendant de longues minutes..



MAJ vidéo 2

Agression des reporters d'E&R par Frédéric Haziza : vidéo n°2



Voici une seconde vidéo de l'agression de nos reporters par le journaliste du service public Frédéric Haziza, le 7 mars 2016 en marge du dîner du CRIF. Merci au témoin anonyme de nous avoir envoyé ces images.

Commenter cette vidéo :
http://www.egaliteetreconciliation.fr...

Le première vidéo de l'agression (images ERTV) :
https://www.youtube.com/watch?v=TZ4i5...

La deuxième vidéo contredis définitivement la version quelque peu biaisé de Haziza sur Facebouk




Autre chose concernant le dîner du Crif, Roger Cukierman son président a émis le souhait d'étaler l'état d'urgence jusqu'à sur le net. Mais on est où là ?


Le président du CRIF veut un « état d’urgence » sur Internet

« L’état d’urgence doit aussi s’appliquer sur Internet » : lors de son discours à l’occasion du traditionnel dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), auquel assistait le premier ministre Manuel Vaals, Roger Cukierman, son président, a estimé que les mesures prises après les attentats de novembre devraient avoir leur pendant en ligne.



Or, l’état d’urgence, adopté par les députés juste après les attentats et de nouveau prolongé pour trois mois le 9 février , comprend bien des mesures encadrant les contenus publiés sur Internet. Plus précisément, le texte prévoit la possibilité pour les forces de l’ordre de procéder au blocage administratif – c’est-à-dire sans décision d’un juge – de sites incitant à la commission d’actes de terrorisme ou en faisant l’apologie.
Cette mesure, controversée et faisant en partie doublon avec d’autres textes de loi qui prévoyaient déjà cette possibilité de blocage, n’a, selon les informations du Monde, pas été utilisée.

Lire aussi : Le Conseil d’Etat va-t-il suspendre l’état d’urgence ?


Comptabilisation impossible des messages antisémites



Pour M. Cukierman, des mesures nouvelles se justifient pour lutter contre la « hausse exponentielle » des contenus antisémites publiés sur Internet. Mais si l’année 2015 a été marquée par de très nombreux actes antisémites particulièrement graves, dont les attentats de janvier, aucune étude sérieuse ne chiffre l’évolution du nombre de contenus antisémites publiés, et ne conclut donc à une « hausse exponentielle » de ces derniers.
Le rapport 2015 du Service de protection de la communauté juive (SPCJ), cofondé par le CRIF et qui liste chaque année l’ensemble des actes antisémites commis en France, reconnaît dans sa partie « méthodologie » que la tâche est techniquement impossible :

« Le recensement comptabilise les actes antisémites ayant fait l’objet d’une plainte ou d’une
main courante auprès des services de police et transmise au SPCJ. Il est enrichi et
recoupé par les signalements émanant des différents services de police sur le territoire
français et centralisés au ministère de l’intérieur. […] Par ailleurs, les contenus antisémites diffusés sur Internet ne sont pas recensés de façon systématique. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/03/08/le-president-du-crif-veut-un-etat-d-urgence-sur-internet_4878425_4408996.html#VdU2uXzfGHzMBmo5.99


Bon petit coup de propagande pour ne pas changer, et propagée avec l'assentiment de nos médias complaisant

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Dim 3 Avr - 2:13

[Vidéo choc] Un soldat israélien abat d’une balle dans la tête un Palestinien déjà au sol



La vidéo suivante a été filmée dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie, par un volontaire de l’ONG israélienne de défense des droits de l’Homme B' Tselem.
La scène s’est déroulée à l’entrée de Tel Rumeida, jeudi 24 mars, dans un des quartiers les plus tendus entre palestiniens et colons israéliens.


Une version des faits qui a tendance a être remise en doute, suite à la publication d’une vidéo par l’ONG B’Tselem, montrant un officier abattant de plusieurs balles dans le dos un jeune Palestinien.
Selon le site d’RTL « ces images, captées par une caméra de la station-service devant laquelle Mohammed Kasbeh a été tué, on voit un homme courir vers un véhicule militaire et apparemment lui jeter une pierre avant de s’enfuir en courant. Aussitôt, le véhicule s’arrête et deux hommes, armes pointées, sortent pour le poursuivre. La suite se passe hors du cadre de la caméra ».
Contactée par l’AFP au moment des faits, l’armée avait assuré que « les soldats avaient demandé au suspect d’arrêter et procédé à des tirs d’avertissement en l’air » mais ont fini par tirer « en réponse au danger imminent » car le jeune Palestinien « continuait à jeter des pierres ». « Dire que M. Kasbeh représentait une menace mortelle pour les soldats au moment des tirs, alors qu’il avait pris la fuite, est irrationnel », rétorque B’Tselem qui conclut que ces tirs, ayant touché par trois fois l’adolescent, dont deux dans le dos, « ne sont pas justifiés et sont illégaux ».




http://www.halalbook.fr/actufiche-17-5388.html

Soldat franco-israélien qui a achevé un Palestinien : la justice française interpellée

Le jeune soldat franco-israélien qui a achevé le 24 mars à Hébron, en Cisjordanie, un agresseur palestinien qui gisait au sol après avoir été neutralisé, doit comparaître de nouveau devant le tribunal en Israël ce vendredi 1er avril. Dénonçant "l'impunité" dont jouiraient les soldats israéliens, des voix s'élèvent pour que celui-ci soit jugé en France.


Le soldat franco-israélien de 19 ans qui a tué à bout portant d'un tir dans la tête, jeudi 24 mars à Hébron (Cisjordanie), un agresseur palestinien qui gisait au sol, sera-t-il jugé en France ? C’est ce que demande notamment un diplomate palestinien, Majed Bamya (en poste à Ramallah), qui dénonce "l'impunité" qu'accorderait Israël à ses soldats : "Ce que les Palestiniens demandent aujourd'hui c’est de (…) [s’]assurer que les mécanismes de justice, y compris en France, soient ouverts".

Le soldat, dont l'identité n'a pas été dévoilé, a comparu jeudi 31 mars devant une cour militaire dans la base Bar-Lev (ouest), pour la deuxième fois en deux jours. Le tribunal a décidé de prolonger sa détention provisoire jusqu'à ce vendredi 1er avril, où il doit de nouveau comparaître devant le tribunal. Non encore inculpé, il pourrait être poursuivi par la justice militaire pour homicide volontaire et non pour le crime plus grave d'assassinat, a-t-on appris jeudi de source militaire. Son avocat a accueilli favorablement la décision du parquet de requalifier les faits.

Théoriquement, la France pourrait légalement condamner le militaire du fait de sa double nationalité franco-israélienne mais, relève La Croix, "il semble peu probable qu’elle demande son extradition". "Cela distendrait très fortement ses relations diplomatiques avec Israël", analyse un avocat spécialiste de la justice internationale et président de la Coalition française pour la Cour pénale internationale (CPI) cité par le quotidien.

Le soldat aurait tiré "sans aucune nécessité"

Selon Adoram Rigler, le lieutenant-colonel qui représente le parquet militaire, la recrue, enroulée depuis deux ans dans l’armée israélienne, a ouvert le feu "intentionnellement et sans aucune nécessité". Arrivé en renfort quelques minutes après l’agression, il aurait confié d’après la presse israélienne que l’agresseur, qui avait été neutralisé après avoir tenté de poignarder un soldat, "méritait de mourir". Pour les avocats de la défense, leur client redoutait toutefois la présence sur le Palestinien d’une ceinture d’explosifs. "Des vérifications à ce sujet avaient déjà été faites", précise cependant le Monde. Depuis une semaine, et la diffusion de la vidéo de l’exécution par B’Tselem, une ONG de défense des droits de l’Homme, l’affaire divise Israël.

Un sondage de la deuxième chaîne de télévision du pays révèle notamment que 57% des Israéliens sont opposés à des poursuites contre le soldat. 32% y sont quant à eux favorables. Au sommet de l’Etat, si le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé que l’acte du jeune soldat ne "reflétait pas les valeurs de l'armée", il a été désavoué par Naftali Bennett, le ministre de l’Education issu du parti nationaliste religieux HaBayit HaYehudi (Le Foyer juif). Pour ce dernier, il est au contraire "ridicule que [le soldat] soit accusé de meurtre".

Suivant un décompte de l’armée, il y aurait eu depuis le 1er octobre "162 attaques palestiniennes en Cisjordanie, et 201 à Jérusalem et dans l’ensemble d’Israël". L'ONG Amnesty International fait quant à elle état de plusieurs affaires "similaires" (...) "d’exécutions extrajudiciaires", commises "par le passé" par "les forces israéliennes". Une situation qui, à l’approche de la Pâque juive, le 23 avril prochain, "période traditionnellement marquée par un regain de violences autour des lieux saints", rappelle Le Monde, a de quoi inquiéter…*

(*) Mais oui bien sûr comme toujours la presse mainstream excuse les exactions de Tsalal toujours du côté de Israël... No - Akasha.

http://www.marianne.net/soldat-franco-israelien-qui-acheve-palestinien-justice-francaise-interpellee-100241587.html

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Mer 6 Avr - 11:50

Antisionisme et antisémitisme ne sont pas synonymes



Selon Manuel Valls, l’antisionisme est « tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine d’Israël ».

Prononcée le 7 mars lors du dernier dîner annuel du Crif (Conseil représentatif des juifs de France), organisme principalement dédié à la défense des gouvernements israéliens successifs auprès des autorités françaises, cette accusation vise à faire peser un soupçon indistinct d’infamie sur les mouvements de solidarité avec les Palestiniens. Voire à les criminaliser, comme on le constate avec la pénalisation des appels au boycott des produits israéliens en provenance des territoires occupés.

Passons sur le fait qu’il est permis – et même valorisé – dans notre pays d’appeler à la guerre (en Irak, au Darfour, en Syrie, en Libye) mais illicite de protester par un boycott de consommation contre une politique coloniale. Intéressons-nous plutôt aux rapports entre sionisme et antisémitisme, en nous souvenant en premier lieu que la majorité des juifs du monde, et notamment les Français, furent opposés au sionisme jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale et que même alors, la majorité des juifs d’Europe ne choisit pas la Palestine après la shoah. Pas plus que les juifs russes fuyant les pogroms à la fin du XIXe siècle, dont seul 1 % se rendit en « Terre promise ». Quant aux juifs français engagés dans le soutien au capitaine Dreyfus, tous ne suivirent pas Théodore Herzl, fondateur du sionisme, qui fit de ce procès inique le déclencheur de son projet national. Lorsque Herzl affirmait que l’affaire Dreyfus marquait l’échec du modèle républicain d’intégration des juifs, d’autres voyaient dans le foyer national juif un « piège tendu par l’antisémitisme ».Et c’est dans une logique tout impériale que Lord Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères lui apporta son soutien en novembre 1917, durant la Première Guerre Mondiale.

On peut certes être antisioniste par haine des juifs, qui pourrait le nier ? Mais on peut n’être pas moins antisémite et un sioniste ardent. Que l’on puisse sans contradiction être prosioniste et antisémite devrait tomber sous le sens, puisqu’il s’agissait, dès l’origine, de débarrasser l’Europe de ses juifs, projet commun des uns et des autres avant que surgisse la folie hitlérienne. La dimension biblique comptait dans ce soutien, les courants évangéliques anglais de l’époque, comme leurs homologues contemporains aux Etats-Unis, voyant dans le rassemblement des juifs en Palestine l’actualisation du récit de l’ancien testament et le prélude à l’avènement du Messie. Les plus fervents et les plus radicaux des défenseurs d’Israël en toutes circonstances se recrutent d’ailleurs parmi ces évangéliques américains, lesquels véhiculent les plus classiques des stéréotypes antisémites tout en soutenant les plus durs des colons israéliens. L’avenir qu’ils réservent aux juifs laisse songeur quant aux alliances de l’Etat hébreu: selon l’interprétation évangélique de la Bible, les juifs devront en effet se convertir ou périr lors du Jugement dernier hâté par leur regroupement en Palestine.

On peut certes être antisioniste par haine des juifs, qui pourrait le nier ? Mais on peut n’être pas moins antisémite et un sioniste ardent, ce que notre Premier ministre semble ignorer. Estimer que la création d’Israël fut une décision funeste, y compris pour les juifs, relève de la liberté d’opinion, au même titre que l’opinion contraire. Telles sont, stricto sensu, les significations des mots antisioniste et sioniste. Les deux positions, regards opposés mais également légitimes sur un événement historique, peuvent se nourrir de l’antisémitisme, comme elles peuvent y être totalement étrangères.

L’antisionisme est pour beaucoup une simple opposition à la stratégie d’occupation des territoires palestiniens et aux exactions qui l’accompagnent. Les saisies de terres, destructions de maisons, emprisonnements administratifs, extensions de colonies, voilà ce qui nourrit aujourd’hui la critique d’Israël et de sa politique du fait accompli. Si le sionisme historique est pluriel, sa forme contemporaine est monocolore, largement sous le contrôle des colons. Et l’antisionisme est pour beaucoup une simple opposition à la stratégie d’occupation des territoires palestiniens et aux exactions qui l’accompagnent. Voilà ce que cherche à masquer le Crif, principal porte-voix du gouvernement israélien en France, désormais détrôné dans ce rôle par le Premier ministre.

Rony Brauman (ancien président de Médecins sans frontières)

Photo: Rony Brauman

source:http://prochetmoyen-orient.ch/

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
akasha
Administrateur
avatar

Féminin Gémeaux Serpent
Messages : 3271
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 40
Localisation : ben là au bout tu vois pas ?

MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   Sam 2 Juil - 1:28

Boycotter l’entité sioniste, c’est être du bon côté de l’histoire! "Je suis juive et je veux que les gens boycottent Israël"


Rebecca Vilkomerson de Jewish Voice for Peace

Je suis juive et je veux que les gens boycottent Israël
Boycotter l’entité sioniste, c’est être du bon côté de l’histoire!
26 juin 2016

Le Washington Post publie une tribune d’une militante du BDS, le mouvement qui appelle au boycott, au désinvestissement et à des sanctions contre l’Etat sioniste tant qu’il ne respecte pas le droit international et continue sa politique de répression et de colonisation de la Palestine.

L’auteure, Rebecca Vilkomerson, attire l’attention sur certains aspects très importants en lien avec la campagne BDS

Elle rappelle d’abord l’efficacité de cette campagne en citant notamment deux exemples de grandes entreprises qui se sont désengagées du marché de l’entité sioniste.

Elle relève ensuite l’évolution de l’opinion publique en Occident, et aux Etats unis singulièrement, qui tend à éprouver de plus en plus de sympathie à l’égard du peuple palestinien.

Elle observe enfin que, en contradiction avec cette évolution des opinions publiques, une campagne concertée cherche à faire adopter et appliquer des réglementations qui prétendent interdire les appels au boycott au motif de leur caractère antisémite.

Ce dernier point est d’une importance particulière puisque, ainsi qu’elle le signale, et comme l’avaient déjà fait Glenn Greenwald et Andrew Fishman, cette campagne de dénigrement du BDS a pu obtenir d’un gouverneur d’Etat, celui de New York, qu’il arrête des mesures répressives à l’encontre du BDS, passant par-dessus la tête de l’assemblée de l’Etat qui avait renoncé à voter une loi en ce sens.

On observe la même chose en France où une circulaire signée par Mme Michelle Alliot-Marie en 2010 appelle les juges à se saisir des appels au boycott de l’entité sioniste qui seraient des appels à la discrimination! Michelle Alliot-Marie était ministre d’un gouvernement de droite. L’arrivée des socialistes n’a pas entraîné l’abrogation de cette circulaire. L’actuel Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas qui, en son temps, avait manifesté son opposition à cette circulaire n’en a pas reparlé depuis…

Comme le notaient Glenn Greenwald et Andrew Fishman, certains politiciens sont ouverts, voire même enthousiastes, à l’idée de sanctionner leurs propres concitoyens quand ils appellent à œuvrer pacifiquement pour contribuer à mettre un terme à une politique d’oppression et de déni du droit !

En se comportant ainsi, ces politiciens nous disent clairement qu’ils ne sont pas là pour servir leurs électeurs de compatriotes mais plutôt pour servir les intérêts d’une puissance étrangère qui méprise le droit international depuis des dizaines d’années.


Je suis juive et je veux que les gens boycottent Israël

Ce pays doit être tenu responsable de ses violations des droits de l’homme

par Rebecca Vilkomerson, The Washington Post (USA) 24 juin 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Rebecca Vilkomerson est directrice exécutive de Jewish Voice for Peace.


En 2009, j’habitais à Tel Aviv ai moment de l’opération Plomb Durci. Pendant cette offensive, Israël a tué environ 1 400 Palestiniens à Gaza. Les quelques uns d’entre nous qui étaient descendus dans la rue pour protester contre la guerre étaient souvent bombardés d’œufs ou agressés par les passants. Quand je déposai mes enfants à l’école maternelle, les parents discutaient comme si rien d’inhabituel ne se passait. Quand ils me demandaient ce qui n’allait pas, je leur disais que j’étais très préoccupée par ce qui se passait à seulement une cinquantaine de kilomètres d’ici. Leur réponse : un silence gêné ou une défense rageuse des actions d’Israël.

Je voulais agir concrètement pour la liberté et les droits des palestiniens. Alors j’ai adhéré au mouvement Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS). Cette action non violente qui a été lancée en 2005 par une large coalition d’organisations de la société civile palestinienne est un appel à la solidarité de la communauté internationale jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international et cesse de violer les droits des Palestiniens. C’est une démarche qui a du mal à frayer son chemin – le gouverneur de mon propre Etat, New York, a récemment condamné le BDS en adoptant unilatéralement un arrêté exécutoire.

Sept ans après, il y a eu deux autres agressions horribles contre Gaza. Près de 500 enfants palestiniens ont été tués en 2014. Même quand il n’y a pas de campagnes de bombardements intenses, les Palestiniens vivent en état de siège à Gaza. Les habitants de la Cisjordanie vivent sous le contrôle extrêmement contraignant de l’appareil sécuritaire israélien, avec ses checkpoints, la détention administrative et les démolitions de maisons. En Israël, les Palestiniens qui ont la citoyenneté israélienne vivent dans un système d’inégalité des droits. Hors d’Israël, les réfugiés ne peuvent pas rentrer chez eux.

Bien sûr, pendant ce temps, il y a eu aussi des attaques contre des civils israéliens. Elles sont un horrible symptôme de l’occupation et de la répression comme l’a observé Ron Huldai, le maire de Tel Aviv, suite à l’attentat qui a récemment tué quatre Juifs israéliens.

Je suis convaincue qu’Israël ne changera pas de politique tant qu’il pourra ignorer les pressions venues de l’extérieur. Le BDS est un moyen puissant d’encourager l’Etat à agir. Et pendant les années que j’ai passées dans le mouvement, nous avons connu un succès grandissant. Les grandes églises [protestantes] ont retiré leurs investissements des entreprises qui profitent de l’occupation. Des dizaines de campus américains ont voté des résolutions pour le désinvestissement. Plus d’une centaine d’artistes refusent de se produire en Israël, et des sociétés multinationales comme G4S et Véolia se sont retirées du marché israélien.

Pendant ce temps, il y a aussi eu une évolution dans l’opinion publique. Un sondage effectué en 2015 par le Brookings Institute a montré que 49 % des Démocrates soutiennent l’imposition de sanctions économiques contre Israël et ses constructionsd e colonies. Un sondage effectué par Pew le mois dernier a montré que pour la première fois, les Démocrates libéraux éprouvaient plus de sympathie pour les Palestiniens que pour les Israéliens. En mai, l’institut d’étude de l’opinion Opsos a constaté que le tiers des Américains soutenaient le boycott, le désinvestissement et els sanctions contre Israël tant qu’il ne respecterait pas les droits des Palestiniens.

Mais nos efforts ont été menacés ici aux Etats Unis par une stratégie coordonnée à l’échelle nationale et financée par le gouvernement israélien et des organisations qui le soutiennent. L’an dernier, 22 Etats ont introduit ou adopté des législations anti-BDS. Beaucoup de ces mesures rendent illégales pour ces Etats toute relation contractuelle avec des entreprises qui soutiennent le BDS. Le gouverneur de New York, le Démocrate Andrew Cuomo, a franchi un palier dans cette stratégie avec un arrêté exécutoire draconien qui créée une liste noire des entreprises et des organisations qui soutiennent le BDS. L’arrêté exécutoire pris par Cuomo contourne l’assemblée législative de l’Etat où l’opposition des partisans des droits des palestiniens et de la liberté d’expression, dont de nombreux membres de Jewish Voice for Peace, avaient réussi à faire bloquer la législation anti-BDS en commission des lois.

C’est une erreur. Ce n’est pas faire de la discrimination que de tenir un Etat pour responsable de ses infractions au droit international et de ses violations des droits de l’homme. Etat d’Israël et peuple juif, ce n’est pas la même chose.

Mes filles, que je déposais à l’école maternelle à tel Aviv en 2009 sont maintenant au collège à Brooklyn. Si en tant que citoyennes israéliennes, elles choisissent un jour de vivre en Israël/Palestine, j’espère que ce sera une terre où tous, Juifs et Palestiniens, peuvent vivre libres et égaux. Je crois que le BDS est le meilleur outil à notre disposition pour faire de cette vision une réalité. Nous regarderons plus tard ces tentatives pour légiférer contre le BDS comme ayant été les dernières tentatives désespérées pour protéger Israël des pressions qui s’imposent pour qu’il change de politique. Cuomo se range du mauvais côté de l’histoire.


https://mounadil.wordpress.com/

Vu sur et traduction : Alter Info

_________________
"Pace fores obdo, ne qua discedere possit". Ovide, Fastes, I, 281 Tel le dieu romain, tel en son double-visage, telle est la dualité. Janus. La guerre et la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Isra-Hel le pays qui ne voulait pas la paix (sujet global info sur le conflit Israël Palestine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Balade au pays Basque
» Jambon pays ananas
» C’est comment l’halloween dans votre pays
» "Pays de Normandie" - 911 / 2011.
» La Normandie... l'autre pays du vin!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novi Orbis - Le Nouveau Monde :: Agora/Réflexions :: Guerres & Conflits-
Sauter vers: